islamisme

  • "La burka est interdite en Chine, car ce voile n'est pas musulman mais un vêtement de l'extrémisme "responsable Ouighour

    Un haut responsable de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, a défendu jeudi l'interdiction de la burqa dans cette région, indiquant que ce voile n'était ni folklorique, ni musulman, mais un "vêtement de l'extrémisme".

    Shewket Imin, responsable au sein de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, a fait cette remarque lors d'une conférence de presse durant laquelle un livre blanc sur le développement du Xinjiang a été dévoilé.

    L'organe législatif du Xinjiang a approuvé un règlement interdisant la burqa, voile couvrant le visage des femmes.

    Selon M. Shewket, le fait que des gens utilisent la burqa pour cacher leur identité est source de problèmes. Il a notamment indiqué que des hommes portant la burqa avaient enlevé des enfants.

    "En couvrant les yeux des personnes, la burqa représente une régression. Nous, les Ouïgours, n'aimons pas voir les femmes porter ce type de vêtements", a indiqué M. Shewket, lui-même un Ouïgour, ajoutant que de nombreuses femmes devaient travailler et rester en contact avec la société.

    "Notre position sur la liberté de croyance religieuse est claire. Nous défendons les activités légales tout en luttant fermement contre l'extrémisme et les activités illégales", a-t-il souligné.

    Il a indiqué que le gouvernement avait adopté une série de mesures pour sauvegarder la liberté de croyance religieuse au Xinjiang, par exemple en envoyant plusieurs milliers de pèlerins musulmans vers l'Arabie saoudite et en accordant des subventions au personnel clérical.

    D'après le livre blanc, publié à la veille du 60e anniversaire de la fondation de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, la région compte 24.400 mosquées et 28.600 membres du personnel clérical.

    burqa.jpg

    4056551746.jpg

    Femme Ouighour musulmane

  • La Chine respecte la liberté religieuse mais lutte contre l'extrémisme religieux

    2226510570.jpg

    Un responsable Hui de la mosquée de Shenzhen

     

    La Chine respecte et protège la liberté de la croyance religieuse de la population au Xinjiang, mais luttera fermement contre l'extrémisme religieux conformément à la loi, selon un livre blanc publié jeudi.

    "Supprimer l'extrémisme religieux conformément à la loi est un geste juste qui protège les intérêts fondamentaux de l'Etat et du peuple, y compris les musulmans", indique le document sur l'égalité, l'unité et le développement ethniques au Xinjiang.

    Les extrémistes religieux préconisent des idées extrêmes, incitent à la haine et au ressentiment religieux contre d'autres religions et portent atteinte à l'harmonie religieuse et à l'unité ethnique au Xinjiang. Ils nient également l'islam traditionnel au Xinjiang, déforment et enfreignent la théologie coranique, nuisant à son harmonie interne et mettant en péril les intérêts fondamentaux des musulmans, souligne le livre blanc.

    L'extrémisme a transformé certains individus, surtout les jeunes, en extrémistes et même en terroristes, déplore le document.

    La région autonome ouïgoure du Xinjiang a toujours appliqué une politique de liberté pour la croyance religieuse, protégeant les activités religieuses normales, tout en intensifiant sa lutte contre l'extrémisme pour assurer la sécurité de la population.

    Il existe 24.400 mosquées et 28.600 membres du clergé au Xinjiang. Le gouvernement central a affecté plus de 10 millions de yuans (1,6 million de dollars) au maintien et à la réparation d'un nombre de mosquées clés et de sites religieux, depuis les années 1980, précise le document.

    L'Institut islamique du Xinjiang a formé 634 élèves, depuis sa fondation en 1987.

    La plupart de groupes terroristes dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang ont été éliminés selon la phase planifiée, a-t-on appris d'un livre blanc publié jeudi.

    Les organes de la sécurité publique du Xinjiang sont dans un état de haute alerte en raison des manifestations d'attaques violentes et de terrorisme, et y répondent avec une lutte stricte, a indiqué le livre blanc, intitulé "Témoignage historique de l'égalité, de l'unité et du développement ethnique dans le Xinjiang, publié par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat.

  • Réflexions sur l'abus et la répression de la liberté d'expression

    liberte-de-la-presse-lot-en-action-2.jpg

    Pendant que le magazine satirique français Charlie Hebdo est réapparu dans les kiosques à journaux, un débat houleux se poursuit à travers le monde sur les causes de l'épouvantable attaque terroriste survenue la semaine dernière contre ses bureaux.

    Le carnage du 7 janvier à Paris, le premier et le plus meurtrier d'une série d'épisodes dramatiques qui ont causé 17 décès, en plus des trois extrémistes meurtriers, est déplorable et inexcusable. Aucun motif que ce soit, qu'il soit religieux ou moral, ne saurait justifier des crimes aussi odieux.

    La réflexion, bien sûr, ne devrait pas s'arrêter là. Afin de s'assurer que les 17 personnes n'ont pas péri en vain, une introspection est nécessaire et même indispensable, en particulier en Occident, où le sentiment de suprématie et même le chauvinisme ne sont pas difficiles à trouver. Et en cette matière , à travers l'Europe et même dans le monde entier les Français passent pour les champions du monde.

    En plus de la guerre contre le terrorisme, le choc des civilisations, la radicalisation islamique, la fracture sociale et bien d'autres sujets, les libertés d'expression et de la presse ont sans surprise été soulevées dans les discussions à travers le monde.

    Il faut absolument que l'Occident arrête de donner des leçons de morale et balaye devant sa porte.

    En s'attaquant aux autres cultures , les Occidentaux doivent veiller à ne pas blesser autrui et ne pas se réfugier derrière leur sacro-sainte liberté de la presse et liberté d'opinion. Ils sont pourtant les premiers à renier leurs beaux et grands préceptes.

    Si je prends exemple en Belgique, la presse est à ce point dépendante des directives adressées aux rédactions par les partis influents dans leurs régions ou communautés  et l'idée de ne pas déplaire aux lecteurs que vous avez deux presses en Belgique à l'image des deux démocraties .

    De là , il est des informations que l'on trouve dans la presse francophone et pas dans la presse néerlandophone et vice versa. Quand ils abordent un sujet commun, ils traitent l'événement ou le sujet sous des angles différents . Quand ils traitent d'un sujet qui place les communautés en opposition, à la lecture de la presse francophone on voit que toutes les fautes proviennent du côté flamand( néerlandophone) et quand on lit la presse néerlandophone on a le sentiment inverse.

    Donc la presse nous démontre chaque jour qu'elle se soucie peu de la vérité objective et son manque d'objectivité provient du manque de liberté d'expression qui ,quoi qu'elle dise ,est le climat  dans lequel elle évolue quotidiennement.

    La presse occidentale est libre d'user de sa liberté d'expression du moment qu'elle ne sort pas du cadre dans lequel elle est confinée.

    sans-titre.png

     

    Un reportage inutilement offensant qui ne fait qu'aggraver l'incompréhension entre les cultures et exacerber la méfiance entre les civilisations ne contribue en rien au bien-être de l'humanité, et se situe donc sous toutes ses formes du mauvais côté du seuil tolérable.

    Ceci étant dit, une prudence de base de la part d'orateurs et de la presse est essentielle. D'entrée de jeu, il est facile de prévoir qu'une caricature provocatrice du prophète Mahomet ne fera qu'alimenter ce qui est décrit comme la radicalisation islamiste, une tendance dangereuse que plusieurs en Occident incluent dans les liens de causalité du massacre de Paris.

    Ainsi, en ce qui concerne la liberté d'expression, le bain de sang à Charlie Hebdo doit servir d'ordre de mobilisation pour la défendre, en gardant en tête qu'il ne faut ni la réprimer, ni en abuser.

     

  • Marcher contre le terrorisme, oui. Marcher derrière Hollande et le néo-nazi Petro Porochenko, président de l’Ukraine, non . Non à la récupération!!!

    sans-titre.png

    Des centaines de milliers de gogos vont marcher derrière François Hollande , les oligarques du PS et de l'UMP et les représentants des va-t'en guerre euro-atlantistes des pays européens dont le néo-nazi Petro Porochenko,  président de l’Ukraine.

    Parmi eux combien ont lu ne fut-ce qu'une fois  "Charlie Hebdo" . Moi qui lisait déjà Charlie quand il s'appelait Hara -kiri- Hebdo , je sais que vivant , pas un seul des collaborateurs de Charlie-Hebdo se serait compromis dans cette marche de la récup.

    Je rendrai hommage à ces 186 enfants assassinés en Ossétie du Nord de la Fédération de Russie en  2004 par des terroristes  tchétchènes , pour qui personne n'a marché.

    606x341_1612-pakistan-attack.jpg

    Je rendrai aussi hommage à ces 138 enfants pakistanais assassinés en 2014 par les Talibans

    dont les USA furent les premiers fournisseurs d'armes , et pour lesquels personne n'a marché.

    bhqhpvjcaaa6lym.jpg

    Je rendrai hommage aux victimes des attaques barbares perpétrées par les djihadistes ouighours chinois

    dans les gares de Kunming et Guangzhou. et pour lesquelles personne n'a marché. Plus , la presse occidentale a souillé leur mémoire en diffusant des nouvelles erronées , instrumentant l'événement à des fins de propagande.

    Le gouvernement, les masses populaires, les communautés religieuses et les médias chinois ont sévèrement condamné ces violences c

    Le terrorisme est un fléau international contre la société, contre l'humanité. La communauté internationale est parvenue à des consensus en matière de lutte antiterroriste. Nous espérons qu'elle sera active de la Chine aux Etats-Unis, de la France à la Russie.et qu'elle comprend bien la nature de ces organisations terroristes dont la seule intention de semer le trouble.

    En matière de lutte antiterroriste, la Chine a renforcé sa coopération avec les organismes internationaux. À titre d'exemple, elle a conclu avec les États membres de l'Organisation de coopération de Shang-hai (OCS) la Convention de Shanghai sur la lutte contre le terrorisme, le séparatisme et l'extrémisme, mettant sur pied une structure antiterroriste régionale affiliée à l'OCS. La Chine a mené des consultations et des échanges avec l'ASEAN, dans le cadre d'un séminaire théorique sur la lutte contre le terrorisme ; la Chine et l'Union européenne ont lancé un forum international sur la lutte antiterroriste, s'intéressant en l'occurrence aux problèmes théoriques et pratiques.

    La Chine s'oppose à tout pays adoptant des mesures à « double critère » contre le terrorisme, car cette pratique envoie un signal erroné aux organisations terroristes et nuit au maintien de la coopération de toute la communauté internationale .

     

  • Les tireurs neutralisés, la France toujours en danger selon la presse chinoise

    Le président français François Hollande a averti son peuple vendredi qu'il reste nécessaire de faire preuve d'une grande vigilance alors que le pays est toujours en danger malgré le décès des trois auteurs des attaques les plus meurtrières perpétrées dans le pays en 50 ans.

    M. Hollande a appelé ses concitoyens à s'unir face au racisme et à l'anti-sémitisme dans un discours à la nation prononcé vendredi après le décès des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly.

    Chérif et Saïd Kouachi, les auteurs présumés de l'attentat terroriste de mercredi contre Charlie Hebdo, ont été tués vendredi après-midi vers 16h55 heure locale (15h55 GMT) dans un assaut donné par les forces de sécurité françaises.

    Des journalistes de Xinhua sur place ont entendu plusieurs coups de feu puis des explosions, avant d'apercevoir une épaisse fumée blanche s'échapper de l'imprimerie de Dammartin-en-Goële, au nord-est de Paris, où les frères Kouachi se cachaient depuis vendredi matin.

    Vendredi soir, lors d'une conférence de presse, le procureur de Paris François Molins a confirmé que les frères Kouachi, lourdement armés, sont sortis de l'imprimerie et ont tiré sur les forces de sécurité avant d'être neutralisés.

    Deux ouvriers de l'imprimerie ont été pris en otage. L'un d'entre eux a rapidement été libéré par les Kouachi, qui n'avaient pas remarqué la présence d'un troisième homme dans l'édifice.

    Le troisième homme, caché sous le lavabo de la cantine du deuxième étage de l'édifice, fournissait des informations aux forces de sécurité à l'aide de son téléphone portable, ce qui a facilité l'assaut, a affirmé M. Molins.

    Par ailleurs, une autre opération policière a été menée presque au même moment dans le quartier de la Porte de Vincennes de Paris, et Coulibaly, qui avait abattu une policière jeudi à Montrouge, dans l'extrême-sud de Paris, a pris plusieurs personnes en otage dans un supermarché juif vers 13h55 heure locale (12h55 GMT).

    Dans une vidéo rendue publique par des responsables, des forces de la sécurité françaises se sont introduites dans le supermarché, ont libéré les otages et ont neutralisé Coulibaly.

    Malheureusement, quatre otages ont été tués au tout début de la prise d'otages.

    Selon la chaîne locale BFMTV, les frères Kouachi et Coulibaly agissaient ensemble.

    Contacté par BFMTV vendredi matin, Chérif Kouachi a affirmé recevoir ses ordres d'al-Qaïda dans la péninsule Arabique.

    Coulibaly, qui a lui-même appelé BFMTV, a pour sa part déclaré qu'il appartenait à l'Etat islamique (EI) et qu'il agissait de concert avec les frères Kouachi.

    "Eux, Charlie Hebdo, moi, les policiers", aurait-il déclaré, selon BFMTV.

    Au total, 17 Français ont perdu la vie dans les trois derniers jours, alors qu'un blessé de l'attaque de mercredi contre Charlie Hebdo repose toujours dans un état critique.

     
    Source: Agence de presse Xinhua
     

    att.jpg

    Kiosque de Beijing , les événements de Charlie Hebdo font la une de tous les journaux chinois.

    La presse chinoise a couvert en long et en large ,et sans aucune restriction , les événements tragiques de France.

    La presse chinoise a fait preuve d'objectivité , traitant sans tabou et sans arrière-pensée l'attaque terroriste , alors qu'une certaine presse française, influencée par l'agence France presse (AFP) , qui a laissé des sous-entendus et distillé quelques mensonges fait croire que la presse chinoise a occulté certains faits.

    Mensonge et objecte propagande, voilà comment qualifier les articles de cette presse servile qui tire ses informations de l'AFP , agence de désinformation qui traite ses sujets sous l'angle de la propagande.

    Il faudra quand même qu'un jour , cette agence s'accorde avec la vérité et comprenne que c'est le monde libre qui doit se serrer les coudes , depuis Paris jusqu'à Moscou et depuis Beijing jusqu'à Washington.

    Il n'y a qu'une sorte de victimes  devant la barbarie ,et les enfants russes, les voyageurs chinois, les Israéliens méritent tout autant notre compassion que des dessinateurs ou policiers français.

    Si on veut vraiment stopper la violence, il faut qu'Occidentaux, Russes et Chinois agissent ensemble en se serrant les coudes et en s'aidant mutuellement.

  • Chine:plus de 200 écrivains ouïgours du Xinjiang publient une lettre ouverte contre le terrorisme

    651.JPG

    Les Ouighours sont des Chinois. Ils font partie des 56 ethnies minoritaires de Chine. La grande majorité vit dans le Xinjiang , région autonome de l'Ouest de la Chine. C'est une des deux ethnies musulmanes de Chine.

    A Shenzhen, ils sont nombreux et j'ai eu l'occasion d'en rencontrer. Dans le temps, quand le pain était difficile à trouver en Chine, j'allais régulièrement chez eux acheter leur pain , semblable au pain marocain, il est excellent.

    Certains voudraient faire croire qu'il y a des problèmes avec les Ouighours, mais rien n'est plus faux du moins pour l'immense majorité des Ouighours . Une infime minorité , comme les musulmans d'Europe, influencée par les extrémistes islamistes , venant d' Afghanistan qui a une frontière commune avec la Chine, a opté pour le terrorisme , haranguée par  la terroriste ,  Rebiya Kadeer, présidente du Congrès mondial des Ouïghours qui a son siège à New York.

    P1030146.JPG

    En visite à la mosquée de Shenzhen , reçu par l'Imam de l'ethnie Hui , l'autre ethnie musulmane de Chine

     

    Plus de 200 intellectuels Ouighours écrivains, poètes et traducteurs  de la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest) ont publié une lettre ouverte visant à dénoncer le terrorisme.

    Cette lettre, intitulée "Notre responsabilité et mission est de ne jamais garder le silence -- une lettre à nos frères ouïgours", explique que "nous ne pouvons plus garder le silence à l'heure où une tempête noire lancée par une poignée de terroristes tente en vain de détruire notre civilisation".

    "Face à une série de violents crimes terroristes, comment pouvons-nous ne pas être indignés ou horrifiés ?

    "Notre conscience ne nous permet pas d'être silencieux. Nous devons nous lever et crier bien fort, 'arrêtez !""

    Cette lettre, récemment publiée, fait suite à une série d'attaques terroristes meurtrières à Urumqi, capitale du Xinjiang, à Kunming, capitale du Yunnan, et à Beijing.

    Les auteurs appellent les Ouïgours à adopter un raisonnement plus rationnel et exhortent en particulier les écrivains et les poètes à assumer leur responsabilité, car "sauvegarder la stabilité sociale et l'unité nationale est notre mission sacrée".

    La lettre appelle également les Ouïgours à éradiquer les crimes et à s'unir aux autres groupes ethniques afin de "se préparer à un avenir radieux pour la grande patrie".

    http://www.fait-religieux.com/images/pages/asie_pacifique/qinghai.jpg

     

  • Chine : 11 morts, dont 9 terroristes islamistes, dans l'attaque d'un commissariat de police au Xinjiang

    afg.jpg

    L'attaque des terroristes islamistes a eu lieu dans le nord-ouest de la Chine, non loin de la frontière afghane

    Onze personnes ont trouvé la mort dans l'attaque d'un commissariat de police de la région autonome ouïghoure du Xinjiang (nord-ouest), rapportait hier l'agence de presse Xinhua.

    Neuf assaillants et deux auxiliaires de police ont été tués dans cet incident qui a eu lieu samedi à Serikbuya, dans la préfecture de Kashgar située sur l'ancienne route de la soie, précise Xinhua, citant des sources policières.

    Les assaillants, armés de haches et de couteaux, auraient également blessé deux policiers.

    « Les neuf personnes ont été abattues sur place et l'ordre social a été rétabli », souligne l'article, qui identifie un des agresseurs comme étant Abula Ahat.

     

    isla.jpg

     

    Le commissariat de police en question avait déjà été le théâtre d'affrontements en avril après que la police locale et des travailleurs sociaux eurent relevé des agissements douteux dans une maison avoisinante. Ces heurts avaient entraîné la mort de 15 membres des services de sécurité, dont certains furent brûlés vifs, et de six membres d'une organisation extrémiste islamiste , abattus par balle.

    L'incident de samedi survient également après l'explosion d'une voiture sur la place Tian'anmen à Beijing le mois dernier. Le gouvernement impute cet accident à des terroristes de la province du Xinjiang, apparemment épaulés par une organisation terroriste baptisée le Mouvement islamique du Turkestan oriental.

    Une voiture transportant trois passagers originaires du Xinjiang et chargée de bidons d'essence s'était en effet écrasée sur une rambarde à l'entrée de la Cité interdite le 28 octobre. Selon la police, cet attentat avait fait cinq morts, deux touristes et les trois terroristes occupants du véhicule, et 40 blessés.

     

    images.jpg