massacre

  • Organisation d'une cérémonie nationale à la mémoire des victimes du massacre de Nanjing par les troupes japonaises

    aa 5787.JPG

    Une cérémonie commémorative nationale sera organisée samedi dans la ville orientale de Nanjing dans le cadre de la première Journée nationale à la mémoire des victimes du massacre de Nanjing.

     

    Les dirigeants d'Etat et du Parti communiste chinois (PCC) participeront à cette cérémonie, qui se déroulera au Mémorial des victimes du massacre de Nanjing.

     

    La cérémonie sera retransmise en direct par la Radio nationale de Chine (CNR), la Télévision centrale de Chine (CCTV), la Radio Chine Internationale (CRI), ainsi que sur les sites Internet de la presse tels que xinhuanet.com, people.com.cn, cntv.cn et china.org.

     

    Le Japon a envahi le nord-est de la Chine en septembre 1931 avant de lancer une invasion d'envergure le 7 juillet 1937. Environ 35 millions de soldats et de civils chinois ont été tués ou blessés lors de la guerre de résistance qui a pris fin en 1945.

     

    Les troupes japonaises ont occupé, le 13 décembre 1937, la ville de Nanjing, capitale du pays à l'époque, et ont commis sur place un massacre atroce pendant plus de 40 jours. Plus de 300.000 soldats chinois, qui avaient déposé leurs armes, et civils chinois ont perdu la vie. Quelque 20.000 femmes ont été violées.

     

     

    aa 5956.JPG

    En hommage à John Rabe, cet Allemand qui sauva ,au péril de sa vie , plus de 200000 Chinois à Nanjing. Ce geste lui couta son poste de directeur chez Siemens. Il fut emprisonné par Hitler . Après la guerre, il vécut dans la misère , ne survivant que grâce à l'aide des habitants de Nanjing et des colis que ceux)ci lui envoyaient. A sa mort ,en Allemagne, fait unique, les habitants de Nanjing ont demandé le transfert de son corps afin qu'il repose au milieu des gens de Nanjing qu'il aimait tant.

     

  • Aujourd'hui, 77e anniversaire de la guerre d'agression japonaise contre la Chine qui fit 30 millions de morts côté chinois

    Hommage aux 30 millions de morts ,sauvagement assassinés par l'armée japonaise aussi barbare que l'armée nazie qui extermina 6 millions de juifs. Les Juifs le rappellent , à juste titre , à chaque occasion. La Chine et les Chinois doivent en faire autant et prendre exemple sur leurs amis juifs et sans cesse rappeler au monde à quel point fut la cruauté des Japonais. Car nous devons bâtir un monde où nous serons tous juifs et chinois.

    10505454_1440126586258495_837032365979252682_n.jpg

    La Chine fut la plus grande victime de la guerre d'agression lancée par les militaristes japonais; le peuple chinois a énormément souffert de la guerre de l'agression du Japon contre la Chine. Dans la guerre à grande échelle de l'agression lancée par le Japon contre la Chine à partir de 1937 la plupart des plus de 30 millions de Chinois qui ont été brutalement tués par les Japonais ,étaient des femmes et des enfants.

    10453322_1440126582925162_2355755795225543284_n.jpg

    Ce que je présente ici, ce n'est pas dans un but de sensationnalisme et encore moins de voyeurisme,

    mais pour faire réfléchir sur la bestialité militariste et idéologique afin que ceci n'arrive plus jamais.

    10479201_1440126666258487_8603219644638150696_n.jpg

    10353646_1440126802925140_1092673110278668620_n.jpg

    10488082_1440127136258440_8567047129747342553_n.jpg

  • Nanjing envisage de construire un musée sur les esclaves sexuelles de la Seconde Guerre mondiale

    PB160025.JPG

    Mémorial de Nanjing

    Les autorités municipales de Nanjing  envisagent de construire un musée sur le site où des femmes chinoises ont été forcées de se prostituer pour les troupes japonaises durant la Seconde guerre mondiale.

    Le site comporte sept bâtiments de deux étages le long de l'allée de Liji, près de la rue Taiping sud, dans l'arrondissement de Baixia de Nanjing, capitale de la province du Jiangsu.

    Cai Jia, responsable de l'information de l'arrondissement de Baixia, a indiqué que le gouvernement de Baixia avait soumis une proposition de faisabilité aux autorités municipales pour approbation.

    Si le plan est approuvé, le musée sera ouvert aux touristes en 2014, comme une annexe du Mémorial du massacre de Nanjing, a indiqué M. Cai.

     

    PB160027.JPG

    Sous ces pierres, reposent 10000 victimes du massacre japonais

    Des dizaines de milliers d' esclaves sexuelles ou "femmes de réconfort", venant du Japon, de la péninsule coréenne et de la Chine ont été forcées de se prostituer pour les soldats japonais durant l'invasion japonaise.

    Selon M. Cai, le site, en tant que preuve des atrocités commises par l'armée d'invasion japonaise, est un miroir de l'histoire et un avertissement pour l'avenir.

    PB160032.JPG

    On ne sort pas indemne d'un tel lieu et comme après ma visite à Dachau se mêlèrent en moi un curieux mélange de tristesse et colère

    Les armées japonaises ont occupé Nanjing le 13 décembre 1937 et lancé un massacre général qui a duré six semaines. Plus de 300 000 personnes, dont les soldats désarmés, mais aussi les civils, ont été massacrés au cours de cet épisode sanglant.

    PB160038.JPG

    Ici fut découvert un charnier , oeuvre des troupes japonaises

     

    PrinceYasuhiko Asaka un des grands responsables japonais de la boucherie de Nanjing

    Quelque 100 000 à 200 000 femmes asiatiques ont été forcées de fournir des services sexuels pour l'armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale.

     

    PB160047.JPG

  • Massacre de Nanjing par les troupes japonaises -photo du jour

    PB160037.JPG

    Alors que dimanche on perpétrait les 70 ans des massacres à l'aide de l'arme bactériologique par les Japonais en Chine, jeudi je me trouvais au Mémorial de Nanjing saluant les 300000 Chinois assassinés et massacrés à Nanjing par les Japonais qui furent aussi cruels à l'égard des Chinois que les Nazis à l'égard des Juifs.

     

  • Chine : 70e anniversaire d'un massacre perpétré par le Japon à l'aide d'armes bactériologiques

    Une cérémonie s'est tenue dimanche dans la province du Zhejiang (est) à la mémoire des victimes de la guerre bactériologique menée il y a 70 ans par les agresseurs japonais.

     

    L'armée japonaise avait ainsi utilisé des bombes bactériologiques dans une attaque sur Chongshan, avant d'incendier ce village le 18 novembre 1942 afin d'en détruire les preuves, faisant 176 morts.

    "Bien que la force d'une seule personne soit limitée, je voudrais à travers mes efforts faire découvrir à davantage de Japonais ce qui s'est réellement passé", a déclaré Nishisato Fuyuko, une journaliste japonaise participant à cette cérémonie.

    Selon elle, peu de Japonais réalisent que les tensions actuelles entre la Chine et le Japon découlent de faits historiques.

     

    Nishisato Fuyuko s'est fait connaître en participant à la production d'un documentaire télévisé sur l'Unité 731, l'unité de recherche bactériologique de l'Armée impériale japonaise. Le documentaire raconte les exactions de cette troupe japonaise qui a recruté des scientifiques pour développer et utiliser des armes bactériologiques en Chine.

    Les agresseurs japonais ont ainsi lâché des bombes bactériologiques sur le village de Chongshan le 3 septembre 1942, causant un mois plus tard une épidémie. Des troupes japonaises, dont l'unité 731, sont ensuite entrées dans ce village en novembre 1942 pour y prélever des échantillons sur des cadavres et effectuer des expérimentations sur des personnes vivantes, notamment des vivisections sans anesthésie.

    D'après des documents locaux, 1.318 personnes ont été tuées à Yiwu, ville de la province du Zhejiang, au cours de cette guerre bactériologique.

  • La Chine dépose ses représentations sur la négation du Massacre de Nanjing par le maire japonais de Nagoya

    La Chine a déposé des représentations auprès du Japon concernant la négation du Massacre de Nanjing proférée par un maire japonais, a déclaré mercredi Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

    Interrogé si l'incident aurait un impact sur les relations sino-japonaises, M. Hong a répondu que le gouvernement chinois soutenait la décision des autorités municipales de Nanjing de suspendre leurs contacts avec la ville japonaise de Nagoya.

    "Nous exprimons notre compréhension et notre soutien envers cette décision et suivons de près la question", a indiqué M. Hong lors d'une conférence de presse régulière.

    Il a souligné que la partie chinoise avait déjà clarifié sa position sur l'incident.

    Notant que cette année marque le 40e anniversaire de la normalisation des relations sino-japonaises, il a indiqué que la partie japonaise devait respecter les principes des accords historiques réalisés entre les deux pays et s'efforcer de promouvoir les relations bilatérales de manière saine et stable.



    "Ceci est dans l'intérêt fondamental des deux pays et de leurs peuples", a expliqué le porte-parole.

    Le maire de Nagoya, Takashi Kawamura, a affirmé lundi que le Massacre de Nanjing "ne s'était probablement jamais produit", lors de sa rencontre avec une délégation de Nanjing, capitale de la province du Jiangsu (est de la Chine).

    Le gouvernement municipal de Nanjing a annoncé mardi soir qu'il suspendrait ses échanges officiels avec la ville japonaise de Nagoya. Un porte-parole du bureau municipal des Affaires étrangères a indiqué que les remarques de Takashi Kawamura avaient déformé les faits historiques et "gravement blessé les sentiments du peuple de Nanjing".

    Lors d'une conférence de presse tenue lundi, M. Hong a affirmé que le Massacre de Nanjing était une atrocité avérée et reconnue par la communauté internationale.

     



    Le Massacre de Nanjing est survenu en décembre 1937, alors que les troupes japonaises occupaient la ville qui était à l'époque la capitale chinoise. Plus de 300 000 Chinois ont été tués par les envahisseurs, et de nombreuses femmes ont été violées.

    Nanjing et Nagoya ont établi des relations de villes jumelées en 1978

     

  • John Rabe , membre du parti Nazi , qui sauva 250000 chinois lors du massacre de Nankin par les troupes japonaises

    L'histoire que je tiens à vous conter est une histoire peu banale et le héros de cette histoire est un personnage hors du commun.  Ce n'est pas moi qui ai sorti ce personnage surprenant de l'oubli et du tréfonds des oubliettes de l'histoire , si j'en viens à vous présenter John Rabe , c'est qu'un réalisateur allemand Florian Gallenberger a eu la bonne idée de faire un film qui relate la vie de cet allemand ,membre du parti nazi ,qui a eu une existence romanesque telle que certains n'hésitent pas à le comparer à Schindler et est connu en Chine sous le nom du "Bouddha vivant de Nanjing ".


    John Rabe (23 novembre 1882-5 janvier 1950) est un homme d'affaires allemand  qui après une carrière de plusieurs années en Afrique s'est embarqué pour  la Chine en 1908 , où il travailla  de 1910 à 1938 pour Siemens AG à Shenyang, Beijing et Tianjin, puis à Shanghaï et plus tard à Nanjing (Nankin).Après avoir envahit la Chine en 1931 , le Japon bombarda Nanjing en 1937 et  les soldats japonais envahirent la ville où ils massacrèrent 300000 civils chinois , ils violèrent les femmes , égorgèrent femmes et enfants .Rabe crée alors , avec d'autres ressortissants étrangers, un Comité et une zone internationale pour fournir aux civils de Nanjing nourriture et abri. Lui et les administrateurs de la zone internationale entreprennent  alors de circonscrire le massacre perpétré par les soldats nippons en protégeant de leur mieux les civils.Les gens sont pris de panique et Rabe ouvre les portes de l’usine pour que ses ouvriers et leurs familles puissent venir s’y réfugier. . Alors que l’armée impériale japonaise traite la population civile chinoise avec une brutalité insoupçonnée, Rabe et les siens parviennent à arracher aux Japonais la zone de sécurité prévue. Des centaines de milliers de gens affluent vers la zone.On estime que Rabe sauva de la sorte plus de 250000 chinois.

    Le prince Asaka , grand-oncle de l'Empereur Hirohito qui commandait les troupes japonaises à Nanjing

     Il est rapatrié en Allemagne par sa compagnie en février 1938. Membre du parti nazi, il profite de ses contacts pour se rendre en avril à Berlin où il donne quelques conférences sur les atrocités de Nanjing, notamment au Bureau des Affaires étrangères d'Alfred Rosenberg. Lors d'une cérémonie confidentielle, il reçoit la médaille de la Croix-Rouge allemande sur recommandation de l'ambassadeur allemand à Nanjing.
    Il écrit  à Hitler en offrant de lui transmettre un film et des photographies montrant les  atrocités de Nanjing . Dans cette lettre , il demande à Hitler  d'user de son influence afin de persuader les Japonais d'arrêter les massacres.Cette démarche eu comme seul résultat qu'il fut détenu et interrogé par la Gestapo, puis libéré grâce à l'intervention de Siemens AG.

    Victimes du massacre japonais de Nanjing


    Aptès la guerre ,il est dénoncé comme nazi et arrêté par les Soviétiques, puis remis aux Britanniques. Il est finalement exonéré de toute charge par les forces d'occupation. Néanmoins, il perd son travail et survit après guerre grâce à des colis mensuels de nourriture et d'argent envoyés par les habitants de Nanjing qui pourtant à l"époque étaient relativement pauvres et parfois dépourvus de l'essentiel.
    Après la guerre, Il meurt d'une crise cardiaque le 5 janvier 1950. En 1997, sa dépouille est transférée de Berlin à Nanjing où elle est accueillie avec les honneurs. Il repose désormais à l'emplacement du mémorial du massacre.
    Depuis décembre 2006, il y a un centre de recherche nommé „Rabe“ dans l’ancienne résidence à Nanjing de John Rabe . Le Service autrichien à l'étranger fut invité à y envoyer des jeunes volontaires autrichiens de la paix.
    On ignorearit tout de ce fabuleux personnage si en 1996 , Iris Chang n'avait retrouvé ses mémoires qui furent traduites en anglais publiées sous le titre The Good man of Nanking (Knopf, 1998).

     

    Soldats japonais exécutant leurs basses oeuvres à Nanjing

    Iris Shun-Ru Chang , née le 28 mars 1968, décédée le 9 novembre 2004 est une historienne et journaliste chinoise connue pour son best-seller Le Viol de Nankin (1997) qui raconte l'histoire du massacre de Nankin. Elle s'est servie des mémoires de John Rabe comme preuve intangible des massacres de Nanjing perpétrés par les Japonais qui à ce moment en niaient toujours l'existence.

    Iris Shun-Ru Chang (Irène Chang)

    Corps d'enfants chinois , assassinés par les soldats japonais

     

  • 73e anniversaire du massacre de Nanjing

    Ce lundi marque le 73e anniversaire du massacre de Nanjing. Les troupes japonaises ont occupé Nanjing le 13 décembre 1937, et y a lancé un massacre de six semaines. Selon les archives chinoises, plus de 300 000 personnes, dont des soldats désarmés et des civils, ont été tuées.

    Des policiers armés déposent des gerbes de fleurs lors d'une cérémonie sur la place du Mémorial des victimes du massacre de Nanjing

    Une assemblée bouddiste à la mémoire des victimes du massacre de Nanjing

    Des moines bouddhistes de Chine et du Japon ont organisé une assemblée religieuse lundi à Nanjing, capitale de la province chinoise du Jiangsu (est), pour se souvenir des victimes du massacre de Nanjing.

    Parmi les participants à cette cérémonie qui s'est tenue au Mémorial des victimes du massacre de Nanjing, on pouvait compter 15 moines de 6 temples bouddhistes japonais, plus de 50 moines et bouddhistes chinois, ainsi que 30 survivants et des membres de familles de victimes.

    Ce lundi marque le 73e anniversaire du massacre de Nanjing.

    She Ziqing, un survivant de 78 ans qui a participé à la cérémonie, raconte que chaque année lors des commémorations, "ma famille, qui a été cruellement assassinée par les envahisseurs japonais, me manque. J'espère que toutes les victimes peuvent reposer en paix".

    Les troupes japonaises ont occupé Nanjing le 13 décembre 1937, et massacré plus de 300 000 personnes pendant six semaines, dont des soldats désarmés et des civils.

    Des représentants du Syndicat des chemins de fer de l'est du Japon participent à une cérémonie sur la place du Mémorial des victimes du massacre de Nanjing

    

    Des personnes déposent des fleurs au Mémorial des victimes du massacre de Nanjing

    

    

    Des gens sonnent une cloche en symbole de paix lors d'une cérémonie sur la place du Mémorial des victimes du massacre de Nanjing

    

  • NANJING,CHINOIS ET JAPONAIS PRIENT POUR LES VICTIMES DU MASSACRE JAPONAIS.

    Des bouddhistes chinois et japonais ont organisé une cérémonie religieuse à la mémoire des victimes du massacre de 1937 à Nankin
    F200812160914432691638192[1]

    Des dizaines de bouddhistes chinois et japonais ont organisé, le 13 décembre, une cérémonie religieuse pour la paix mondiale, au Mémorial des massacrés par les envahisseurs armés japonais de Nankin, à la mémoire du 71e anniversaire du décès des 300 000 victimes.

     

     

  • NEGATIONISTES JAPONAIS

    La Chine indignée par un article tentant de justifier l'agression militaire du Japon

      

     

        BEIJING, 1er novembre La Chine a exprimé samedi  sa vive indignation envers un article rédigé par le général  japonais Toshio Tamogami qui nie l'agression du Japon en Asie  pendant la Seconde Guerre mondiale. 

         "Nous sommes choqués par le déni de l'agression du Japon et la glorification ouverte de son histoire de l'invasion par ce haut  officiel militaire japonais. Nous exprimons notre énergique  indignation à son encontre", a déclaré la porte-parole du  ministère chinois des Affaires étrangères Jiang Yu. 

         Un article écrit par le général Toshio Tamogami, chef  d'Etat-major de la Force d'autodéfense aérienne du Japon, a été  publié vendredi sur Internet. Tamogami prétend dans son article  que le Japon a été injustement accusé d'être un pays agresseur  concernant la guerre en Chine et la Seconde Guerre mondiale. 

         Peu après la publication de cet article, le ministre japonais  de la Défense Yasukazu Hamada a annoncé qu'il démettrait Tamogami  de son poste, parce que l'article de ce dernier allait à  l'encontre de la position officielle du gouvernement, ainsi qu'à  l'encontre de la déclaration publiée en 1995 par Tomiichi Murayama, alors Premier ministre japonais, qui exprimait un profond regret  sur la colonisation et l'invasion de pays asiatiques par le Japon  dans le passé. 

         "Nous avons constaté l'attitude et les mesures prises par le  gouvernement japonais", a ajouté Jiang Yu, appelant les deux  nations à travailler ensemble pour sauvegarder les relations  bilatérales. 

         "La guerre d'invasion déclenchée par les militaristes japonais a infligé de lourdes souffrances aux peuples de ces pays  asiatiques, dont le peuple chinois, ce qui est un fait historique  indéniable", a souligné Mme Jiang. 

         "Une conception correcte et un traitement approprié de  l'histoire de cette période est le fondement politique important  de la progression des relations d'amitié et de coopération entre  la Chine et le Japon", a-t-elle conclu.