lhasa

  • Les fonctionnaires chinois de l'ethnie majoritaire Han , qui sont en fonction au Tibet doivent apprendre le tibétain

    Tibet-1.jpg

    La maîtrise de la langue tibétaine est obligatoire pour les fonctionnaires qui ne sont pas natifs de la région autonome du Tibet.

     

    L'ensemble des sept villes de niveau de préfecture au Tibet ont débuté l'enseignement du tibétain pour les fonctionnaires qui ne sont pas natifs du Tibet, a-t-on appris lundi du bureau régional de compilation et de traduction.

     

    M. Qoizha, directeur adjoint du bureau, a indiqué qu'ils avaient distribué 40.000 livres en tibétain destinés à une communication quotidienne.

     

    Le président chinois Xi Jinping a souligné, lors d'une conférence de travail concernant les ethnies en septembre 2014, que dans les régions ethniques, les fonctionnaires des ethnies minoritaires devaient apprendre le mandarin, et les fonctionnaires de l'ethnie Han devaient apprendre les langues minoritaires. La maîtrise des langues sera exigée pour tous les fonctionnaires.

     

    "Une personne ne peut pas bien servir la population locale si elle ne peut pas parler la langue de la région", a indiqué Xi Jinping.

     

    Le Tibet a adopté une politique bilingue depuis 1987, date à laquelle le législateur régional a approuvé une loi stipulant que le tibétain et le mandarin sont les langues officielles de la région.

     

    Selon M. Qoizha, plus de 90% des trois millions de la population du Tibet sont issus de l'ethnie tibétaine. Briser la barrière de la langue permettra aux fonctionnaires non originaires de la région de mieux échanger avec les communautés locales.

     

    nature1.jpg

     

    Au cours des 20 dernières années, environ 6.000 fonctionnaires et employés techniques des autres provinces et municipalités ont été envoyés au Tibet pour aider à développer cette région du sud-ouest de la Chine. En général, ils doivent rester trois ans sur place.

     

    Le gouvernement régional souhaite également produire des programmes télévisés bilingues, afin d'aider les fonctionnaires à pratiquer les langues.

  • Le 1er pont extradossé du Tibet ouvert à la circulation, il devrait alléger la pression du trafic au centre-ville de Lhasa et stimuler le tourisme local

    F201311280849247787665485.jpg

    Le premier pont extradossé de la Région autonome du Tibet, dans le Sud-ouest de la Chine, a été ouvert à la circulation mercredi, suscitant l'espoir qu'il stimulera le tourisme local.

    Le pont Ngaqen de 1,28 km de long, qui passe au-dessus de la rivière Lhassa dans la banlieue Est de la capitale régionale Lhassa, possède six voies et un tablier de 33 mètres de large, et il a été conçu pour accueillir les véhicules à une vitesse de 60 km/h.

    La construction du pont a commencé en mars 2011. Il a coûté environ 370 millions de Yuans (60,3 millions de Dollars).

    Soinam Lhamo, un résident du Canton de Ngaqen, a déclaré qu'il lui fallait jusque là environ une heure et demie pour arriver au Comté de Dagze dans l'Est de Lhassa depuis Ngaqen, le voyage nécessitant de faire un détour par le pont Newu, dans la banlieue Ouest de la ville.

    Avec la mise en service du nouveau pont, il ne lui faudra plus que 10 minutes pour se rendre à Dagze, a déclaré ce Tibétain, qui a également dit apprécier la conception de style tibétain du pont.

    Selon des responsables locaux, le pont qui est relié à une route nationale, devrait alléger la pression du trafic au centre-ville de Lhasa et stimuler le tourisme local et le transport de fret.

    Un pont extradossé utilise une conception qui est un hybride entre un pont à poutres et un pont à haubans.

  • Des jumelages d'étudiants qui font tomber les barrières à Lhasa

    http://french.peopledaily.com.cn/mediafile/201211/15/F201211151544471380722642.jpg

    Li Xixi, âgée de 13 ans, dit que la jeune fille avait qui elle a été jumelée, Tenzin Drolkar, est très agréable et sympathique. Elles ont parlé de leurs rêves et des méthodes qu'elles utilisent pour étudier.

    « Je suis heureuse qu'elle m'ait appris certaines traditions que les Tibétains pratiquent ».

    On se souvient que le 14 mars 2008, des émeutiers avaient attaqué des personnes, pillé et mis le feu à la ville. Quelque 800 étudiants du Lycée n° 2 de Lhasa avaient alors été évacués vers le terrain de sport, où ils étaient restés assis pendant trois heures à partir de 13h30, regardant deux de leurs bâtiments scolaires brûler.

    Li Wuhong, un enseignant, a été témoin du drame. M. Li a dit que les étudiants ont été maintenus à l'intérieur de l'enceinte scolaire pour leur propre sécurité. Bien qu'ils ne pouvaient pas voir la violence qui se déchaînait à l'extérieur des murs, ils ont clairement entendu les bruits terrifiants des émeutes et des pillages.

    Selon M. Li, le programme de l'amitié, ainsi que d'autres activités telles que des discussions en classe, ont aidé les élèves à aller de l'avant, et leur ont appris à chérir une vie heureuse.

    L'école a également invité les grands-parents des élèves à participer à des discussions en classe et à partager des histoires sur leur vie et leur vision du monde.

    « Les programmes sont importants », a déclaré Yangjen, âgée de 57 ans, mère d'un élève de l'école. « Les enfants doivent apprendre à être des gens bien d'abord. Sinon, cela ne servira à rien d'apprendre quoi que ce soit ».

     

     

     



  • Le Tibet est devenu l'une des destinations touristiques les plus populaires

    18780_107255982618824_100000032683349_181861_1531504_n.jpg

    La région autonome du Tibet, dans le sud-ouest de la Chine, devrait avoir accueilli en moyenne 80 000 touristes chaque jour pendant les congés de la Fête nationale, qui durent du 30 septembre au 7 octobre, ont prévu les autorités locales du tourisme.

    Le Tibet devrait engranger 30 millions de yuans (4,7 millions de dollars) de revenus touristiques pendant cette période, selon un communiqué de presse publié samedi par le bureau régional du tourisme.

    Plus de 79 000 touristes chinois et étrangers ont visité le Tibet vendredi, chiffre en croissance 24% sur un an, tandis que les revenus touristiques ont augmenté de 33% pour atteindre 35 millions de yuans, précise le communiqué.

    Cette année a été caractérisée par davantage de touristes en circuits individuels ou à vélo, ajoute le communiqué.

    Ces dernières années, le Tibet est devenu l'une des destinations touristiques les plus populaires en Chine, grâce à davantage de lignes aériennes et ferroviaires qui ont rendu cette région à l'altitude élevée plus accessible.

     

    131770517_11n.jpg

    309031_2444651274462_1197284450_33131483_2917488_n.jpg

  • L'Administration d'État du tourisme de Chine s'engage à soutenir le développement du tourisme au Tibet

    231.JPG

    Shao Qiwei, directeur de l'Administration d'État du tourisme de Chine, s'est engagé jeudi à apporter un soutien spécial au développement du tourisme au Tibet afin de faire de ce secteur un des "piliers industriels" de la région.

    L'Administration d'État du tourisme a décidé de promulguer des politiques spéciales pour aider le Tibet à développer les infrastructures, attirer les investisseurs et les visiteurs, améliorer les services et promouvoir les principales destinations touristiques, a révélé M. Shao à Lhassa, capitale de la région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine).

     

    283.JPG



    En outre, le développement du tourisme permettrait de considérablement augmenter les revenus des tibétains des zones rurales et d'apporter de la vitalité à l'économie locale, a-t-il ajouté.

    Le Tibet, situé sur le plateau Qinghai-Tibet, est peuplé en majorité de membres de l'ethnie tibétaine, avec une grande prédominance de la culture bouddhique. Les plus célèbres destinations touristiques dans la région comprennent le plus haut sommet du monde, à savoir le Mont Qomolangma (Mont Everest), le lac sacré Nam Co, le palais du Potala, le temple Jokhang et le monastère Zhaxi Lhunbo.

     

    306.JPG



    Le nombre de touristes au Tibet a grimpé en moyenne de 30% par an au cours des cinq dernières années. En 2011, plus de 8,69 millions de touristes se sont rendus au Tibet, apportant à cette région 9,7 milliards de yuans (1,53 milliard de dollars) de revenus pour le secteur, selon les statistiques du gouvernement local. Selon des estimations, le nombre de touristes dans la région pourrait doubler d'ici 2015.

    351.JPG

    395.JPG

  • CHINE : UNE BIERE TIBETAINE VENDUE AUX ETATS-UNIS

    Chine : la bière brassée à partir d'orge du Tibet est vendue aux Etats-Unis

     

    13566837_41n.jpg

     

     

    La bière brassée à partir de l'orge cultivée dans la région autonome du Tibet (sud-ouest) est bien accueillie aux Etats-Unis, depuis son entrée sur le marché nord-américain en 2009, ont constaté mercredi le producteur tibétain de bière et l'importateur américain.

    La marque Lhasa Beer, entrée sur le marché américain en août 2009, est vendue dans plus de 1 000 magasins dans 8 Etats, a fait savoir James Casilio, de la société Dzambuling Imports LLC, basée à San Francisco.

    Selon lui, son entreprise obtiendra encore davantage de commandes, car les ventes ne cessent d'augmenter ces derniers mois. Un total de 720 000 bouteilles de bière ont été vendues.

    M. Casilio est venu à Lhassa faire des arrangements pour l'expédition de 288 000 bouteilles de bière vers les Etats-Unis, prévue en fin de semaine.

    Cette bière, de 350 ml, est produite avec 30% d'orge cultivée sur le plateau du Qinghai-Tibet et avec 70% de malt de blé australien, a fait savoir Norbu Tsering, directeur général adjoint de la Lhasa Beer Co., Ltd.

    Le bon accueil de la Lhasa Beer sur le marché américain signifie que nos produits correspondent aux exigences américaines en matière de qualité et de production, a souligné un responsable du Bureau régional du commerce du Tibet.

    "Cela représente beaucoup pour le développement économique du Tibet," a-t-il ajouté.

     

    13566837_31n.jpg

  • CONDAMNATION DE CRIMINELS TIBETAINS PAR LA JUSTICE FORT CLEMENTE(TROP?).

    La Chine condamne trois personnes pour incendie volontaire lors des émeutes du 14 mars à Lhasa.

    Un tribunal chinois a condamné un homme à la peine de mort avec deux ans de sursis et deux autres à des peines de prison pour avoir provoqué un incendie criminel qui a tué six personnes à Lhasa lors des émeutes du 14 mars l'année dernière, a rapporté mardi le Quotidien du Tibet.

    Un porte-parole du Tribunal populaire intermédiaire municipal de Lhasa a révélé au Quotidien que Penkyi, du district de Sagya, avait été condamné à la peine de mort pour avoir provoqué un incendie dans deux boutiques de vêtements au centre-ville de Lhasa le 14 mars 2008.

    Penkyi est à l'origine de l'incendie criminel du magasin Hongyu Trousers sur la route Qingnian qui a complètement ravagé la boutique, causant la mort du propriétaire du magasin Zuo Rencun. Les pertes économiques ont été estimées à 250 000 yuans.

    Ensuite, Penkyi et deux autres complices, Penkyi, du district de Nyinmo, et Chimed, se sont rués vers le magasin de vêtements Yishion sur la Route Est de Beijing. Les deux complices ont jeté des vêtements sur le sol pendant que Penkyi allumait le feu.

    Cinq des six employés du magasin, âgés de 17 à 23 ans, ont trouvé la mort dans l'incendie. Les pertes ont été estimées à 1,5 million de yuans.

    Les trois hommes ont été déclarés coupables de ces incendies.

    Penkyi, originaire de Nyinmo, a été condamné à la prison à perpétuité et Chimed à dix ans de prison

  • POUR QUE JUSTICE SOIT FAITE.

    Deux personnes condamnées à la peine de mort pour l'incendie criminel lors des émeutes de Lhassa

    Un tribunal chinois a condamné deux personnes à la peine de mort pour avoir déclenché un incendie mortel lors des émeutes de Lhassa en mars 2008, a annoncé mercredi 8 mars un porte-parole du tribunal.

    Deux autres personnes ont été condamnées à mort avec deux ans de sursis et une autre à la prison à perpétuité, a indiqué le porte-parole du Tribunal populaire intermédiaire municipal de Lhassa, capitale de la région autonome du Tibet.

    Les cinq accusés ont été reconnus coupables de trois cas distincts d'incendies criminels, dans lesquels, sept personnes ont perdu la vie et cinq boutiques ont été détruites.

    Un autre cas d'incendie criminel jugé est actuellement. Le feu avait été mis à une boutique et cinq personnes étaient mortes dans l'incendie

  • CONDAMNONS LES SEPARATISTES.

    Le Tibet va renforcer les lois contre le séparatisme
      

         BEIJING, 12 mars - Le Tibet va continuer à  renforcer sa législation et l'application de celle-ci afin de  lutter contre le séparatisme et de garantir la sécurité nationale  et la stabilité régionale, a déclaré jeudi Legqog, président du  Comité permanent de l'Assemblée populaire de la Région autonome du Tibet. 

         Face au sabotage "incessant" de la clique du dalai lama, le  Tibet se trouve aux premières lignes de la lutte contre le  séparatisme. Le développement et la stabilité ont toujours été la  priorité de cette région, a-t-il indiqué à l'agence Xinhua (Chine  Nouvelle), en marge de la session annuelle de l'Assemblée  populaire nationale (APN, parlement) à Beijing. 

         "La stabilité est la condition préalable du développement du  Tibet", a-t-il souligné. 

         Depuis sa fuite en 1959, le dalai lama a désespérément passé  son temps à courir le monde pour "vendre" le soit-disant "problème du Tibet", a indiqué Legqog. 

         "Le dalai lama a souvent dit une chose mais fait une autre. Il n'a jamais cessé ses activités visant à fractionner la patrie et  saper la cohésion ethnique du Tibet", a-t-il poursuivi. 

         La lutte contre la sécession au Tibet est une tâche "à long  terme, intensive et compliquée", a-t-il affirmé, ajoutant que "les activités sécessionnistes du dalai lama ont sérieusement nui aux  intérêts les plus précieux de la nation et aux intérêts  fondamentaux du peuple". 

         Selon Legqog, l'Assemblée populaire régionale du Tibet a  adopté une série de lois, règlements et résolutions pour renforcer la lutte contre le séparatisme. 

         Après les émeutes du 14 mars 2008 à Lhasa, le Comité permanent de l'Assemblée populaire régionale a adopté une résolution  condamnant les violences contre la population, a rappelé Legqog. 

         L'instance législative locale a aussi adopté une motion en  janvier 2009 désignant le 28 mars comme la Journée de  l'Emancipation des Serfs, afin de commémorer l'émancipation de  millions de serfs et d'esclaves au Tibet il a y 50 ans. 

         "La jeunesse du Tibet ne connaît peut-être pas beaucoup  l'histoire", a-t-il remarqué. 

         La Journée de l'Emancipation des Serfs permet de "rappeler à  la jeunesse un passé amer et lui faire chérir le développement, le changement et son nouveau mode de vie", a-t-il ajouté.

  • UN FRANCAIS AU TIBET.

    F200903111426322425175282[1]

    J'ai ressenti le "sourire sincère du Tibet", dit un retraité français

    . Avant 50 ans, j'ai travaillé d'arrache-pied pour gagner de l'argent et j'ai pris la retraite, à l'âge de 53 ans, par avance. Depuis lors, j'ai commencé à « faire l'arpentage » du monde, en conduisant mon véhicule. Avec mon « véhicule-logement» reconstruit à base d'un véhicule tout terrain, je suis allé jusqu'ici dans plus de 60 pays. Et mon voyage au Tibet de Chine, à bord de ma voiture, m'ont laissé une impression inoubliable et merveilleuse.

    En 2000, moi et 34 autres Français retraités se sont formés en un convoi de 17 vehicules-logements et sont partis pour la Chine. Je me suis rappelé que le 20 mars, après une cérémonie de départ solennelle tenue à Paris, nous sommes partis pour le Xinjiang de Chine, chacun ayant établi son propre itinéraire. Le 14 juillet, nous sommes entrés en Chine, en passant par le poste-frontière de Turgart du Xinjiang. Nous avons traversé par la suite 20 provinces, municipalités et régions autonomes chinoises, sur une longueur totale de 35 600 km, avant d'entrer au Tibet le 26 septembre. Nous avons quitté le Tibet le 12 octobre de la même année.

    Le Tibet est merveilleux, avec ses beaux paysages. Surtout, l'amitié que les Tibétains nous ont exprimée, avec leur sourire sincère, est inoubliable. Les jeunes filles tibétaines, au visage tout rouge et avec leur habillement aux couleurs voyantes, sont vraiment très gentilles et charmantes ; quant aux garçons, ils font toujours l'impossible pour nous aider, quand nous avons rencontré des difficultés. Des petits enfants ont suivi notre convoi, en courant, riant et criant. Ils sont tellement adorables. Les Tibétains ou les Han que nous avons rencontrés partout où nous sommes allés, nous ont tous montré leur sourire sincère, le meilleur salut de leur part.

    Quand notre convoi s'est arrêté à un endroit situé à une altitude de 4 006 m, des habitants locaux ont reconstruit la route pour nous et nous ont aidés à pousser en avant nos véhicules. Quand le convoi est monté à une altitude de 4 800 m, presqu'à la même hauteur que le sommet des Alpes, des résidents locaux nous ont offert le thé au lait cuit et le fromage spécial du Tibet. Ce sont des aliments au bon goût.

    Nous avons passé 3 jours à Lhasa. Le Palais du Potala est un édifice majestueux et merveilleux se dressant vers le ciel. On peut remarquer que le palais jouit de bons soins d'entretien et de protection. La grande place devant le palais est un des meilleurs endroits préférés par les habitants locaux. Tous les jours, beaucoup de personnes y sont venues pour faire de la gymnastique, de la promenade ou prendre des photos de souvenir. Dans la rue de Lhasa, on peut toujours trouver des citadins qui font tourner des moulins à prières, et des fidèles qui se prosternent, en s'allogeant sur terre. Là-bas, les gens, de joyeuse humeur, sont libres comme l'air.

    Par Monmart Francis le 4 mars à l'ORBAIS-l'ABBAYE