michel rocard

  • Pour l'ancien premier ministre français Michel Rocard,la Chine pourrait contribuer grandement à améliorer la gouvernance du monde

    Michel-Rocard.jpg

    L'Occident s'attend à ce que la Chine, avec ses nouveaux dirigeants, joue un plus grand rôle dans le monde, car la participation de Beijing est essentielle pour résoudre le ralentissement de l'activité économique et pour créer un nouvel ordre pour le système financier mondial, selon l'ancien premier ministre français Michel Rocard.

     

    « Le dysfonctionnement du système financier mondial actuel est si profond que les recettes classiques ne marchent pas. L'Occident ne peut pas appliquer des stratégies pour résoudre la crise économique sans les Chinois », a indiqué M. Rocard au China Daily.

     

    L'Occident « cherche à ce que la Chine joue un plus grand rôle »

     

    Il s'est exprimé alors qu'il assistait à l'Assemblée populaire nationale qui est en cours à Beijing, laquelle élira les nouveaux dirigeants de l'État.

     

    M. Rocard a indiqué que, déjà, la Chine représente environ 9 à 10 % du commerce mondial, et il pense que ce pourcentage doublera en dix ans. Il a ajouté que le pays sera le joueur le plus actif au sein des organismes internationaux tels que l'Organisation mondiale du commerce et le Fonds monétaire international.

    Camille Gutt, ancien ministre des Finances de Belgique, fondateur et premier Directeur-général du FMI

     

    M. Rocard a aussi indiqué que la Chine assume une responsabilité internationale croissante et pourrait contribuer sensiblement à l'amélioration de la gouvernance du monde. « Mon souhait est que les nouveaux dirigeants de la Chine puissent le reconnaître et agir », a-t-il dit.

     

    Alors que les gouvernements européens recherchent plus d'investissement de la part de la Chine pour aider à régénérer la croissance et les emplois, la Chine vit une transformation économique avec un accent sur la consommation et la durabilité, et l'Europe a une riche expérience à partager à ce sujet.

     

    Selon M. Rocard « pour M. Xi Jinping et les nouveaux dirigeants de la Chine, il y a donc une occasion fantastique d'expliquer au peuple chinois que l'Europe et la Chine partagent un avenir commun. »

     

    Rocard, 83 ans, a servi comme premier ministre français de 1988 à 1991 sous la présidence de François Mitterrand. Il est également cofondateur du Forum Chine-Europe, une tribune de dialogue pour les fonctionnaires et les chercheurs européens et chinois, fondée en 2005.

     

    Il a visité souvent la Chine, démontrant ainsi son vif intérêt pour ce qui se passe dans le pays.

     

    Tout en applaudissant le développement rapide du pays, M. Rocard a fait une mise en garde contre la bulle immobilière et contre une trop forte dépendance envers les exportations, ce qui pourrait mettre en danger l'économie de la Chine.

     

    « La Chine ne peut plus jouer la carte des exportations, a-t-il dit. Le problème que vous affrontez est de réorienter votre économie vers la demande intérieure et de créer un mécanisme à cet égard. »

     

    Présentant ses observations sur les relations sino-françaises, M. Rocard a indiqué que la visite prévue du président François Hollande en Chine est « symboliquement très importante », car elle préparera l'amélioration de la coopération entre les deux pays pour résoudre la crise économique.

    13209909_11n.jpg