malaysia airlines

  • La catastrophe du vol MH17 oblige la Chine à s'impliquer

    0019b91ec981153d5b1411.jpg

    Le monde est encore secoué par la destruction de l'avion MH17 de Malaysian Airlines qui est survenue le 17 juillet, la deuxième catastrophe aérienne impliquant la même compagnie en 2014, même si c'est une coïncidence tragique. Il n'a pas encore été possible d'établir exactement ce qui s'est passé, ni le comment ni le pourquoi, mais il est clair que cet événement a des conséquences très graves pour la sécurité mondiale et la conduite des affaires internationales.

    Pour cette raison, même si la Chine n'a pas de lien direct avec l'événement, il faudra quand même qu'elle fournisse une réaction, en sa qualité de l'un des principaux gardiens de la sécurité mondiale. La Chine a eu des commentaires pondérés sur le conflit en cours dans l'est de l'Ukraine, sans doute en raison d'une réticence à causer plus de problèmes, mais maintenant que la situation dans ce pays a provoqué une catastrophe d'une telle ampleur, la Chine ne sera pas capable de s'abstenir indéfiniment d'adopter une position. La Chine s'est souvent trouvée largement alignée avec la Russie pour résister à l'intervention occidentale précipitée dans diverses parties du monde, et cela s'est parfois révélé une position sage. Mais le récent comportement de la Russie envers les pays voisins est certainement un défi aux normes de comportement international que la Chine a toujours approuvées, et après l'incident du MH17, ces normes ne peuvent plus être ignorées.

    Après l'éclatement de l'Union soviétique, la Russie a dû composer avec un degré élevé d'instabilité à ses frontières méridionales, ce qui a conduit à une guerre longue et sanglante pour pacifier la Tchétchénie. Mais plus récemment, la sécurisation de la frontière russe s'est faite au détriment de la souveraineté et de l'intégrité territoriale des États voisins. Il y a des zones de territoire moldave, géorgien et ukrainien qui sont maintenant sous une écrasante influence russe. Cela pourrait être considéré comme pardonnable si cela signifiait que ces régions vont devenir de plus en plus stables, mais c'est loin d'être évident que c'est le cas ou même l'intention. Le résultat de l'activité russe dans ces régions, dont la Tchétchénie, c'est qu'elles sont sous le contrôle de facto d'acteurs non étatiques qui profitent du soutien de la Russie, mais dont les activités peuvent facilement être désavouées par l'État russe si elles s'avèrent gênantes.

    Il y a eu des critiques occidentales concernant les politiques de la Chine dans ses zones frontalières, mais on ne peut nier que l'objectif de la Chine est de garder les zones frontalières stables et en paix. Malheureusement, cela ne semble pas être le cas avec la Russie.

    Nous attendons toujours des certitudes sur le contexte global de l'atrocité du MH17; en ce moment, il n'est même pas certain que les figures de l'ombre qui contrôlent la zone où l'avion est tombé permettront que l'événement fasse l'objet d'une enquête convenable. La prépondérance des probabilités suggère cependant que tous les pays auront besoin de préparer une réponse s'il est établi (et quand cela le sera) que l'avion a été abattu par des rebelles prorusses qui visent à miner la souveraineté ukrainienne en utilisant des armes fournies par des éléments liés à l'État russe. Si quelque chose démontre la sagesse de l'accent constant que met la Chine sur l'importance de la clarté de la question de la souveraineté et de l'intégrité territoriale, cela le fait.

    Mais comment cela implique-t-il la Chine? Une des raisons, c'est que cela menace l'équilibre de l'ordre mondial représenté par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Dans ce forum, la Russie compte sur la Chine pour obtenir un soutien au moins tacite. Lorsqu'il s'agit de restreindre « l'aventurisme » occidental qui est perçu, cela est passablement raisonnable; mais cela ne peut certainement pas être dans l'intérêt à long terme de la Chine de fournir un soutien à l'évasion des responsabilités propres à une grande puissance. Le seul résultat en serait d'abaisser l'image du Conseil de sécurité en tant que premier groupe de décision sur les questions de sécurité mondiale, et de revenir à l'ère de la puissance seule déterminant l'issue des différends internationaux. Bien sûr, cela diminuerait également le rôle de la Chine dans le monde non asiatique.

    Les jours sont révolus où la Chine était en mesure de dire que les choses qui se déroulent très loin ne font pas partie de ses préoccupations. En raison de la portée économique croissante de la Chine, la stabilité d'autres parties du monde, sans parler de la sécurité des routes aériennes civiles, est d'une importance considérable et croissante. Il y avait un citoyen chinois à bord du MH17 : la prochaine fois, cela pourrait être bien pire.

    Personne ne voudrait voir la Russie être isolée, ce qui n'en ferait qu'un voisin plus dangereux et imprévisible, ni voir être perturbée la relation généralement excellente et mutuellement fructueuse entre la Russie et la Chine, l'un des pivots de la sécurité en Asie et dans le monde. La Chine pourrait cependant jouer un rôle utile en exerçant une influence modératrice sur la Russie dans le cadre de leur amitié, en l'encourageant à accepter sa responsabilité à garantir une enquête convenablement objective de cet incident déplorable, à prendre les mesures appropriées pour assurer que justice soit faite et prévenir des répétitions, et à poursuivre ses intérêts légitimes dans la sauvegarde de la sécurité nationale sans déstabiliser les pays voisins.

    source China.org.cn

  • LE SIGNAL SUSPECT DETECTE PAR UN NAVIRE AUSTRALIEN CORRESPOND A CELUI D'UNE BOITE NOIRE DU MH370

    BOITE.jpg

    "LE SIGNAL SUSPECT DETECTE PAR UN NAVIRE AUSTRALIEN CORRESPOND A CELUI D'UNE BOITE NOIRE DE L'AVION MALAISIEN " a déclaré  Le chef australien de la coordination des opérations multinationales de recherches du vol MH370 disparu de Malaysia Airlines .

    "LES SIGNAUX SUSPECTS ONT ETE DETECTES A 4 500 M DE PROFONDEUR " a-t-il précisé.

    Angus Houston, le chef du Centre de coordination des recherches conjointes (JACC) a indiqué lors d'une conférence de presse qu'il a bien été informé des signaux détectés par le patrouilleur chinois Haixun 01 au cours des deux derniers jours.Par ailleurs, il a révélé que le navire australien Ocean Shield, équipé de détecteurs de signaux, a également détecté des signaux dimanche, à quelque 300 milles marins de l'endroit où les signaux ont été détectés par le Haixun 01.

    Selon les reportages des médias, les experts à bord du Haixun 01 ont détecté des signaux d'une fréquence de 37,5 kHz dans l'océan Indien, ce qui correspond à la fréquence des radiobalises de boîtes noires.

    La recherche de la boîte noire sera un processus long et difficile, a répondu M. Houston à la question de Xinhua.

    "A l'endroit où travaille le Haixun 01, la profondeur de l'eau atteint 4.500 mètres, ainsi les recherches de la boîte noire seront très difficiles et prendront beaucoup de temps", a-t-il expliqué.

     

  • Le vol MH 370 se serait terminé dans le sud de l'océan Indien, il n'y a pas de survivants, dit le PM malaisien

    mal.jpg

    De nouvelles analyses des données satellitaires suggerent que le vol MH370 de Malaysia Airlines "s'est terminé" dans le sud de l'océan Indien, a déclaré lundi le Premier ministre malaisien Najib Razak.

    M. Razak a dit qu'il a été informé par les représentants de la British Air Accidents Investigation Branch (AAIB), organisme britannique chargé des enquêtes sur les accidents aériens, qui l'a informé que Inmarsat, la société britannique qui a fourni les données de satellite indiquant que les couloirs nord et sud, faisait d'autres calculs sur les données.

    Ils avaient été en mesure de faire la lumière sur la trajectoire du vol de l'avion disparu en utilisant un type d'analyse jamais utilisé dans une enquête de ce genre", a-t-il dit.

    "Sur la base de leur nouvelle analyse, Inmarsat et l'AAIB ont conclu que le MH370 a volé le long du couloir sud, et que sa dernière postition était au milieu de l'océan Indien, à l'ouest de Perth", a déclaré M. Najib.

    Le Premier ministre malaisien a affirmé que c'était un endroit éloigné des sites d'atterrissage possibles, l'avion disparu a fini dans le sud de l'océan Indien, selon ces nouvelles données.

    "Nous partageons cette information avec un engagement d'ouverture et de respect pour les familles, deux principes qui ont guidé cette enquête", a-t-il dit.

    Les familles des passagers et membres d'équipage ont été informées de ce développement par Malaysia Airlines, a déclaré Najib RAzak.

    Selon des informations de presse, la compagnie aérienne malaisienne aurait dit lundi aux proches des 239 personnes à bord du MH370 qu'elle pensait que l'avion s'était écrasé dans l'océan Indien sans survivants.

    mal.jpg

    L'image de deux Iraniens voyageant avec des passeports volés a été visée, après que les observateurs eurent fait remarquer que la partie inférieure du corps des deux hommes était identique.

    Bien que les autorités soient persuadées de l'issue fatale du vol MH730 de nombreuses zones d'ombre restent d'actualité. D'abord, tant que l'on aura pas découvert des débris de l'avion, la certitude totale est impossible.

    Une chose est sûre , l'avion a été détourné car il a pris la direction sud-ouest au lieu de se diriger vers le nord-est.

    Acte de piratage ? oui, mais aucune organisation n'a réclamé la paternité de l'attentat. Seront-nous jamais ce qu'il s'est passé dans l'avion?

  • Photos privées du pilote de l'avion disparu et déclaration d'Interpol

    pil.jpg

    Alors que la Chine a mené une enquête sur tous les passagers chinois , avec la conclusion qu'il n' y avait aucun

    suspect parmi eux , le pilote fait l'objet d'une enquête approfondie depuis les révélations que l'avion aurait changé de direction et volé au moins 6 heures après avoir été déconnecté  des écrans de contrôle.

    pil.jpg

    Zaharie Ahmad Shah, 53 ans, est le pilote d'origine malaisienne qui était aux commandes du vol MH370. Il a rejoint Malaysia Airlines en 1981 et compte 18 365 heures de vol. Abdul Hamid Fariq, le copilote, est un citoyen malaisien de 27 ans employé par Malaysia Airlines depuis 2007, il totalise 2763 heures de vol.

     

    pil.jpg

    INTERPOL ne souhaite pas s'impliquer dans aucune sorte de controverse

    INTERPOL (Organisation internationale de police criminelle) a indiqué dimanche, dans une déclaration sur le vol disparu de Malaysia Airlines, ne pas souhaiter s'impliquer dans aucune sorte de controverse qui "ne ferait que détourner l'attention" pour retrouver le vol disparu MH370, ainsi que la cause de sa disparition.

    Depuis la disparition du vol MH370, INTERPOL a travaillé jour et nuit pour offrir toute l'aide aux enquêteurs et agents d'application de la loi en Malaisie, indique la déclaration.

    "Nous allons continuer de le faire", conclut la déclaration.

    Le 11 mars, le secrétaire général d'INTERPOL, Ronald K. Noble, a déclaré lors d'une conférence de presse donnée à Lyon, siège central de l'organisation, que ceux ayant utilisé des passeports volés dans le vol disparu de Malaysia Airlines n'étaient pas des terroristes.

    Selon les informations mises à la disposition d'INTERPOL, la disparition du vol MH370 ne semble pas une attaque terroriste, a expliqué M. Noble.

    INTERPOL a identifié deux jeunes Iraniens qui ont utilisé des passeports volés pour embarquer dans l'avion malaisien, ajoutant que l'un de ces deux Iraniens cherchait l'asile en Allemagne.

    INTERPOL a précisé qu'aucun d'entre eux n'a d'antécédents criminels.

    Samedi, le Premier ministre malaisien Najib Razak a indiqué que la disparition de l'avion pourrait être un acte délibéré, et que les autorités avaient réorienté leur enquête sur ses membres d'équipage et passagers, sans être en mesure de confirmer les informations évoquant un possible détournement de l'avion.

    Le vol MH370 de Malaysia Airlines, qui reliait Kuala Lumpur à Beijing, a disparu tôt le matin du 8 mars avec 239 personnes à son bord, déclenchant une opération de recherche massive impliquant plus d'une douzaine de pays.