nanjing

  • Fuite de serpents venimeux dans l'est de la Chine

    Des travailleurs de la ville de Nanjing, capitale de la province chinoise du Jiangsu (est), sont à la recherche d'une cinquantaine de jeunes cobras à monocle qui se sont échappés d'une ferme d'élevage locale.

    Selon un communiqué publié lundi soir par l'arrondissement de Liuhe, à Nanjing, plus de 200 jeunes cobras à monocle se sont échappés du 26 au 29 août de la ferme d'élevage de Chunyi, située à Liuhe. Environ 150 d'entre eux ont été récupérés ou tués, mais une cinquantaine sont toujours en fuite.

    Les cobras à monocle sont hautement venimeux, mais les serpents en fuite, longs d'environ 20 cm, sont moins toxiques que les serpents adultes, selon des responsables gouvernementaux.

    Le 8 octobre, un villageois de Liuhe a découvert et tué un serpent chez lui. Le gouvernement local de Liuhe a été informé de la fuite des serpents le 10 octobre, alerté par la découverte de ce villageois.

    Le gouvernement de Liuhe a fait transporter du sérum anti-venin depuis Shanghai et a apprêté du personnel sanitaire et des ambulances au cas où quelqu'un se fasse mordre par des serpents.

    La recherche des serpents a été lancée mardi matin dans un rayon de cinq kilomètres autour de la ferme. Le gouvernement a diffusé des informations à l'adresse des habitants.

    La ferme d'élevage de Chunyi a fait venir, le 6 août, des oeufs de cobras à monocle depuis la province méridionale du Guangdong, sans approbation officielle. Environ 1.820 serpents sont nés,dont 1.500 ont survécu.

    La ferme a été fermée, et les personnes qui en ont la charge seront tenus responsables de l'incident.

    cobra-monocle-thailande.jpg

    th.jpg

  • A Nanjing, des animaux sont recrutés dans des fermes pour aider à prédire les tremblements de terre

    Des sangliers noirs dans une porcherie. Tout comportement anormal sera rapporté au bureau sismologique.

    Le bureau sismologique de Nanjing a transformé sept fermes d'élevage en stations sismiques, pensant que le suivi de près du comportement de certaines créatures peut aider dans la prévision des séismes, a rapporté Modern Express.

    Deux fois par jour, les éleveurs doivent informer le bureau de la capitale du Jiangsu par rapport au comportement des animaux, ou le plus rapidement possible suite à une attitude anormale, par le biais de la messagerie instantanée chinoise QQ.

    Une formation spéciale des autorités répertorie les éventuels comportements anormaux, comme des poulets volant au sommets des arbres au lieu de manger, des poissons sautant hors de l'eau ou un déplacement soudain de nombreux crapauds, a expliqué Zhou Hongbing, un éleveur devenu observateur de séisme observateur au parc écologique de Banqiao, une des fermes d'élevage rénovées.

    Pour pouvoir suivre de près le comportement des animaux, des caméras ont été installées dans tout le parc qui abrite 200 sangliers noirs, 2 000 poulets et un étang poissonneux de 6,6 hectares.

    «Les Experts sismologiques après analyses des anomalies décideront si oui ou non il s'agit là d'un signal annonçant un éventuel tremblement de terre», a indiqué Zhou.

    Alors que Nanjing prévoit de transformer sept autres fermes cette année, l'utilisation d'animaux pour prévoir les tremblements de terre n'est pas un fait nouveau en Chine. Dès 2010, les mangeoires de zoos dans les villes du sud comme Guangzhou et  Shenzhen ont commencé à être attentivement surveillés.

     

    FOREIGN201507031559000096889622546.jpg

    Une caméra surveille de près le comportement des animaux.

     

    Les animaux utilisés pour prévoir les tremblements de terre doivent être très sensibles aux infrasons, mais pas à d'autres changements dans l'environnement ou la météo, donc la plupart sont des oiseaux, selon Shen Zhijun, un gardien du Hongshan Forest Zoo à Nanjing.

     

    «Notre zoo ne se transforme pas en une station de surveillance parce que les bêtes affichent un comportement anormal, alors qu'ils sont taquinés par les visiteurs», a noté Shen.

     

    Les possibles élevages doivent accueillir plus de trois espèces et disposer d'un étang, couvrant des dizaines d'hectares, de sorte que nous avons suffisamment d'échantillons pour faire des vérifications croisées, a déclaré Zhao Bing, chef de division du Bureau sismologique de Nanjing.

     

    Ces fermes doivent plutôt se trouvées dans des quartiers relativement calmes, loin des usines ou des mines.

     

    Dans les années 1970, 58 espèces ont été trouvées à avoir des attitudes curieuses avant un tremblement de terre. Comprenant des animaux sauvages et domestiques tels que les chats, les chiens, les pandas, les poissons, les serpents, les rats, les fourmis et les abeilles, selon un sondage réalisé par l'Institut de zoologie de l'Académie chinoise des sciences.

     

    FOREIGN201507031558000536653544974.jpg

    Ces poulets ignorent qu'ils font l’objet d'une attention toute particulière.

     

     

     

    Des registres de tremblements de terre montrent que les animaux affichent un comportement anormal avant un séisme. Par exemple, six semaines avant le tremblement de terre dévastateur de 1975 à Yingkou, la province du Liaoning (nord de la Chine), les serpents en hibernation ont quitté leurs grottes et des oies n'ont pas arrêtés de criailler refusant d'entrer dans leurs nids. Egalement, avant le séisme meurtrier frappe Tangshan, la province du Hebei (nord de la Chine), des hordes de rats ont été vus fuyant leurs abris .

     

  • Liege Airport , suite au succès de ses premières lignes, double le nombre de lignes et de passagers en provenance de Chine

    1898721.jpg

       

    Après Shenyang, Tianjin et Xian, trois destinations déjà opérées, le tour-opérateur U-Tour assurera durant cet été des vols charters au départ de Nanjing, Kunming et Changsha via Moscou. Les touristes chinois voyageront à bord d'un Boeing 777 d'une capacité de 364 sièges.

    Ces nouveaux vols, qui débuteront dès ce 10 juin pour se terminer en principe fin octobre, devraient permettre à l'aéroport liégeois d'accueillir davantage que les 50.000 touristes chinois par an escomptés initialement.

    "A partir de Liège, les touristes chinois pourront visiter la Belgique, la France, les Pays-Bas, l'Italie, l'Allemagne et les pays scandinaves. Ces nouvelles liaisons confirment que la Wallonie est la nouvelle porte d'entrée du continent européen pour les touristes chinois", se réjouit l'aéroport dans un communiqué.

    Liege Airport a consenti des efforts pour servir au mieux la clientèle chinoise puisque des travaux ont été réalisés pour tripler la surface du duty free, adapter le tri des bagages, améliorer le dédouanement ou les formalités administratives. Une signalétique en chinois a également été mise en place tandis que du personnel parlant le mandarin est prévu pour l'accueil des touristes chinois explique Christian Delcourt porte-parole de l'aéroport.

    La ville de Liège et même la Région wallonne voudraient partager le succès de l'aéroport et pouvoir retenir quelques temps ces touristes qui sont de très grands consommateurs de produits de luxe . Tant la ville de Liège que la Wallonie aimeraient retenir les touristes chinois ,ne fusse qu'un jour.

     

    842424a1d0595b76ec4fa03c46e8d755-1429522037.jpg

     

     

     

     

  • Top 10 des villes chinoises avec les meilleures perspectives d'expansion

     

    0019b91ec981167b5c4124.jpg

    Installation sportive dans la baie de Shenzhen

     

    Selon un rapport de PricewaterhouseCoopers (PwC) société de conseil internationale, c'est la ville de Shenzhen qui est en tête en termes d'opportunités de développement futures en Chine, comme l'année dernière.

    Publié conjointement par PWC Chine et la China Development Research Foundation, le rapport a étudié le développement de 20 villes chinoises sur la base de 10 indicateurs, comme l'état de préparation en matière de technologie, le développement durable et l'influence économique.

    0019b91ec981167b5c3c23.jpg

    N° 2. Guangzhou, province du Guangdong (sud de la Chine)

    0019b91ec981167b5c3422.jpg

    N° 3. Nanjing, province du Jiangsu (est de la Chine)

    0019b91ec981167b5c2d21.jpg

    N° 4. Wuhan, province du Hubei (centre de la Chine)

    0019b91ec981167b5c2720.jpg

    N° 5. Hangzhou, province du Zhejiang (est de la Chine)

     

    0019b91ec981167b5c1d1f.jpg

    N° 6. Chengdu, province du Sichuan (sud de la Chine)

    0019b91ec981167b5c121d.jpg

    N° 7. Xi'an, province du Shaanxi (nord-ouest de la Chine)

    0019b91ec981167b5c0c1c.jpg

    N° 8. Municipalité de Tianjin (nord de la Chine)

    0019b91ec981167b5c071b.jpg

    N° 9. Xiamen, dans la province du Fujian (sud-est de la Chine)

    0019b91ec981167b5c021a.jpg

    N° 10. Qingdao, dans la province du Shandong (est de la Chine)

  • Quelques « snack streets » incontornables à travers la Chine

    1. La rue Zhongshan à Nanning (Guangxi)

    2. La ruelle Hubu à Wuhan (Hubei)

    3. Le quartier de Fuzimiao à Nanjing (Jiangsu)

    4.  La rue musulmane (Huimin jie) à Xi’an (Shanxi)

    5.  La rue Jinli à Chengdu (Sichuan)

     

    6.  La rue Guijie (Ghost Street) à Beijing

     

    7.  Le Temple du dieu de la ville (Chenghuang Miao) à Shanghai

     

    8. La rue Sifang à Lijiang (Yunnan)

    Rien de plus agréable, en Chine, que de se promener dans de sympathiqus rues qui offrent aux chalands de nombreuses spécialités .Alors on se laisse tenter allechés que nous sommes par les odeurs d'épices , les fumets aux effluves exotiques.

  • Nankin: le plus grand bordel militaire d'Asie de la Seconde Guerre mondiale a été officiellement classé comme site du patrimoine

    U429P886T15D35105F104DT20140317093912.jpg

    FOREIGN201406231655000189170285446.jpg

    L'ancien bordel militaire japonais situé au bord de la rue Liji à Nanjing, capitale de la Province du Jiangsu, fut le plus grand établissement de ce genre en Asie. L’édifice de 4 000 mètres carrés a été construit pendant la Seconde Guerre mondiale sous l'occupation japonaise.

    Les atrocités commises par les Japonais durant la seconde guerre mondiale en Chine, ne sont pas suffisamment connues. Les Chinois devraient prendre exemple sur les Israëliens et les Juifs européens qui eux mettent tout en œuvre pour faire connaître les actes d'antisémitisme dont ils sont l'objet et cultivent la mémoire afin que personne n'oublie le barbarisme nazi dont ils furent victimes. Et ils ont bien raison.

    La Chine qui entretient d'excellentes relations avec Israël devrait y trouver de l'inspiration. Surtout que nous vivons dans un monde où des associations comme Amnesty, la ligue des Droits de l'homme" et autres gadgets du même genre, délaissent les victimes et prennent systématiquement fait et cause pour les gangsters et terroristes à tel point qu' ils nous ont plongés dans une société excessivement agressive.

     

    Le plus grand bordel militaire d'Asie de la Seconde Guerre mondiale a été officiellement classé comme site du patrimoine de niveau municipal à Nanjing, dans la Province du Jiangsu, à la suite d’appels répétés de chercheurs.

     

    Le bordel, situé sur rue Liji, près de la rue Taiping Sud, est composé de sept bâtiments délabrés de deux étages qui couvrent une superficie d'environ 4 000 mètres carrés. Il était appelé « maison de réconfort » par l'armée japonaise, un euphémisme désignant un bordel militaire.

     

    « La ‘maison de réconfort’ de la rue Liji était connue comme la maison de réconfort Dongyun ou Oriental Hotel, lorsque l'armée japonaise occupait Nanjing », a précisé Jing Shenghong, professeur d'histoire à l'Université normale de Nanjing.

     

    Le bordel militaire de la rue Liji est la seule des « maisons de réconfort » à avoir été identifiée par une ancienne « femme de réconfort ».

     

    1601.jpg

     

    En 2003 en effet, une Coréenne, Pak Yong-sim, a, avec l'aide de chercheurs, identifié une chambre où elle fut tenue en captivité par l'armée japonaise dans le bâtiment 2.

     

    Pas moins de 200 000 femmes d’Asie ont été forcées de travailler comme esclaves sexuelles pour les forces d'occupation japonaises pendant la Seconde Guerre mondiale.

     

    Selon les documents historiques chinois, les troupes japonaises, qui occupèrent Nanjing à compter du 13 décembre 1937, tuèrent plus de 300 000 personnes, dont des civils et des soldats désarmés, lors d’un massacre qui dura six semaines et violèrent des dizaines de milliers de femmes en quelques jours.

     

    Selon le professeur Jing, bien que Nanjing ait compté plus de 40 « maisons de réconfort », la plupart ont été démolies ou sont impossibles à identifier.

     

    En mars, certains chercheurs chinois, dont le professeur Jing, ont déposé une demande devant le gouvernement du district de Qinhuai à Nanjing, appelant à la préservation du bordel militaire de la rue Liji, qui avait survécu à de graves dommages.

     

  • Une pièce de théâtre amateur devient un phénomène en Chine:l'éternel dilemme pour tout intellectuel, quelle que soit l'époque : collaborer ou non avec le pouvoir.

    F201306030823131235222777.jpg

    Accepter ou refuser une invitation au dîner de la part de Chiang Kai-shek, tel est le dilemme pour trois professeurs d'université. Depuis mai 2012, une pièce de théâtre intitulée "L'honneur de Chiang Kai-shek" montée par un groupe d'étudiants de l'Université de Nanjing s'est transformée en véritable phénomène culturel en Chine.

    Une intrigue fondée sur une anecdote

    L'idée de la pièce provient d'une anecdote qui circule de génération en génération sur le campus de l'Université centrale de Chine (ancêtre de l'Université de Nanjing avant 1949) à Beijing : en 1943, lorsque le dictateur Chiang Kai-chek siégeait à la présidence de l'Université, il a décidé d'inviter certains professeurs réputés pour son dîner de réveillon. Aujourd'hui, personne ne sait plus si cette anecdote est authentique ou qui aurait accepté son invitation, ce qui autorise une libre interprétation de l'histoire avec une grande liberté pour l'écriture du script.

    Début 2012, Wen Fangyi, une étudiante en 3e année âgée de 22 ans s'est lancée dans l'écriture du script. La jeune étudiante a choisi trois personnages typiques : Shi Rendao, un intellectuel plutôt de gauche, dont l'un des élèves a été battu à mort lors d'une manifestation selon les ordres de Chiang, voudrait refuser mais souhaite que Chiang l'aide à acheminer à Chongqing sa collection de livres anciens depuis une ville lointaine ; le deuxième professeur, Xia Xiaoshan, est un gastronome alléché par un plat figurant au menu, mais comme il n'accepte pas Chiang au poste de président de l'université, il préférerait que Chiang l'invite en tant que chef de gouvernement ; le troisième professeur, Bian Congzhou, est un partisan du gouvernement Chiang Kai-shek qui s'apprête se rendre au dîner et veut s'assurer de la présence de ses deux confrères afin d'éviter l'opprobre de leurs collègues.

    Durant tout une après-midi, les trois professeurs se livrent à une discussion acharnée. Pour certains, accepter l'invitation de Chiang est synonyme de collaboration avec le pouvoir et d'un coup à l'honneur pour un intellectuel indépendant ; mais refuser l'invitation empêcherait l'un de récupérer ses livres et l'autre de goûter à des mets extraordinaires.

    Vingt ans plus tard, en pleine Révolution culturelle, l'un des trois professeurs avoue avoir dîné avec le dictateur, tandis que les deux autres affirment l'avoir refusée. Le débat reprend. Impossible de déceler la vérité, mais ce qui demeure, c'est l'éternel dilemme pour tout intellectuel, quelle que soit l'époque : collaborer ou non avec le pouvoir.

    F201306030823091886238221.jpg

    Une pièce de théâtre expérimentale devient un phénomène

    En mai 2012, "L'honneur de Chiang Kai-shek" a été joué pour la première fois dans le Grand Hall de conférence de l'Université de Nanjing dans le cadre des festivités du 110e anniversaire de l'Université. Rapidement, cette pièce de théâtre est devenu un immense succès sur le campus.

    A la demande des étudiants, elle a été jouée une trentaine de fois consécutives, et le président de l'Université de Nanjing lui-même s'est procuré un billet pour aller la voir.

    A partir de janvier 2013, la Troupe de théâtre de l'Université de Nanjing, sous la direction de Lu Xiaoping, a entamé une tournée dans plusieurs grandes villes chinoises comme Shanghai, Guangzhou et Beijing.

    Invitée par l'Association des anciens élèves de l'Université de Nanjing, le 29 mai, la troupe a joué sa soixante-deuxième représentation devant un millier de spectateurs. Avant la séance, la pièce avait déjà été jouée six fois à guichets fermés dans trois autres théâtres pékinois. Tous les médias parlent de cette pièce de théâtre montée par des étudiants qui est devenue un véritable phénomène culturel, ce qui constitue un succès sans précédent pour des acteurs amateurs.

    "Si une pièce de théâtre amateur est jouée une trentaine de fois, c'est un succès ; Si elle est jouée une cinquantaine de fois, c'est déjà un phénomène", Lu Xiaoping, qui est également vice-doyen de la Faculté des Lettres de l'Université de Nanjing, ne cache pas sa fierté envers ses protégés.

    Pour Lu, plusieurs raisons expliquent ce succès. En premier lieu, la pièce a été écrite et mise en scène avec une liberté artistique totale : aucun organe de propagande n'est intervenu pour la censurer, même si certaines conversations dans la pièce sont toujours considérées risquées même de nos jours.

    "De plus, elle est jouée par un groupe de jeunes nés dans les années 1980 ou 1990, qui osent toucher les esprits des intellectuels qui vacillent entre idéalisme et réalisme", ajoute Lu, rencontré par Xinhua dans les coulisses après la dernière représentation de la pièce à Beijing.

    "Ca a fait l'effet d'une bombe sur la scène culturelle pékinoise", souligne pour sa part Pu Yi'an, une jeune critique d'art, avant d'ajouter : "Ces derniers jours, mes amis n'ont cessé de me demander où l'on pouvait trouver un billet pour assister à la représentation, tous les guichets sont fermés."

    F201306030823112565940221.jpg

    Un air de famille avec "Copenhague" de Michael Frayn

    On compare déjà cette pièce de théâtre à "Copenhague", le chef d'oeuvre de Michael Frayn inspiré de la rencontre de 1941 au Danemark entre les scientifiques Niels Bohr et Werner Heisenberg, qui ont grandement contribué aux fondements de la physique quantique et à la fabrication de la bombe nucléaire.

    Dans la pièce de Frayn, les fantômes des trois personnages discutent des raisons pour lesquelles Heisenberg s'est rendu à Copenhague, et leurs témoignages divergent. La première de la pièce avait été donnée à Londres en 1998, et elle a remporté le Tony Award de la Meilleure pièce en 2000.

    Dans la pièce des étudiants chinois, l'incertitude plane également sur les motivations et les actions des trois protagonistes. La pièce soulève des questions pertinentes pour les intellectuels chinois de toutes les époques relatives à l'honneur d'un intellectuel, à un simple désir d'individualité et à l'attitude des lettrés envers le pouvoir.

    « Ce qui s'est passé dans les années 1940 peut se reproduire aujourd'hui, n'importe où, et ce que je voudrais révéler, c'est l'éternel dilemme moral", laisse entendre la jeune Wen qui paraît beaucoup plus mure que son âge.

    Même si les temps changent, on trouve facilement dans la Chine contemporaine des individus dotés des mêmes personnalités que les trois professeurs d'avant 1949 : Shi évoque l'un de ces intellectuels citoyens qui sont très actifs sur Weibo (l'équivalent chinois de Twitter) et sont prompts à faire la morale aux autres, Bian représente les intellectuels partisans du régime que l'on appelle avec dédain "Wumao" (littéralement "Cinquante centimes"), tandis que Xia est un chercheur indépendant qui ne s'intéresse pas à la politique et préfère se consacrer à satisfaire ses plaisirs hédonistes.

    Après sa tournée en Chine, le professeur Lu compte emmener sa troupe à l'étranger pour des représentations en Asie du Sud-Est, au Canada et aux Etats-Unis.

    Première partie de "Copenhague"  de Michael Frayn

  • Exposition à Nanjing de diamants belges de grande valeur

    001ec92b9029130d41cf01.jpg

    Une exposition de diamants belges de grande valeur a eu lieu ce jour à Nanjing. Une collection d'une centaine de diamants de grande valeur a été mise en expostion par le commerçant belge QBT Diamonds. Selon des experts, les investissements dans les diamants sont très rentables en Chine ces dernières années.

    photo_1246011397824-1-0.jpg

    La taille des diamants s'effectue surtout à Anvers (Belgique), à Tel-Aviv (Israël) et au Gujarat (Inde)  par la communauté jaïn.

    80% du diamant de joaillerie passe par Anvers.

     

    l_2048_1536_B3C99099-9089-4333-87B6-C40AAF9BF00B.jpg

    La semaine dernière, une délégation de haut niveau de l'AWDC , y compris le président  Stéphane Fischler, a visité la province de Guangdong en Chine, dans le but de consolider davantage les excellentes relations commerciales entre Anvers et la Chine, en particulier en ce qui concerne certains marchés cibles régionaux.

    Le programme comprenait un certain nombre de réunions à Guangzhou et Shenzhen. ls ont été accueillis au centre de distribution de Shenzhen , le géant de la distribution Chow Tai Seng Jewelry Company. Comprenant plus de 300 magasins sous licence, Chow Tai Seng est l'une des plus grandes marques sur le marché chinois.

     

     

    4499_1163169041693_1301865093_446705_4071089_n.jpg

     

    En outre, ils ont visité le CTGN, le plus grand gemlab de Chine. Par la suite, la délégation a rencontré une sélection des détaillants les plus importants de la région de Shenzhen.

    Le voyage a été conclu par une visite exclusive du magasin phare de bijoux de TTF. Bijoux TTF est largement considéré comme l'une des marques de bijoux les plus prestigieux de la Chine.

    Stéphane Fischler, président de AWDC: «Cette initiative est une étape importante dans notre stratégie visant à consolider les relations commerciales très réussies entre Anvers et la Chine, et plus particulièrement par l'amélioration de notre réseau commercial dans lesvilles dites  premier et second rang en Chine continentale."

  • John Rabe, l'ancien nazi devenu le "Schindler de Chine " en sauvant 250000 Chinois

    John Rabe Le juste de Nankin.jpg

    Au moment où Chinois et Allemands resserrent leurs liens , je vous présente un Allemand d'exception, connu et reconnu en Chine et spécialement à Nanjing où il s'illustra lors du sac de Nankin.

    John Rabe , que j'ai déjà évoqué sur ce blog quand je vous ai présenté ce magnifique film allemand éponyme de Florian Gallenberger , vivait à Nanjing quand les troupes japonaises envahissaient la Chine.

    P1030015.JPG

    Si je suis allé à Nanjing , la ville qui m'intéresse le plus avec Beijing du point de vue historique, c'était non seulement

    pour voir la ville martyre mais aussi chercher  et voir la maison où a vécu John Rabe à Nanjing et me rendre compte de la maison où il a hébergé , protégé et sauvé 700 Chinois.

    P1030006.JPG

    La maison de John Rabe

     

    John Rabe est né le 23 novembre 1882 à Hambourg, en Allemagne. Au début du 20e siècle , Il a été engagé comme représentant principal de la Société allemande Siemens en Chine .

    Il est venu en Chine en 1909, et a travaillé en tant que représentant de la société Siemens à Beijing, Tianjin, Nanjing et consécutivement de 1911 à 1938. Vivant et travaillant en Chine pendant près de trois décennies, John Rabe s'est lié d'une profonde amitié avec le peuple chinois.

     

     

     

    P1030020.JPG

     

    En 1937, à la veille du siège japonais de la ville de Nanjing, Rabe a été élu président du Comité international de la Zone de sécurité Nanjing. Après la prise de Nanjing par  l’armée japonaise le 13 Décembre, la ville sombra dans un abîme de torture et de terreur. Faisant l’usage de ses pouvoirs d'adhésion au parti nazi, il accueillit plus de 600 réfugiés chinois dans sa maison. Il était devenu membre du parti nazi car cela était obligatoire s'il voulait mener à bien son projet d'ouvrir une école de langue allemende en Chine . De plus ayant quitté l"Allemagne en 1909 , il était peu au courant de ce qui se passait en Allemagne. S'il a sauvé de nombreux Chinois, il a aussi sauvé un diplomate allemand d'origine juive menacé par l'administration nazie.

     

     

    P1030009.JPG

     

     

     

     Rabe, avec une douzaine d'autres membres du comité internationales, sauva la vie de plus de 250.000 Chinois dans la zone de sécurité, une zone qui était sous sa garde et n'était pas plus grande que 4 km2. C'est dans ce bâtiment en brique  loué à Nanjing que Rabe écrivit ce qui est  connu sous le nom The Diaries of John Rabe.

    Au printemps de 1938, après son retour en Allemagne, Rabe a donné plusieurs discours publics à Berlin pour exposer les atrocités commises par les troupes japonaises à Nanjing, et a  été arrêté et persécuté par la Gestapo.

     

     

     

     

    P1030011.JPG

    Les habitants de Nanjing  ont parrainé des dons et lui ont envoyé de l'argent et de la nourriture . La gratitude montrée par les habitants de Nanjing a réchauffé son cœur de l'homme et l'encouragé à vivre.

    En 1950, John Rabe est mort d'un accident vasculaire cérébral à Berlin.

     

     

    P1030013.JPG

     

    Ce n'est qu'en 1996, presqu'un demi-siècle plus tard que John Rabe,devenu le "Schindler de Chine " , fit son chemin à travers le brouillard de l'histoire et fut réhabilité en Allemagne. Ses journaux étaient ouverts au public, son ancienne résidence au n ° 1 Xiaofenqiao a été vérifiée et confirmée, et à la demande de la population et des autorités chinoises , sa dépouille  a été déplacée à Nanjing.

     

    P1030017.JPG

     

     

     

     

    Si j'ai pu trouver et visiter sa résidence de Nanjing , je n'ai pu trouver sa sépulture , comme je n'ai pu trouver de trace de l'usine Siemens qu'il dirigeait.Ce sera l'objet d'un prochain voyage.

     Maintenant, son ancienne résidence a été transformée en un lieu qui favorise l'humanitarisme et la promotion de la paix mondiale. Les habitants de la Chine  se souviendrons toujours de lui comme d'un guerrier combattant pour la paix.

     

     

     

     

     

     

     

  • 520 000 visiteurs à l'exposition des lanternes du fleuve Qinhuai à Nanjing étonnent les Français

    001aa0c6c27e1295779910.jpg

    Admirer les lanternes, déguster les spécialités locales, prendre le bateau, se promener à l'est de l'ancienne porte de la ville... A 20 heures le soir de la fête des Lanternes, le nombre de visiteurs à l'exposition des lanternes du fleuve Qinhuai a atteint son apogée. Les habitants affluaient vers le parc Bailuzhou, la salle Dacheng et le pont Wende. Le 24 février jusqu'à 22 heures, 520 000 habitants ont admiré les lanternes dans le quartier du temple de Confucius et à l'est de l'ancienne porte de la ville.

     

    Dans la foule au temple de Confucius, il y a deux jolies femmes françaises. D'après Li Dongxu, un étudiant qui leur sert d'interprète, ces deux Françaises sont des étudiantes en échange pour la deuxième année à l'Institut d'économie de l'Ecole normale supérieure de Nanjing. Xu Lili, d'origine chinoise, les accompagne. « Elles s'intéressent beaucoup à la culture chinoise. A l'occasion de la fête des Lanternes, elles viennent visiter la salle Dacheng. Outre l'admiration des lanternes, elles veulent connaître Confucius, le célèbre penseur chinois », explique Li Dongxu. Les deux Françaises racontent que c'est leur première visite au temple de Confucius et qu'elles sont étonnées par la foule présente à l'exposition des lanternes. Mais c'est le reflet de la culture chinoise, unique en son genre.

    Les 520 000 visiteurs à l'exposition des lanternes du fleuve Qinhuai étonnent les Français

     

    001ec94a2715129561640f.jpg

     

    Les 520 000 visiteurs à l'exposition des lanternes du fleuve Qinhuai étonnent les Français

    001ec94a27151295615a0e.jpg

    001ec94a27151295616410.jpg

    001ec94a27151295616412.jpg

     

     

    001ec94a27151295616416.jpg

    001ec94a27151295616414.jpg