ouverture

  • DROITS DE L'HOMME:LA CHINE ,UN EXEMPLE POUR LE MONDE ENTIER

    Droits de l'homme : les progrès réalisés par la Chine mis en évidence à l'ONU
      

          GENEVE, 9 février -- La Chine a fait des progrès  substantiels dans la promotion et la protection des droits de  l'homme, en particulier depuis le début de sa réforme et  l'ouverture en 1978, a déclaré lundi un haut diplomate chinois.  

         Le peuple chinois a obtenu l'indépendance nationale en 1949 et, depuis lors, "un système social et politique pour la promotion et  la protection des droits de l'homme a été créé", a déclaré Li  Baodong, ambassadeur de Chine auprès de l'Office des Nations Unies à Genève, lors d'une session du Conseil des droits de l'homme de  l'ONU composé de 47 Etats membres.  

         "Avec le lancement de la réforme et de l'ouverture et son  processus historique de modernisation en 1978, la Chine a entamé  un nouveau chapitre dans la promotion et la protection des droits  de l'homme", a déclaré M. Li.  

         Le Conseil examine la situation des droits de l'homme en Chine dans le cadre du système "Examen périodique universel" (UPR) lancé l'année dernière, qui consiste à examiner les dossiers de tous les Etats membres de l'ONU afin de contribuer à l'amélioration des  droits de l'homme dans le monde entier.  

         La Chine a fait de grands progrès dans la réduction de la  pauvreté, de ce fait, le pays est devenu le premier au monde à  atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)  au niveau de la réduction de la pauvreté, a indiqué M. Li.  

         En Chine, l'espérance de vie en moyenne est passé à 73 ans,  soit sept ans plus élevé que la moyenne mondiale, et le taux de  mortalité maternelle a chuté jusqu'à 36,6 pour 100.000, soit de 60% plus bas que le niveau niveau de 1978, où la réforme a été lancée, a-t-il ajouté.  

         La Chine a également fait de grands progrès dans le domaine de l'éducation. A la fin de 2000, l'éducation obligatoire universelle de neuf ans est en vigueur dans l'ensemble du pays, a indiqué M.  Li.  

         La Chine a atteint plus tôt que prévu les deux objectifs --  l'éducation primaire universelle et l'élimination des disparités  entre les sexes dans l'éducation primaire et secondaire --  objectifs inscrits dans les OMD, a déclaré l'ambassadeur chinois. 

         En outre, la Chine a également travaillé constamment pour  améliorer son système juridique. Depuis 1978, l'Assemblée  populaire nationale (Parlement) et son Comité permanent ont adopté près de 250 lois relatives à la protection des droits de l'homme,  a-t-il ajouté.  

         Le respect du droit et le respect et la sauvegarde des droits  de l'homme par l'Etat ont été codifiées dans la Constitution de  Chine successivement en 1999 et 2004.  

         La Chine a également oeuvré pour promouvoir la démocratie,  renforcer les institutions démocratiques, améliorer le système  d'Assemblée populaire, et renforcer les consultations politiques  entre les partis politiques, a indiqué le diplomate chinois, et  d'ajouter que des efforts ont été déployés pour garantir  l'indépendance judiciaire et l'administration impartiale de la  justice tout en poursuivant la réforme et l'amélioration de son  système judiciaire, selon M. Li.  

         La Chine poursuit ses efforts dans la promotion de la  gouvernance basée sur le droit et de la transparence du  gouvernement, a déclaré M. Li, en soulignant que la Chine  encourage également les ONG à jouer pleinement leur rôle dans la  promotion et la protection des droits de l'homme.  

         Il y a maintenant 400.000 ONG inscrites en Chine, qui sont  actives dans des domaines tels que la réduction de la pauvreté, la santé, l'éducation, la protection de l'environnement et la  sauvegarde des droits des citoyens, a dit l'ambassadeur chinois.  

         La Chine adopte une politique d'égalité ethnique et  d'autonomie ethnique régionale, mais les minorités ethniques en  Chine bénéficient des politiques préférentielles dans les domaines politique, économique, culturel et éducatif, a fait remarquer  l'ambassadeur.  

         La Chine a mené d'énormes efforts pour protéger les religions, les identités culturelles et les patrimoines d'autres minorités  ethniques, et elle a également pris une part active dans les  échanges internationaux et la coopération concernant les droits de l'homme, a-t-il noté.  

         Actuellement, la Chine fait partie de 25 instruments  internationaux des droits de l'homme, et établi le système de  dialogue sur les droits de l'homme avec près de 20 pays, a-t-il  dit.  

         L'ambassadeur de Chine a soulginé que malgré ses énormes  succès dans la promotion des droits de l'homme, la Chine est  pleinement consciente de ses difficultés et défis dans ce domaine, dont la nécessité de créer 24 millions d'emplois chaque année, les pauvres et les habitants à faible revenu qui restent nombreux, le  déséquilibre de développement entre les villes et zones rurales et entre les régions, le manque de médecins et de services de bien- être et de santé, et la nécessité d'améliorer le système de  sécurité sociale.  

         Pour surmonter ces difficultés et défis, le gouvernement  chinois a avancé "le concept scientifique de développement" en vue d'édifier une société harmonieuse basée sur la démocratie, le  respect du droit, l'équité et la justice, a déclaré M. Li.  

         Le gouvernement chinois continuera à accorder la priorité au  bien-être du peuple, aux valeurs humaines, aux droits et intérêts  du peuple, à l'équité sociale et à la liberté, a-t-il dit.

  • LES PORTUGAIS DE MACAO ET MACANAIS EN CHINE.

    Les Portugais nés à Macao contribuent à la prospérité de la région
       

        MACAO, 11 janvier -- Les Portugais nés à Macao ainsi  que d'autres habitants de la Région administrative spéciale (RAS)  ont grandement contribué à la prospérité et à la stabilité de la  RAS, a affirmé dimanche à Macao le vice-président chinois Xi  Jinping, actuellement en visite à Macao. 

         M. Xi a indiqué que les Portugais originaires de Macao, ou  Macanais, constituaient une part importante de la population  locale, et que la Loi fondamentale stipulait que leurs droits et  intérêts légitimes devaient être protégés. 

         Les Macanais sont un groupe ethnique originaire de Macao qui  s'est formé au 16e siècle, et qui se compose principalement  d'individus ayant des ancêtres portugais. 

         Xi Jinping a fait cette remarque en visitant le Musée de Taipa  House, où il a rencontré 24 représentants macanais. 

         Il a également souhaité que les Macanais continuaient à  soutenir le gouvernement de la RAS en vertu de la Loi fondamentale, et oeuvrer pour faire progresser la société et l'économie locales. 

         M. Xi est arrivé à Macao samedi matin pour entamer une tournée  d'inspection de deux jours dans la ville insulaire.CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES VOIR EN GRAND FORMAT

    Cmacao-mapaS[1]casino-macao[1]185109[1]198135[1]115849984[1]desti_MACAO_2[1]mac2[1]macao023gr6[1]eglise-macao[1]

  • DENG XIAOPING MON MODELE,MON IDOLE.

    Nous avons fait un long chemin, mais nous avons encore beaucoup à faire

    La statue de bronze de Deng Xiaoping au sommet de la colline de Lotus dans le centre de Shenzhen a été lavée comme d'habitude, au soleil mercredi 17 décembre. Des foules de personnes se sont rassemblées autour de la statue, plaçant des bouquets de fleurs ou posant devant des photographes.

    Elles venaient rendre hommage à l'homme qui les conduisait à sortir de la pauvreté et a aidé le pays à se dresser comme un phénix.

    Il y a 30 ans, le Parti communiste chinois a décidé de mener la réforme. Deng Xiaoping, le principal décideur de cette politique, a été appelé depuis lors l'"architecte en chef"de la réforme et de l'ouverture chinoises.

    "Mes parents sentent qu'ils doivent beaucoup à Deng. Sans lui, ils n'auraient pu sortir de leur petit district", a dit Zhou Xiaoqi, ingénieur de 28 ans.

    Ses parents ont voyagé de leur village natal dans la province du Hubei pour passer l'hiver avec Zhou qui travaille dans une compagnie de haute technologie à Shenzhen depuis quatre ans.

    Né au début des années 1980, M.Zhou connaît peu l'époque où l'on manquait de produits, comme ses parents le lui racontaient. Mais il a dit: "Je me rappelle encore que la viande était un produit de luxe, quand j'étais tout petit. Nous avons gardé des choses précieuses pour des hôtes et des fêtes".

    Aujourd'hui, comme de nombreux cols blancs de son âge, M.Zhou aime à dîner au restaurant avec ses amis ou chanter au bar karaoké.

    En tant qu'une des quatre zones économiques spéciales que Deng Xiaoping avait projeté d'établir en 1979 pour faire progresser les réformes dans le pays, Shenzhen, autrefois un petit village de pêche dans la province du Guangdong (sud de la Chine), est devenu une grande ville, considérée comme une"fenêtre"de la réforme économique de Chine.

    "Contrairement aux autres grandes villes du pays, presque tout le monde d'ici est un migrant. Tout le monde parle le Putonghua (le mandarin) et personne ne fait la distinction entre "nous" et "eux"ici", a dit Guo Minggang d'un studio de photographe pour nouveaux mariés.

    De la misère à la richesse

    Xu Shenqiu était jadis un enseignant dans la province du Shandong (est de la Chine), quand la Chine a commencé la réforme et l'ouverture. A la fin des années 1980, il s'est engagé dans le commerce avec ses amis et en quelques années, il a fait fortune, en ouvrant un grand magasin dans la province du Jilin (nord-est de la Chine). A l'heure actuelle, M.Xu, âgé de 54 ans, et sa femme font un voyage de deux semaines au continent antarctique.

    "Peut-être c'est l'unique façon de mes parents de célébrer le 30ème anniversaire du lancement de la réforme et de l'ouverture", a dit Xu Yuan, leur fille, 27 ans, étudiante en journalisme à l'Université Doshisha du Japon.

    "Quand mon père commençait à s'engager dans le commerce, il rêvait une vie beaucoup plus excitante. Mais il a fini par réaliser une fortune beaucoup plus importante qu'il l'imaginait", a-t-elle dit.

    Regardons en avant

    Mais il y a des gens qui ont encore à lutter pour la vie, malgré la croissance économique rapide, notamment parce que la crise financière globale a porté un coup dur aux exportateurs et aux manufacturiers de Chine.

    Wang Gang, 22 ans, est obligé de rentrer chez lui dans une région rurale de la province du Henan (centre de la Chine) en octobre, parce que la compagnie électronique où il travaillait à Shenzhen a fermé définitivement.

    D'ordinaire, il est rentré au Henan pendant la Fête du Printemps, portant des cadeaux pour sa famille. Mais cette fois-ci, il est obligé de rentrer les mains vides, parce que ses salaires ont été réduits de moitié.

    "Mon salaire était au moins le double de ce que j'avait gagné aux champs. J'ai même acheté pour mon père une moto l'année dernière".

    Au district de Zhengyang, pays natal de M. Wang, sa famille de six membres cultivent des plantes agricoles sur 0,3 hectare de terre.

    "Nous pouvons au moins manger à notre faim", a-t-il dit.

    La disparité de revenu entre les riches et les pauvres, et entre les résidents urbains et ruraux, avec l'amélioration de la capacité de résister aux risques financiers et de réaliser un développement durable, continuera de poser un défi pour le pays pendant des années, a dit Liu Yunxian, chercheur d'un institut à Pudong de Shanghai.

    "Pendant des dizaines d'années à venir, la Chine aura beaucoup à faire pour maintenir l'équité et l'harmonie sociales et élever le niveau de vie du peuple", a-t-il dit. "La réforme et l'ouverture ont porté la civilisation chinoise de 5 000 ans à un niveau plus élevé. Mais cela n'est pas la fin".





    XM&&LL 拍攝的 Deng Xiaoping。

  • LES PROGRES DU TIBET GRACE A LA POLITIQUE CHINOISE D'OUVERTURE.

    Le Tibet a connu de grands et profonds changements grâce à la réforme et l'ouverture

    Lors d'une conférence organisée le 17 décembre par le secteur de la santé et de l'hygiène publique du Tibet à l'occasion de la commémoration du 30ème anniversaire de l'application, à partir de 1978, de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, le Vice Président de la Région autonome du Tibet De Ji a pris la parole et il a indiqué qu'au cours des trois décennies écoulées, la société tibétaine a connu une transformation historique prodigieuse et sans précédent et d'un miracle merveilleux et extraordinaire s'est produit sur l'ancien haut-plateau désert et sous-développé.

    Les données statistiques établies montrent qu'en 2007, le PIB (Produit intérieur brut) de la région du Tibet a atteint 34,219 milliards de yuans, soit une augmentation de 15,8 fois par rapport à 1978 en calculant d'après les prix comparables ; le PIB par tête d'habitant s'est élevé à 12.109 yuans, soit 9,4 fois de plus par rapport à 1978 ; les recettes financières locales de toute la région autonome se chiffre à 2,314 milliards de yuans, soit une croissance de plus de 2,3 milliards de yuans comparé à l'année 1978 où celles-ci étaient de -0,016 milliard de yuans. Depuis 2001, l'économie tibétaine a maintenu un rythme de croissance de plus de 12% durant sept années consécutives.

    Depuis la réforme et l'ouverture, l'Etat a réalisé successivement au Tibet un grand nombre d'importants projets de construction, ce qui a amélioré sensiblement et considérablement les installations d'infrastructure tibétaines. En 1994 et en 2001, le gouvernement central a déterminé respectivement la réalisation de 62 et de 117 grands et importants projets de construction, dont les investissements totaux se chiffraient séparément à 4,86 milliards et à 32,09 milliards de yuans. Puis en janvier 2007, le Conseil des Affaires d'Etat a approuvé 180 projets du 11ème Plan quinquennal, lesquels ont nécessité un investissement global de 109,76 milliards de yuans.

    En dehors des investissements directs du gouvernement central, des organismes centraux d'Etat, dix sept importantes entreprises publiques et dix huit provinces et municipalités désignées par le gouvernement central pour aider et soutenir la construction du Tibet ont apporté leur contribution en aidant celui-ci à réaliser au total 2.861 projets qui ont nécessité un investissement global de 9,3 milliards de yuans.

    De Ji a poursuivi en faisant remarquer que les trente années de réforme et d'ouverture au Tibet l'ont permis de garantir et d'améliorer effectivement le bien-être de sa population, de procurer à ses habitants multinationaux toutes sortes d'avantages et de profits et de faire en sorte que le niveau de vie de la population s'améliore constamment et s'approche de plus en plus de l'aisance moyenne dans son ensemble, et tout cela s'est réalisé incroyablement en trente ans.

    En 2007 au Tibet, le taux brut d'admission à l'enseignement primaire, à l'enseignement secondaire du premier cycle, à l'enseignement secondaire du deuxième cycle et à l'enseignement supérieur était séparément de 98,2%, 90,8%, 43% et 17,4%, ce qui montre que le droit à l'éducation du peuple tibétain est assuré pour l'essentiel. La région autonome compte actuellement au total 1.339 organismes médicaux et hygiéniques, soit 484 de plus qu'en 1978. L'espérance de vie des Tibétains est passée de 35,5 ans à l'époque de la Libération pacifique à 67 ans à l'heure actuelle.

    Le niveau de vie de la population tibétaine s'est amélioré considérablement et constamment durant ces trente dernières années. Le revenu net par tête d'habitant de la population paysanne et pastorale tibétaine a atteint 2.788 yuans en 2007 contre seulement à 175 yuans en 1978, soit une augmentation de près de seize fois ! En 1978, le revenu disponible par tête d'habitant de la population urbaine tibétaine se chiffrait à 565 yuans, en 2007, il s'est élevé à 11.131 yuans, soit une croissance de vingt fois environ. Quant au solde des dépôts bancaires de la population urbaine et rurale du Tibet, il a atteint 16,013 milliards de yuans en 2007, soit à peu près multiplié par 500 fois par rapport à l'année 1978 (33 millions de yuans).

  • LA REUSSITE DE LA CHINE PROUVE QUE LA TROISIEME VOIE EST LA BONNE POUR LE PAYS

    Interview: la réussite de la Chine instaure une nouvelle voie  différente de l'Occident

     

     

        La réussite de la réforme et  l'ouverture de la Chine ces trois décennies prouve qu'un pays peut réaliser un développement durable sans suivre les modèles  occidentaux, a déclaré le premier directeur adjoint allemand de  Shanghai Volkswagen, Martin Posth, lors d'une interview à l'agence Xinhua. 

         "Aujourd'hui, la Chine attire plus d'attention que les pays  industrialisés importants, parce qu'elle a montré un autre modèle  de développement différent de l'Occident", a indiqué M. Posth ,  qui a vu le grandissement de la première joint-venture  d'automobile, Shanghai Volkswagen, partenaire chinois de  Volkswagen, depuis son établissement en 1985. 

         M. Posth a rappelé que lors de sa première visite en novembre  1984 à Shanghai, capitale économique du sud de la Chine  d'aujourd'hui, il avait plein de doutes sur la possibilit de  produire des automobiles dans l'usine locale après avoir vu les  travailleurs chinois marteler des plaques d'acier dans de vieils  ateliers. 

         Cependant, il était touché par la détermination de la  population qui attendait des réformes. Une fois que le pays est  entré en orbite correcte, la population chinoise est capable  d'achever de grandes réussites, a souligné M. Posth avec  confiance. 

         Vingt années passées, Shanghai Volkswagen est devenu un géant  de l'industrie d'automobile de la Chine, avec une production de  quatre millions de voitures par an. 

         "La population travaille assidûment année par année et nous  pouvons voir les améliorations", a indiqué M. Posth, qui a quitté  la Chine en 1988, l'année où Shanghai Volkswagen était déjà sur la bonne voie. 

         Aujourd'hui, la Chine fait encore face à de nombreux défis tel  que l'écart entre les riches et les pauvres, les conflits entres  l'exploitation des ressources naturelles et la protection de  l'environnement, ainsi que le vieillissement de la population. 

         "Le gouvernement chinois a encore beaucoup à faire afin de  résoudre ces problèmes", a indiqué M. Posth.

  • MODELE CHINOIS MODELE MONDIAL

    Le « modèle chinois » suscite un grand intérêt

    « La voie de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur dans laquelle s'est engagée la Chine il y a déjà trente ans devient de plus en plus large et vaste. Aujourd'hui, celle-ci est en train de récolter les grands succès dus à son choix : la prospérité, la puissance ainsi que le développement durable et harmonieux. », a déclaré à notre correspondant Pierre Picquart, sinologue et Docteur en géopolitique de l'Université de Paris, qui est revenu récemment en France après une visite en Chine, laquelle l'a profondément impressionnée.

    Pierre Picquart se consacrait aux études relative à la Chine depuis il y a des dizaines d'années et il a traversé celle-ci du nord au sud et de l'est à l'ouest en laissant les empreintes de ses pas à peu près dans tous les coins du pays. Il a visité un grand nombre de villes grandes, moyennes et petites et même des villages, ce qui lui a permis d'écrire et de publier plusieurs ouvrages spéciaux sur le problème chinois. Il a insisté sur le fait que la réforme et l'ouverture sur l'extérieur est une voie large et prospère, alors que les transformations et les changements survenus en Chine grâce à elle se sont imprégnés et enracinés profondément dans la vie quotidienne de la population chinoise.

    Du transport et de la circulation en Chine, le sinologue a évoqué le passé de cette dernière, laquelle était le « pays des bicyclettes », car autrefois, le vélo fut le principal moyen de circulation des Chinois. Aujourd'hui en Chine, la voiture est introduite dans les foyers ordinaires chinois et différentes marques et divers modèles d'automobiles affluent dans le pays, ce qui fait que la Chine est devenue l'un des plus grands, plus importants et plus prometteurs marchés de vente de voitures du monde. Pour répondre aux besoins de la circulation d'automobiles dont le nombre a augmenté considérablement, la Chine a déployé de gros efforts en vue d'accélérer la construction d'autoroutes. Au début de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur, on peut dire qu'il n'y avait pas une seule autoroute au sens du mot en Chine, alors que maintenant, elle est au deuxième rang du monde, tout juste après les Etats-Unis, avec des autoroutes dont la longueur totale dépasse 50.000 kilomètres.

    Pierre Picquart apprécie tout particulièrement la méthode chinoise qui accorde la priorité au développement des moyens de transport public. Il a fait remarquer qu'il a fallu à la ville de Paris plus de cent ans pour construire plus de 200 kilomètres de métro, tandis que pour la ville de Beijing, il lui a fallu seulement le quart de ce temps pour le réaliser. Durant les Jeux Olympiques de Beijing, il a eu l'occasion de prendre le nouveau métro pékinois. La modernité, le confort et la nouveauté du wagon dans lequel est installé un écran TV lui a laissé une bonne impression. De plus, les bus à gaz dont le compartiment est large et propre, les véhicules à moteur électrique qui traversent toutes les rues, ainsi que les innombrables taxis qui s'arrêtent dès qu'on les appelle, tout cela facilite énormément le déplacement de la population chinoise.

    D'autre part, le chemin de fer a accéléré sa vitesse en Chine tout comme le développement rapide de l'économie chinoise. Pour la plupart des tronçons de voie ferrée du pays, la vitesse horaire dépasse 200 kilomètres, alors que pour le train interurbain reliant Beijing et Tianjin, la vitesse atteint plus de 300 kilomètres/heure. Quant à la ligne commerciale à lévitation magnétique, la première du monde construite à Shanghai, sa vitesse horaire peut dépasser 400 kilomètres. Ce qui a impressionné encore plus Pierre Picquart, c'est l'exploit réalisé en 2006 par la Chine en construisant le chemin de fer Qinghai-Tibet qui traverse le « Toit du monde » à une altitude très élevée et cela est vraiment un miracle selon lui. En ce qui concerne le transport aérien, le grand nombre de lignes intérieures et internationales, les aéroports de super-dimension, ainsi que les moyens simples et faciles d'achat et de réservation de billets, tout cela procure au voyageurs chinois un autre moyen de déplacement et nombreux sont les Chinois qui choisissent ce moyen-là.

    A l'occasion du 30ème anniversaire de l'application en Chine de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, la réussite du lancement du vaisseau spatial « Shenzhou-7 » a envoyé dans l'espace trois astronautes chinois dont un a réalisé pour la première fois pour la Chine un déplacement extravéhiculaire. Pierre Picquart a indiqué qu'au début, personne n'a imaginé que la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur appliquée par la Chine aurait pu lui apporter un développement et un progrès tellement rapide et tellement profond !

    Il a conclu en disant : « Les trente années de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur ont profondément et complètement changé la Chine et la formation et le développement dans tout le pays de moyens de transport et de circulation à trois dimensions démontrent et prouvent toutes ces transformations et tous ces changements. ». D'après lui, la Chine poursuivra dans la voie de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, ainsi que dans le dialogue, les échanges et la coopération avec le monde entier. Il a ajouté que le monde commence à fixer ses regards sur le « modèle chinois » -- un modèle de développement qui combine ingénieusement et intelligemment la réalité du pays avec la pratique concrète, le passé avec l'avenir, et c'est en fait un modèle de double gagnant qui combine le développement chinois avec le progrès mondial.