new york times

  • Selon le New York Times, la Chine utilise une nouvelle arme puissante , le grand canon,pour censurer Internet

    Fin du mois dernier, la Chine a commencé à inonder des sites américains avec un barrage de trafic Internet dans le but apparent de maintenir à l'écart des services qui permettent aux utilisateurs d'Internet en Chine d'afficher des sites Web bloqués par ailleurs dans le pays.

     

    Les rapports de sécurité initiaux ont suggéré que la Chine avait paralysé les services en exploitant son propre filtre Internet connu comme la Grande Muraille électronique pour rediriger une quantité écrasante de trafic vers ses cibles. Maintenant, les chercheurs de l'Université de Californie à Berkeley et l'Université de Toronto disent que Chine n'a pas utilisé la grande muraille, mais plutôt une nouvelle arme puissante qu'ils appellent le grand canon.
     

    10hack-web1-master675.jpg

     

    Le grand canon, déclarent les chercheurs dans un rapport publié vendredi, permet depuis la Chine, d'intercepter le trafic de web étranger qui circule vers des sites Web chinois, d'injecter du code malveillant et réutiliser le trafic à la guise de Beijing.
     
     Avec quelques ajustements, le Grand canon pourrait être utilisé pour espionner quiconque est allé cherché du contenu hébergé sur un ordinateur chinois, même en visitant un site non-chinois contenant de la publicité chinoise. 
    Le déploiement opérationnel du grand canon représente une escalade importante dans le contrôle de l'information de niveau de l'État », déclarent les chercheurs dans leur rapport. C'est, disent-ils, « la normalisation de l'utilisation répandue et publique d'un outil d'attaque pour faire appliquer la censure. »
     
    Traduction d'un article de Nicole Pelroth paru dans le The New York Times du 10 avril, donc à prendre avec les précautions d'usage.
     
    Les démocraties occidentales, de leur côté, ne pourront pas vraiment jouer les vierges effarouchées : comme le notent les chercheurs, le « Grand canon » ressemble aux outils utilisés par les services américains et anglais, que les révélations d’Edward Snowden ont mis à jour. Ils en profitent pour insister sur l’importance du chiffrement des communications sur Internet. Un point auquel les Etats-Unis, la Grande-Bretagne souhaitent s’attaquer.
     
    The New York Times pour lire l'article en anglais.
     
                                                   Nouvelles en Bref
     
    Un nouveau vol quotidien sera assuré à partir du 1er juin entre Paris et Beijing pour satisfaire à la demande croissante de voyage entre les deux destinations touristiques célèbres. 
     
    La Chine envisage de prolonger la ligne de chemin de fer Qing-Zang afin d'atteindre le Népal en construisant un tunnel sous le mont Everest ,rapporte China Daily.
     
    D'après un rapport de la Deutsche Bank publié mercredi, les réformes majeures allant dans le sens de la convertibilité totale de la monnaie chinoise, attendues dans les cinq prochains mois, devraient encourager l'afflux de davantage de capitaux cette année en Chine.
     
    Le ministère chinois du Commerce a déclaré vendredi le lancement d'une enquête concernant des allégations selon lesquelles l'Union européenne, les Etats-Unis et le Japon vendraient du papier sur le marché chinois à des prix injustement bas.
     
     
  • L'amertume du New York Times quant à la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII) créée à l'initiative de la Chine

    Un récent éditorial publié par le New York Times (NYT) représente un parfait exemple de la mentalité amère des Etats-Unis quant à la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII) créée à l'initiative de la Chine.

    Cet article, intitulé "Les alliés des Etats-Unis appâtés par la banque chinoise" teinté de condescendance, qualifie la décision du Royaume-Uni, de l'Allemagne et de plusieurs autres nations européennes de joindre la BAII de "nouvelle ruée vers l'or".

    Si l'on met le sarcasme voulu de côté, il est juste de conclure que c'est le potentiel des bénéfices que peuvent rapporter les investissements dans des projets d'infrastructures en Asie qui a motivé ces alliés des Etats-Unis à embarquer sur le navire de la BAII.

    Comme l'ont remarqué de nombreux experts dans le monde, la Chine, avec sa riche expérience dans le financement et la prise en charge de tels projets dans les grandes régions du monde moins développé, est la seule à pouvoir propulser les investissements dans les infrastructures en Asie.

    Malgré les demandes répétées de Washington à ses partenaires de garder leurs distances de cette banque, qu'il déclare comme ayant des "standards douteux" sur sa gouvernance et ses dispositifs de protection sociale et environnementale, de plus en plus de ses alliés rejoignent maintenant l'initiative chinoise.

    Leurs choix est un vote de confiance pour la Chine, qui a réussi à maintenir trois décennies de succès économique, et s'est préparée à faire de grandes contributions au développement global. Cependant, ce qui rend la BAII si populaire ne s'arrête pas là.

    A la différence d'autres organisations globales d'emprunt déjà existantes telles que la Banque mondiale, dans laquelle les Etats-Unis jouent un rôle dominant et ont un pouvoir de veto, la BAII ne donnera pas de tel privilège à la Chine. Au contraire, tous ses membres participeront dans le processus de décision afin d'obtenir des résultats gagnant-gagnant.

    Ceci dit, la BAII ne cherche cependant pas à affaiblir les institutions établies, mais à les renforcer et à faire progresser de manière plus énergique l'économie mondiale.

    L'Oncle Sam se sent peut-être embarrassé par le fait que non pas un mais plusieurs de ses alliés ont fait fi de ses avertissements et ont adhéré à la BAII, mais comme la "Gray Lady" (surnom du New York Times) l'a indiqué dans son éditorial, "c'est un problème que les Etats-Unis se sont créé tout seuls".

    En effet, les Etats-Unis ont été presque apathiques dans l'avancée des réformes des institutions financières mondiales existantes, au sein desquelles la distribution du pouvoir ne reflète plus la réalité du paysage économique mondial.

    Les députés américains doivent se rappeler que s'ils ne prennent pas le train du changement en marche, ils se feront alors bientôt dépasser par le train lui-même. 

     

                                                          Nouvelles en Bref

    Un nouveau rapport fait état d'un nombre croissant d'attaques contre les sites Internet chinois, mettant en lumière les graves défis auxquels est confronté le pays pour garantir la sécurité d'Internet.

    Le taux de mortalité maternelle de la Chine a chuté à 21,7 pour 100.000 en 2014, contre 23,2 pour 100.000 en 2013, a déclaré vendredi la Commission nationale de la santé et de la planification familiale. Le taux rapporté en 2014 permet au pays d'atteindre la cible fixée dans les Objectifs du millénaire pour le développement, un an avant la date limite. Dans le cadre des objectifs adoptés par les Nations unies en 2000, les pays doivent réduire la mortalité maternelle de trois-quarts d'ici 2015.

    La Chine a fermé 2.446 usines dans le cadre d'une campagne visant à améliorer la prévention des incendies, a annoncé vendredi un responsable du ministère de la Sécurité publique.