musulmans

  • Chine:plus de 200 écrivains ouïgours du Xinjiang publient une lettre ouverte contre le terrorisme

    651.JPG

    Les Ouighours sont des Chinois. Ils font partie des 56 ethnies minoritaires de Chine. La grande majorité vit dans le Xinjiang , région autonome de l'Ouest de la Chine. C'est une des deux ethnies musulmanes de Chine.

    A Shenzhen, ils sont nombreux et j'ai eu l'occasion d'en rencontrer. Dans le temps, quand le pain était difficile à trouver en Chine, j'allais régulièrement chez eux acheter leur pain , semblable au pain marocain, il est excellent.

    Certains voudraient faire croire qu'il y a des problèmes avec les Ouighours, mais rien n'est plus faux du moins pour l'immense majorité des Ouighours . Une infime minorité , comme les musulmans d'Europe, influencée par les extrémistes islamistes , venant d' Afghanistan qui a une frontière commune avec la Chine, a opté pour le terrorisme , haranguée par  la terroriste ,  Rebiya Kadeer, présidente du Congrès mondial des Ouïghours qui a son siège à New York.

    P1030146.JPG

    En visite à la mosquée de Shenzhen , reçu par l'Imam de l'ethnie Hui , l'autre ethnie musulmane de Chine

     

    Plus de 200 intellectuels Ouighours écrivains, poètes et traducteurs  de la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest) ont publié une lettre ouverte visant à dénoncer le terrorisme.

    Cette lettre, intitulée "Notre responsabilité et mission est de ne jamais garder le silence -- une lettre à nos frères ouïgours", explique que "nous ne pouvons plus garder le silence à l'heure où une tempête noire lancée par une poignée de terroristes tente en vain de détruire notre civilisation".

    "Face à une série de violents crimes terroristes, comment pouvons-nous ne pas être indignés ou horrifiés ?

    "Notre conscience ne nous permet pas d'être silencieux. Nous devons nous lever et crier bien fort, 'arrêtez !""

    Cette lettre, récemment publiée, fait suite à une série d'attaques terroristes meurtrières à Urumqi, capitale du Xinjiang, à Kunming, capitale du Yunnan, et à Beijing.

    Les auteurs appellent les Ouïgours à adopter un raisonnement plus rationnel et exhortent en particulier les écrivains et les poètes à assumer leur responsabilité, car "sauvegarder la stabilité sociale et l'unité nationale est notre mission sacrée".

    La lettre appelle également les Ouïgours à éradiquer les crimes et à s'unir aux autres groupes ethniques afin de "se préparer à un avenir radieux pour la grande patrie".

    http://www.fait-religieux.com/images/pages/asie_pacifique/qinghai.jpg

     

  • Pour le "Nouvel Observateur", les terroristes djiadistes du Xinjiang sont des victimes

    bodies-of-victims-lie-on-the-floor-at-a-hospital-after-a-knife-attack-at-kunming-railway-station.jpg

    Victimes des terroristes Ouighours

    Le Président chinois, Xi Jinping, vient à peine de quitter la France où il a été reçu en grandes pompes que l'hebdomadaire français sort un article tendancieux traitant de la province chinoise du Xinjiang et présentant l'ethnie  principale de cette province comme des victimes d'un soi-disant impérialisme chinois.

    Le Nouvel observateur épouse les thèses de ceux en occident, surtout les Américains qui ont toujours rêvé d'amputer la Chine de parties importantes de son territoire. Cette situation n'est pas nouvelle, elle est plus que centenaire.

    Dans la province de Xinjiang vivent les Ouighours , une des 55 minorités chinoises, mais qui sont majoritaires dans cette province. Les Ouighours sont musulmans . La province a des frontières communes avec le Pakistan et l'Afghanistan .

    Des Ouighours sont entrainés dans des organisations djiadistes , combattent en Afghanistan puis reviennent en Chine , souvent clandestinement , et y provoquent des attentats meurtriers dont le plus emblématique fut celui de Kunming qui fit 39 morts et plus d'une centaine de blessés, toutes victimes innocentes.

     

    xin

    Pour le Nouvel Observateur, ces terroristes sanguinaires sont des "combattants de la liberté" , expliquant que les Ouighours sont persécutés , que le Xinjiang est envahi par les Hans, efhnie majoritaire en Chine.

    Donc, si on suit le raisonnement du Nouvel Obs des Chinois , sous prétexte qu'ils ne sont pas Ouighours, qu'ils ne sont pas musulmans, ne pourraient s'installer au Xinjiang.

    En Chine, n'importe quel Chinois peut s'installer n'importe où, comme chez nous. Des Hans s'installent ci et là mais les Ouighours aussi, on les voit partout et même à Shenzhen, où je séjourne quand je suis en Chine , ils vivent nombreux et y semblent heureux.

    Car , je ne stigmatise nullement les Ouighours dont l'immense majorité se plait de vivre en Chine et vit en bon voisinage avec les autres ethnies de la Chine.

    L'article du magasine français est tellement partie prenante et un appel à la rébellion que cet article a été reproduit sur le site du "Congrès Mondial Ouighour" , organisation terroriste dont les bases arrières se trouvent en Afghanistan et les dirigeants aux Etats-Unis.

     

     

     

  • Les Chinois construiront la grande mosquée d'Alger , troisième plus grand édifice religieux musulman du monde pour 1 milliard d'euros

    Les relations entre pays africains et Chine n'ont jamais été si florissantes . La Chine premier partenaire commercial du Brésil...

    Les pays émergents et en voie de développement démontrent que le monde tourne très bien éloigné des pays occidentaux.

    La China State construction ENRG (CSCEC) a remporté l'appel d'offres, damant le pion à d'autres groupes, notamment espagnols. Il réalisera le troisième plus grand édifice religieux musulman du monde pour 1 milliard d'euros.

    Le groupe public chinois China State construction ENRG (CSCEC) a obtenu la réalisation de la grande mosquée d'Alger, troisième plus grand édifice religieux au monde, pour plus de 109 milliards de dinars (1 milliard d'euros) et un délai de réalisation de 48 mois, a annoncé ce mercredi 19 octobre le ministère des Affaires religieuses algérien au site électronique TSA. L'information a été confirmée de source officielle.

    Le groupe chinois était en concurrence avec deux groupements. Le premier est algéro-espagnol, composé de Cosider (public), ETRHB Haddad (privé) et FCC Construction (Espagne). Il avait proposé 1,3 milliard d'euros et un délai de réalisation de 44 mois. Le second est italo-libanais, composé de Astaldi et ACC, avec une offre financière de 2,18 milliards d'euros et un délai de réalisation de 42 mois.

    D'une capacité de 120.000 fidèles, la future grande mosquée d'Alger dotée d'un minaret de 300 m de hauteur, sera le troisième édifice religieux musulman au monde, après les mosquées de Médine et de la Mecque, en Arabie Saoudite.

    Le projet comprend bâtiments indépendants, disposés sur un terrain d'environ 20 hectares avec une surface brute de plus de 400.000 m2, à Mohammadia à l'est de la capitale, en face de la baie d'Alger. La grande mosquée d'Alger sera dotée également d'une salle de conférences, d'un musée d'art et d'histoire islamiques, d'un centre de recherches sur l'histoire de l'Algérie, de locaux commerciaux, d'un restaurant, de bibliothèques et d'un parking de 6.000 places.

    Ali Idir, à Alger
  • Chine : les musulmans fêtent l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan

    131086126_91n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière dans la mosquée Dongguan pour célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xining, capitale de la province du Qinghai (nord-ouest), le 30 août.

     Des millions de musulmans ont célébré à travers la Chine mercredi l'Aïd el-Fitr qui marque la fin du Ramadan.

    Mercredi matin, les musulmans issus de différentes ethnies de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, de la région autonome Hui du Ningxia et d'autres régions habitées par des musulmans, portaient leurs habits de fête et se sont rendus dans les mosquées.

    Environ 5 000 musulmans se sont rendus dans la mosquée de Yanghann à Urumqi, capitale du Xinjiang, pour écouter le prêche de l'imam.

    Zhu Hailun, secrétaire du Comité du Parti communiste chinois (PCC) pour la municipalité d'Urumqi a indiqué mercredi que la prière du matin s'était déroulée sans problème, attirant des dizaines de milliers d'habitants locaux. Les croyants sont allés dans les cimetières locaux rendre hommage à leurs parents décédés avant de rentrer chez eux pour une réunion de famille.

    Le Xinjiang compte plus de 21 millions d'habitants, et plus de la moitié sont des musulmans issus de 10 groupes ethniques, dont l'ethnie ouïgoure, kirghize, kazakhe et ouzbek.

    Le gouvernement local a déclaré le mercredi jour férié afin de permettre aux musulmans de disposer de davantage de temps pour participer à des rites religieux et rendre visite à leurs proches lors de l'Aïd el-Fitr.

    Durant le Ramadan, le neuvième mois de l'année selon le calendrier musulman, les musulmans se privent, de l'aube jusqu'au coucher du soleil, de manger, de boire, de fumer et de rapports sexuels. Les enfants, les personnes âgées et faibles ne sont pas tenus de jeûner.

    La Chine compte 20 millions de musulmans, dont environ la moitié sont de l'ethnie Hui.

    131086126_111n.jpg

    Les musulmans fêtent l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xi'an, capitale de la province du Shaanxi (nord-ouest), le 30 août.

     

    131086126_121n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière afin de célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xi'an, capitale de la province du Shaanxi

     

    131086126_131n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière dans la mosquée Yingli pour célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xi'an, capitale de la province du Shaanxi

     

    131086126_141n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière dans la mosquée Yingli pour célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xi'an, capitale de la province du Shaanxi

     

    131086126_161n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière dans la mosquée Dongguan pour célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xining, capitale de la province du Qinghai

  • 13000 musulmans chinois en route pour la Mecque

    Chine : des musulmans se mettent en route vers la Mecque
    Old_Hui_Moslem_Chinese_-_portrait.jpg

    Environ 13 000 musulmans chinois vont partir lundi par vols charters pour la Mecque, ville sainte pour les musulmans, en Arabie saoudite.

    Le premier vol charter, avec 332 pèlerins à son bord, a décollé vers 00H15 de l'aéroport de Zhongchuan à Lanzhou, la capitale de la province du Gansu, dans le nord-ouest de la Chine.

    Des pèlerins vont aussi prendre l'avion lundi aux aéroports de Beijing, d'Urumqi, de Yinchuan et de Kunming, a fait savoir Yang Shuli, un responsable de l'Institut islamique de Chine.

    Pour mieux préparer les croyants à ce pèlerinage qui dure un mois, le gouvernement chinois a organisé des examens médicaux et des cours de formation pour eux.

    "Beaucoup d'entre eux viennent de régions rurales lointaines et manquent d'expériences de voyage. De plus, leur niveau en arabe ne suffit pas pour chanter le Coran et ils ne peuvent presque pas communiquer", a indiqué Ma Youcheng, vice-président de l'Association islamique du Gansu.

    "Je suis content qu'ils m'aient indiqué quoi prendre dans ma valise et les choses à faire et ne pas faire à l'étranger", a déclaré He Jingxiang de 61 ans qui quitte son pays natal pour la première fois.

    Chaque groupe est accompagné par des imams, des médecins et des officiels du gouvernement.

    Après avoir accompagné sa mère de 69 ans à l'aéroport de Zhongchuan, Ma Fenglin a annoncé que ce vol direct reliant Lanzhou à la Mecque lui faisait économiser au moins 5 000 yuans (753 dollars).

    "Auparavant, les pèlerins devaient aller à Beijing pour prendre l'avion, un voyage qui est cher et fatiguant pour des personnes âgées comme ma mère", a-t-il expliqué.

    "Maintenant, le coût moyen du voyage a diminué à 40 000 yuans (6 000 dollars) par personne", a-t-il poursuivi.

    La Mecque, lieu de naissance de Prophète Mohammed, est un lieu saint pour les musulmans du monde entier. La ville reçoit chaque année plus de 2 millions de pèlerins.

     

     

     

  • DES PELERINS CHINOIS A LA MECQUE.

    Départ du premier vol charter transportant des pèlerins chinois pour la Mecque

    LANZHOU, 30 octobre (Xinhua) -- Le premier groupe de pèlerins chinois de l'année a quitté vendredi la province du Gansu (nord-ouest) pour la Mecque, sur un vol charter d'Air China, a déclaré Ma Jianping, chef de l'Administration des affaires religieuses du Gansu.

    Les 332 pèlerins forment le premier groupe des 12 700 musulmans chinois qui effectueront le pèlerinage à la Mecque grâce à 41 vols charters du 30 octobre au 18 novembre, a précisé Ma Jianping.

    La plupart de ces pèlerins ont été vaccinés contre la grippe A/H1N1, a indiqué Chang Qingliang, directeur adjoint du bureau du pèlerinage de l'Association islamique de Chine.

    Plus de 40 travailleurs médicaux seront également envoyés à la Mecque, a indiqué M.Chang.