nouvel an

  • 35 morts dans une bousculade lors des célébrations du Nouvel An à Shanghai(Mise à jour)

    FOREIGN201501011104000595926011933.jpg

    Au moins 35 personnes ont perdu la vie et 42 autres ont été blessées dans une bousculade survenue mercredi soir lors des célébrations du Nouvel An à Shanghai, ont confirmé les autorités locales.

    Le drame a eu lieu vers 23h35 sur une place bondée dans le quartier du Bund à Shanghai. Parmi les personnes décédées, figurent 25 femmes âgées de 16 à 36 ans, ont précisé les autorités de Shanghai, métropole qui abrite plus de 23 millions de personnes.

    La plupart des blessés sont des jeunes femmes âgées en moyenne de 20 ans. Il y a aussi des étudiants et des enfants parmi ces blessés, selon des sources médicales. Selon Xinhua, il y aurait 48 personnes hospitalisées.

    Une enquête pour connaître les causes de l'accident a été ouverte par la police.

    Le Bund, la portion de la rive ouest du fleuve Huangpu à Shanghai, est un lieu très populaire pour les célébrations du Nouvel An grâce aux magnifiques illuminations des bâtiments historiques et des gratte-ciel situés le long du fleuve.

    Des survivants ont qualifié la bousculade de "terrifiante et épouvantable".

    Certaines personnes se trouvaient sur les marches menant à l'avenue principale et à la place permettant de voir le panorama.

    "Les marches menant au point de vue étaient bondées. Certains voulaient descendre et d'autres monter", a déclaré un témoin dont le nom de famille est Yin. "Nous étions bloqués au milieu et on a vu des filles tomber en criant. Des personnes ont commencé à tomber, par dizaines", a raconté cette femme.

    D'après d'autres témoins, la bousculade a eu lieu au moment où quelqu'un a commencé à jeter des billets qui ressemblaient à des dollars en direction des personnes qui se trouvaient devant un bar.

     

    133890650_14200802110671n.jpg

    Un témoin, nommé Wu Tao, a affirmé que certains de ces billets ont été jetés par la fenêtre du troisième étage d'un immeuble situé près du Bund et les personnes se tenant le long du fleuve ont commencé à se bousculer pour attraper ces billets factices.

    Certains ont indiqué sur les réseaux sociaux avoir trouvé des photos de la propriétaire du bar montrant ces faux billets juste avant l'accident.

    Mais, la bloggeuse de Sinaweibo surnommée "Chaojidadadashabao_MissShen" a nié avoir jeté ces billets au moment de l'accident.

    SUR CE SITE CHINOIS VOUS POURREZ VOIR QUELQUES VIDEOS ET 41 PHOTOS DE CE DRAME

    http://news.ifeng.com/a/20150101/42842354_0.shtml#_zbs_duba_hzqp

    A l'instant où je publie cette mise à jour, NEWSQQ  annonce une augmentation du nombre de personnes décédées.

  • Gala de la fête du Printemps:Song Zuying et Céline Dion interprètent Mo Li Hua ou Fleurs de jasmin(vidéos)

    Cette année, nous fêtons l'année du Serpent d'eau . Comme chaque année CCTV présente un show pour la Fête du Printemps aussi appelée Nouvel an lunaire . Cette émmission est la plus grande audience mondiale de tous les temps. En effet ils sont plusieurs centaines de millions , tant à la ville qu'à la campagne , à regarder ce show le soir de réveillon , avant ou pendant le repas de fête et avant de participer ou admirer les centaines de milliers de feus d'artifice, même si certaines municipalités les interdisent.

    Cette année Céline Dion était une des invitées étrangères . Sur cette vidéo elle chante "Fleur de Jasmin" , un traditionnel chinois , avec l'une des plus belles voix de Chine et je pourrais dire une des plus belles voix du monde  Song Zuying

     

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6936/zh/archive/2013/02/10/gala-de-la-fete-du-printemps-song-zuying-et-celine-dion-inte.html

    Reading the article in English:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6936/en/archive/2013/02/10/gala-de-la-fete-du-printemps-song-zuying-et-celine-dion-inte.html

       

     

  • TIBET ET TRADITION.

    Souhait du bonheur en manger du « gutu »
    F200902271533317640102342[1]
    gutu

    Le 29 décembre du Calendrier tibétain (le 23 février du Calendrier grégorien) est, d'après les us et coutumes locaux au Tibet, le premier jour des activités de célébration et des réjouissances du Nouvel An tibétain. Le soir de ce jour, toute la famille doit se réunir pour manger du « gutu » (古突) (une sorte d'aliment composé de boulettes de farine, de viande de bœuf et de mouton, de fruit de ginseng et de navet haché), lequel équivaut au réveillon tibétain au cours duquel on procède à « la chasse du démon » tout en souhaitant bonheur, paix, félicité, tranquillité et santé pour toute la famille durant l'année à venir.

    Chilie Yangzong, une vieille habitant le village Gaba du Canton Najin, dans la banlieue de Lhassa, se réunit avec toute sa famille autour de la table. Sa bru Quji, qui est la maîtresse du logis, tient dans la main une louche et verse du « gutu » dans le bol de chacun d'après l'ordre des générations et en tenant compte de son âge. Dans la langue tibétaine, 'gu' signifie neuf et 'tu' boulette. On a mis dans les boulettes de farine des petits cailloux blancs, des fruits du ginseng et des poils de mouton qui symbolisent et représentent le caractère, le comportement et la chance de chacune des personnes présentes et celle qui a dans sa bouche une ou des boulettes contenant ces choses-là doit tout de suite le faire savoir aux autres qui font alors leurs commentaires. Durant le « réveillon » de cette année, Chilie Yangzong a dans sa bouche une boulette contenant le fruit de ginseng, tandis que son fils a mangé du poil de mouton, et toute la famille éclate de rire et est plongée dans une vive et profonde ambiance de joie, de gaieté et de réjouissance tout en fêtant l'arrivée du Nouvel An tibétain.

    Chilie Yangzong est âgée cette année de 76 ans. Elle et sa petite sœur Ciren Luozhen ont mis leur plus bel habit. Leurs cheveux, tressés en nattes avec du cordon rouge, sont enroulés au-dessus de leur tête. Leur visage rayonne de joie et de plaisir en regardant la nombreuse descendance qu'elles ont autour d'elles. En parlant de leur souhait dans la nouvelle année, elles disent qu'elles mènent une vie heureuse, habitent dans de belles maisons spacieuses, propres et bien éclairées et mangent et boivent tout ce qu'elles désirent. Tout cela, affirment-elles leur est apporté par le grand Parti communiste. Elle déclare leur souhait de vivre longtemps afin de pouvoir jouir une vie plus meilleure encore. Elles disent à leur descendance de ne jamais oublier l'histoire et d'attacher un grand prix au bonheur actuel qui est durement gagné et qui a coûté de grands efforts. Elle souhaite à toute leur lignée un bonheur et une prospérité qui dure très longtemps.

    Après avoir manger du « gutu », la cérémonie de « chasse au démon »(驱鬼) commence selon les us et coutumes traditionnels. A ce moment-là, chaque foyer du village Gaba allume des flambeaux ficelés avec de la paille et lance des pétards tout en criant : « sortez, sortez ! » et « allez, allez ! ». Toutes les pièces des maisons font l'objet d'une inspection en vue de faire sortir le démon qui peut y être caché. Puis tout le monde se réunit à l'extrémité est du village, assemble le reste des flambeaux qui n'ont pas été allumés et du « gutu » qui n'ont pas été mangé et le jette à un croisement de route. La signification de ce dernier geste c'est que le « démon de maladie » de l'année précédente est chassé de la maison, qu'on a plus à le craindre et que l'année suivante sera une année de paix, de tranquillité et de bonheur.

    F200902271533271491225456[1]

    F200902271529072326319480[1]

  • DES TIBETAINS HEUREUX

    "Oublions la politique et réjouissons-nous"

    F200902271358096181126431[1]
    Des Tibétains voient un spectacle.

    La célébration du Nouvel An tibétain ne doit pas être liée à de quelconques questions politiques, ont affirmé le 25 février des experts sur le Tibet.

    Au cours de la dernière quinzaine de jours, le Dalai Lama et son gouvernement en exil avaient appelé les Tibétains à ne pas célébrer le Nouvel An, les avertissant des tensions et des conflits dans un avenir proche, a déclaré Lhorong Dradul, chercheur au Centre chinois de tibétologie à une conférence de presse à Beijing.

    "J'ai appelé mes proches (au Tibet) ce matin, et j'ai appris que beaucoup d'entre eux fabriquaient des fruits frits, une collation traditionnelle pour le Nouvel An tibétain. L'ambiance est très bonne. Et les gens ne devraient pas permettre aux certains hommes politiques de profiter de la célébration dans leurs intérêts personnels ", a-t-il dit.

    Célébrer le Nouvel An tibétain est une façon de dire adieu à l'année précédente et à toutes les mauvaises choses qui se sont passées, selon Lhorong. "Pour autant que je sache, la plupart des Tibétains sont heureux de célébrer le Nouvel an. C'est une fête privée et n'a aucun rapport avec la politique", a-t-il dit.

    Des thèmes allant des raisons de l'émeute du 14 mars dernier à l'appel de Dalai Lama de ne pas célébrer le Nouvel an ont été analysés pendant près de deux heures à la conférence, qui a eu lieu au bureau de la All-China Journalists Association dans la capitale chinoise.

    Plus de 70 journalistes chinois et internationaux ont assisté à la conférence.

    Il y avait aussi des discussions sur le développement économique du Tibet, les moyens de protéger la culture ethnique du Tibet, et l'ouverture politique de la région.

    Niklas, correspondant suédois, a trouvé que le salon l'a aidé à en apprendre plus sur le Tibet, en particulier d'un point de vue académique.

    F200902271358016684152271[1]F200902271357541293648132[1]

    F200902271357504576311311[1]

  • TOUT LE TIBET EN FETE POUR LE NOUVEL AN TIBETAIN

    Nouvel an tibétain: la fête bat son plein dans toutes les zones tibétaines du pays

    Cinq millions de Tibétains célèbrent aujourd'hui 25 janvier le premier jour du Nouvel an tibétain, la fête traditionnelle la plus importante et la plus joyeuse de l'année pour les Tibétains.

    Selon la tradition, au matin du premier jour du calendrier tibétain, les Tibétains se doivent de porter un seau rempli d'eau, qui symbolise la pureté et le bonheur. Dans la Région autonome du Tibet, la région où se concentre, en Chine, la plus importante communauté tibétaine, différentes activités étaient au programme.

    A cinq heures du matin, des Tibétains sont ainsi partis dans le village de Sangmo, en banlieue de la ville de Doilungdeqen, pour y puiser le premier seau d'eau de la nouvelle année.

    Une troupe de théâtre locale a également monté des spectacles, pour l'occasion, dont la représentation a eu lieu sur la place Longwangtan, près du palais du Potala, à Lhassa.

    Dans la province du Qinghai -une autre région où se concentrent beaucoup de Tibétains-, au bord du lac éponyme, les Tibétains ont organisé des expositions de vêtements traditionnels, des compétitions de danse tibétaine ou d'alcool, ou encore des spectacles de chant et de danse, entre autres.

    Dans la préfecture autonome tibétaine de Ganzi et la préfecture autonome tibétaine et qiang d'Aba, toutes deux situées dans la province du Sichuan, des lanternes de couleur rouge et des banderoles avaient été accrochées pour l'occasion. Des jeunes ont également tiré des pétards.

    Dans la préfecture autonome tibétaine de Diqing, dans la province du Yunnan, des spectacles de chant et de danse ont créé une ambiance joyeuse.

    A Beijing, au temple de Yonghe (aussi appelé « Temple des Lamas »), le plus grand temple de bouddhisme tibétain de Beijing, les lamas ont effectué des tours du temple en récitant des prières vers 8h20. La cérémonie, grandiose et solennelle, a attiré près de 10 000 spectateurs.

    A l'université Minzu de Chine (anciennement appelée « Université des nationalités »), à Beijing, les étudiants ont organisé une exposition de photos. A l'aide de photos prises ou collectées par leurs soins, ils avaient l'ambition de montrer les paysages naturels tibétains et les conditions de vie actuelles dans leur région natale.

  • NOUVEL AN CHINOIS A PARIS.

    F200902021326082596624380[1]
    F200902021326392661927250[1]
    F200902021326441704516023[1]
    F200902021326481453425540[1]

    Le défilé du Nouvel An chinois à Paris

    F200902021328092761220893[1]
    1er février : deux enfants vêtus de costumes traditionnels chinois

    Le défilé du Nouvel An chinois 2009 s'est déroulé le 1er février dans le 13e arrondissement à aris. L'ambassadeur de Chine en France, Kong Quan, ainsi que d'autres personnalités ont assisté à la parade.

    La tradition du défilé du Nouvel An chinois remonte aux années 1980. Ce défilé festif est aujourd'hui devenu une activité culturelle importante à Paris, provoquant l'émerveillement des spectateurs.

    Cette année marque le 45e anniversaire de l'établissement de relations diplomatiques entre la Chine et la France. Les Chinois résidant en France ont voulu profiter de ce défilé du Nouvel An chinois pour approfondir l'amitié sino-française.

  • CHINE:BAISER AUX BALEINES POUR LE NOUVEL AN CHINOIS

    « Le Baiser aux bélugas » : une performance exceptionnelle pour célébrer la fête du Printemps

     
    Le 23 janvier, des touristes en train d'admirer la performance du « Baiser aux bélugas ».
    Le Musée de la région polaire de Harbin a mis au point un spectacle exceptionnel, intitulé « le cœur de la mer », interprétée par deux actrices professionnelles et deux bélugas pour célébrer la fête du Printemps, qui aura lieu le 25 janvier.
    xin_d272344120714261af7bf8d781eac0c6[1]

  • NOUVEL AN CHINOIS A HONG KONG

    F200901190848081482429783[1]
    Hong kong Disneyland célèbre l'année du BoeufF200901190848111369985835[1]
    F200901190848101630620973[1]
    Mickey, Minnie, Goofy revêtus, pour l'occasion, de costumes traditionnels chinois

    Nouvellement paré de décorations de fête, le parc Disneyland de Hong Kong proposera au public, du 16 janvier au 8 février, diverses activités sur le thème de l'année de Bœuf afin de célébrer avec les visiteurs la Fête du PrintempsF200901190848074358175674[1]Le 15 janvier, une visiteuse pose en compagnie des trois dieux qui représentent respectivement la longévité, le bonheur et la richesse

  • NOUVEL AN CHINOIS ,VIVE LA TRADITION,LA FAMILLE ,LES AMIS ET LA CULTURE CHINOISE.

    Le charme du Nouvel An chinois

    Pour les Chinois, le Nouvel An traditionnel est en même temps leur fête du Printemps. A l'heure actuelle, à Taiwan, Hongkong et Macao et dans certains pays étrangers, on célèbre à la fois des fêtes religieuses à l'occidentale comme Noël et les Pâques et des fêtes traditionnelles chinoises comme la Mi-automne et la fête du Printemps. Cette situation permet un échange des cultures chinoises et occidentales, tout en contribuant à leur fusion et à leur coexistence.

    Parmi les 56 ethnies qui forment la nation chinoise, la majorité, en dehors des Han, célèbre le Nouvel An traditionnel. Pour décrire le bonheur de leur vie, les Chinois ont l'habitude de dire qu'on a le sentiment de “célébrer le Nouvel An” ou de “passer une fête”. Célébrer le Nouvel An traditionnel dans l'allégresse constitue à la fois une marque de vie dans une époque de paix et de prospérité, et un événement qui réjouit toute la population chinoise.

    Pourquoi les Chinois accordent-ils une telle importance à leur Nouvel An traditionnel ? Quel est exactement le charme de cette fête ?

    D'abord, il s'agit d'une fête de retrouvailles des proches et de réunion familiale. Il n'est donc pas étonnant que les Chinois, qui semblent être attachés plus que les autres peuples aux liens de parenté, y vouent une importance particulière. Un vieil adage chinois dit : “Au festin de raviolis du réveillon du Nouvel An traditionnel, il n'y a que les membres de la famille”. Cela veut dire qu'après avoir peiné tout le long de l'année dans divers coins du pays, chacun doit rentrer au foyer parental pour passer la fête du Printemps dans une réunion de trois ou quatre générations composées des parents, des grands-parents et des petits-enfants. A cette occasion, on a l'habitude de se porter mutuellement des toasts, de s'incliner bien bas devant les aînés, de faire éclater des pétards et de partager la joie des retrouvailles et la chaleur familiale au son des gongs et tambours? Ensuite, le Nouvel An traditionnel est une occasion de resserrer les liens sentimentaux entre les proches et les collègues et de renforcer leur union. On se montre particulièrement affable et généreux non seulement vis-à-vis des proches, mais aussi des “étrangers”, voire des personnes avec qui on s'entend mal ordinairement. En tant que signe de compréhension et de sollicitude, on s'adresse mutuellement des souhaits comme “Que vous ayez une nouvelle année de fortune” et “Joyeuse fête du Printemps”, qui font plaisir à tout le monde. Bref, le Nouvel An chinois est une grande fête de bonne entente et de joie partagée.

    Par ailleurs, le Nouvel An chinois est une occasion de déployer toutes les formes de la culture traditionnelle, d'inciter chacun à la paix, à l'amitié et à l'amour des siens, et de prononcer des bénédictions pour le bonheur futur. Les traditions culturelles propres au Nouvel An chinois ne sont autres, si l'on peut dire, que celles de la Chine même, voire de l'ensemble de l'Orient. Aujourd'hui, L'esprit de cette fête a pénétré profondément non seulement dans les cœurs des Chinois, mais aussi dans ceux de certains étrangers, sans doute parce que l'attachement à la famille et aux liens de parenté constitue un sentiment humain. Dans certains pays ou territoires étrangers où vivent des Chinois, de plus en plus d'étrangers fêtent le Nouvel An chinois avec la communauté chinoise. Outre les plusieurs dizaines de millions de Chinois d'outre-mer et d'étudiants chinois à l'étranger, on voit maintenant un nombre croissant de touristes chinois qui sortent du pays et d'étrangers qui débarquent en Chine durant la fête du Printemps. Ces sorties et entrées ont à n'en pas douter pour conséquence de promouvoir les échanges culturels, de contribuer à l'assimilation des cultures occidentales et orientales et de permettre à ces dernières de se compléter mutuellement.

    Le charme de la fête du Printemps n'est donc autre que celui de la nation chinoise, de l'ensemble de l'Orient et de la civilisation mondiale.

    nouvelanchinois2004rediap2[1]nouvel%20an%20paris[1]rimg0083ym6[1]nouvel-an-chinois-paris[1]y._1138699430_aut_9802[1]8877[1]164581[1]
    CLIQUEZ SUR LES PHOTOS.
  • NOUVEL AN PLUSIEURS FOIS PAR AN,

    Le Nouvel An plusieurs fois par année.

    Les Mongols, les Daur et les Yao célèbrent le début d'une année au premier mois lunaire ; les Tibétains au onzième, douzième ou premier mois, et les Yi au dixième mois. Voyons un peu comment les choses se passent.

    Les Mongols, autrefois nomades, se sont pour la plupart sédentarisés. Le premier mois de l'année est appelé « mois blanc ». Le blanc est la couleur d'origine et le symbole de la pureté et de la candeur pour les Mongols. A l'époque du Grand Khan (Gengis), on s'habillait de blanc au nouvel an et on échangeait des présents de couleur blanche, symbole de fortune et de bonheur. Selon le récit de Marco Polo, le jour du nouvel an arrivaient dans la capitale des porteurs de tributs par dizaines de milliers, montant des chevaux blancs, suivis de cinq-mille éléphants élégamment ornés et d'une multitude de chameaux aux ornements somptueux. Tous portaient des caisses de trésors en or et en argent pour la cour, et d'objets utiles pour la nouvelle année.

    Aujourd'hui les Mongols offrent aux vieillards, la veille de la fête, le vin d'adieu à l'année ; le jour même, ils se rendent à cheval chez les amis et s'échangent des hada (sorte d'écharpe de soie transparente et légère) en signe d'amitié et de sincérité. Il est d'usage que chaque famille préparer un agneau rôti complet dans l'attente des visiteurs.0013729ad0130ac5049f02[1]

    Chez les Daur, qui vivent au nord-est du pays et dans la région de Tacheng au Xinjiang, le dernier jour de l'année, on fait des offrandes aux ancêtres après avoir nettoyé leurs tombes. Chaque famille nettoie aussi sa maison de fond en comble, tout en laissant devant l'entrée un tas de fumier sec qui sera brulé le soir. Au moment où les feux s'allument devant chaque maison, une atmosphère de chaleur et de joie se répand dans le village. Toute la nuit des lanternes de formes et matériaux variés, même de glace, resteront allumées. Le lendemain, les gens sortent, vêtus de leurs plus beaux habits, pour rendre visite aux parents et amis, échanger des vœux, et offrir du tabac aux vieillards. Dans chaque foyer, on sent la bonne odeur des gâteaux cuits à la vapeur qui attendent les visiteurs. La journée s'achèvera par une soirée de danse à laquelle les jeunes filles participeront en offrant à leur « préféré » un petit sac qu'elles auront brodé pendant l'année.

    Chez les Yao, la fête se célèbre par une « exposition » de ses plus beaux atours. Les filles portent une jupe à motifs floraux et une veste, et des bijoux d'argent. La fête commence par le « spectacle du labour » exécuté par trois jeunes hommes : l'un d'eux est déguisé en buffle, les deux autres en fermiers, portant l'un un soc de charrue l'autre une faux. Ils chantent et dansent ensemble, présage de bonnes récoltes pour l'année à venir.

     

     

    Le Nouvel an des Tibétains est basé sur un calendrier astronomique, une combinaison des calendriers solaire et lunaire. Luosa en tibétain signifie nouvel an, et la date varie non seulement d'une année à l'autre mais d'une région du Tibet à l'autre. La façon de célébrer diffère aussi. Par exemple, à Lhassa, chaque famille trace des dessins de bon augure sur le sol au moyen de chaux ou de cendre. Le premier jour, on ne sort pas. Toute la journée l'on consomme du qingke ou vin d'orge et des spécialités tibétaines comme du boudin, de la viande séchée, du mouton à l'étuvée et des gâteaux faits de lait caillé, sucre et beurre. Le lendemain, on va rendre visite aux voisins et amis, le cruchon de qingke à la main. L'ambiance est joyeuse. Des spectacles ont lieu dans les rues.

    Dans les régions d'élevage, on célèbre pendant une semaine entière. Certaines localités procèdent à la « danse des esprits », une sorte d'exorcisme où les danseurs sont masqués et accompagnés de divers instruments typiques du Tibet.

    Au repas, on consommera la zampa (farine d'orge grillée) traditionnelle, et du riz qui est considéré comme un luxe dans cette région. Les mets abondent : bouillon de viande, pains à la vapeur, galettes farcies, viande de bœuf et mouton, etc. Le soir, les familles se rassemblent dans une des maisons pour danser en groupe, en couple, ou seuls.

    Les Yi sont concentrés principalement dans les provinces du Yunnan, du Sichuan, du Guizhou et le nord-ouest du Guangxi. Le Qingnian jie ou fête de la Jeunesse est le jour où les Yi célèbrent l'arrivée de leur nouvelle année, au dixième mois lunaire. A cette occasion, on abat des bœufs, moutons et porcs dont la meilleure part est offerte en sacrifice aux ancêtres. Les Yi célèbrent en portant des toasts à tout un chacun, en chantant, échangeant des visites pendant la journée de la fête.

     

     

    Outre ces ethnies, dix groupes islamiques de Chine célèbrent le nouvel an selon le calendrier de l'hégire. Les Lisu et les Pumi du Yunnan ainsi que les Oroqen des montagnes du nord-est déterminent les saisons et les fêtes d'après le calendrier naturel des animaux. Pour les Dulong du Yunnan, une nouvelle année commence quand tombe la première neige, tandis que pour les Gelao du Guizhou, le début d'une année est marqué par les nouvelles pousses des arbres.