microblog

  • La moitié des enfants chinois qui vivent en ville,utilisent les médias sociaux

    001fd04cfc2214d42dc53a.jpg

    Une enquête vient de révéler qu’environ 51 % des enfants urbains chinois âgés de 6 à 12 ans ont un microblog.

    Les centres d’activité pour enfants de 15 villes, dont Beijing, Shanghai, Wuhan et Lanzhou, ont demandé à 3 306 enfants de répondre à un questionnaire portant sur leurs habitudes sur les médias sociaux, a rapporté dimanche people.com.cn.

    Il s’agit du premier sondage de ce genre. L’enquête a révélé que 44,5 % des enfants urbains ont des téléphones portables et près de 68 % ont accès à des tablettes. Ces enfants seraient capables d’utiliser des ordinateurs ou des téléphones portables dès la maternelle.

    Les enfants ont déjà l’habitude de communiquer sur QQ, Weibo et WeChat. 84,8 % des sondés avaient un compte QQ (le service de messagerie instantanée le plus populaire de Chine), et près de 70 % d’entre eux utilisaient la messagerie tous les jours. Plus de 51 % ont déclaré que QQ était leur principal outil virtuel de communication.

    Environ 51 % utilisent Weibo, l’équivalent chinois de Twitter, et 45,7 % ont un compte WeChat. Ils utilisent également WeChat pour communiquer avec des personnes à proximité, des individus qu’ils ne connaissent pas pour la plupart.

    L’enquête a révélé que les habitudes en termes de réseaux sociaux des enfants chinois sont semblables aux adultes. Près de 80 % utilisent l’ordinateur pour rechercher des informations tous les jours et 46,8 % lisent des informations en ligne. Beaucoup d’enfants ont également dit qu’ils se tournent vers Internet quand ils rencontrent des difficultés dans leur vie quotidienne.

    Les tablettes, les ordinateurs et les téléphones portables sont également très utilisés pour le jeu par les enfants chinois.

    L’enquête suggère que plus de 90 % des sondés jouent à des jeux en ligne et 42 % dépensent de l’argent dans des jeux tous les mois.

    Plus de 70 % des enfants qui ont accès à des tablettes considèrent ces outils uniquement comme des plateformes de jeux.

    Le sondage a également révélé que plus de 30 % des enfants estiment mieux maîtriser les nouvelles technologies Internet que leurs parents.

  • Les deux principales plate-forme de blogs chinois suspendent leur fonction commentaire pour "éliminer les rumeurs"

    Les deux principaux sites de microblogage chinois, weibo.com et t.qq.com, ont suspendu leur fonction commentaire après avoir été sanctionnés pour avoir permis à des rumeurs de se propager.

    Le site t.qq.com, opéré par Tencent, a publié une annonce sur Internet samedi matin concernant sa décision de suspendre sa fonction commentaire du 31 mars au 3 avril afin d'empêcher la propagation de rumeurs et autres informations illégales via son service de microblogage.

    Le site weibo.com opéré par Sina a également publié samedi une annonce, selon laquelle le site suspendrait sa fonction commentaire durant la même période.

    Les autorités chinoises ont fermé seize sites internet et arrêté six personnes responsables d'avoir "fabriqué et propagé des rumeurs en ligne".

    Le Bureau d'État de l'Information sur Internet (BEII) et la police de Beijing ont indiqué vendredi que ces sites internet avaient été fermés pour avoir propagé des rumeurs, fabriquées récemment par des gens sans foi ni loi, affirmant que "des véhicules militaires sont entrés dans Beijing" et que "quelque chose ne va pas à Beijing".

    La police de Beijing a également arrêté six personnes suspectées d'avoir fabriqué et propagé ces rumeurs, essentiellement via les plates-formes de microblogage, a-t-on appris du Bureau municipal de la sécurité publique de Beijing.

    Un porte-parole du BEII a ajouté qu'en raison du nombre de rumeurs apparues sur weibo.com et t.qq.com, les deux sites de microblogage les plus populaires ont été "critiqués et sanctionnés en conséquence" par les autorités de gestion de l'information sur Internet de Beijing et de la province du Guangdong.

    On ne peut que féliciter les autorités chinoises pour leure prompte réaction. Il faut punir de la même manière ceux qui ne respectent pas le code de déontologie sur internet comme on le fait pour les autres médias.

    En occident aussi on serait bien inspiré de réagir et je prends pour exemple "skynet.be" qui laisse se répandre un tas de frustrés qui sous couvert de l'anonymat  répandent leurs logghorées racistes.