otan

  • La guerre froide Occident-Russie en Ukraine fait de Pékin le grand gagnant

    Selon Deutsche Wirtschafts Nachrichten, la Chine peut devenir le grand gagnant de la guerre froide opposant l'Occident à la Russie en Ukraine.

     

    La Chine investit dans l'économie ukrainienne en se tenant à l'écart des conflits et peut profiter de la nouvelle guerre froide contre la Russie, alors que les Etats-Unis et l'UE s'occupent du climat politique en Ukraine, a annoncé lundi le journal économique allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten.



    Ces dernières années, la Chine a renforcé ses liens économiques avec l'Ukraine et entend y acquérir des biens à des prix avantageux en profitant de la crise. Kiev a annoncé en 2014 qu'il pourrait vendre ses entreprises agricoles avec 50% de remise. Leur prix a dû encore baisser en raison de la guerre, estiment les journalistes de l'édition allemande.

     

    Contrairement aux Américains et aux Européens, les Chinois ne posent pas de conditions politiques à leurs investissements et mènent une politique pragmatique depuis des années. Selon les estimations de Global Finance citées par le DWN, l'expansion chinoise en Ukraine paraît logique après l'acquisition par la Chine de vastes terrains en Afrique, en Amérique latine, en Asie du sud-est et en Australie.

    Dès 2013, Pékin a souhaité louer et exploiter 5% des terres arables ukrainiennes. La Chine a besoin de terres agricoles pour satisfaire ses propres besoins alimentaires. Début juillet, les médias ont rapporté que l'Ukraine était devenue le fournisseur №1 de céréales en Chine.

     

    media_xll_6151516.jpg

     

    Pékin s'intéresse surtout à l'agroalimentaire ukrainien, mais aussi aux secteurs des technologies, de l'immobilier et de la recherche, précise le journal.
    En mars 2015, la Chine a accordé un crédit de 15 milliards de dollars à Kiev pour relancer le marché ukrainien de l'immobilier. Selon China Daily, Pékin a annoncé le 8 juillet dernier son intention d'aider l'Ukraine à développer des technologies de l'information, lors du premier forum sino-ukrainien pour la science et la technologie.

     

    La Chine et l'Ukraine coopèrent dans l'industrie de défense depuis des années, mais ce secteur n'est pas prioritaire pour Pékin, d'après l'édition. La Chine ne veut pas s'ingérer dans le conflit ukrainien et entrer en confrontation diplomatique avec Moscou.

     

    Le journal allemand qualifie d'intéressante la stratégie chinoise en Ukraine. Les Chinois investissent dans les secteurs qui auront une importance au niveau mondial dans les années à venir et se trouvent dans la sphère des intérêts de la Chine, alors que les Américains ne s'occupent que du secteur énergétique sans trop de succès.

     

    L'Union européenne œuvre quant à elle pour la création de structures politiques en Ukraine, mais ses efforts s'avèrent plutôt vains, d'après le DWN qui rappelle la récente montée de tensions entre le gouvernement de Kiev et l'organisation nationaliste Pravy Sektor (Secteur droit). Les Européens et notamment les Allemands risquent de partir les mains vides d'Ukraine, malgré la signature de l'Accord d'association Ukraine-UE, en raison de l'absence de politique unie. Selon le journal, la Chine, qui a une stratégie à long terme, peut prendre le contrôle de l'économie ukrainienne.

    La Chine n'apprécie pas la décision de Kiev d'interdire le parti et les symboles communistes, mais elle investira dans les secteurs qui rapporteront des bénéfices indépendamment des crises politiques, conclut le journal.





    ukraine.jpg