liu xiaobo

  • La Chine s'oppose à l'ingérence des Etats-Unis dans ses affaires judiciaires

    images.jpg

    Voici la réponse officielle de la Chine à la nouvelle intervention intempestive des Etats-Unis. Ils se prennent pour quoi les yankees !!!

    Un criminel chinois de droit commun est condamné parce qu'il ne respecte pas la loi . Déjà que certains , comme les séniles du prix Nobel de la paix ( ce ne sont pas eux qui attribuent les prix Nobels) ont cherché , en vain, d'humilier la Chine , ses autorités et son vénérable peuple et attribuant le prix Nobel de la honte à ce repris de justice , il faut que Kerry , qui n'en rate pas une , agresse la Chine, sa justice et son peuple en se perdant dans des déclarations fallacieuses.

     

     

    En réponse à l'appel des Etats-Unis pour la libération de Liu Xiaobo, la Chine a réitéré sa ferme opposition à toute ingérence extérieure dans sa souveraineté judiciaire et dans ses affaires intérieures.

    "La Chine et les Etats-Unis travaillent ensemble à l'établissement d'un nouveau type de relations entre les grandes puissances. Nous espérons que la partie américaine gardera à l'esprit l'intérêt général des liens bilatéraux et contribuera davantage au renforcement de la confiance et de la coopération", a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei lors d'un point de presse.

    Dans un communiqué publié lundi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a exprimé ses préoccupations concernant Liu Xiaobo et Xu Zhiyong, et a exhorté les autorités chinoises à libérer Liu Xiaobo.

    Le porte-parole a déclaré que la Chine était un pays de droit et que tous les citoyens étaient égaux devant la loi.

    "Liu Xiaobo et Xu Zhiyong sont citoyens chinois. Ils ont violé les lois chinoises et doivent être punis en accord avec la loi", a expliqué M. Hong.

    "Je veux réitérer que seuls les 1.3 milliards de Chinois sont qualifiés pour parler de la situation des droits de l'homme en Chine", a-t-il conclu.

    dont acte.

  • Mais qui est vraiment Liu Xiaobo ? Ce que le jury Nobel vous cache

    Un an après l’attribution du prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo, la presse occidentale n’a toujours pas informé ses lecteurs des idées qu’il défend. Et pour cause ! Le Nobel de la paix a été décerné  l'an dernier , à un nostalgique de la colonisation qui ne voit de salut que dans l’écrasement de sa propre culture par les pays occidentaux.

    Liu-Xiaobo--dissident-chinois-et-da-femme.jpeg

    En 1988, Liu Xiaobo déclara dans une interview que la Chine avait besoin d’être soumise à 300 années de domination coloniale pour pouvoir devenir un pays décent, de type évidemment occidental. En 2007, Liu Xiaobo a réaffirmé sa thèse et a invoqué une privatisation radicale de toute l’économie chinoise.

    Je reprends ces informations d’un article de Barry Sautman et Yan Hairong publié sur le South China Morning Post de Hong Kong . Il ne s’agit pas d’un journal aligné sur les positions de Pékin qui, au contraire, est critique de la décision judiciaire qui maintient Liu en prison.

       Après la guerre de l'opium, la Chine fut pillée par les nations occidentales et le Japon. La vie d'un "coolie" n'avait aucune valeur. Mais, selon Liu Xiaobo, cette période coloniale a trop peu duré ; elle aurait dû durer trois fois plus ! Le moins qu’on puisse dire est que nous sommes en présence d’un « négationnisme. Eh bien, l’Occident n’hésite pas à mettre en prison les « négationnistes » des infamies perpétrées aux dépens du peuple juif et ce n'est que justice, mais attribue le « Nobel de la paix » aux « négationnistes » des infamies longtemps infligées par le colonialisme au peuple chinois !

    Ce dernier, par ailleurs, ne s’est pas limité à exprimer des opinions, fussent-elles « ignobles » . Après avoir en 1988 invoqué trois siècles de domination coloniale en Chine, il est revenu à toute allure l’année suivante (de sa propre initiative ?) des USA en Chine, pour participer à la révolte de la Place Tienanmen, et s’engager à réaliser son rêve . C’est un rêve pour la réalisation duquel il continue à vouloir agir, comme le montre (dans une interview en 2006 par un journaliste suédois) sa célébration de la guerre états-unienne pour l’exportation de la démocratie en Irak. Comme on peut voir, nous sommes en présence d’un personnage qui, contre son pays, invoque directement la domination coloniale et, indirectement, la guerre d’agression. C’est un rêve qui lui a valu en même temps la détention dans les prisons chinoises et le « Prix Nobel de la paix ».

  • A propos du dernier prix Nobel de la Paix

     

    Ce que le jury Nobel vous cache : QUI EST LIU XIAOBO ?

    11 décembre 2009 : Obama reçoit le prix Nobel de la Paix. Par Pakman

    Prix Nobel de la Honte

     

    par Domenico Losurdo,

    Professeur d’histoire de la philosophie à l’université d’Urbin (Italie).

     

    Quelques jours après l’attribution du prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo, la presse occidentale n’a toujours pas informé ses lecteurs des idées qu’il défend. Et pour cause ! Le Nobel de la paix a été décerné à un nostalgique de la colonisation qui ne voit de salut que dans l’écrasement de sa propre culture par les armées occidentales.

     

    En 1988, Liu Xiaobo déclara dans une interview que la Chine avait besoin d’être soumise à 300 années de domination coloniale pour pouvoir devenir un pays décent, de type évidemment occidental. En 2007, Liu Xiaobo a réaffirmé sa thèse et a invoqué une privatisation radicale de toute l’économie chinoise.

    Je reprends ces informations d’un article de Barry Sautman et Yan Hairong publié sur le South China Morning Post (Hong Kong). Il ne s’agit pas d’un journal aligné sur les positions de Pékin qui, au contraire, est critiqué dans ce même article pour avoir frappé une opinion fût-elle « ignoble » par la détention plutôt que par la critique.

     

    De mon côté je voudrais faire quelques observations. On peut lire même dans les manuels d’histoire occidentale que commence, à partir des guerres de l’opium, la période la plus tragique de l’histoire de la Chine : un pays de très antique civilisation est littéralement « crucifié », écrivent d’éminents historiens ; à la fin du 19ème siècle, la mort en masse d’inanition devient une affaire quotidienne banale. Mais, selon Liu Xiaobo, cette période coloniale a trop peu duré ; elle aurait dû durer trois fois plus ! Le moins qu’on puisse dire est que nous sommes en présence d’un « négationnisme ». Eh bien, l’Occident n’hésite pas à mettre en prison les « négationnistes » des infamies perpétrées aux dépens du peuple juif, mais attribue le « Nobel de la paix » aux « négationnistes » des infamies longtemps infligées par le colonialisme au peuple chinois !

    Malheureusement, la gauche ne se positionne pas très différemment, cette gauche qui s’est bien gardée de condamner l’arrestation en son temps de David Irving et autres représentants de ce même courant qui sont encore en prison, mais qui ces jours-ci chante les louanges de Liu Xiaobo.

     

    Ce dernier, par ailleurs, ne s’est pas limité à exprimer des opinions, fussent-elles « ignobles » (comme le reconnaît le South China Morning Post). Après avoir en 1988 invoqué trois siècles de domination coloniale en Chine, il est revenu à toute allure l’année suivante (de sa propre initiative ?) des USA en Chine, pour participer à la révolte de la Place Tienanmen, et s’engager à réaliser son rêve. C’est un rêve pour la réalisation duquel il continue à vouloir agir, comme le montre (dans une interview en 2006 par un journaliste suédois) sa célébration de la guerre états-unienne pour l’exportation de la démocratie en Irak.

     

    Comme on peut voir, nous sommes en présence d’un personnage qui, contre son pays, invoque directement la domination coloniale et, indirectement, la guerre d’agression. C’est un rêve qui lui a valu en même temps la détention dans les prisons chinoises et le « Prix Nobel de la paix ».

  • PEU DE PAYS A LA REMISE DU PRIX NOBEL DE LA HONTE

    Chine : une centaine de pays et organisations soutiennent la position chinoise dans l'affaire du prix Nobel de la paix
    W020080925622760358235.jpg

    Une centaine de pays et organisations ont soutenu la position chinoise dans l'affaire du prix Nobel de la paix, accordé à Liu Xiaobo, qui a été condamné par la Chine, a déclaré mardi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangèrez Jiang Yu.

    "Ce soutien manifeste qu'une grande partie de la communauté internationale n'accepte pas la décision du Comité du Nobel", a-t-elle fait remarquer lors d'un point de presse.

    Liu Xiaobo, citoyen chinois, a été condamné le 25 décembre 2009 par un tribunal de Beijing, à onze ans de prison, pour avoir violé la loi chinoise et être impliqué dans des activités visant à renverser le gouvernement.

    D'après Jiang Yu, la décision prise par le Comité du Nobel d'accorder le prix de la paix à un criminel constitue un soutien ouvert aux activités criminelles en Chine et une ingérence brutale dans la souveraineté juridique chinoise.

    "Le peuple chinois s'oppose fermement à cette décision erronée, qui est aussi inacceptable pour une vaste majorité de pays respectant la justice", a-t-elle souligné.

     

     

     

    Jiang%20Yu.jpg

     

  • QUI FINANCE LIU XIAOBO ? PRIX NOBEL "DE LA PAIX"

    Qui est vraiment Liu Xiaobo ?

    Liu Xiaobo, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix 2010, a récemment suscité l'intérêt des gens, qui ont envie de savoir un peu plus qui il est.

    Né en 1955, Liu a été ouvrier dans sa jeunesse. Il a ensuite décroché son diplôme universitaire en 1984, et a commencé à travailler comme professeur à l'Université Normale de Beijing. Il a eu son doctorat en 1988, et a commencé à attirer l'attention quand il a critiqué certaines personnes célèbres.

    Dans un entretien accordé à un éditeur basé à Hong Kong, Liu a dit que la tragédie du peuple chinois n'était pas due à « quelques célèbres empereurs », mais à « chaque Chinois », puisque ce sont les Chinois qui ont créé un système qui a causé leur propre tragédie.

    Liu a dit que la Chine aurait besoin d'être une colonie pendant 300 ans avant de pouvoir connaître un « réel changement ». Puis il a dit ensuite que les niveaux de connaissance n'avaient rien à voir avec les diplômes universitaires et que la plupart des étudiants d'université et des diplômés d'université étaient des « déchets ».

    Liu montre beaucoup de respect pour le système politique, économique et culturel de l'Occident, et en a fait l'éloge. « Que vous m'appeliez traitre ou patriote, je m'en fiche. Si vous dites que je suis un traitre, alors oui, j'en suis un. Je suis le fils ingrat qui viole les sépultures de ses ancêtres, et je suis fier d'être ce genre de fils », a-t-il dit.

    D'après Liu, les Chinois « sont complètement faibles, tant physiquement que psychologiquement », et « n'ont aucune créativité ». Il pense que cela est dû à « la race ».

    Liu a dit aussi qu'il avait honte d'être Chinois, et que si son anglais était meilleur, il couperait les ponts avec la Chine. Il a même honte de mentionner le mot « Chine ». Il a même dit que la Chine devrait être divisée en dix-huit régions.

    Après les graves troubles politiques de 1989, Liu a été arrêté par la police pour ses activités agitatrices. Il a argumenté avec la police, puis écrit une confession dans laquelle il a exprimé ses regrets et souhaité d'être « utile à la Nation et au peuple ». Du fait de sa bonne attitude, le gouvernement lui a épargné une sanction pénale. Mais hélas, Liu est retourné dans ses travers dès 1991, et a pour cela été envoyé dans un camp de travail.

    Payé par des étrangers

    Au milieu des années 1990, Liu Xiaobo a commencé à travailler pour le magazine Chine Démocratique, financé par la « Fondation Nationale pour la Démocratie », dont les fonds proviennent du gouvernement américain, et a été payé régulièrement. Aboluowang.com, un site d'information étranger, a publié un article disant que le salaire de Liu était de 23 004 Dollars US, soit 157 600 Yuans, d'après le taux de change de cette époque. Et même quand il était en prison, Liu recevait encore 13 000 Yuans chaque mois.

    En plus de cela, liu a gagné de l'argent en écrivant des articles pour des médias étrangers, critiquant le gouvernement chinois. Il a aussi gagné de l'argent en accordant des entretiens à des médias étrangers et en recevant divers « prix » accordés par les pays occidentaux. Sa vie semble plutôt confortable. Ainsi, un média étranger a-t-il trouvé son logement « décoré avec élégance, et l'étagère sur le mur est pleine de porcelaines de prix ».

    « Je ne suis pas comme vous, je ne manque pas d'argent. Les étrangers me paient chaque année, même quand je suis en prison », a-t-il dit à ses co-détenus.

    Liu s'est toujours proclamé comme étant un homme vertueux qui participe à un « mouvement des droits civiques », témoignant du sens de l'urgence, de la responsabilité et de la mission d'un citoyen chinois. Mais ses actes correspondent-ils bien à ses paroles ?

    Ne court-il pas plutôt après la célébrité ? « Même s'ils ne reçoivent aucune récompense matérielle, ceux qui ont le courage de dire la vérité sur les évènements publics majeurs se verront rendre justice, essentiellement de la part des Chinois de base et de la majeure partie de la société internationale, et ils acquèreront progressivement de la célébrité et de l'influence publique », a dit Liu quand il a reçu le soit-disant « Prix pour une Contribution Exceptionnelle en faveur de la Démocratie » en 2003. Liu n'a pas de mots assez durs pour son propre pays et sa propre Nation, et pour cela il est payé par l'Occident, et reçoit des prix comme « Prix des Droits de l'Homme », « Prix de Contribution à la Démocratie » etc.

    Liu ne court-il pas aussi après l'argent ? Sur ce sujet, laissons-le s'exprimer lui-même : « Voici les raisons pour lesquelles je fais des discours : d'abord, je me sens bien ainsi, ensuite j'ai besoin de gagner de l'argent. Je ne ferai pas de discours si je ne suis pas assez payé pour chaque heure pendant laquelle je parle. L'argent est une sorte d'auto-évaluation. Votre vie s'épanouit en fonction du montant d'argent que vous gagnez ».

    « Un jour, au Magasin de l'Amitié de Beijing, j'ai vu une bouteille de vin qu'on pouvait acheter pour 160 Yuans en foreign exchange certificate (ancienne monnaie autrefois réservée aux touristes étrangers). Je suis resté devant, me sentant faible et abattu. Bon sang!Je suis célèbre, mais je ne peux même pas m'offrir ne serait-ce qu'une bouteille de vin ». On voit bien là ce qui l'intéresse vraiment.

    Ceux qui connaissent bien Liu savant qu'il est extrême et arrogant. Il a pris part à la fondation d'une organisation illégale appelée 3Club des Ecrivains Chinois Indépendants3, pour former sa propre clique et faire pression sur les dissidents, se faisant ainsi pas mal d'ennemis au sein du cercle des « activistes chinois pour la démocratie » et a été poursuivi en justice aux Etats-Unis pour détournement de fonds. Avec pour résultat que de nombreux « activistes pour la démocratie » chinois de l'étranger ne l'apprécient guère.

    Une « Charte » contre la Constitution

    Liu, financièrement optimiste, travaille pour ses employeurs. Il n'a épargné aucun effort pour travailler pour les forces anti-chinoises de l'Occident depuis 2005, et rédigé la soi-disante « Charte 08 » en 2008. Par la diffusion de rumeurs et de calomnies, cette charte s'oppose à la dictature démocratique du peuple, au socialisme et à la structure unitaire de l'Etat, inscrits dans la Constitution chinoise. La charte incite aussi les citoyens à y adhérer, avec l'intention de modifier le système politique et de renverser le gouvernement. Les activités de Liu ont fait qu'il a franchi la ligne qui sépare la liberté de parole du crime.

    Cette soit-disante Charte 08 est totalement obsolète. Elle a été en grande partie copiée sur la « Charte 77 ». Elle est totalement contraire à la Constitution chinoise et à la loi chinoise actuelles, et elle se fait l'avocat du refus total du leadership du Parti et de l'actuel pouvoir d'Etat. La Charte tente de faire avancer le système politique à l'occidentale sous le couvert d'amendements constitutionnels, de semer la confusion dans l'esprit des citoyens, et elle soutient la pensée d'une « révolution violente ». son objectif final est essentiellement de renverser le leadership du Parti et le gouvernement actuel. Mettre ce genre de charte en application ne ferait pas seulement de la Chine une vassale de l'Occident, mais conduirait aussi à la destruction des progrès de la société chinoise et du bien-être du peuple chinois. Rien d'étonnant donc à ce que la charte ait été unanimement applaudie en Occident. En décembre 2008, Liu a été condamné à onze ans de prison et à deux ans de privation de ses droits politiques pour le crime d'agitation visant à renverser le gouvernement. Marionnette de l'Occident, Liu finira abandonné par le peuple chinois.
  • LE NOBEL NORVEGIEN INSTRUMENT DE PROPAGANDE

    Le prix Nobel de la paix induit en erreur

    Il y a plusieurs jours, le Comité Nobel norvégien a attribué le prix de la paix de cette année à Liu Xiaobo, qui purge sa peine en prison pour avoir enfreint la loi chinoise selon la justice de la Chine. Cette façon d'agir grossière, au mépris de la loi chinoise, constitue une grossière intervention dans les affaires intérieures de la Chine et a suscité des doutes de certains chercheurs occidentaux sur la justesse de la composition du Comité Nobel, la loyauté dans l'application du testament de Nobel et l'indépendance du fonctionnement du Comité Nobel. Le peuple chinois notamment a compris que le prix Nobel de la paix est devenu un prix qui fait fausse route.

    Il y a plus de cent ans, Nobel a établi dans son testament 3 critères pour le prix de la paix : le lauréat devra être celui qui aura fait le plus grand effort ou apporté la plus grande contribution pour le resserrement de l'amitié entre pays, le renforcement de l'harmonie entre ethnies, pour la promotion du désarmement ou pour la convocation de conférences sur la paix. Ces trois critères incarnent le désir de Nobel pour la paix mondiale. L 'insigne du prix de la paix porte les mots « Pour la paix et les sentiments d'amitié de l'Humanité ».

    Cependant, depuis ces dizaines dernières années, ce prix a suscité de plus en plus de doutes et de critiques, parce que les membres du Comité Nobel ont mèlé leurs points de vue politiques avec les critères de la sélection pour que ce prix s'éloigne du testament de Nobel.

    Fredrik S. Heffermehl, avocat norvégien, a sérieusement étudié le testament de Nobel et les attributions du prix de la paix de plus de cent ans. Il a conclu que le Comité Nobel actuel a établi la sphère d'application du prix, selon ses propres besoins politiques, en allant à l'encontre des désirs de Nobel d' encourager la réduction et la suppression de l'armement .

    Au cours de ces 21 dernières années, Le Comité Nobel a attribué le prix Nobel à deux Chinois,  Dalai Lama et Liu Xiaobo. Le premier est un sécessionniste qui ne cesse de porter atteinte à l'unité nationale dans sa vaine tentative de diviser la Chine ; le dernier est détenu pour avoir incité à renverser par la subversion le pouvoir d'Etat. Aucun de leurs actes n'est conforme au testament de Nobel. Liu Xiaobo a prétendu que « la Chine devrait de nouveau devenir une colonie pendant 300 ans » et que « la Chine devrait être divisée en 18 états ». Est-ce que c'est un combattant pour la paix » selon le testament de Nobel ?

    Dans son testament, Nobel a demandé à l'Assemblée norvégienne d'élire 5 Norvégiens comme membres du Comité Nobel pour se charger de la sélection et de l'attribution du prix de la paix. L'Assemblée norvégienne a réparti les 5 places entre 5 grands partis de l'Assemblée pour que chacun en occupe une. Thorbjorn Jagland, président du Comité Nobel, a été président de l'Assemblée norvégienne, Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de Norvège. Le vice-président et les trois membres de ce Comité étaient tous députés de l'Assemblée norvégienne.

    Ainsi, ces membres du Comité Nobel sont tous des politiciens norvégiens chevronnés. Leurs idées et leurs concepts de la valeur sont nés pendant la période de la guerre froide caractérisée par les affrontements entre le bloc soviétique et le bloc occidental et ils ont l'habitude d'observer le monde avec les lunettes politiques. Ils sont allés à l'encontre du désir de Nobel d'utiliser le prix de la paix pour promouvoir la paix. De plus, ils ont un profond préjugé contre le développement rapide des nouveaux pays émergents comme la Chine. Une telle composition du Comité Nobel a décidé que le prix de la paix aura une forte couleur idéologique.

    Il y a 21 ans, quand le comité Nobel norvégien a attribué le prix de la paix au Dalai Lama, son président a déclaré que cela visait à influencer la Chine. Cette fois-ci, une déclaration semblable a également été faite lors de l'attribution du prix au détenu Liu Xiaobo. Ces une ou deux dernières années, certains politiciens occidentaux ainsi que des organisations non gouvernementales ont fait de grands efforts pour exercer des pressions sur le Comité Nobel norvégien et des membres de ce Comité leur ont répondu par un parfait accord.

    Un observateur politique de Ria Novosti, agence russe d'Information internationale, a indiqué avec sagacité : le prix Nobel de la paix a toujours été politisé jusqu'à la moelle et la prise de décision pour ce prix dépend de l'attitude de certains pays occidentaux. A juger les attidues de certains hommes poliitiques occidentaux après la publication du prix de la paix, on comprend qu'ils sont tellement unanimes sur la position qui consiste à "influencer la Chine".

    Du fait que le prix Nobel n'a pas le caractère indépendent dans son fonctionnement pratique, le prix Nobel de la paix est devenu une fois de plus un instrument entre les mains de politiciens occidentaux et fait de plus en plus fausse route.

  • RESPECTONS LA CHINE ET SA JUSTICE

    Chine : les gouvernements occidentaux n'ont pas le droit d'interférer dans les affaires internes
     

    La Chine s'est demandée jeudi quelles étaient les intentions des gouvernements étrangers qui ont soutenu l'octroi du Prix Nobel 2010 de la Paix à Liu Xiaobo, et a déclaré que les gouvernements occidentaux n'ont pas le droit d'interférer dans ses affaires internes.

    "Quelle est la réelle intention de ces hommes politiques étrangers et des gouvernements occidentaux qui soutiennent l'attribution du Prix Nobel de la Paix à Liu Xiaobo? Est-ce parce qu'ils supportent mal le développement de la Chine et détestent son système politique? ", a questionné de manière rhétorique M. Ma Zhaoxu, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, en réponse à une question.

    Le choix de la Chine de la voie du socialisme avec des caractéristiques chinoises est un succès, le système politique de la Chine est correct, la réalité du développement en Chine est la meilleure réponse, et la population chinoise de 1,3 milliard d'habitants a le droit d'en juger, a indiqué M. Ma lors d'un point de presse régulier.

    "Les affaires chinoises doivent être laissées au peuple chinois", a-t-il souligné, ajoutant que quelques individus du Comité du Nobel norvégien n'avaient pas le droit de juger, et que les gouvernements occidentaux n'avaient pas le droit de s'ingérer.

    "Nous n'intervenons jamais dans les affaires internes d'autrui, et ne permettrons pas aux autres de se mêler des nôtres", a réitéré M. Ma.

    Le Comité du Nobel norvégien a accordé le Prix Nobel 2010 de la Paix à Liu Xiaobo le 8 octobre à Oslo, en Norvège. Liu Xiaobo a été condamné à 11 ans de prison le 25 décembre 2009 par un tribunal de Beijing.