netanyahu

  • Mahmoud Abbas et Benyamin Netanyahu en visite en Chine, la Chine prête à contribuer à la rencontre entre les dirigeants palestinien et israélien pendant leur visite

    le-president-palestinien-mahmoud-abbas-et-son-homologue-chin_1109874.jpg

    Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est arrivé dimanche à Beijing pour effectuer une visite d'Etat en Chine du 5 au 7 mai.

    Des dirigeants chinois rencontreront M. Abbas pour discuter des relations bilatérales et d'autres questions régionales et internationales d'intérêt commun.

    M. Abbas effectue une visite en Chine à l'invitation du président chinois Xi Jinping.

    La Chine prête à contribuer à la rencontre entre les dirigeants palestinien et israélien

    benjamin-netanyahu-le-5-mai-2013-a-jerusalem_1109873.jpgLe ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré vendredi que la Chine était prête à assister les dirigeants palestiniens et israéliens s'ils lesouhaitaient, à  se rencontrer pendant leur visite en Chine.

    "Si les dirigeants de la Palestine et d'Israël souhaitent se rencontrer en Chine, nous sommes prêts à leur offrir toute l'assistance nécessaire", a fait savoir la porte-parole du ministère, Hua Chunying.

    Le président palestinien Mahmoud Abbas effectue une visite d'Etat en Chine du 5 au 7 mai sur invitation du président chinois Xi Jinping, tandis que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu visitera la Chine du 6 au 10 mai sur invitation du Premier ministre chinois Li Keqiang.

    "La Chine espère sincèrement que la Palestine et Israël pourront reprendre les négociations de paix le plus tôt possible et qu'ils réaliseront des progrès substantiels", a assuré Mme Hua, ajoutant que la Chine jouera un rôle positif et constructif en la matière.   

      Mahmoud Abbas envisage le rôle de la Chine dans le processus de paix avec Israël 

     

     

    132358334_11n.jpg

     

    Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré qu'il informera les dirigeants chinois des obstacles actuels dans les pourparlers de paix entre Palestiniens et Israéliens, car il attend la contribution de Beijing au processus de paix qui est au point mort.

    M. Abbas, s' exprimant depuis son bureau dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, a déclaré à Xinhua vendredi qu'il va informer le nouveau leadership chinois de "l'état des choses" dans la voie politique au Moyen-Orient, et "les obstacles qui bloquent cette voie et du rôle que certains pays comme les États-Unis peuvent jouer dans ce processus".

    "Nous coordonnons toutes nos positions avec la Chine tout le temps. Nous demandons toujours à la Chine de maintenir ses positions positives et ils font de leur mieux pour aider en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l' ONU", a déclaré le dirigeant palestinien.

     

    Israel-Chine-350x350.jpg

    Sur la visite simultanée de Netanyahu, M. Abbas a déclaré que "C'est très bien que M. Netanyahu se rende en Chine aussi parce que c'est une bonne occasion pour les Chinois d' écouter les deux parties en même temps".

    "Nous sommes satisfaits qu' un grand pays comme la Chine ait des liens avec Israël, parce que la Chine est notre ami et peut avoir aussi une influence sur toutes les pistes et les niveaux, principalement aux niveaux politiques et économiques", a déclaré M. Abbas.

    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrive lundi en Chine pour une visite au cours de  laquelle Israël, menacé par la crise économique, espère développer son commerce avec le géant asiatique.

    Durant sa visite, M. Netanyahu réaffirmera en outre aux dirigeants chinois ses inquiétudes quant au programme nucléaire controversé de l'Iran sur fond de menaces de conflit régional."Nous espérons que cette visite permettra de renforcer la coopération entre les deux pays. La Chine et Israël y ont tout à gagner et c'est notre but", a déclaré le porte-parole de M. Netanyahu, Mark Regev.

    La Chine est "l'un de nos plus importants partenaires commerciaux et il y a un grand potentiel pour attirer les investissements chinois en Israël", plaide Eli Belotsercovsky, directeur chargé des relations économiques avec l'Inde et la Chine au ministère israélien des Affaires étrangères.

     

     

     
     

                                                                                          

     

  • La prochaine visite du premier ministre israélien en Chine renforcera les relations bilatérales

    china-and-israel.jpg

    La prochaine visite du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu en Chine pourrait renforcer les relations entre les deux pays et apporter davantage de bénéfices concrets aux peuples israélien et chinois, a indiqué son porte-parole mercredi.

    Sur l'invitation de son homologue chinois Li Keqiang, M. Netanyahu doit se rendre en Chine du 6 au 10 mai. Il s'agit de sa première visite à l'étranger depuis qu'il est entamé un troisième mandat fin mars.

    "Le fait qu'il ait choisi la Chine comme sa première destination démontre clairement l'importance que le gouvernement israélien accorde à notre relation avec la Chine", a indiqué Mark Regev à l'agence Xinhua.

     

    Lieberman_en_chine.jpg



    "Le dialogue entre Israël et la Chine est très important et la coopération entre Israël et la Chine est cruciale", a-t-il déclaré.

    Lors de son séjour en Chine, M. Netanyahu visitera Shanghai et Beijing et rencontrera de nombreux entrepreneurs chinois, a précisé le porte-parole.

    "Nous estimons que le potentiel existe pour une coopération plus solide, plus robuste et plus large entre Israël et la Chine", a-t-il ajouté.

    Le Premier ministre israélien attend avec impatience sa prochaine visite en Chine et a été impressionné par les changements en Chine lors de ses précédentes visites en Chine, a révélé M. Reveg.

    A part des relations bilatérales, M. Netanyahu discutera avec les dirigeants chinois des questions régionales et internationales d'intérêt commun, dont le processus de paix israélo-palestinien.

    A propos du rôle de la Chine dans le processus de paix actuellement dans l'impasse, M. Regev a dit qu'il "n'y a pas de substitut pour les négociations directes en face à face. Nous espérons que tous les pays encourageront un retour rapide aux négociations directes".