mosquée

  • Les musulmans de Chine célèbrent la fin du Ramadan

    2226510570.jpg

    En compagnie du responsable de la mosquée de Shenzhen

    7427ea210a0f18e810761b.jpg

    Des musulmans assistent à la prière de l'Aïd al-Fitr à la mosquée à Beijing.

    7427ea210a0f18e8105e18.jpg

    Ding Zihan, un jeune musulman de 22 mois, assiste aux célébrations de l'Aïd al-Fitr avec sa mère à la mosquée Doudian de Beijing, le 6 juillet 2016. Mercredi matin, plus d'un millier de musulmans se sont réunis à la mosquée Doudian à Beijing pour célébrer l'Aïd al-Fitr, qui marque la fin du Ramadan, le mois sacré de jeûne islamique.

     

    7427ea210a0f18e8106e1a.jpg

    Une jeune musulmane regarde d'autres personnes prier pendant les prières pour les fêtes de l'Aïd al-Fitr

     

  • Le ralentissement économique qui frappe actuellement la Chine ne l'empêche pas d' investir dans d'autres secteurs, comme le marché halal

    33333.png

    Pour la marque Shineway Group , la fabrication de  produits halal est  une priorité

    Selon Euromonitor International,  leader mondial des études de marchés stratégiques, les consommateurs musulmans  constitueront  plus d'un quart de la population mondiale d'ici 2030.   Le ralentissement économique qui frappe actuellement la Chine ne l'empêche pas d' investir dans d'autres secteurs, comme le marché halal, dont  l’industrie  pèse  500 milliards de dollars dans la balance du commerce mondial. Un marché gigantesque coinvoité par  la Chine qui a fait de ses  relations commerciales avec le monde musulman une de ses priorités économiques. 

     
    Dans la province chinoise de Gansu, plusieurs entreprises ont signé des accords commerciaux avec la Turquie et le Kazakhstan ( un marché de 91 millions de personnes pour ces deux pays)  afin d'exporter des produits alimentaires halal manufacturés.  Outre ces accords, la Chine multiplie depuis  une année l'organisation  de séminaires et conférences sur le halal qui ont notamment débouché sur une certification  halal commune  avec la Malaisie, pays majoritairement musulman.  
     
    La Chine a également fondé  à Wuzhong (la Silicon Valley du halal),  ville de la région autonome du Ningxia,  un pôle industriel de pointe spécialisé dans la fabrication de produit halal qui a attiré plus de 250 entreprises.  Le groupe alimentaire Shineway Group a déjà  investi plus  320 millions $ dans une unité de  production de viande halal.
     

    banner03.jpg

     

    Mais le label halal ne concerne pas uniquement la viande. Yili Group,   entreprise chinoise d' agroalimentaire qui pèse 8 milliards  de dollars a mis sur le marché un lait halal bio, qui connaît un véritable succès, avec des ventes estimées à 422 millions de dollars.  
    Pour  la société HCS Consultants, spécialisée dans le halal,   dont le siège est basé à Singapour, la Chine, forte de ses relations historiques avec le monde musulman et seconde puissance économique mondiale,  possède largement les moyens de conquérir une grande partie du marché halal international. Toutefois, la Chine devra éviter que se reproduise à l'intérieur  de ses frontières  des scandales du faux hallal ui ont terni son image auprès de certains pays islamiques. En 2013, les musulmans  ont été  trompés par de la fausse viande de bœuf halal.  La police de Xi’an, la capitale du Shaanxi, a ainsi saisi dans une usine locale plus de 20 000 kilos de porc traités artificiellement pour ressembler à du bœuf plus vrai que nature, à l’aide de produits chimiques tels que la cire de paraffine et des sels industriels, et estampillés du précieux label  halal. 
     

    2226510570.jpg

    Ce responsable m'a présenté la mosquée pour femmes de Wuzhong,

      
  • Des mosquées réservées aux femmes en Chine , les Musulmanes se sentent plus libres et heureuses en Chine qu'en Europe

    P1030146.JPG

    Après avoir lu dans le China Daily qu'il existait des mosquées pour femmes en Chine, voulant en avoir confirmation , je me suis rendu dans la plus importante mosquée de Shenzen . J'y ai rencontré un responsable qui m'a signalé que le vendredi, jour de prière pour tous les Musulmans du monde, 10000 fidèles se rendaient dans cette mosquée.

    2012-11-22 15.31.15.jpg

    Ce responsable venait de Lanzhou et il m'a confirmé ce que j'avais lu , qu'il existait bien des mosquées réservées aux femmes à Lanzhou dans le Gansu.

    Cette spécificité, considérée comme un précieux privilège, est particulièrement appréciée par la gent féminine musulmane et fait largement consensus : se recueillir dans des mosquées réservées aux femmes.

    Cette particularité qui constitue une opportunité unique pour les musulmanes d’approfondir leur connaissance religieuse et de s’imprégner pleinement de la beauté des lieux, suscite l’enthousiasme de 7 à 77 ans, et même au-delà, à l’image d’une octogénaire qui confiait au quotidien China Daily le 20 novembre dernier : « C’est une bénédiction d’avoir une mosquée que je peux visiter, peu de femmes musulmanes peuvent jouir d’un tel privilège ».

     

    Au cours des 20 dernières années, la vieille dame issue du groupe ethnique Hui a fréquenté avec assiduité la mosquée Lulan, la première du genre, qui est sortie de terre en 1956 sous l’impulsion de véritables pionnières de l’islam, qui voyaient déjà loin pour leurs coreligionnaires.

    Des prières sont dirigées par un imam et diffusées à travers un haut-parleur, l'entretien du lieu de culte et de la salle dédiée à l''enseignement étant confié aux croyantes, qui se disent fières d’être en mesure de le faire en y apportant un soin particulier. 

    La mosquée est financée uniquement par les dons des fidèles et des visiteurs féminins : "Nous recevons environ 2.000 à 3.000 yuans (321 $ à 481 $) par mois," a déclaré l’imam Tao Jinling, la liste des donateurs à l’appui, tout en précisant que 20 à 30 fidèles s'y rendent tous les jours, un nombre qui s'élève à 150 lors de la prière du vendredi Juma.

    http://www.fait-religieux.com/images/pages/asie_pacifique/qinghai.jpg

     

     

    En général, pendant les prières musulmanes, les femmes ne peuvent pas conduire les hommes, mais en revanche elles sont habilitées à le faire en présence de leurs coreligionnaires féminines, ce qui est le cas en Chine dans ces mosquées exclusivement destinées aux femmes.

    Les musulmans chinois ne tarissent pas d’éloges à l’égard de cette éclosion de mosquées faites par et pour les femmes, percevant les bienfaits qui rejaillissent sur leur éducation. "Seule la Chine disposent de mosquées féminines, mais ce n'est pas une pratique courante chez les musulmans chinois", a souligné Jin Rubin, secrétaire général de l'Association islamique de Chine, en ajoutant : "Mais une chose est sûre, c'est que les mosquées féminines peuvent leur fournir un meilleur niveau d'éducation, que l'Islam encourage fortement."

     

    Des femmes chinoises musulmanes après la prière. (Image : islaminchina.info)

    Wang Yuming, directeur de la mosquée de Xihu à Lanzhou, qui gère également une école pour les femmes, abonde dans ce sens : "Les musulmans se soucient de l'éducation des  femmes parce qu'à nos yeux elles sont le phare de la famille, leur influence contribue à la stabilité de notre société", a-t-il indiqué à China Daily.

    "En plus d'enseigner le Coran et l'Islam aux femmes musulmanes de tous âges, nous dispensons également des cours basiques de mathématiques, et les incitons à établir un vrai dialogue avec leurs enfants, sans sujet tabou, comme la drogue par exemple", a précisé ce dernier, avant de conclure en faisant de l'accès à la connaissance pour toutes les musulmanes une priorité : "Les musulmanes méritent d’accéder à un bon niveau d'éducation, et la mosquée s’impose comme le lieu idéal pour élargir leur horizon intellectuel et religieux."



  • Les Chinois construiront la grande mosquée d'Alger , troisième plus grand édifice religieux musulman du monde pour 1 milliard d'euros

    Les relations entre pays africains et Chine n'ont jamais été si florissantes . La Chine premier partenaire commercial du Brésil...

    Les pays émergents et en voie de développement démontrent que le monde tourne très bien éloigné des pays occidentaux.

    La China State construction ENRG (CSCEC) a remporté l'appel d'offres, damant le pion à d'autres groupes, notamment espagnols. Il réalisera le troisième plus grand édifice religieux musulman du monde pour 1 milliard d'euros.

    Le groupe public chinois China State construction ENRG (CSCEC) a obtenu la réalisation de la grande mosquée d'Alger, troisième plus grand édifice religieux au monde, pour plus de 109 milliards de dinars (1 milliard d'euros) et un délai de réalisation de 48 mois, a annoncé ce mercredi 19 octobre le ministère des Affaires religieuses algérien au site électronique TSA. L'information a été confirmée de source officielle.

    Le groupe chinois était en concurrence avec deux groupements. Le premier est algéro-espagnol, composé de Cosider (public), ETRHB Haddad (privé) et FCC Construction (Espagne). Il avait proposé 1,3 milliard d'euros et un délai de réalisation de 44 mois. Le second est italo-libanais, composé de Astaldi et ACC, avec une offre financière de 2,18 milliards d'euros et un délai de réalisation de 42 mois.

    D'une capacité de 120.000 fidèles, la future grande mosquée d'Alger dotée d'un minaret de 300 m de hauteur, sera le troisième édifice religieux musulman au monde, après les mosquées de Médine et de la Mecque, en Arabie Saoudite.

    Le projet comprend bâtiments indépendants, disposés sur un terrain d'environ 20 hectares avec une surface brute de plus de 400.000 m2, à Mohammadia à l'est de la capitale, en face de la baie d'Alger. La grande mosquée d'Alger sera dotée également d'une salle de conférences, d'un musée d'art et d'histoire islamiques, d'un centre de recherches sur l'histoire de l'Algérie, de locaux commerciaux, d'un restaurant, de bibliothèques et d'un parking de 6.000 places.

    Ali Idir, à Alger
  • BEIJING:RESTAURATION DES EGLISES ET MOSQUEES

    Eglises et mosquées seront restaurées à Beijing

    Le gouvernement de Beijing projette de reconstruire ou de restaurer 12 églises, mosquées et temples dans la capitale, a annoncé dimanche Yang Xiaodong, fonctionnaire du Bureau de religion municipale.

    Cette mesure vise à donner aux chrétiens, catholiques et protestants, ainsi qu'aux musulmans, bouddhistes et taoïstes un accès plus facile aux lieux de culte.

    La nouvelle a été confirmée par Fang Hailong, chef de projet de Beijing Fourth Engineering Company, qui a été choisie pour réaliser ces projets de reconstruction.

    La réalisation de ce projet, pour lequel le gouvernement municipal de Beijing va dépenser 12 millions de yuans ($ 1,75 millions), a commencé récemment à Changxindian dans le sud-ouest de Beijing, a dit M.Yang.

    "L'église au cœur du canton de Changxindian est un foyer d'accueil pour 200 catholiques environ, qui va rendre la vie plus facile aux fidèles, qui n'auront plus besoin de faire le trajet jusqu'à l'église catholique de Xuanwumen pour participer aux services religieux", a déclaré Wang Lei, directeur immobilier de l'Association des catholiques de Beijing.

    "Une fois que l'église sera reconstruite, les catholiques des arrondissements de Fengtai, Fangshan et Shijingshan dans le sud-ouest de Beijing pourront eux aussi assister à la messe", a-t-il dit.

    Construite il y a un siècle environ, l'église de Changxindian était la plus grande dans le sud-ouest de Beijing, mais elle a été transformée en un entrepôt, dans les années 1950 et 1960.

    "Le gouvernement central a adopté une politique de retour progressif des lieux de culte à leurs dimensions d'avant. Le projet de reconstruction de l'église de Changxindian, c'est la première étape dans cette direction", a dit le Père Zhao Qinglong, l'un des principaux coordinateurs du projet de reconstruction de Changxindian.

    En 2005, le gouvernement municipal de Beijing a cité le projet de reconstruction de Changxindian comme figurant parmi les 55 projets gouvernementaux indispensables pour mettre en œuvre la politique du gouvernement central.

    "Un plus grand nombre d'églises sont en projet de restauration et reconstruction... ces projets incluent entre autres l'église de Zhengfu et l'église de Pingfang dans les arrondissements de Chaoyang et de Haidian," a annoncé le prêtre Zhao Qinglong.

    "Les travaux de reconstruction du bâtiment administratif de l'évêché à proximité de l'église de Xishiku, un projet qui coûtera 67 millions de yuans, a déjà commencé", a-t-il ajouté.

    "Beijing a besoin d'un plus grand nombre de lieux de culte. Le nombre des catholiques à Beijing est de 50 000-60 000, mais nous n'avons que de 20 églises catholiques, 8 en centre-ville et 12 dans la banlieue", a affirmé le Père Matthew Zhen Xuebin, secrétaire général de l'Eglise catholique du diocèse de Beijing.

    "Le nombre de fidèles est en augmentation dans la mesure que les croyants disposent de plus de liberté pour choisir leur religion et que plus d'étrangers viennent à Beijing", a dit le Père Zhen.

    Wang Shunli vit dans l'arrondissement de Changping dans la banlieue de Beijing, mais il se rend à l'église catholique de Xuanwumen, éloignée de domicile. Après avoir entendu la nouvelle sur la reconstruction d'un plus grand nombre d'églises catholiques, il a dit: "C'est une bonne nouvelle et je serai parmi des milliers de croyants à en profiter parce que nous aurons plus de choix de lieux pour assister à la messe du dimanche."

    Le gouvernement municipal de Beijing projette également de reconstruire et de restaurer deux mosquées. L'une d'elles est située dans la rue de Jianfang dans le district de Xicheng et l'autre à Qianmen dans l'arrondissement de Xuanwu, a annoncé M.Ding, fonctionnaire chargé des affaires islamiques au Bureau de religion de Beijing.

    Les associations pour les deux autres religions n'étaient pas disponibles pour faire des commentaires le 18 janvier.