lait contamine

  • LAIT CONTAMINE,APPEL POUR L'ANCIENNE DIRECTRICE DE SANLU

    Lait contaminé: l'ancienne directrice du groupe Sanlu projette de  faire appel contre sa condamnation à la prison à perpétuité
      

          SHIJIAZHUANG, 24 janvier (Xinhua) -- Tian Wenhua, ancienne  présidente du conseil d'administration du groupe Sanlu, au coeur  du scandale du lait contaminé à la mélamine,projette de faire  appel suite à sa condamnation à la prison à perpétuité, a annoncé  samedi son avocat Liang Zikai. 

         M. Liang a indiqué à l'agence Xinhua (Chine Nouvelle) que Mme  Tian projetait de faire appel en raison du manque de preuves dans  le jugement selon lequel le lait en poudre produit par Sanlu  depuis le 2 août avait nui à la santé des consommateurs. 

         Sanlu a décidé de limiter le niveau de mélamine à 10 mg par kg  de lait, au lieu de cesser la production de produits contaminés à  la mélamine après la confirmation par le bureau d'inspection et de quarantaine de la province du Hebei, le 1er août, que les  échantillons des produits de la société étaient contaminés. 

         Tian et ses avocats ont confirmé que les produits fabriqués  avant le 2 août avaient nui à la santé des consommateurs. 

         Tian a déclaré en décembre pendant son procès qu'elle avait  pris la décision de ne pas arrêter la fabrication des produits  contaminés parce qu'un membre du conseil d'administration, désigné par le géant laitier néo-zélandais Fonterra, qui détient des parts de Sanlu, lui avait présenté un document selon lequel un maximum  de 20 mg de mélamine par kg de lait était autorisé dans l'Union  européenne. Elle avait été alors persuadée par le document, a  indiqué Tian. 

         M. Liang a indiqué que les avocats de Tian Wenhua plaideront  non coupable si son appel est accepté. 

         Selon lui, Tian doit être condamnée pour sa responsabilité dans un accident majeur, mais pas pour fabrication et vente de produits falsifiés ou de mauvaise qualité. Elle recevrait alors une  condamnation à sept ans de prison au maximum.  

         Tian a été condamnée jeudi à la prison à perpétuité par le  Tribunal populaire intermédiaire de la municipalité de  Shijiazhuang pour fabrication et vente de produits falsifiés et de mauvaise qualité. 

         Elle a également été condamnée à une amende de 24,7 millions de yuans (3,6 millions de dollars). Trois autres anciens responsables de Sanlu ont été condamnés à des peines d'emprisonnement allant de 5 à 15 ans pour leur rôle dans le scandale qui a tué au moins six  enfants et en a rendu malades environ 300 000 autres.

  • CHINE,3 JOURNALISTES TEMERAIRES.

    TROIS JOURNALISTES COURAGEUX

    Sun Chunlong, Jian Guangzhou et Dai Xiaojun, trois journalistes qui ont fait lumière sur les pires scandales de 2008 en Chine, ont reçu le titre d'« Activistes de l'année pour l'intérêt public », décerné par le quotidien méridional de Guangzhou Nanfeng Chuang, un magazine bimensuel qui fait école. Depuis 2003, ce prix consacre les individus et les organisations qui apportent une grande contribution au progrès social.

    0013729ad0130aca5d9608[1]

    M. Sun, âgé de 32 ans est un journaliste d'investigation officiant pour l'hebdomadaire chinois Oriental Outlook.

    Le 1er août 2008, un glissement de terrain se produisit sur le site d'une mine de fer locale du bourg de Loufan, dans la province du Shanxi. Selon des rapports provisoires, il s'agissait d'un désastre naturel et le nombre de victimes s'élevait à 11.

    Cependant, lors de son enquête, M. Sun élucida qu'au moins 41 personnes décédèrent des suites d'un accident qui était principalement imputable à des activités humaines. Il fit part du fruit de ses enquêtes dans un rapport adressé à son magazine au terme du mois d'août. Cependant, aucune réponse des autorités locales ne se fit entendre.

    Par la suite, le journaliste envoya une lettre ouverte au gouverneur du Shanxi, Wang Jun, le 15 septembre, proposant l'ouverture d'une enquête approfondie sur la couverture médiatique du glissement de terrain. Cette missive attira en définitive l'attention des dirigeants nationaux. Une équipe d'investigation dépêchée par le gouvernement central annonça le 26 octobre que le glissement de terrain avait provoqué 44 décès et un blessé. Les enquêteurs reprochèrent aux responsables de la mine leur incapacité à suivre les règlements étatiques relatifs aux conditions de sécurité lors de la production ainsi que la supervision inefficace des autorités locales. Trois fonctionnaires ont été arrêtés par la suite.

    0013729ad0130aca5e0d09[1]

    Jian, 35 ans, travaille pour le journal shanghaïen Oriental Morning Post.

    Bien qu'il ne soit pas le premier journaliste à couvrir le scandale du lait pour enfants mélangé à la mélamine qui ôta la vie à près de six enfants en bas âge et qui mit en péril la santé de 290 000 bambins sur le reste du territoire, M. Jian fut le premier à désigner l'entreprise publique Sanlu, en tant que productrice du lait mélangé à la mélamine. Par ce faire, il vint à bout de la tradition de longue date en Chine qui veut que l'on ne nomme pas explicitement les cibles de reportages critiques, plus particulièrement lorsqu'il s'agit de célèbres marques locales.

    Le reportage de M. Jian, qui fut publié dans son journal le 11 septembre 2008, a contraint le secteur des produits laitiers chinois à une complète restructuration.

    Sanlu, une entreprise déjà présente sur le territoire depuis 50 ans, contrôlait 18% des produits laitiers pour enfants en bas-âge, est désormais proche de la faillite. Son ancienne PDG a été arrêtée. Près de 21 produits laitiers dont la haute teneur en mélamine a été confirmée ont également connu de grandes pertes, au point de vue financier tout comme au niveau de leur popularité.

    Plusieurs fonctionnaires de haut rang visés par des accusations de complicité au scandale ont démissionné ou ont été renvoyées.

    0013729ad0130aca5e230a[1]

    Dai, 42 ans est un photographe qui fait ses armes au bureau de Shanxi du journal pékinois West Times.

    La révélation de la corruption d'une partie de la presse a fait connaître le nom de Dai dans l'ensemble de la Chine après que celui-ci ait fait partager le 27 septembre sur son blog plusieurs photographies montrant les gestionnaires d'une mine de charbon de la ville de Huozhou, dans la province du Shanxi, verser des dessous de table à des journalistes qui étaient censés les aider à dissimuler un accident de sécurité mortel remontant au 20 septembre.

    Afin de prendre ces clichés, M. Dai a risqué sa vie pour se rendre sur la scène de l'accident le 25 septembre, après avoir été mis au parfum de l'affaire par un ami.

    Malgré certaines menaces téléphoniques le visant nommément tout comme sa famille, M. Dai a reconnu qu'il avait tout simplement fait ce qu'il avait pu pour laver de tout soupçons l'industrie qui l'emploie depuis deux décennies.

    L'Administration générale de la presse et de l'édition a annoncé le 27 novembre que quatre journalistes, 26 acteurs du monde des médias et 28 faux reporters avaient reçu 319 300 yuans (33 208 euros) dans le cadre de l'histoire révélée par M. Dai. Les quatre journalistes ont été renvoyés ou ont vu leurs cartes de presse révoquées.

     

     

     


  • LAIT CONTAMINE,PROCES DE 2 RESPONSABLES

    Chine: procès de deux responsables du scandale du lait en  poudre

     

     

          SHIJIAZHUANG, 26 décembre - Un fabricant de mélamine et un intermédiaire impliqués dans le scandale du lait frelaté,  passent en jugement vendredi devant le Tribunal populaire  intermédiaire de Shijiazhuang, capitale de la province du Hebei  (nord). 

         Zhang Yujun est accusé d'avoir produit 775 tonnes de prétendue  "poudre de protéine" à base de mélamine entre septembre 2007 et  octobre 2008. Il en aurait vendu plus de 600 tonnes pour 6,83  millions de yuans (998 000 dollars), précise-t-on de source  judiciaire. 

         Le deuxième accusé, Zhang Yanzhang, a vendu 230 tonnes pour le  compte du premier. 

         La "poudre de protéine" était vendue à des collecteurs de lait  du Hebei dans les villes de Shijiangzhuang, Tangshan, Xingtai et  Zhangjiakou. Certains collecteurs avaient rajouté ce produit au  lait cru avant de le vendre au Groupe laitier Sanlu. Celui-ci,  basé à Shijiazhuang, a été au centre du scandale du lait en poudre frelaté. 

         Des teneurs en mélamine plus élevées que la norme nationale de  sécurité ont été détectées dans des produits d'autres grandes  marques laitières telles que Mengniu et Yili. 

         Sanlu a cessé sa production le 12 septembre et la société dont le passif atteint 1,1 milliard de yuans, a engagé une procédure de faillite.  

         Selon le ministère chinois de la Santé, la contamination du  lait a tué six bébés et en a rendu 294 000 autres malades.

    PHOTOS DE SHIJIAZHUANG.

  • LAIT CONTAMINE:INDEMNISATION DES VICTIMES.

    La Chine prévoit de verser des indemnisations après le scandale du lait contaminé

    Un système de compensation pour les familles dont les enfants ont été malades ou sont décédés suite à l'intoxication par le lait en poudre contaminé, provoquant une panique concernant la qualité alimentaire en Chine, est en cours de l'examen, a dit le 10 décembre un porte-parole du Ministère de la Santé.

    Le Ministère est en train de recueillir des dossiers médicaux et des données statistiques de vérification pour faire préparer les indemnisations, a déclaré le porte-parole Mao Qun'an.

    Mao a dit qu'il "n'a pas été autorisé à fournir des détails" sur le système de compensation, mais il a assuré les médias que les départements concernés travaillent sur le projet et vont publier les résultats après que plan sera adopté.

    Mao a dit aussi que les gouvernements locaux ont payé une importante somme d'argent pour les appareils d'ultrasons hospitaliers et des médicaments après que plus de 22 millions d'enfants avaient eu le besoin d'être testés pour savoir s'ils ont consommé le lait contenant un produit chimique industriel connu sous le nom de la mélamine. Ces tests ont commencé en septembre dernier.

    Les enfants qui ont été découverts avec des calculs rénaux ont bénéficié d'un traitement gratuit.

    Le Ministère a annoncé qu'il était probable que six bébés sont morts à cause de la consommation du lait en poudre toxique. Par ailleurs, 294 000 enfants souffrent de problèmes urinaires comme les calculs rénaux.

    L'Administration générale du contrôle de la qualité, de l'inspection et de la quarantaine a publié les noms des 22 producteurs laitiers, dont les produits contenaient de la mélamine, après la découverte de ce composant chimique interdit dans l'alimentation dans la poudre de lait, produite par la compagnie Sanlu Group à la mi-septembre.

     

     

  • LAIT CONTAMINE SUITE ET PAS FIN

    5 824 enfants restent encore  sous traitement à l'hôpital à cause de calculs rénaux dus au lait  en poudre contaminé, a annoncé mercredi à Beijing le ministère  chinois de la Santé.  

         Six d'entre eux se trouvent dans un état grave, selon un  communiqué de presse publié par le ministère chinois.  

         Aucun enfant n'est décédé du lait toxique en septembre, et  toutes les morts rapportées jusqu'à présent ont été enregistrées  entre les mois de mai et d'août, précise le communiqué de presse.  

         Depuis qu'il a été découvert à la mi-septembre que le lait en  poudre produit par le groupe Sanlu était contaminé avec de la  mélamine, 43 603 enfants au total se sont rétablis et ont quitté  l'hôpital.  

         Deux cent-trois enfants ont été hospitalisés et 764 autres se  sont rétablis mercredi, ajoute le communiqué de presse.

  • LAIT CONTAMINE 14 ARRESTATIONS SUPPLEMENTAIRES

    Lait contaminé: 14 autres personnes impliquées dans le scandale  arrêtées par la police

       

     

         SHIJIAZHUANG, 8 octobre La police de la province  septentrionale du Hebei (nord) a arrêté 14 autres personnes  impliquées dans le scandale du lait contaminé, portant le nombre  de personnes arrêtées à 27 dans cette province. 

         Cao Aiping, chef-adjoint du département provincial de la  sécurité publique a révélé à Xinhua que la police avait interrogé  91 personnes. Treize personnes ont été arrêtées le 29 septembre. 

         Les suspects auraient produit, vendu ou ajouté de la mélamine  dans du lait frais pour tricher dans les tests de contenance en  protéine. 

         La mélamine, qui peut provoquer des problèmes urinaires tels  que des calculs rénaux, a été d'abord trouvée dans du lait en  poudre pour bébé fabriqué par le géant laitier Sanlu, basé à  Shijiazhuang, capitale provinciale. 

         Lors d'une campagne de dix jours sur les produits laitiers  lancée à la fin septembre, la police a confisqué plus de 380 kg de mélamine, d'après le département. 

         La mélamine a été trouvée plus tard dans d'autres produits  laitiers de compagnies chinoises telles que Yili et Mengniu. 

         La police de la Région autonome de Mongolie intérieure (nord)  où sont basées Yili et Mengniu, a arrêté six suspects impliqués  dans la production et la vente de mélamine. 

         Au total, 12 892 bébés ont été hospitalisés jusqu'au 21  septembre, selon le ministère de la Santé, qui n'a pas fourni de  chiffres mis à jour concernant le nombre de bébés malades.