masacre

  • Chine : la "Semaine de la culture japonaise" reportée suite à la négation du massacre de Nanjing par un maire japonais

    La ville de Nanjing a décidé vendredi de reporter la "Semaine de la culture japonaise" initialement prévue en mars pour protester contre les déclarations brutales d'un maire japonais niant l'existence du Massacre de Nanjing (Nankin).

    L'Association de la population de Nanjing pour l'amitié avec l'étranger a annoncé dans un communiqué avoir informé la partie japonaise de cette décision.

     

    La Semaine de la culture japonaise est un événement annuel co-organisé par l'association de Nanjing et le consulat général du Japon à Shanghai, qui propose des activités d'échange culturel entre les jeunes des deux pays.

    Takashi Kawamura, maire de la ville de Nagoya, a déclaré que le Massacre de Nanjing "ne s'était probablement jamais produit", lors de sa rencontre avec une délégation de Nanjing, ville dont la population civile a été victime de massacres, de viols et d'un génocide suite à l'invasion japonaise de la ville en 1937.

     

    Cette négation a provoqué une vive réaction de la population chinoise, et de nombreux Chinois exigent de M. Kawamura des excuses immédiates et appellent à un boycott des voyages dans la ville de Nagoya.

    Nanjing a suspendu ses échanges officiels avec Nagoya. Les deux villes sont jumelées depuis 1978.

    Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré le mois dernier que le massacre de Nanjing était "une atrocité reconnue par la communauté internationale".

    Le Massacre de Nanjing a eu lieu en décembre 1937, alors que les troupes japonaises occupaient la ville qui était alors la capitale de la Chine. Plus de 300 000 Chinois ont été tués par les soldats japonais au cours de l'occupation.