montargis

  • La place Deng Xiaoping inaugurée à Montargis

    0019b91ec98115887f5d22.jpg

    Mme Liu Yandong, vice-Première ministre chinoise, a inauguré la Place Deng Xiaoping, le 19 septembre à Montargis, dans le cadre des 110 ans de Deng et des 50 ans de l'amitié entre la Chine et la France.

    Dans les années 1920, l'ancien dirigeant chinois Deng Xiaoping a fait des études et travaillé à Montargis.

    0019b91ec98115887fa326.jpg

    Le séjour de cinq ans de Deng Xiaoping en France a commencé en automne 1920. À l'automne 1919, Deng Xiaoping, sous le nom de Teng Hei Hien, fut admis à l'école préparatoire de Chongqing, pour le mouvement Travail-Études en France. Influencés par le Mouvement du 4 Mai (1919) et avec l'esprit patriotique de « salut de la patrie par l'industrie », Deng Xiaoping et quelque autres 80 élèves partirent à l'automne 1920 pour la France dans le cadre du mouvement Travail-Études. Ils arrivèrent le 19 octobre en France, puis M. Deng et son oncle s'inscrirent au collège de Bayeux, en Normandie, pour apprendre le français. C'est ici que M. Deng passa sa seule période d'« Études » en France. D'après le livre Mon Père, Deng Xiaoping écrit par Deng Rong, fille de Deng Xiaoping, le Quotidien de Bayeux d'alors publia le 22 octobre un message intitulé Les étudiants arrivent à Bayeux, qui disait : « Une vingtaine d'étudiants chinois, conduits par deux compatriotes parlant couramment le français, sont arrivés à Bayeux hier soir. Envoyés en France par leur gouvernement, ces jeunes hommes suivront les cours qui les intéressent au collège de Bayeux pour connaître la langue et les mœurs françaises. Ils sont pensionnaires. » Au bout de cinq mois, la vie des étudiants devint très difficile à cause de la réduction des fonds aux études à l'étranger attribués par les autorités chinoises d'alors. Sans financement, la période d'études de Deng Xiaoping s'acheva, et il quitta Bayeux pour commencer sa période de « Travail ».

    En 1921, M. Deng, qui n'avait pas encore 17 ans, alla au Creusot, dans le sud de la France, pour travailler comme lamineur à l'usine Schneider.

    Mais il se retrouva sans emploi après quelques mois de travail. Dès lors, il fit plusieurs petits boulots dans des villes différentes. Il travailla à la fabrique d'éventails Chambrelent dans le Xe arrondissement de Paris, au bord du canal ; à la fabrique de galoches Hutchinson dans la commune de Chalette, près de Montargis ; comme ajusteur à l'usine automobile Renault, en 1925.

    Dans le cadre de son activité professionnelle, Deng Xiaoping, comme d'autres étudiants chinois avancés, fut influencé par la Révolution socialiste d'octobre en Russie et embrassa le marxisme pour s'engager sur la voie révolutionnaire. Il s'est rappelé que durant son séjour de cinq ans et deux mois en France, sous l'influence de ses camarades avancés et du mouvement ouvrier français, sa pensée commença à changer et il se mit à lire des livres sur le marxisme et à participer à des rassemblements procommunistes de Chinois et de Français. À l'été 1922, il rejoignit la Ligue de la jeunesse socialiste chinoise (le Parti communiste de la jeunesse chinoise en Europe, PCCJ), fondée en juin 1922.

    Le 1er août, le PCCJ créa son organe de presse, Jeunesse, dont le siège se trouvait en haut d'un café situé 5 Place d'Italie, à Paris. En raison de sa belle écriture, Deng Xiaoping était chargé de faire le travail d'impression dans la rédaction. Parmi ses collègues, se trouvaient Zhou Enlai et Li Fuchun qui devinrent plus tard des dirigeants de la Chine nouvelle. Le 1er février 1924, Jeunesse fut rebaptisé Lumière rouge, et officiellement publié. Deng Xiaoping reçut le surnom de « Docteur Polycopie » du fait de son travail à la rédaction.

    Lors de sa visite en France en 1975, en marge de ses activités diplomatiques, Deng Xiaoping est allé en voiture là où il avait vécu, travaillé pour la rédaction et bu du café. Mais, il n'a pas retrouvé le petit hôtel et le café qui lui étaient familiers.

    Le 30 mai 1925, un mouvement ouvrier et anti-impérialiste éclata en Chine et gagna la solidarité des Chinois en France. Ces derniers déclenchèrent des manifestations et des dizaines d'étudiants furent expulsés du pays. Deng Xiaoping, alors membre du Comité spécial dans la zone de Lyon-Creusot, rentra à Paris pour prendre la direction de la Ligue. Le 7 janvier 1926, Deng Xiaoping partit en Union soviétique.

    « Je pense que cette expérience en France a profondément marqué M. Deng Xiaoping et l'a inspiré dans sa lutte politique et pour la construction d'une Chine moderne et ouverte sur l'extérieur », a déclaré Jacques Chirac, dans une interview écrite accordée le 19 août 2004 au Quotidien du Peuple.

    Le 15 mai 1975, après trois jours de négociations intensives à Paris, Deng Xiaoping est parti visiter Lyon, où il vécut il y a presque cinquante ans. Lors de la cérémonie de bienvenue à l'hôtel de ville de Lyon, Deng Xiaoping a prononcé une allocution, à la fin de laquelle il a crié en français « Vive l'amitié entre les deux peuples ! », paroles qui furent suivies d'applaudissements prolongés.

    sans-titre.png

  • La promotion du « voyage rouge » dans une petite ville française où a travaillé Deng Xiaoping

    Montargis est une petite ville française d'une centaine de milliers d'habitants. À 100 km de Paris, cette ville tranquille et propre possède une histoire remontant à l'Antiquité.

    Olivier Duhamel, vice-président de l'Association amitié Chine de Montargis, se consacre depuis toujours à la promotion des échanges entre la Chine et la France.

    En tant que citoyen de Montargis, Olivier Duhamel remercie Deng Xiaoping, Cai Hesen et Xiang Jingyu, qui y ont habité et travaillé. Les histoires de ces personnages sont devenues des composantes importantes de la richesse intellectuelle de Montargis. Le « voyage rouge » organisé par le Bureau du tourisme de la ville est unique en France.

    Projet de construction d'un musée sur le voyage rouge

    Olivier Duhamel et sa femme ont fondé l'Association amitié Chine Montargis et assument respectivement les fonctions de vice-président et de présidente depuis dix ans. Sa femme Wang Peiwen est originaire de Hangzhou, en Chine. Elle est arrivée en France dans les années 1980. Tous deux sont médecins. En 1993, Wang Peiwen est arrivée à Montargis avec Olivier Duhamel. Après avoir découvert les liens de cette ville avec le Parti communiste chinois (PCC), ils ont décidé de suivre ensemble les traces des révolutionnaires vieilles de 90 ans à Montargis.

    En 20 ans, ils ont recueilli une grande quantité de documents sur les traces des premiers membres du PCC, espérant garder dans le cœur l'épanouissement dur et glorieux des révolutionnaires et les efforts des peuples chinois et français pour la recherche de l'amitié à travers les générations.

     

    Montargis : circuit chinois

    Leurs efforts ont été récompensés. En 2005, la mairie de Montargis a inauguré un itinéraire rouge intitulé « le chapitre de la Chine inscrit dans l'histoire de Montargis » à l'intérieur de la ville, afin de présenter les traces des personnages chinois historiques qui y ont travaillé pour payer leurs études. Montargis est ainsi devenu la seule ville française à créer un voyage rouge relatif au PCC.

    Pour faciliter la visite des touristes chinois, on a mis des plaques en chinois et en français devant les lieux historiques ainsi que des photos présentant des histoires et anecdotes méconnues.

    Aujourd'hui, ce couple projette de construire un musée sur le voyage rouge à Montargis. Ils ont recueilli nombre de reliques et de documents historiques précieux.

    Deng Xiaoping et le père d'Olivier Duhamel ont travaillé dans la même usine

    Le père d'Olivier Duhamel a 93 ans. Avant sa retraite, il a travaillé 21 ans à l'usine Hutchinson. Il s'agit également de l'usine où Deng Xiaoping a travaillé. Il parle souvent à son fils de son expérience à Hutchinson, et il est fier d'avoir travaillé dans la même usine que Deng Xiaoping. Il a une amitié profonde avec les Chinois.

    Leur voisine, la mère de René Dumont (père spirituel des Verts), était présidente de l'école où les Chinoises, notamment Xiang Jingyu et Cai Chang, ont fait leurs études. Dumont lui-même avait fait, dans les années 1920, la connaissance de Cai Hesen, de Li Lisan, de Li Weihan, de Cai Chang et de Deng Xiaoping. Certains ont habité chez lui.

    La petite ville s'applique à la protection culturelle

    Il y a quelques années, Olivier Duhamel a reçu les descendants de certaines de ces personnalités chinoises historiques. Il les a conduits à la recherche des traces laissées par leurs ancêtres. Avant de partir, ils ont planté un arbre symbolisant l'amitié sino-française au parc Durzy.

    Selon Olivier Duhamel, le PCC est un grand parti politique qui est ouvert et tolérant. Zhou Enlai a fait plusieurs voyages entre Paris et Montargis. Deng Xiaoping a lancé la politique de réforme et d'ouverture. Ces jeunes talents ont tous réalisé leur rêve dans l'administration du pays.

     

    Deng Xiaoping fait ses études et travaille en France.

    Deng Xiaoping quand il faisait des études  et travaillait en France

    Comme tout le monde le voit, la petite ville de Montargis possède une culture bien protégée. L'homme et la nature vivent en harmonie. Olivier Duhamel souhaite que notre amitié se perpétue avec l'histoire et que notre culture reflète et embrasse toutes les ambitions et recherches humaines à travers les vicissitudes