liberation tibet

  • LIBERATION DU TIBET: TEMOIGNAGE D'UN AMBASSADEUR NEPALAIS.

    L'histoire de progrès du Tibet
    F200903271050167564107581[1]
    L'ambassadeur du Népal en Chine, Tanka Prasad Karki

    Il se souvient très bien d'avoir vu des Tibétains pour la première fois lorsqu'il était enfant.

    Fuyant le soulèvement de 1959 organisé par les classes féodales supérieures de la région qui s'est soldé par un échec, ils ont fait un très long pèlerinage, en dormant sous des tentes dressées sur les côtés de la route.

    Devenu l'Ambassadeur du Népal en Chine, Tanka Prasad Karki se souvient d'avoir vu des réfugiés se diriger vers l'Inde, souffrant de la pauvreté et des conditions de vie misérables.

    "Nous savons exactement ce qui a été fait au Tibet", a dit le 25 mars Karki, qui a 54 ans maintenant. Il a donné une interview à China Daily lors de sa visite à l'exposition consacrée au 50ème anniversaire de la réforme démocratique du Tibet. "Certains médias occidentaux et les gens là-bas ne voient pas le processus de développement au Tibet."

    Le ministère des Affaires étrangères a invité plus de 150 diplomates, des ambassadeurs et des représentants d'organisations internationales à cette exposition.

    Tibet, 50 ans après l'abolition de l'esclavage, se prépare à célébrer sa première "Journée d'émancipation des serfs" le 28 mars.

    En tant que pays voisin du Tibet et le seul pays avec un consulat dans la région, le Népal a peut-être la meilleure perspective sur la façon dont "le Tibet a subi une profonde transformation et une amélioration", depuis 1959, a déclaré l'ambassadeur Karki.

    "Mais les Occidentaux voient le Tibet à leur propre façon depuis leur domicile".

    Le Dalaï-lama, le vieux chef suprême du Tibet, a accusé Beijing de mener un "génocide culturel" dans la région autonome dans un discours prononcé le 10 mars dernier, exactement un demi-siècle après le "soulèvement" qui a forcé son "gouvernement à s'exiler" à Dharamshala, en Inde.

    Mais les diplomates affirment le contraire. L'Ambassadeur colombien Guillermo R. Velez Londono a rappelé aux journalistes le 25 mars qu'il est important de comprendre que "le Tibet est une partie intégrante de la Chine et il va se développer avec le reste de la Chine".

    Viorel Isticioaia-Budura, Ambassadeur de Roumanie en Chine, a fait part de son expérience. Il a écouté les débats religieux dans les temples de Lhassa, capitale du Tibet, et les considère être un témoignage de la "liberté et de subsistance" des traditions religieuses dans la région.

    Isticioaia-Budura a rappelé que dans le monde contemporain personne ne peut "survivre et prospérer en s'isolant". Et le Tibet, a-t-il ajouté, n'est en rien différent des autres pays.

    "Ces jours-ci, on ne peut plus s'enfermer tout simplement et rester un genre de réserve naturelle et historique", a-t-il dit. "Regardez le continent chinois. Son ouverture a tout changé."

    En dressant une rétrospective, Isticioaia-Budura a dit que les Tibétains ont "perdu les choses qui sont destinées à être perdues. Ils se sont libérés d'un régime retardé et sous-développé ... L'ancien système tibétain est incompatible avec nos valeurs et nos points de vue dans le monde actuel."

    "Ce qu'ils ont acquis, c'est un mode de vie moderne, et l'éducation, qui les aideront à répondre aux questions: combien ont-ils à perdre, et combien ont-ils à préserver? C'est un choix pour chacun dans le monde d'aujourd'hui", a-t-il conclu.

  • LIBERATION DU TIBET ET DES SERFS 50e ANNIVERSAIRE,VOICI LA MEDAILLE.

    Insigne de la « Commémoration du 50e anniversaire de la réforme démocratique au Tibet »
    F200903270837211065910517[1]

    Représentant le drapeau national chinois rouge à cinq étoiles, un soleil, un hada tibétain et un lotus des neiges du Tibet, l'insigne de la « Commémoration du 50e anniversaire de la réforme démocratique au Tibet » a pour principale couleur le rouge. Cet insigne témoigne à quel point, grâce à l'impulsion du Parti communiste chinois et à la réforme démocratique du Tibet, les serfs émancipés ont pu devenir les maîtres de leurs vies et le Tibet a pu se développer d'une manière considérable.