negationiste

  • Mais qui est vraiment Liu Xiaobo ? Ce que le jury Nobel vous cache

    Un an après l’attribution du prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo, la presse occidentale n’a toujours pas informé ses lecteurs des idées qu’il défend. Et pour cause ! Le Nobel de la paix a été décerné  l'an dernier , à un nostalgique de la colonisation qui ne voit de salut que dans l’écrasement de sa propre culture par les pays occidentaux.

    Liu-Xiaobo--dissident-chinois-et-da-femme.jpeg

    En 1988, Liu Xiaobo déclara dans une interview que la Chine avait besoin d’être soumise à 300 années de domination coloniale pour pouvoir devenir un pays décent, de type évidemment occidental. En 2007, Liu Xiaobo a réaffirmé sa thèse et a invoqué une privatisation radicale de toute l’économie chinoise.

    Je reprends ces informations d’un article de Barry Sautman et Yan Hairong publié sur le South China Morning Post de Hong Kong . Il ne s’agit pas d’un journal aligné sur les positions de Pékin qui, au contraire, est critique de la décision judiciaire qui maintient Liu en prison.

       Après la guerre de l'opium, la Chine fut pillée par les nations occidentales et le Japon. La vie d'un "coolie" n'avait aucune valeur. Mais, selon Liu Xiaobo, cette période coloniale a trop peu duré ; elle aurait dû durer trois fois plus ! Le moins qu’on puisse dire est que nous sommes en présence d’un « négationnisme. Eh bien, l’Occident n’hésite pas à mettre en prison les « négationnistes » des infamies perpétrées aux dépens du peuple juif et ce n'est que justice, mais attribue le « Nobel de la paix » aux « négationnistes » des infamies longtemps infligées par le colonialisme au peuple chinois !

    Ce dernier, par ailleurs, ne s’est pas limité à exprimer des opinions, fussent-elles « ignobles » . Après avoir en 1988 invoqué trois siècles de domination coloniale en Chine, il est revenu à toute allure l’année suivante (de sa propre initiative ?) des USA en Chine, pour participer à la révolte de la Place Tienanmen, et s’engager à réaliser son rêve . C’est un rêve pour la réalisation duquel il continue à vouloir agir, comme le montre (dans une interview en 2006 par un journaliste suédois) sa célébration de la guerre états-unienne pour l’exportation de la démocratie en Irak. Comme on peut voir, nous sommes en présence d’un personnage qui, contre son pays, invoque directement la domination coloniale et, indirectement, la guerre d’agression. C’est un rêve qui lui a valu en même temps la détention dans les prisons chinoises et le « Prix Nobel de la paix ».

  • NEGATIONISTES JAPONAIS

    La Chine indignée par un article tentant de justifier l'agression militaire du Japon

      

     

        BEIJING, 1er novembre La Chine a exprimé samedi  sa vive indignation envers un article rédigé par le général  japonais Toshio Tamogami qui nie l'agression du Japon en Asie  pendant la Seconde Guerre mondiale. 

         "Nous sommes choqués par le déni de l'agression du Japon et la glorification ouverte de son histoire de l'invasion par ce haut  officiel militaire japonais. Nous exprimons notre énergique  indignation à son encontre", a déclaré la porte-parole du  ministère chinois des Affaires étrangères Jiang Yu. 

         Un article écrit par le général Toshio Tamogami, chef  d'Etat-major de la Force d'autodéfense aérienne du Japon, a été  publié vendredi sur Internet. Tamogami prétend dans son article  que le Japon a été injustement accusé d'être un pays agresseur  concernant la guerre en Chine et la Seconde Guerre mondiale. 

         Peu après la publication de cet article, le ministre japonais  de la Défense Yasukazu Hamada a annoncé qu'il démettrait Tamogami  de son poste, parce que l'article de ce dernier allait à  l'encontre de la position officielle du gouvernement, ainsi qu'à  l'encontre de la déclaration publiée en 1995 par Tomiichi Murayama, alors Premier ministre japonais, qui exprimait un profond regret  sur la colonisation et l'invasion de pays asiatiques par le Japon  dans le passé. 

         "Nous avons constaté l'attitude et les mesures prises par le  gouvernement japonais", a ajouté Jiang Yu, appelant les deux  nations à travailler ensemble pour sauvegarder les relations  bilatérales. 

         "La guerre d'invasion déclenchée par les militaristes japonais a infligé de lourdes souffrances aux peuples de ces pays  asiatiques, dont le peuple chinois, ce qui est un fait historique  indéniable", a souligné Mme Jiang. 

         "Une conception correcte et un traitement approprié de  l'histoire de cette période est le fondement politique important  de la progression des relations d'amitié et de coopération entre  la Chine et le Japon", a-t-elle conclu.