maman tigre

  • En Chine, les Camps d'été pour enfants obèses font florès

    FOREIGN201407281702000232796951048.jpg

    Des enfants en situation de surpoids en plein exercice.

    Aujourd'hui, le problème de l'obésité est devenu un véritable fléau en Chine, une importante question de santé publique, surtout chez les plus jeunes. C'est ce qui a poussé de nombreux parents à envoyer leurs enfants qui connaissent un surpoids dans un camp d'été pour les aider à retrouver la ligne. Selon plusieurs études, la proportion d'obèses en Chine est légèrement plus faible que celle aux Etats-Unis.

    FOREIGN201407281702000235785891257.jpg

    De petits exercices font pleurer un enfant.

    Ceci pourrait être une conséquence de la politique de l'enfant unique qui a mené à ce que l'on appelle l'enfant roi, choyé par les parents mais aussi et surtout par les 4 grands-parents.

    FOREIGN201407281702000243077663293.jpg

    L’entraîneur encourage un jeune lors de différents exercices.

    Entre la le comportement de la maman poule et de la maman tigre, il y a toute une palette de comportements

    intermédiaires qui doivent permettre aux enfants d'atteindre l'équilibre psychique dont ils ont besoin.

    La maman tigre se reconnait en Chine, par l'éducation spartiate qu'elle donne à ses enfants , par opposition à la maman poule, partisane du laisser aller, laisser faire.

    FOREIGN201407281702000230792235037.jpg

    Les jeunes à la sortie d’une baignade.

     

     

  • Les Chinois apprécient les « Mères Tigresses »

    Maman Tigresse Chua, entourée de ses filles.

    Le style d'éducation stricte dont Amy Chua, professeur de droit à l'Université de Yale, s'est fait l'avocate dans son dernier livre en date « Battle hymn of the Tiger Mother » (Chant de guerre de la Mère Tigresse) est toujours populaire en Chine aujourd'hui, d'après une enquête récente.Voir un de mes articles précédent.

    En effet, d'après 1'enquête effectuée par le Centre de Recherche Sociale du China Youth Daily, 94,9% de ces personnes disent connaître des femmes qui sont des mères strictes, et 55,1% disent reconnaitre du mérite au style d'éducation de Mme Chua.

    Une majorité de répondants, 63,8%, ont dit qu'ils étaient eux-mêmes parents, et 41,5% ont dit qu'ils étaient nés dans les années 1980, a rapporté jeudi le China Youth Daily.

    Exemple de ces parents, un professeur de lycée de Beijing, du nom de Liu, a ainsi dit que sa femme avait inscrit leur fille à des cours de violon et de danse à un âge précoce et qu'elle recourait aux réprimandes et aux fessées lorsque l'enfant refusait d'aller à ses cours.

    L'article a cité les paroles de M. Liu, disant que les familles chinoises sont souvent composées d'une mère stricte et d'un père doux, et que la discipline et la direction données par la mère sont essentielles pour mettre l'enfant sur la voie du succès futur.

    Cependant, 41,2% de ces personnes disent que la méthode d'éducation des Mères Tigresses est mauvaise et 18% d'autres personnes disent que les Mères Tigresses privent leurs enfants de leur enfance, et de fait qu'elles manquent de qualités maternelles.

    Quant aux mères chinoises, quelque 70% des répondants disent qu'elles soumettent leurs enfants à des attentes trop fortes et à des niveaux de stress déraisonnables. Ils disent que les mères chinoises attachent trop d'importance aux bonnes notes et pas assez au développement de la personnalité de l'enfant, et qu'elles sont ignorantes des techniques d'éducation parentale.



    Li Chenguang, un employé âgé de 23 ans qui travaille chez China Telecom à Beijing, a ainsi dit qu'un soir, alors qu'il était élève à l'école primaire, il est arrivé en retard au dîner. Quand elle l'a vu, sa mère a attrapé un balai et lui a administré des coups qui lui ont laissé un joli bleu au menton. Il dit qu'aujourd'hui encore, cette punition le laisse perplexe.

    « Je ne comprends tout simplement pas », a t-il dit. « En fait je n'étais pas si en retard que cela. Il n'y avait pas besoin de me frapper pour me faire me souvenir ce qu'elle attendait de moi ».

    De son côté, Zeng Xiaodong, Professeur à l'Université Normale de Beijing, a averti qu'un style d'éducation strict peut même avoir des effets inverses, en particulier si les parents ont de grandes exigences envers leurs parents mais ne se montrent eux-mêmes pas exemplaires. Ainsi, une mère paresseuse risque fort de récolter mépris et ressentiment si jamais elle pousse son enfant à se lever tôt et à étudier et faire davantage de sport.


    De nombreuses personnes nées dans les années 1980 viennent juste d'avoir des enfants, et elles doivent faire face à l'énorme difficulté de les éduquer. Le Professeur Zeng les appelle à apprendre à être de bons parents en passant du temps avec leurs enfants, au lieu de trop s'appuyer sur les services sociaux qu'offrent les restaurants, les écoles et les centres de soins de jour.

    « L'éducation stricte est aussi de tradition dans d'autres pays d'Asie, comme le Japon et la Corée du Sud, a t-elle dit. Elle a des mérites, en ce qu'elle fait des enfants intelligents et les prépare mieux à une compétition difficile dans l'avenir. Et je suis sûre que les conflits de Mme Chua avec ses filles ont été exagérés dans le livre et que cela s'est rarement passé ainsi dans la vie ».


  • Les mères chinoises sont-elles les meilleures ?

    La « maman tigre » fait face à des rugissements d'opposition

    Alors que de plus en plus de parents chinois adoptent une éducation de style occidental qui donne à l'enfant plus de liberté et d'encouragement, Amy Chua et son livre, qui font les louanges de la stricte éducation chinoise en la qualifiant de supérieure, suscitent des réactions jamais vu jusqu'alors chez les Américains.

    Amy Chua a fait la couverture du dernier Time Magazine, continuant de susciter de vives discussions chez les Américains sur ses prétendues méthodes d'éducation chinoise comprenant l'interdiction de notes inférieurs au A, de la télévision et des jeux vidéos.

     

    Amy Chua élève ses deux filles " à la chinoise ", autrement dit à la baguette. Elles ne doivent rapporter que des A, être premières partout sauf en gym ou en théâtre, sinon elle les insulte. Amy Chua leur interdit de jouer avec des copines, de regarder la télé, de choisir leurs activités de loisirs, les oblige à faire du piano et du violon trois heures par jour y compris en vacances et menace de brûler leurs peluches si elles ne progressent pas.

    L'exemple de l'éducation telle que préconisée par madame Chua est certes poussé à l'extrême , mais une éducation chinoise ,réfléchie , stricte mais ouvrant la porte au dialogue vaut mieux que le laxisme , voir l'abandon de beaucoup de mères occidentales. Mon épouse par exemple ne comprend pas qu'en occident, un enfant qui doit faire une heure de piano par mois arrête avant la fin de cette heure . Elle a été choquée de voir mon petit-fils raccourcir une séance de piano , avec l'accord des parents , sous prétexte qu'il voulait jouer avec des jeux vidéos. Chez nous , trop souvent , c'est l'enfant qui impose sa volonté aux parents. En cela je préfère la méthode chinoise.

    Née au États-Unis et âgée de 48 ans, cette professeur de droit chinois ancien indique dans son livre, intitulé « Hymne de bataille pour la mère tigre », que la stricte éducation chinoise préparerait les enfants aux difficiles compétitions à venir.

    Nombreux sont ceux aux États-Unis furieux contre ses manières « cruelles ». Ils demandent « où est l'amour et le respect des enfants ».

    TIME.jpg

    Le nombre d'étudiants de Chine explose grâce à l'économie chinoise dynamique et à la volonté des parents chinois d'investir dans les études pour donner à leurs enfants la meilleure éducation possible a indiqué au New York Times Peggy Blumenthal, le vice-président exécutif de l'institut.

    Cela semble vrai pour un nombre croissant de jeunes et parents chinois éduqués qui ont déjà commencé à adopter une nouvelle méthode d'éducation largement inspirée par l'approche occidentale.

    Donner aux enfants la liberté d'explorer les autres possibilités hormis les études académiques, respecter leur droit à une enfance heureuse et ludique et les encourager plus font partie des éléments clés de cette éducation a indiqué Sun Hongyan, un directeur de division du Centre de Recherche de la Jeunesse et des Enfants Chinois.

    « Je ne vais pas éduquer ma fille de 8 ans comme le suggère Amy Chua car cela la rendrait malheureuse et ennuyeuse » a indiqué Yang Jianfen, une mère de Beijing titulaire d'un master de littérature chinoise et qui travaille comme fonctionnaire.

    « Il est vrai qu'un enfant a besoin de discipline et d'être poussé, mais un environnement décontracté avec une éducation de qualité va favoriser son intelligence, sa créativité et sa santé mentale et physique plutôt que de se concentrer uniquement sur les résultats scolaire » a indiqué Yang Jianfen.

    Dans les cercles académiques chinois, certains réfléchissent à l'éducation à la chinoise qui semble au défi de favoriser les esprits créatifs comme Bill Gates, qui a abandonné Harvard.

    « À mon avis, comparé à l'éducation chinoise très stricte, la méthode occidentale exerce plus d'influence positive sur la santé mentale des enfants » a indiqué mardi au China Daily Cui Yonghua, un psychiatre réputé de l'hôpital Anding de Beijing.

    Cui Yonghua a souligné que de nombreux parents chinois sont maintenant trop concentrés sur le développement du QI de leurs enfants et sur la santé physique mais pas assez sur leur santé mentale.

    « Une éducation scientifique et correcte est ouverte et démocratique. Les parents devraient encourager plus et féliciter leurs enfants pour chaque réussite tout en agissant fermement contre leurs mauvaises habitudes le plus tôt possible » a-t-il noté.

    Il a cependant souligné qu'il n'est pas bon pour les parents de trop protéger leurs enfants de toutes les pressions et situations désagréables.

    « Les parents devraient croire que leurs enfants sont capables et flexibles » a-t-il ajouté.

    Si ce livre déchaîne autant de passions, c'est qu'il touche une corde sensible. Il n'y a pas un jour sans que les médias ressassent sur le " déclin américain " et la supériorité grandissante de la Chine. L'empire du Milieu a construit le plus gros ordinateur, affiche 10 % de croissance... Humiliation suprême, le mois dernier, lors de tests pédagogiques, les petits Shanghaïens sont arrivés en tête alors que les Américains affichaient des scores très moyens. Mais il n'y a pas que le fantasme du péril jaune. Les critiques de la mère tigre reposent sur un fond de vérité. Sans aller jusqu'à préconiser les méthodes autoritaires de Chua, les psychologues estiment que les enfants américains sont surprotégés, qu'on a tendance à gonfler leur ego et leurs notes, qu'ils passent beaucoup trop de temps devant la télé.