martyr

  • Les martyrs oubliés du Tibet de Fauconnet-Buzelin ou l'histoire de victimes de la cruauté des moines bouddhistes tibétains

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6653/zh/archive/2012/12/21/les-martyrs-oublies-du-tibet-de-fauconnet-buzelin-ou-l-histo1.html

    Reading the article in English http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6653/en/archive/2012/12/21/les-martyrs-oublies-du-tibet-de-fauconnet-buzelin-ou-l-histo1.html

    60a46f9c-486d-11e2-9bf9-624880d43298-200x300.jpg

    Les martyrs oubliés du Tibet (1855-1940). Chronique d'une rencontre manquée,de Françoise Fauconnet-Buzelin, Cerf.

    Durant un siècle, les catholiques en mission chez les bouddhistes tibétains furent victimes de harcèlement voire de grandes violences et d'extrême cruauté.

     On a l'image en Occident d'un Toit du monde aussi immaculé que la neige qui recouvre ses montagnes. D'un Tibet pur et tolérant . D'un peuple de mystiques pacifistes et détachés des choses de la Terre. L'air de ressemblance des bonzes tibétains avec des moines catholiques explique en partie ce regard favorable, sinon cette fascination. On projette sur ce monde lointain une spiritualité perçue dans sa pureté originelle.

    Hélas, l'histoire du Tibet réel se révèle moins idyllique que cet idéal. En témoignent les tribulations que vécurent là-bas durant un siècle les prêtres français des missions étrangères, qui subirent le harcèlement continu des lamas et de leurs sbires. Cela se finit toujours  très mal, comme le montre le livre très fouillé de Françoise Fauconnet-Buzelin, historienne et conservatrice du patrimoine, qui chronique cette «rencontre manquée» entre catholiques et bouddhistes tibétains.

    Huit de ces prêtres furent assassinés entre 1864 et 1940. Henri Mussot, flagellé avec des épines, fut attaché en croix et tué par balles. Le père Durand, touché lui aussi par une arme à feu, tomba dans le fleuve et se noya. Quant au Breton Pierre-Marie Bourdonnec, on le cribla de flèches empoisonnées et il fut décapité entre les mâchoires. Jules Dubernard, vieux curé de Tsekou, fut, lui, lapidé. Outrequ'il eut la tête tranchée au sabre, on lui arracha le cœur et le foie. On ne peut s'imaginer la cruauté des moines complices de dalai lama

    Hors de cette période, Maurice Tornay, un chanoine suisse originaire du Grand-Saint-Bernard, fut également assassiné le 11 août 1949 par des moines bouddhistes venus du monastère voisin. L'Église catholique le reconnut comme martyr.

    Un système tribal

    Malgré le titre, ce livre n'est pas hagiographique. L'auteur nous restitue, dans le contexte de l'époque, les pensées et les sentiments de ces missionnaires à l'abondante correspondance. Avec leurs préjugés et leurs illusions. Et aussi leurs peurs. Ils doivent, dans la solitude d'un pays démesuré, affronter le froid («qui brûle la poitrine») et l'hostilité ambiante.

    Pourquoi cette attitude agressive des lamaseries? Le principal grief des lamas contre les missionnaires est davantage d'ordre économique que religieux (même si le conflit de croyance compte beaucoup aussi).

    Dans ce système tribal, les conversions les privaient de l'impôt ecclésiastique. Les ­convertis sont souvent des déshérités: enfants abandonnés, anciens ­esclaves rachetés ou malheureux ­espérant une aide matérielle des ­missionnaires.

    «Les martyrs oubliés du Tibet (1855-1940). Chronique d'une rencontre manquée», de Françoise Fauconnet-Buzelin, Cerf, 652 p., 47 €.

     

    » Commandez le livre Les martyrs oubliés du Tibet (1855-1940). Chronique d'une rencontre manquée de Françoise Fauconnet-Buzelin sur Fnac.com