palace

  • UNE SOCIETE CHINOISE OUVRE LE PLUS BEAU PALACE DE BRUXELLES

    Un palace chinois à Bruxelles

    Quand le Président chinois descendra à Bruxelles, c’est au Tangla qu’il descendra. Juste en face de la représentation de la Chine auprès de l’Union européenne, le Sodehôtel de Woluwe s’apprête à vivre une mutation à 39 millions d’euros. "Tout va être remis au béton", explique Eric Catry, managing director. Un lustre de deux tonnes pour accueillir les clients, 181 chambres dont un duplex avec ascenseur particulier , un restaurant chinois "comme il n’en existe à ma connaissance pas d’autres en Europe", des salles à manger compartimentées avec karaoké… Le tout coulé dans un concept de liaison entre ciel et terre et régi suivant les préceptes du feng shui, assure le directeur. Côté "green", pas de golf, mais un traitement des déchets organiques à des fins de biométhanisation, la récupération des eaux de pluies pour les toilettes publiques ou encore des éoliennes et capteurs solaires pour assurer l’éclairage extérieur.

    "Les travaux commenceront avant juin, et l’ouverture est prévue pour février 2013", annonce Eric Catry. Les architectes sont Montois Partners et Altiplan, mais rien n’est réalisé sans l’approbation de Pékin. Le Sodehôtel appartient depuis 2007 au groupe tentaculaire HNA (Hainan Airlines, etc.), qui vient d’entrer dans le top 500 mondial et vise le top 10 pour la fin de la décennie. Les 39 millions d’euros ont été mis sur la table par le groupe, en augmentation de capital. "Je ne suis donc pas tenu par un remboursement d’emprunt. C’est crucial: investir autant dans un tel projet, en Belgique, ce n’est normalement pas rentable", poursuit Catry.

    Presque comme en Chine

    La chaîne Tangla, dont le nom signifie "Montagnes du Tibet", est le nouveau bijou du groupe. Un premier hôtel a été ouvert à Pékin, un autre est en projet à Sanya, sur l’île de Hainan. Le cinq étoiles de Bruxelles sera le premier hôtel "extra muros" de la chaîne. Sur la forme, il sera très comparable à ce que l’on peut voir dans les grandes villes chinoises, même si tout le mobilier ne sera pas "made in China". "Il y a un seul point sur lequel je ne peux pas suivre les Chinois: c’est le niveau de service. Nous aurons 125 membres de personnel pour 181 chambres", sourcille le directeur de l’hôtel. En Chine, vu le faible coût de l’embauche, les homologues d’Eric Catry peuvent évidemment se permettre d’avoir un ratio beaucoup plus élevé. L’hôtel vise tous les fortunés de passage à Bruxelles, mais le but est aussi "que le Président chinois vienne loger chez nous", explique Eric Catry… Cela fait peu de doute. Pas seulement parce que l’hôtel est en face de l’ambassade chinoise auprès de l’UE ou parce que "le Tangla Brussels sera plus luxueux que le Conrad", selon le directeur. Simplement, le Président s’y sentira chez lui: le groupe HNA est détenu à 48&flexSpace;% par l’État chinois. L F.R.

    iNFORMATION L'ECHO;