justice

  • 23 membres de gangs de Guangzhou face à la justice pour des meurtres, agressions, enlèvements et cambriolages commis à Guangzhou

    chinese-court.jpg

     

     

    Le procès de 23 membres d'un gang mafieux de Guangzhou accusés de divers crimes s'est ouvert mercredi dans la province du Guangdong.

     

    Li Guoqiang et 22 autres personnes comparaissent devant le Tribunal populaire intermédiaire de Maoming pour avoir organisé, dirigé ou participé à un gang mafieux.

     

    Li Guoqiang, également connu sous le nom « Tau Strong,âgé de 36 ans, a fait fortune en exploitant des maisons de jeux, en exerçant du chantage et en proposant des prêts usuraires. Entre 1998 et 2013, il a organisé des meurtres, agressions, enlèvements et cambriolages à Guangzhou, capitale provinciale, selon les procureurs.

    sans-titre.png

    Ces activités criminelles ont fait deux morts et treize blessés, dont cinq dans un état critique. En avril 2013, M. Li a demandé à des membres du gang d'attaquer Shao Zhencai, un conseiller politique local, et son frère Shao Zhenfeng en raison de différends commerciaux. Les deux frères ont été grièvement blessés.

    Le procès devrait durer trois jours.

    En 2004, le gang a abattu deux personnes dans des affaires distinctes.

    Des procès  liés aux gangs ont eu lieu à plusieurs reprises au cours des dernières années à Guangzhou , considérée comme la ville la plus dangereuse de Chine. Un homme d'affaires américain ,Vincent Wu, a été inculpé en Février pour avoir été à la tête d'un gang  qui a enlevé des rivaux et exploité des opérations de jeu illégales.

    La dernière grande affaire  de gang à Guangzhou a eu lieu à la fin de 2012, lorsque 44 membres d'un gang criminel majeur dirigé par Huang Jiantang, 44 ans, ont été accusés d' exploitation de casinos illégaux à Conghua dans la banlieue de Guangzhou, où ils ont vécu. Ils ont également été accusés d'utiliser la force pour obtenir des soumissions de gouvernement dans les travaux de construction et interférer avec les élections villageoises locales.

     

  • Le géant de l'internet chinois Sina.com a été condamné par les autorités pékinoises à payer une amende de 5,1 millions de yuans (615 000 €) pour avoir autorisé la publication de contenus « malsains et indécents » sur son site de lecture en ligne

    001fd04cfc2214cff92801.jpg

    Le géant de l'internet chinois Sina.com a été condamné par les autorités pékinoises à payer une amende de 5,1 millions de yuans (615000€) pour avoir autorisé la publication de contenus « malsains et indécents » sur son site de lecture en ligne ainsi que sur son site principal.

    Sina s'était vu retirer plusieurs de ses licences d'exploitation pour la publication de contenus sur internet, après avoir été la cible de la campagne anti-pornographie lancée par le gouvernement chinois. Il s'agit de la sanction la plus sévère infligée jusqu'à présent dans le cadre de la campagne.

    L'amende a été imposée par le service municipal chargé de l'application des lois régulant le marché de la culture, a déclaré Sina dans un communiqué diffusé vendredi. Le groupe a indiqué qu'il étudiait actuellement l'impact de l'amende administrative et les options dont il disposait. Sina n'a cependant pas précisé à quel moment il récupérerait ses licences, ni si cela était prévu.

    Les premiers rapports du groupe pour le premier trimestre de 2014, qui s'est terminé le 31 mars, ont révélé des résultats meilleurs que prévu, a également annoncé le groupe vendredi.

    Sina a en effet estimé avoir subi une perte nette d'environ 27 millions d'€, soit 52 cents par action, dont 6,2 millions de pertes induites par l'entrée en bourse de sa filiale Weibo.

    Weibo détient le site de microblogging Sina Weibo, version chinoise de Twitter. La société a estimé avoir réalisé un bénéfice net de 15 cents par titre, soit 2 cents de plus que dans les estimations des analystes, selon Thomson Reuters I/B/E/S.

    Vendredi à la bourse de New-York, l'action Sina a accusé une baisse de 2,6 % après la fermeture de la bourse, tombant à 46,99 dollars contre 48,15 dollars au moment de la fermeture.

  • La Chine force Madrid à renoncer à la justice sans frontières

    val.jpg

    Un temps, la justice espagnole , emmenée par des magistrats incompétents, illuminés et si pas imbus de leur

    personne , au moins imbus de leur tâche à accomplir, se sont crus revenus au "bon temps" de la Controverse de Valladolid en 1550.

    En ce temps-là , l'Espagne pouvait faire valoir sa toute puissance au monde entier. Depuis quelques années , ces petits juges , tels Ismaël Moreno, Baltasar Garzon , se sont crus investis d'une fonction universelle et

    tels des chasseurs de primes au Far West se voyaient lancer des mandats d'arrêt de par le monde contre n'importe qui ne leur plaisant pas.

    La Chine ,dans le collimateur de ces farfelus, aussi bien qu'Israël et d'autres pays souverains ne s'en n'est pas laissé compter. "Nous nous opposons avec force aux actions erronées des juges espagnols" , ont lancé les autorités chinoises dans un message ferme, fortes de leur bon droit.

    Le résultat ne s'est pas fait attendre , l'exécutif  à Madrid s'est vu obligé de modifier sa législation concernant la justice universelle.

     

    inquisicion-espanola_2612.jpg

    Les juges espagnols pouvaient poursuivre pour génocide ou crime contre l'humanité tout suspect, quel que soit l'endroit où il se trouvait. Le Premier ministre espagnol Rajoy a enterré cette idée saugrenue et scandaleuse.

    Vous vous rendez compte, que le juge Ismaël Moreno, de l'Audience nationale, a eu l'outrecuidance de rédiger un  mandat d'arrêt international et une demande d'extradition contre cinq anciens dignitaires , dont Jiang Zemin (président de la République populaire entre 1993 et 2003) et Li Peng (Premier ministre entre 1988 et 1998). Le chef d'accusation : "génocide, tortures et crimes de lèse-humanité" contre la population tibétaine dans les années 80 et 90. Le plaignant est un moine tibétain de nationalité espagnole.

    Aux yeux de ces juges funambulesques , il suffisait que le premier imbécile venu se plaigne de n'importe quel dirigeant de n'importe quel pays pour que s'abattent les foudres de la justice espagnole. On croit rêver!!!

    Plus récemment, d'autres magistrats de l'Audience nationale ont réclamé l'extradition de responsables israéliens, pour leur participation dans la colonisation en territoires palestiniens. Cela n'étonnera personne quand on sait combien l'antisémitisme reste répandu dans ce pays de l'inquisition.

    exilespagne.jpg

     

     

  • La Chine s'oppose à l'ingérence des Etats-Unis dans ses affaires judiciaires

    images.jpg

    Voici la réponse officielle de la Chine à la nouvelle intervention intempestive des Etats-Unis. Ils se prennent pour quoi les yankees !!!

    Un criminel chinois de droit commun est condamné parce qu'il ne respecte pas la loi . Déjà que certains , comme les séniles du prix Nobel de la paix ( ce ne sont pas eux qui attribuent les prix Nobels) ont cherché , en vain, d'humilier la Chine , ses autorités et son vénérable peuple et attribuant le prix Nobel de la honte à ce repris de justice , il faut que Kerry , qui n'en rate pas une , agresse la Chine, sa justice et son peuple en se perdant dans des déclarations fallacieuses.

     

     

    En réponse à l'appel des Etats-Unis pour la libération de Liu Xiaobo, la Chine a réitéré sa ferme opposition à toute ingérence extérieure dans sa souveraineté judiciaire et dans ses affaires intérieures.

    "La Chine et les Etats-Unis travaillent ensemble à l'établissement d'un nouveau type de relations entre les grandes puissances. Nous espérons que la partie américaine gardera à l'esprit l'intérêt général des liens bilatéraux et contribuera davantage au renforcement de la confiance et de la coopération", a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei lors d'un point de presse.

    Dans un communiqué publié lundi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a exprimé ses préoccupations concernant Liu Xiaobo et Xu Zhiyong, et a exhorté les autorités chinoises à libérer Liu Xiaobo.

    Le porte-parole a déclaré que la Chine était un pays de droit et que tous les citoyens étaient égaux devant la loi.

    "Liu Xiaobo et Xu Zhiyong sont citoyens chinois. Ils ont violé les lois chinoises et doivent être punis en accord avec la loi", a expliqué M. Hong.

    "Je veux réitérer que seuls les 1.3 milliards de Chinois sont qualifiés pour parler de la situation des droits de l'homme en Chine", a-t-il conclu.

    dont acte.

  • La Chine n'est encore pas prête à abolir la peine de mort

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6871/zh/archive/2013/02/01/chine-effondrement-d-un-pont-autoroutier-suite-a-l-explosion.html

     

    Site traduit en :
       

    Reading the article in English: http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6871/en/archive/2013/02/01/chine-effondrement-d-un-pont-autoroutier-suite-a-l-explosion.html

     

    f2f73256-8e2a-11e1-ba5b-25d75d2ae738-493x328.jpg

    En Chine, il y a un fort soutien du public pour condamner les criminels économiques à mort à cause des relations entre la criminalité économique et la corruption, ce qui est un cas très particulier dans ce pays de l'Asie de l'est.

    La Banque centrale allemande la Bundesbank, a indiqué la semaine dernière qu'elle allait limiter sa coopération avec la Chine au sujet de la contrefaçon de monnaie, étant donné que la Chine est un pays « qui impose la peine de mort aux contrefacteurs d'argent. »Un jour avant l'annonce de cette décision, les médias allemands ont rapporté qu'un Chinois avait été condamné à mort pour avoir contrefait de la monnaie.

    La Chine n'est pas le seul pays avec lequel la banque centrale allemande compte reconsidérer sa coopération. La Bundesbank a également limité sa coopération avec le Vietnam et a mis de côté une société anti-contrefaçon en coopération avec la Banque centrale du Bangladesh pour la même raison. En outre, les banquiers allemands ont déclaré samedi que « l'imposition de la peine de mort est excessive, bien qu'ils estiment que la contrefaçon est un délit grave. »

    Il s'agit ici du dernier exemple de l'affrontement sur cette sanction entre un pays développé et un autre en voie de développement. Du fait de l'existence de cette peine pour les crimes économiques, la coopération de l'actuelle deuxième puissance économique avec les pays développés dans les domaines de la lutte anti-corruption et de l'extradition a été négativement affectée.

    La peine de mort est également un sujet controversé en Chine. Le nombre des cas de condamnation à mort a diminué progressivement et celui des crimes qui sont passibles de mort a également diminué. La demande de l'abolition de ce châtiment jugé cruel est de plus en plus forte.

    En dépit de leur objectif « noble », les interventions comme celle de la Bundesbank pourraient susciter des perturbations dans l'équité judiciaire. Par exemple, la Chine a promis que Lai Changxing, un délinquant chinois de haut vol qui a été extradé par le Canada, ne se verrait pas infliger la peine de mort afin de garantir son extradition vers la Chine. Cependant, quatorze autres criminels impliqués dans cette affaire ont été condamnés à mort. Donc, deux poids deux mesures pour ces décisions judiciaires.

    Conformément à la loi pénale de la République populaire de Chine, la peine de mort ne doit être appliquée qu'à des éléments criminels qui ont commis les crimes les plus odieux. Quant à la question de savoir si les crimes économiques sont les délits les plus odieux, les pays en ont des interprétations différentes en fonction de leurs différences culturelles, de leurs concepts religieux et de leur degré de développement. En Chine, il y a un fort soutien du public pour condamner les criminels économiques à mort à cause des relations entre la criminalité économique et la corruption, ce qui est un cas très particulier dans ce pays de l'Asie de l'est.

    La Chine a fait des efforts constants pour ajuster la peine de mort, en supprimant 13 infractions de la liste des 68 crimes passibles de la peine de mort en 2011, y compris la fraude fiscale, la contrebande de vestiges culturels ou de métaux précieux, la violation de sépultures ou de fossiles.

    La décision de la Banque centrale allemande, qui reflète ses préoccupations politiques, n'a pas pris en considération les conditions locales chinoises.

    Les règles pénales pour les parquets, qui ont récemment été révisées, précisent davantage les conditions de réexamen des condamnations à mort. Cette décision vise à garantir un contrôle strict et une application prudente de la peine capitale.

    Ces règles ont été publiées vendredi par le Parquet populaire suprême (PPS) sur le site www.jcrb.com.

    En Chine, depuis 2007, seule la Cour populaire suprême (CPS) a le droit d'approuver la peine capitale. Durant le réexamen d'une condamnation à mort, le PPS peut faire part de son avis à la CPS.

    Ce n'est donc qu'après condamnation en première instance suivi de la condamnation en appel que la CPS approuve ou non la cobdamnation à mort.

  • La Chine améliore les lois interdisant l'obtention de preuves sous la torture

    AFP_081231chine-justice-sanlu_8.jpg

    La Chine ne cesse d'améliorer ses lois pour interdire la collecte de preuves par la torture ou tout autre moyen illégal par les responsables judiciaires, selon un livre blanc publié mardi.

     

    L'amélioration du système d'enquête et d'interrogatoire est une condition indispensable à l'établissement d'un Etat de droit, indique le document intitulé "Réforme judiciaire en Chine" et publié par le Bureau de l'information du Conseil des affaires d'Etat.

     

    Elle constitue également un moyen important de renforcer le contrôle judiciaire et de protéger les droits et intérêts légitimes des personnes soupçonnées d'infraction pénale.

     

    Selon le Code de procédure pénale amendé en 2012, les aveux des suspects et des inculpés soutirés au travers de la torture ou d'autres moyens illégaux, ainsi que les témoignages et les déclarations des victimes obtenus par l'utilisation de violence, de menaces ou d'autres moyens illégaux doivent être écartés.

     

    Si la collecte de preuves écrites ou matérielles est réalisée en violation des procédures juridiques ou de manière portant gravement atteinte à la justice, ces preuves doivent également être écartées tant qu'aucune correction ni justification n'est présentée.

     

    Selon le livre blanc, le pays travaille également à l'amélioration de son système de détention. Une personne placée en garde à vue doit ainsi être envoyée sous 24 heures dans une maison d'arrêt, où se déroulera l'interrogatoire.

     

    L'enregistrement audio ou vidéo des enquêtes et interrogatoires est également une pratique largement répandue en Chine, rappelle le livre blanc.

  • La Chine est un Etat de droit , respectons sa justice

    Est-ce pour interférer dans les affaires intérieures d'autres Etats indépendants que madame Ashton est si grassement payée. Les dirigeants européens n'ont-ils rien d"autre à faire quand l'UE ,en crise, est confrontée à tant de problèmes que de critiquer la justice chinoise sans même disposer de dossiers. Est-il logique qu'en temps de responsable d'une organisation internationale  qui désire entretenir des relations amicales avec la Chine ,madame Ashton se permette de heurter le sentiment du peuple chinois en intervenant en faveur de gens qui ne respectent pas la loi chinoise.

    Le porte-parole de Catherine Ashton, Haut Représentant de l'Union pour les affaires étrangères et
    Politique de sécurité et vice-président de la Commission, a émis aujourd'hui la déclaration suivante:
    "Le Haut Représentant regrette les décisions prises à la fin de Décembre à l'encontre des militants des droits humains   Chinois Chen Wei et Chen Xi respectivement à 9 et 10 ans de prison . Ceci suit
    la récente condamnation de l'avocat des droits humains Gao Zhisheng à 3 ans d'emprisonnement. Elle demeure particulièrement préoccupée par le cas de la défenderesse des droits humains Yulan Ni, notamment  vu le mauvais état de santé Mme Ni.
    L'Union européenne est préoccupée par la détérioration de la situation des militants des droits humains
      en Chine et continuera à suivre attentivement ces cas.
    L'UE attache une grande importance au respect des droits humains partout dans le monde.

    Comme je l'ai déjà signalé , voici une remarque de l'inexistante Ashton qui sera balayée d'un revers de la main par n'importe quel dirigent chinois.

  • La Chine n'a de leçon à recevoir de personne !!! Respectez sa justice

    Le fait est passé quasiment inaperçu mais dans son dernier rapport, le département américain du Trésor s'est abstenu d'accuser la Chine de manipuler les devises. Le taux de change du RMB a constitué une importante source de litiges entre la Chine et les Etats-Unis au cours de ces dernières années. Sur la question du taux de change du RMB, les politiques, les mesures et les orientations définies par la Chine sont extrêmement claires, et le résultat en est tout à fait évident. L'information était absente des journaux francophones mais figurait en bonne place dans l'excellent journal flamand "De Tijd".

     

    Tout comme le processus de développement économique de la Chine, la réforme et l'internationalisation du taux de change du RMB est un processus graduel, qui s'inscrit dans le long terme. Exercer des pressions pour exiger une hausse ou une baisse brutale du taux de change, ou partir en quête d'une solution unique et immédiate, constituent des attentes aussi irréalistes que nuisibles.

    Tout comme pour le yuan , les Etats-Unis et l’Union Européenne ont été remis à leur place par la Chine. Les critiques de mesdames Clinton et Ashton concernant la condamnation d’un criminel chinois ont été balayées d’un revers de la main par le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères , rappelant ces dames à s’occuper de leurs propres affaires et surtout à respecter les décisions de la justice chinoise.

     

    Si les réactions de responsables étrangers de haut rang comptent pour du beurre alors que penser des réactions d’ associations aussi nulles et insignifiantes que Amnesty ,international ou non , dont les Chinois depuis l’homme de la rue jusqu’aux plus haut responsables se contrefoutent. Si les Etats occidentaux veulent écouter et se laisser influencer par ces jobards , libre à eux , mais en Chine les élucubrations de ces dérangés du bocal sont quantité négligeable .

    Que cherche au juste Amnesty en s’attaquant à la Chine ? Pourquoi cet acharnement faisant fit du moindre esprit démocratique . Il suffit de passer quelques semaines en Chine , de voyager dans plusieurs provinces , de questionner des citoyens de différentes couches sociales , sans oublier de questionner aussi des représentants des minorités ethniques, pour se rendre compte de la bonne santé de la société chinoise , que ce que la propagande appelle dissidence , n’est que le fait de quelques individus isolés qui non seulement ne représentent qu’eux-mêmes mais ,souvent sont financés par des forces occultes étrangères dont ils sont à la solde.

  • POUR QUE LE CRIMINEL LIU XIAOBO PURGE SES 11 ANS DE PRISON

    Qu'est-ce qui se cache derrière le "sacre" de Liu Xiaobo ?

    Le Procès de Tian Wenhua s'est ouvert au palais de justice de Shijiazhuang.

    BEIJING, 8 décembre (Xinhua) -- Alfred Nobel avait de nobles intentions pour le prix de la Paix, mais le Comité Nobel n'était pas à leur hauteur quand il a décidé de remettre le prix à Liu Xiaobo, un prisonnier chinois.

    Malgré la nature politique du Prix de la Paix, le Comité Nobel est allé trop loin cette fois-ci en essayant de transformer les autres pays.

    En "consacrant" un prisonnier, le Comité a tenté d'imposer les valeurs et le système politique de l'occident au reste du monde.

    En "consacrant" Liu Xiaobo, il avait l'intention de faire honte à la Chine.

    En "consacrant" Liu Xiaobo, il avait l'intention de booster le moral de ceux qui essaient de séparer la Chine, de semer le trouble en Chine ou même de déstabiliser l'actuel système politique chinois.

    En "consacrant" Liu Xiaobo, il avait l'intention de se mêler aux affaires domestiques de ces pays qui ne suivent pas le modèle occidental.

    En "consacrant" Liu Xiaobo, il avait l'intention de mener une stratégie d'exportation du système politique occidental en Chine, et au long-terme, de changer le cours du développement chinois.

    Le Comité n'est pas seul, car il représente certains groupes et certaines personnes de l'occident qui ne peuvent se débarrasser de la mentalité de la Guerre Froide.

    Pour atteindre les objectifs mentionnés ci-dessus, le Comité a fermé les yeux devant les agissements de M. Liu ainsi que devant les principes du Prix Nobel de la Paix.

    Tout le monde sait que Liu Xiaobo, qui est censé être "honoré" lors d'une cérémonie à Oslo vendredi, est un criminel emprisonné et ce qu'il a fait n'a rien à voir avec la "paix".

    Pourquoi le Comité a-t-il élu M. Liu vainqueur cette année ?

    La réponse est claire : M. Liu a fait tout ce qu'il a pu pour déstabiliser le gouvernement chinois, et cela convient à la stratégie de certaines organisations et de certains individus de l'Ouest vis-à-vis de la Chine.

    C'est pourquoi certaines personnes en occident ont épousé la décision du Comité Nobel, lançant un nouveau cycle de critiques de la Chine.

    De nos jours, certains occidentaux continuent de penser que les valeurs et le système de l'occident sont les meilleurs, et que le reste du monde devrait les suivre.

    La Chine croit en un ordre mondial pacifique, mais la Chine ne permet jamais aux autres d'interférer dans ses affaires internes.

    "Nous ne nous mêlons jamais des affaires internes des autres, et n'autoriserons pas les autres à se mêler des nôtres ; les affaires de la Chine ne concernent que les Chinois", a souligné récemment le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Ma Zhaoxu.

    Lors d'une conférence de presse régulière tenue à Beijing la semaine dernière, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Jiang Yu, a déclaré que la décision du Comité Nobel équivaut à manifester son soutien aux activités criminelles en Chine, ce qui est un "défi flagrant" et "une ingérence choquante" dans le système judiciaire chinois.

     

     

    Regardez bien cette carte  et sachez que rien ni personne n'amputera la Chine d'un pouce de son territoire

    "Le problème de Liu Xiaobo ne concerne pas la liberté de parole ou les droits de l'homme. Il s'agit du respect des droits judiciaires des autres pays et la vision du développement et du système social de la Chine", a-t-elle souligné.

    Ces dernières décennies, la Chine a suivi le chemin du socialisme avec ses caractéristiques chinoises, et la Chine est devenue depuis la deuxième plus grande économie du monde.

    En établissant le Prix de la Paix, M. Nobel voulait encourager la construction de ponts, le respect, la coopération et la coopération entre les pays.

    La Chine a longtemps poursuivi une politique de paix et de développement, s'efforçant de bâtir un ordre mondial harmonieux.

  • PEU DE PAYS A LA REMISE DU PRIX NOBEL DE LA HONTE

    Chine : une centaine de pays et organisations soutiennent la position chinoise dans l'affaire du prix Nobel de la paix
    W020080925622760358235.jpg

    Une centaine de pays et organisations ont soutenu la position chinoise dans l'affaire du prix Nobel de la paix, accordé à Liu Xiaobo, qui a été condamné par la Chine, a déclaré mardi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangèrez Jiang Yu.

    "Ce soutien manifeste qu'une grande partie de la communauté internationale n'accepte pas la décision du Comité du Nobel", a-t-elle fait remarquer lors d'un point de presse.

    Liu Xiaobo, citoyen chinois, a été condamné le 25 décembre 2009 par un tribunal de Beijing, à onze ans de prison, pour avoir violé la loi chinoise et être impliqué dans des activités visant à renverser le gouvernement.

    D'après Jiang Yu, la décision prise par le Comité du Nobel d'accorder le prix de la paix à un criminel constitue un soutien ouvert aux activités criminelles en Chine et une ingérence brutale dans la souveraineté juridique chinoise.

    "Le peuple chinois s'oppose fermement à cette décision erronée, qui est aussi inacceptable pour une vaste majorité de pays respectant la justice", a-t-elle souligné.

     

     

     

    Jiang%20Yu.jpg