lycée

  • Dans les lycées chinois,c'est "Dura lex sed lex", des enseignants brisent les téléphones portables de trois étudiants

    788052556-drapeau-chinois-cour-d'ecole-hisser-le-drapeau-discipline.jpg

    Selon l'édition de mercredi du Chutian Metropolis Daily, un lycée de Wuhan, capitale de la Province du Hubei, qui avait interdit aux étudiants d'apporter leurs téléphones portables pour les aider à se concentrer sur leurs études a brisé les appareils qui ont été trouvés sur eux lors d'un contrôle surprise.

     

    Selon les étudiants, qui n'ont pas souhaité révéler leurs noms, deux enseignants du bureau d'éducation morale se sont présentés dans la salle de classe et ont demandé aux élèves de quitter la classe, puis ont commencé à fouiller toute la pièce.

     

    Un iPhone, un Samsung et un téléphone Xiaomi ont été découverts après une fouille de tous les bureaux et sacs des étudiants. Les enseignants ont alors demandé aux étudiants de s'avancer et que ceux qui les avaient amenés se dénoncent. Personne n'ayant bougé, les enseignants ont alors brisé les appareils.

     

    Après l'incident, les étudiants ont dit qu'il était injuste que les enseignants détruisent leurs effets personnels.

     

    La direction a réagi et annoncé que l'école va indemniser les élèves et s'occuper du comportement déplacé des enseignants.

     

    CIMG1366.jpg

  • Dans les lycées chinois,c'est "Dura lex sed lex", des enseignants brisent les téléphones portables de trois étudiants

    788052556-drapeau-chinois-cour-d'ecole-hisser-le-drapeau-discipline.jpg

    Selon l'édition de mercredi du Chutian Metropolis Daily, un lycée de Wuhan, capitale de la Province du Hubei, qui avait interdit aux étudiants d'apporter leurs téléphones portables pour les aider à se concentrer sur leurs études a brisé les appareils qui ont été trouvés sur eux lors d'un contrôle surprise.

     

    Selon les étudiants, qui n'ont pas souhaité révéler leurs noms, deux enseignants du bureau d'éducation morale se sont présentés dans la salle de classe et ont demandé aux élèves de quitter la classe, puis ont commencé à fouiller toute la pièce.

     

    Un iPhone, un Samsung et un téléphone Xiaomi ont été découverts après une fouille de tous les bureaux et sacs des étudiants. Les enseignants ont alors demandé aux étudiants de s'avancer et que ceux qui les avaient amenés se dénoncent. Personne n'ayant bougé, les enseignants ont alors brisé les appareils.

     

    Après l'incident, les étudiants ont dit qu'il était injuste que les enseignants détruisent leurs effets personnels.

     

    La direction a réagi et annoncé que l'école va indemniser les élèves et s'occuper du comportement déplacé des enseignants.

     

    CIMG1366.jpg

  • Un professeur américain du lycée français de Shanghai arrêté pour pédophilie

    0019b91ec981131b93c20b.jpg

    Un professeur américain du lycée français de Shanghai a été détenu sous des accusations d'agression sexuelle. L'homme de 32 ans, identifié seulement par son nom de famille, McMahon, enseignait l'anglais depuis cinq ans au lycée français de Shanghai.

    L'instituteur du jardin d'enfants a été arrêté par la police le 13 mai, après que sept familles eurent déposé des accusations officielles contre lui, sous des allégations d'agression sexuelle et de viol d'élèves des deux sexes, ont indiqué plusieurs parents.

    « En tant que parents, nous sommes anéantis », a confié la mère d'une élève.

    L'administration de l'école a déclaré à l'AFP : « Les familles ont déposé des plaintes auprès de la police chinoise contre un professeur de l'école française de Shanghai concernant des violences sexuelles sur la personne d'enfants. »

    « L'enquête est effectuée par la police chinoise et est en cours. Le professeur est en détention administrative. »

     

    0019b91ec981131b93b108.jpg

    La police a déclaré qu'une élève française, accompagnée de ses parents, avait rapporté à la police, le 12 mai, que McMahon l'avait agressée à plusieurs reprises. McMahon a été emmené par la police le lendemain.

    L'école a organisé des séances de consultation psychologique pour les parents des élèves impliqués et les autres parents concernés.

    L'école privée a refusé de fournir les détails précis des accusations contre le professeur, ni à quelle période les agressions ont prétendument eu lieu.

    Un avis adressé aux familles fait état « d'agressions sexuelles ». Cette nouvelle survient après l'extradition aux États-Unis d'un ancien instructeur de l'école, également Américain, sous des accusations semblables.

    L'ancien instructeur, un ami du professeur accusé, a été « extradé aux États-Unis par les autorités chinoises en décembre 2012 à la suite d'une enquête sur des attouchements sexuels et de la violence contre des mineurs », a indiqué l'école dans un courriel.

    L'école française de Shanghai est un établissement privé sous contrat avec l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger, un organisme du gouvernement.

     

    0019b91ec981131b929503.jpg

  • Des étudiants chinois sous perfusion pour se préparer aux examens

    photo téléchargée sur Internet, qui montre des dizaines de poches de perfusion au-dessus des têtes d'un groupe d'étudiants dans une classe du Lycée N° 1 de Xiaogan, dans la Province du Hubei

     

     Plus de 20 élèves du secondaire de la Province du Hubei ont reçu des perfusions intraveineuses d'acides aminés dans leur salle de classe dans l'espoir de gagner un peu d'énergie supplémentaire pour se préparer à l'examen d'entrée à l'université, prévu pour le début du mois de juin.
    Les perfusions, dont les médecins ont dit ne qu'elles ne sont ni nécessaires ni raisonnables, suscitent l'inquiétude au sujet de la santé des élèves et de la concurrence féroce qui règne dans l'éducation.

    Plusieurs photos ont été téléchargées sur Internet montrant ainsi des dizaines de poches de perfusion accrochées au-dessus des têtes d'un groupe d'étudiants dans une classe du Lycée N° 1 de Xiaogan, dans la Province du Hubei, vendredi soir.

     

    etudiantperfusion.jpg

    Les lumières étaient allumées dans la salle de classe et de nombreux livres étaient empilés sur les bureaux des élèves. Certains étudiants recevaient une perfusion tout en faisant leurs devoirs.

    « Le liquide contenu dans les poches de perfusion  est composé d'acides aminés destinés à alimenter les étudiants. C'est de leur plein gré qu'ils ont pris ce genre de stimulant », a déclaré un responsable de l'école, du nom de Xia, a rapporté dimanche le Changjiang Times.

    Le responsable a également déclaré que, comme il commençait à faire chaud, beaucoup d'étudiants se sont senti mal à l'aise, demandant cette perfusion. Mais la clinique de l'établissement n'ayant pas assez de place pour eux, elle a dû leur faire prendre leur perfusion en classe.

    Mais pour beaucoup de médecins, ces perfusions n'apportent rien de positif et pourraient même être nocives.

    « Les perfusions d'acides aminés ne sont pas du tout nécessaires pour les étudiants en bonne santé », a ainsi déclaré Gao Huiying, médecin en chef à la Société Chinoise de Nutrition.

    « Les acides aminés servent d'éléments constitutifs aux protéines, mais une consommation excessive de protéines provoque un accroissement de la charge pesant sur les reins et entraîne une perte de calcium ».

    En outre, une perfusion intraveineuse peut provoquer des réactions secondaires indésirables du corps, tels que tremblements et transpiration.
    « Ce dont ils ont besoin, c'est de garder une alimentation équilibrée. S'ils ont besoin d'un peu plus d'énergie, ils peuvent prendre des repas supplémentaires », a-t-elle dit.

    Chen Ting, médecin à l'Hôpital 455 de l'Armée Populaire de Libération à Shanghai, fait écho aux propos du docteur Gao.

    « Prendre une perfusion intraveineuse en classe est contraire au principe du maintien d'un environnement exempt de germes. Ce genre de perfusion n'est pas du tout raisonnable », a dit le docteur Chen.

    Les photos mises en ligne montrant des élèves recevant des perfusions sont devenues un sujet brûlant.

    De nombreux internautes ont dit comprendre le violent désir de ces élèves voulant rendre leur corps parfait pendant la préparation des examens, car leurs performances lors de l'examen d'entrée à l'université peut décider du reste de leur vie.

    Mais beaucoup d'autres disent que c'est folie et rendent les examens responsables de ce genre de comportement.

    Par exemple, un internaute de Beijing du pseudo de « Mozhisiyu », a écrit sur son micro-blog que c'est le système éducatif chinois qui les contraint à utiliser ce genre de moyens extrêmes pour se préparer à l'examen.

    « Je ne pense pas que ce soit totalement inapproprié », a dit au China Daily l'une des élèves de cette classe, un étudiant âgé de 17 ans qui n'a donné que le nom de Chi.

    « Les étudiants de notre lycée qui se préparent à l'examen d'entrée à l'université ont commencé à prendre des cocktails d'acides aminés depuis des années et certains d'entre eux l'ont fait plus de deux fois ».

    « Les critiques et le manque de compréhension de certaines personnes nous attriste et perturbe notre préparation. L'examen arrive dans un mois et il est urgent pour nous de garder nos esprits détendus. S'il vous plaît, soyez plus tolérants ».

    « Elle (la perfusion) ne peut pas avoir d'effets immédiats pour nous rendre plus énergique durant cette préparation difficile, mais au moins elle nous apporte une sorte de confort psychologique, que nous avons plus de force pour avancer », dit-elle, tout en admettant qu'elle n'avait ressenti aucune amélioration après la perfusion, et qu'elle se sentait encore épuisée.

    Les enseignants du lycée ont également soutenu les étudiants qui subissent une perfusion d'acides aminés. Melle Chi dit que ce sont les enseignants qui ont fixé des fils de fer dans la classe pour accrocher les poches de perfusion. Et de nombreux parents ont aussi demandé à l'école de donner les acides aminés supplémentaires à leurs enfants épuisés.

    Melle Chi a ajouté que son professeur leur avait dit que le lycée avait reçu des subventions du Gouvernement Central, ce qui rend les perfusions beaucoup moins chères, et qu'ils n'auraient à payer que 10 Yuans (1,15 euro) par poche s'ils la prenaient à la clinique de l'école, alors que la même poche peut coûter au moins 50 Yuans (5,75 euros)au dehors.