jeux olympiques

  • Les JO 2022 seront favorables à l'emploi et l'éclosion de stations de sports d'hiver en Chine

    sans-titre.png

    Les responsables du comité de candidature de Beijing ont déclaré que le fait d'organiser les Jeux olympiques d'hiver permettrait à la Chine de soutenir l'intégration régionale entre Beijing, Tianjin (ville proche de Beijing qui compte plus de dix millions d'habitants) et la province du Hebei, et ce tout particulièrement dans les domaines des transports, du contrôle de la pollution atmosphérique et du tourisme.

    L'organisation des Jeux en 2022 par Beijing et Zhangjiakou, ville montagneuse de la province du Hebei, s'inscrit parfaitement dans le projet national en matière de développement intégré des trois régions, estime Wang Anshun, le maire de Beijing.

    Ce dernier a commenté vendredi que l'organisation de Jeux olympiques d'hiver consolidera le secteur régional en lui offrant de meilleures installations infrastructurelles.

    L'organisation conjointe de l'événement nécessitera également une coopération plus étroite entre les deux villes hôtes, un redoublement des efforts dans la lutte contre la pollution atmosphérique et une promotion accrue des sports d'hiver, des secteurs connexes et du tourisme, ce qui permettra de créer de l'emploi et d'améliorer les conditions de vie des habitants de la région.

    La Chine a choisi trois destinations pour accueillir les compétitions des JO : le centre de Beijing, le district de Yanqing et Zhangjiakou.

    Tous les événements sur glace, dont les épreuves de patinage de vitesse, de hockey sur glace et de curling, auront lieu dans le centre-ville de Beijing. Un centre de biathlon et de compétitions nordiques sera par ailleurs construit à Zhangjiakou, et un centre de ski alpin à Yanqing, dans le nord-ouest de Beijing.

    D'après un rapport publié par l'Académie des sciences sociales du Hebei, l'organisation des Jeux signifie que Zhangjiakou va créer plus de 400 000 emplois pour les résidents locaux d'ici 2022.

    « Le revenu par habitant dans le district de Chongli a atteint 6840 yuans (1000 euros) l'an dernier et il est même de 40 000 yuans pour ceux qui vivent à proximité des stations de ski », expliquait He Jianghai, chef adjoint du Parti pour la ville de Zhangjiakou, à la presse le 8 juillet.

     

    223466-club-mediterranee-choisi-station-yabuli.jpg

    Station de ski en Chine, comme on le voit, pas besoin de neige artificielle comme certains détracteurs

    en Occident aiment à faire croire.

     

    D'après lui, plus de 20 000 habitants de la région ont rejoint l'an dernier le secteur du tourisme et les secteurs connexes, soit un sixième de la population locale.

     

    Et d'ajouter que le district a construit un centre de gestion urbaine numérique et va promouvoir les transports, les loisirs, les soins de santé et d'autres services au profit de sa population.

    La construction d'une ligne à grande vitesse entre Beijing et Zhangjiakou a par ailleurs été avancée, pour être achevée d'ici 2019.

    D'ici cinq ans, un réseau ferré de 1500 km traversera la région, faisant de celle-ci l'une des mieux desservies par le chemin de fer au monde, selon le planificateur économique national. La densité du réseau ferré facilitera également les échanges entre les habitants et les entreprises.

    L'organisation commune des Jeux va encore promouvoir un double contrôle de la pollution de l'air, selon Wang Hui, secrétaire général adjoint et porte-parole du comité de candidature de Beijing 2022.

    Zhangjiakou, située à environ 200 kilomètres de Beijing, dispose de ressources importantes en énergies éolienne, solaire et biomasse, et s'est fixée pour objectif de construire une zone olympique à faibles émissions de carbone qui fera office de leader mondial.

    La ville projette en effet d'accroître la part des énergies renouvelables dans sa consommation énergétique totale à 55 % d'ici 2020, selon un programme de développement approuvé par le Conseil des affaires d'Etat.

    Après les JO, les autorités espèrent qu'au moins 300 millions de Chinois découvriront et pratiqueront les sports d'hiver.

     

    ski-resorts.jpg

                                             Je top 5 des stations de ski en Chine

  • Beijing sera la première ville au monde à organiser les JO d'hiver après les JO d'été

  • Le géant ferroviaire allemand va s'équiper en Chine qui a livré toutes les rames de métro des JO 2016 au Brésil

    0019b91ec98116cf97fe26.jpg

    Une rame de métro qui sera utilisée pour les Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro sort des chaines de la société Changchun Railway Vehicles, dans la ville de Changchun, capitale de la province du Jilin (nord de la Chine), le 25 mai 2015. La Chine a livré l'ensemble des 15 rames de métro qui fonctionneront sur la ligne 4, entre le village olympique et le centre des jeux de Copacabana, à Rio de Janeiro. C'est la première fois que du matériel ferroviaire développé en Chine est affecté à des Jeux Olympiques se déroulant à l'étranger (Photo : China News Service/Zhang Yao).

    0019b91ec98116cf980428.jpg

    L'Opérateur ferroviaire allemand, la Deutsche Bahn envisage dans le futur d'acheter des trains et pièces détachées en provenance de Chine.

     

    «Dans trois à cinq ans, l'Asie et la Chine en particulier, joueront un rôle clé en fournissant à la Deutsche Bahn des trains et pièces détachées», a déclaré mardi Heike Hanagarth un membre de la société au journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

     

    Selon Hanagarth, l'objectif de la Deutsche Bahn est de coopérer avec les responsables de trains chinois CSR et CNR, la compagnie devrait ouvrir un bureau d'achat à Beijing dès cet automne.

     

    Dans un premier temps, le groupe allemand pourrait commencer par acheter un ensemble de 35000 roues en Chine à partir de 2017.

     

    La Chine a accentué ses d'efforts pour développer le marché du secteur grande vitesse ferroviaire en Europe et en Amérique.

     

    Plus tôt cette année, la China Railway Ltd avait annoncé la signature d'un premier contrat avec l'outre-mer d'ici la fin du mois de mai. Ouvrant la voie aux constructeurs chinois et sociétés de matériaux roulants de soumissionner pour des projets de suivi.

     

    Un consortium, comprenant de China Railway Engineering Group Eryuan Co Ltd, une filiale de China Railway, et deux sociétés russes, ont remporté un contrat de 20 milliards de roubles (390 millions USD) pour le projet reliant Moscou à Kazan en Russie.

     

    Le consortium devrait superviser la recherche d'ingénierie et de planification du programme, a indiqué la China Railway dans un communiqué.

     

    Avec une vitesse maximale de 400 km/h, la durée du trajet entre Moscou et Kazan, la capitale de la république russe du Tatarstan, passera de plus de 14h à seulement trois heures et demie. Le projet devrait être achevé d'ici 2018.

     

    Les entreprises d'Etat chinoises sont prêtes à être de sérieux prétendants dans la course au sprint pour remporter le marché d'un train à grande vitesse entre Los Angeles et San Francisco, une partie d'un investissement de 68 milliards de dollars, et proposer pour la première fois leurs services aux Etats-Unis.

     

    Bien que les fabricants des «Bullet train» en Allemagne, au Japon, en Corée du Sud et en France, sont censés être les principaux acteurs dans des contrats d'un total de plus d'un milliard de dollars, il faudra aussi compter sur la Chine avec sa capacité à offrir des bas prix et un lourd financement, ont déclaré les lobbyistes et les initiés de l'industrie

     

  • La presse chinoise accuse l'Occident de politiser les Jeux Olympiques

    jo2.jpg

    La presse chinoise est beaucoup plus objective et moins sujette à la propagande que la presse occidentale

    qui subit les pressions de lobbies tels Amnesty international ou non , les ligues des soi-disant droits de l'homme ,

    reporter sans frontière (du membre de l'extrême droite Robert Menard, ancien collaborateur e la CIA) , sans oublier les lobbies gay.

    "Les jeux de Sotchi ont été politisés par l'opinion publique occidentale et la Russie fait face au même scénario que la Chine en 2008", a affirmé vendredi dans un éditorial le quotidien chinois Global Times faisant référence aux jeux Olympiques de Pékin qui avaient été précédés d'appels au boycottage pour dénoncer les violations des droits de l'Homme en Chine.

     

    jo.jpg

    En 2008, les médias occidentaux se sont lancés dans une campagne abjecte de propagande antichinoise , appelant au boycott des JO de Beijing . Lors du passage de la torche olympique à Paris, quelques milliers de Français ainsi que de voyous tibétains se sont comportés de manière scandaleuse et outrageante non seulement à l'égard de la Chine mais aussi des JO et de l'esprit olympique.

    "Même si la Russie a d'une façon générale accepté le système politique occidental avec le multipartisme et la démocratie électorale, l'Occident continue depuis longtemps à la critiquer, ce qui est vraiment effrayant", a estimé le Global Times.

    Ces derniers jours, la presse officielle chinoise a consacré une place importante à la visite de Xi Jinping à Sotchi, en insistant sur le renforcement des relations entre la Chine et la Russie, pays unis par des intérêts stratégiques souvent partagés face aux nations occidentales.

    jo3.jpg

     

  • Le mur de la Trêve olympique dévoilé à Sotchi où le président chinois sera présent pour soutenir les JO et renforcer les relations sino-russes

    xi.jpg

    Le président chinois Xi Jinping assistera à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi à l'invitation de son homologue russe Vladimir Poutine, a déclaré lundi le ministère chinois des Affaires étrangères.

    Il s'agira du premier déplacement à l'étranger du président Xi en 2014 et de la première participation d'un président chinois à un grand événement sportif à l'étranger, ce qui démontre le soutien ferme de la Chine envers les Jeux olympiques et les efforts de la Russie pour les organiser.

    On est loin ici, des grands déploiements de propagande antirusse et des médias occidentaux qui salissent une fois de plus l'esprit olympique . Les élucubrations de ces associations qui promeuvent la pensée unique n'ont aucun écho hors Europe et USA. Les ligues des droits de l'homme, Amnesty et autre Reporter sans frontière ont beau s'agiter comme des crabes dans un bocal , leurs turpitudes sont lettres mortes.

    Cette visite met également en évidence l'importance que la Chine attache au développement des relations sino-russes.

     

    images.jpg

    Jacques Rogge , ancien Président du CIO et le Président russe

    Vladimir Poutine

    UN FORT SOUTIEN POUR LES JO

    "La présence du président Xi montre au monde entier que la Chine croit à la promotion du développement des Jeux olympiques, ainsi que l'aspiration de la Chine à un monde à la fois en paix et magnifique", a indiqué Huang Yaling, secrétaire général de la Société chinoise des sciences sportives.

    La Chine a organisé les JO de Beijing en 2008 et les Jeux asiatiques de Guangzhou en 2010, ce qui a laissé un héritage précieux pour le sport mondial.

    Selon certains experts, quatre facteurs distincts expliquent l'importance attachée aux JO par les dirigeants chinois.

    Tout d'abord, les JO favorisent l'amélioration de la santé des populations de tous les pays ainsi que le développement de leurs sociétés. Ils peuvent également faciliter les efforts de la Chine pour construire une société plus prospère.

    Deuxièmement, la devise des Jeux olympiques, "Plus vite, plus haut, plus fort", correspond au principe que la Chine suit depuis plus de trois décennies de réformes et d'ouverture, et elle continuera de s'appliquer à l'avenir sur la voie de la réalisation du Rêve chinois.

    Troisièmement, l'esprit olympique de "solidarité, d'amitié et de paix" permet de renforcer la communication, la compréhension et la coopération entre les peuples à travers le monde.

    Enfin, la présence de M. Xi pourra non seulement promouvoir la coopération entre la Chine, le Comité international olympique (CIO) et d'autre pays dans le domaine sportif, mais également servir de source d'inspiration pour les athlètes chinois.

    PROMOTION DES RELATIONS SINO-RUSSES

    Lors de son séjour à Sochi, M. Xi s'entretiendra avec M. Poutine sur les relations bilatérales.

    Liu Guchuang, ancien ambassadeur de Chine à Moscou, a confié à l'agence Xinhua que la visite de M. Xi pourrait poser une base solide et permettre d'élaborer des stratégies sûres en faveur du développement futur des relations sino-russes.

    "Cette visite aidera les deux dirigeants à développer une amitié personnelle et une relation de travail plus étroites, [des éléments] qui sont irremplaçables pour le développement des liens bilatéraux", a estimé M. Liu.

    Les relations sino-russes ont fait de grands pas en avant en 2013. En mars dernier, M. Xi a choisi la Russie pour la première étape de sa tournée à l'étranger en tant que président et est devenu ainsi le premier chef d'Etat étranger à visiter le ministère russe de la Défense.

    "La visite de M. Xi montre au monde que le partenariat de coopération stratégique globale entre la Chine et la Russie se développe tous azimuts, et la Chine a de grandes attentes pour l'avenir des relations bilatérales", a commenté Xing Guangcheng, un expert sur la Russie à l'Académie chinoise des sciences sociales.

    Ruan Zongze, vice-président de l'Institut chinois d'études internationales, a rappelé que "M. Poutine a assisté à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Beijing en 2008 et a montré son soutien à la Chine. Alors cette fois-ci, le président Xi participera à la cérémonie d'ouverture à Sochi et montre son soutien à la Russie".

    UNE DIPLOMATIE PUBLIQUE INNOVANTE

    Etant donné qu'il s'agit de la première fois qu'un président chinois assiste à un grand événement sportif à l'étranger, la visite de M. Xi à Sochi constitue une innovation diplomatique de la part des dirigeants chinois.

    Les dirigeants chinois accordent une attention croissante à la diplomatie publique, à l'opinion publique et à la communication directe avec les peuples d'autres pays, une évolution qui est dans l'air du temps selon les experts.

    "Aujourd'hui, certains pays sont préoccupés par la Chine. C'est parce qu'ils ne nous comprennent pas très bien. La participation des dirigeants chinois à la diplomatie publique aidera la Chine à jouer un plus grand rôle au sein de la communauté internationale", a expliqué M. Ruan.

    En un mot, la présence de M. Xi aux Jeux olympiques de Sochi aidera la Chine à embellir son image de pays en développement pacifique et à mieux se faire connaître et comprendre du reste du monde.

    sans-titre.png

    Un mur de la Trêve olympique a été dévoilé dans la ville russe de la mer Noire, Sotchi, mardi, la veille des 22èmes Jeux olympiques d'hiver.

    Le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, le vice-Premier ministre russe, Dmitri Kozak, et d'autres officiels ainsi que des athlètes ont participé à la cérémonie.

    "Le sport casse tous les murs. Les personnes originaires de pays différents et de confessions différentes vivent ici en harmonie, grâce aux Jeux olympiques. Ils montrent que le monde peut vivre en paix malgré toutes les différences", a déclaré M. Bach au cours de la cérémonie.

    Les JO sont une excellente raison pour que les hommes politiques et toutes les parties en conflit oublient leurs diffé rends, a souligné M. Kozac.

    "Cette tradition olympique est de plus en plus recherchée et est nécessaire dans le monde à la dynamique changeante", a-t-il poursuivi.

    M. Bach, M. Kozac, l'ancien président du CIO Jacques Rogge, le président du Comité olympique russe Alexander Zhukov, le directeur du Comité permanent de Sotchi 2014 Dmitri Chernyshenko, ainsi que d'autres officiels ont laissé leurs signatures sur le mur de la Trêve.

    sotchi-2014.jpg

     

     
     

     

     

  • Daniel Morelon,ancien champion du monde français : les arbitres ont "volé" la médaille d'or de vitesse à la Chine

    L'équipe chinoise a demandé samedi à l'Union de cyclisme international (UCI) de faire la lumière sur sa relégation à une médaille d'argent aux Jeux Olympiques de Londres.

    0011431ac16e0a150e1016.jpg

     

     

    L'équipe chinoise a effectivement battu jeudi sa rivale allemande dans la course pour dames, mais elle a été reléguée au second plan, sans aucune raison valable.

    L'équipe chinoise a revu la vidéo ayant enregistré la course, sans découvrir trace de violation des règles de la compétition. L'entraîneur de l'équipe chinoise, Daniel Morelon, a déclaré que les arbitres avaient "volé" une médaille d'or à ses disciples.

    En plus, l'équipe chinoise a vu son appel rejeté et a été frappée d'une amende de 200 francs suisses (CHF) pour l'intrusion dans la zone réservée aux arbitres.

    Le chef de l'équipe chinoise, Pan Zhichen, a déposé samedi une plainte écrite au président de l'UCI, Maquade Pa, exigeant des explications sur la question de savoir "pourquoi les cyclistes chinoises ont été reléguées à une médaille d'argent", alors qu'elles en avaient remporté une d'or.

    M. Pan a déclaré que l'équipe chinoise ne paierait pas l'amende, précisant que les membres de son équipe avaient bien été escortés dans la zone des arbitres par les responsables de l'UCI.

     

  • La Chine vise l'or aux JO en cyclisme

    001ec94a27151178a88906.jpg

    La Chine est connue comme un pays de cyclistes, mais elle n'a jamais remportée de médailles d'or en cyclisme olympique. Jiang Cuihua et Jiang Yonghua ont remporté respectivement le bronze et l'argent au 500 m contre-la-montre à Sydney et à Athènes. Guo Shuang, originaire de Mongolie intérieure, a gagné le bronze à la course de vitesse individuelle (femmes) aux Jeux 2008 de Beijing.

     

    En 2009, l'Union Cycliste internationale a ajouté des épreuves au cyclisme sur piste. En plus du sprint (femmes), la course par équipes et le Keirin (femmes) ont été ajoutés. Pour améliorer la compétitivité dans ces trois domaines, la Chine a eu recours au Français Daniel Morelon comme premier entraîneur de l'équipe féminine de cyclisme. En conclusion, les cyclistes chinoises Guo Shuang, Gong Jinjie et Lin Junhong se sont qualifiées pour Londres.

     

    Guo Shuang, 26 ans, le cœur de la délégation féminine chinoise de cyclisme, a réalisé des performances plutôt instables récemment. Aux Championnats du monde 2012, Guo a perdu contre la Britannique Victoria Pendleton et Anna Meares de l'Australie, et la Chine n'a remporté que le bronze lors de la course par équipes. La performance de Guo à Londres affectera les résultats globaux de l'équipe féminine chinoise de cyclisme.

    La performance de Guo Shuang à Londres affectera les résultats globaux de l'équipe chinoise de cyclisme (femmes).

    0011431ac16e0a150e1016.jpg

     

    0011431ac16e0a150e1017.jpg

  • L'hypocrisie des politiciens américains quant aux équipements chinois des athlètes américains tourne au vaudeville

    harry-reid-incompetence.jpg

    Plusieurs politiciens américains ont fait preuve d'une certaine hypocrisie, en déclenchant un tollé sur les uniformes "Made in China" des athlètes américains devant participer aux Jeux olympiques cet été.

    Suite à des reportages selon lesquels les tenues officielles des athlètes américains participant aux Jeux Olympiques de Londres avaient été produites en Chine, des membres du Congrès, dirigés par Harry Reid, chef de la majorité du Sénat, ont critiqué le Comité olympique américain (USOC) pour ne pas avoir choisi des uniformes "Made in America".

     

    3403242_f496.jpg



    Exprimant son indignation, M. Reid est allé jusqu'à appeler l'USOC à brûler les uniformes et à en commander de nouveaux.

    Il est très étonnant qu'un leader politique de si haut rang ait pu tenir des propos aussi irresponsables.

    L'esprit olympique, qui n'a rien à voir avec la politique, préconise la compréhension mutuelle et le fair-play ; faire de ces uniformes un outil politique relève, de la part de ces politiciens, d'un nationalisme étroit et ignorant, en complète contradiction avec l'esprit olympique originel.

    En réponse aux critiques émises par le Congrès, l'USOC a déclaré que l'équipe olympique américaine était financée à titre privé par Ralph Lauren, un fournisseur américain de vêtements de sport, dont la plupart des produits sont fabriqués à l'étranger, et pas uniquement en Chine.

    Par ailleurs, la Chine et les Etats-Unis sont d'importants partenaires commerciaux, le volume de leur commerce bilatéral ayant dépassé les 440 milliards de dollars en 2011.

    La Chine a fourni aux consommateurs américains des produits de grande qualité, omniprésents dans la vie quotidienne des Américains, y compris celle des politiciens.

    Cédant aux pressions politiques, l'USOC et Ralph Lauren ont promis vendredi dernier que les tenues officielles des athlètes américains seraient produites aux Etats-Unis pour les Jeux olympiques d'hiver de Sochi en 2014.

    Cet incident n'est qu'un exemple supplémentaire des luttes politiques farouches, parfois ridicules, qui déchirent le Capitole en période électorale, dans un contexte où la croissance économique et la création d'emplois constituent des enjeux essentiels.

    En critiquant Ralph Lauren pour avoir délocalisé des emplois, les politiciens américains tentent de récolter des gains politiques en se présentant comme les champion de la création d'emplois aux Etats-Unis, afin d'obtenir un plus grand soutien auprès des électeurs.

    Les tenues de l'équipe américaine ont apparemment touché un des thèmes les plus sensibles de cette campagne électorale, la délocalisation des emplois, dans une période où le taux de chômage des Etats-Unis dépasse les 8%.

    Si l'accusation de M. Reid est fondée, pourquoi le Congrès américain n'impose-t-il pas une règle interdisant à ses membres, qui représentent politiquement le pays, d'utiliser tout produit fabriqué à l'étranger ?

    Il est fort probable que très peu de membres du Congrès seraient en mesure de voter une telle interdiction, dans la mesure où aux Etats-Unis, la plupart des produits quotidiens requérant une main d'oeuvre importante sont en fait fabriqués à l'étranger.

    "Est-ce que M. Reid brûlera aussi son Blackberry, ses appareils électroménagers et la moitié de sa garde-robe ? Ces produits sont eux aussi fabriqués en Chine", ironise un internaute sur le site www.wsj.com.

    Si quelque chose doit être brûlé, c'est bel et bien l'hypocrisie de la politique américaine.

  • Les athlètes américains porteront des vêtements chinois aux JO de Londres

    Ralph-Lauren.jpg

    Dans un tweet, Nick Symmonds, qui fera partie des concurrents à la course des 800 m aux Jeux Olympiques de Londres, a écrit : « Nos vêtements Ralph Lauren pour la cérémonie d'ouverture des Olympiques ont été fabriqués en Chine. Donc, hum, merci la Chine. »

     

    Les uniformes pour la cérémonie d'ouverture sont rouge américain, blanc et bleu. Les bérets, les blazers et les pantalons ont été conçus par la marque américaine Ralph Lauren et fabriqués en Chine.

     

    Quand ABC News a rapporté ces faits, l'affaire a suscité plus de 6 500 commentaires sur Yahoo News, où les réactions étaient mitigées.

     

    Cependant, jeudi, des républicains et des démocrates se sont insurgés contre la décision du Comité olympique des É.-U d'habiller l'équipe des États-Unis dans des uniformes fabriqués en Chine.

     

    object width="560" height="315">

     

    « Je suis très contrarié. Je pense que le Comité olympique devrait avoir honte de lui. Je pense qu'il devrait être dans l'embarras », a déclaré aux journalistes Harry Reid, leader de la majorité au Sénat, au cours d'une conférence presse à la colline du Capitole.

     

    « Je pense qu'ils devraient prendre tous les uniformes, en faire une grosse pile, les brûler, et tout recommencer. »

     

    Nancy Pelosi, leader des démocrates à la Chambre, a déclaré aux journalistes, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, qu'elle est fière des athlètes olympiques des États-Unis, mais « qu'ils devraient porter des uniformes qui ont été fabriqués aux États-Unis ».

     

    Le Comité a défendu son choix de fabricants en disant qu'il est financé par le secteur privé et qu'il doit donc se fier aux sponsors pour l'habillement et l'équipement.

     

    olimpicos.jpg

     

    « À la différence de la plupart des équipes olympiques dans le monde, l'équipe olympique des États-Unis est financée par le secteur privé, et nous sommes reconnaissants du soutien de nos sponsors », a déclaré le porte-parole du comité Patrick Sandusky, dans un communiqué.

     

    « Nous sommes fiers de notre partenariat avec Ralph Lauren, une entreprise américaine phare, et sommes enthousiasmés par le fait de pouvoir regarder les meilleurs athlètes américains participer à la compétition lors des prochains Jeux à Londres. »

     

    Sur Twitter, M. Sandusky a qualifié de non-sens l'indignation sur les uniformes fabriqués en Chine.

     

    Ralph Lauren a refusé de faire des commentaires sur ses critiques.

     

    En fait, si quelqu'un devait être contrarié, c'est bien la Chine, a déclaré Brandchannel.com de New York, en notant que Nike, une marque américaine, avait dévoilé, en juin, les uniformes de l'équipe olympique de Chine pour les Jeux de Londres.

     

    « Fabriqué en Chine » est une expression que les citoyens américains associent principalement à un indicateur de l'envahissement de la fabrication à l'étranger. Mais de plus en plus, elle est associée aux produits des compagnies américaines provenant de la Chine - et elle est de plus en plus acceptée en Occident.

     

     

    Une enquête récente effectuée par Li Ning Co Ltd, une entreprise chinoise qui est chef de file dans le secteur des chaussures et des vêtements de sport, a constaté qu'un nombre de plus en plus important de consommateurs américains sont disposés à acheter des produits d'origine chinoise.

    Deux groupes de consommateurs, ceux âgés de 18 à 25 ans et ceux dont le ménage a des revenus annuels de plus de 225 000 $, sont ceux qui sont le plus susceptibles d'avoir une opinion favorable envers les marques chinoises.

     

    Selon la Li Ning Co Ltd, plus de la moitié des répondants à cette enquête ont indiqué qu'ils croient que la qualité des marques chinoises se mesurera aux produits de marques américaines dans les cinq prochaines années.

     

     

    Pour les citoyens américains, il est impossible de cesser complètement d'utiliser des marchandises fabriquées en Chine, étant donné la tendance irréversible vers la mondialisation et l'interdépendance économique grandissante entre les deux parties, a indiqué Dong Manyuan, directeur adjoint de l'Institut des études internationales de Chine.

     

    Beaucoup de marques américaines du secteur de la mode ont survécu en se débarrassant des coûts élevés créés par l'industrie textile à forte intensité de main d'œuvre et en déplaçant leurs lignes de production dans les usines chinoises ayant une abondance de main-d'œuvre à bon marché.

     

    Selon le Conseil national du textile et de l'habillement de Chine, les exportations de textile et de vêtements de la Chine vers les États-Unis, l'Union européenne et le Japon ont chuté de 6,55 % au premier trimestre.

     

     

     

  • Les occidentaux devraient en apprendre davantage sur la Chine

    Gerhard Heiberg, un membre du Comité International Olympique, a déclaré mercredi que les gens en Occident devraient en apprendre davantage sur la Chine en allant en Chine et constater par eux-même ce qui se produit là. M. Heiberg, qui est également un membre du Conseil d'Administration du CIO et Président de plusieurs commissions du CIO, a déjà fait plus de 100 visites en Chine lors des trente dernières années, la première en 1976, deux ans avant que le Parti Communiste Chinois (PCC) n'adopte la politique d'ouverture au monde extérieur et commence des réformes dans le pays.

    Quand on lui a demandé lors d'un entretien de commenter le développement de la Chine depuis sa première visite dans le pays, ce Norvégien de 72 ans a indiqué à Xinhua, « Je voudrais dire que voir comment la Chine s'est développée est vraiment impressionnant ».

    « Je sens bien les progrès et je peux voir la différence », a indiqué M. Heiberg, ajoutant que le peuple chinois a une vie bien meilleure aujourd'hui qu'avant et que « comme je l'ai dit, les progrès ont été énormes et très, très impressionnant ».

    Ce dirigeant de haut rang du CIO a déclaré que cela le rendait très « gaoxing » (heureux) de voir les Chinois faire toutes sortes de sports quand il a voyagé dans différents endroits en Chine après les Jeux Olympiques 2008 de Beijing, dont il a dit qu'ils ont fourni une bonne chance aux gens en dehors de la Chine d'en savoir davantage sur la Chine, un pays à la croissance rapide de 1,3 milliard d'habitants et 56 groupes ethniques différents.

    Avec le succès et la joie d'avoir accueilli les jeux Olympiques à Beijing, le peuple chinois, qui est humble et désireux d'écouter et d'apprendre, a développé une confiance en lui-même, ce qui, d'après M. Heiberg, est positif pour le reste du monde aussi.

    M. Heiberg, souvent accusé en Occident d'être pro-chinois, a dit « je pense que la plupart des gens en Occident n'en savent pas assez sur ce qui se passe en Chine. A mon avis, il y a beaucoup d'ignorance, et c'est cela qui effraie un peu les gens.

    « Ils savent que la Chine est un grand pays avec 1,3 milliard d'habitants. Ils n'en savent pas assez. Ils n'y sont pas allés et ils n'ont rien vu, ce qui fait qu'ils ont été un peu effrayés et qu'ils ont peur de tout ce qui est nouveau », a dit le responsable du CIO.


    « Pour moi, ces accusations se fondent en grande partie sur l'ignorance des gens d'ici. Aussi, je dis à tous ceux qui viennent me voir et qui m'accusent d'être pro-chinois : Mais pour l'amour de Dieu, êtes-vous déjà allé là-bas ? Non ? Alors pourquoi n'y allez-vous pas vous-même et constater de vos propres yeux ? », a t-il dit.

    M. Heiberg a dit que de plus en plus de choses qui se passent dans le monde auront lieu en Extrême-Orient.

    Commentant les réalisations obtenues par le PCC, qui va fêter cette année le 90e anniversaire de sa fondation, M. Heiberg a dit qu'il souhaitait féliciter la Chine à cette occasion pour les énormes progrès qu'a fait le PCC.

    « Pour ce qui est souhaitable, le défi serait d'essayer et d'arriver à un salaire plus égal pour tous les citoyens de ce pays. Mais cela demande des investissements d'infrastructure et dans beaucoup de choses, pour rendre les gens plus heureux », a t-il dit, ajoutant qu'il croit que la Chine est absolument sur la bonne voie.

    Avec un peu de chance, de plus en plus de gens en Occident « vont ouvrir davantage leurs yeux sur le développement de la Chine et voir ce qui s'y passe en termes de technologie, d'industrie et de niveau de vie, ainsi que les possibilités qui s'offrent aux gens en Chine », a t-il dit.

    « J'aimerais pouvoir vivre jusqu'à 200 ans, rien que pour suivre les développements futurs en Chine », a dit M. Heiberg.

    Il a ajouté qu'il aimerait aider les Norvégiens à aller en Chine pour voir et rencontrer les Chinois, ainsi que d'inviter les Chinois à venir en Norvège pour y découvrir la beauté de ce pays et le peuple norvégien, afin de développer un respect mutuel.