ios

  • L'Académie des sciences de Chine annonce un système d'exploitation capable de devancer l'iOS et Android

    ios.jpg

    La Chine a développé son propre système d'exploitation pour smartphone afin de briser le monopole des entreprises étrangères Google et Apple sur ce marché, a annoncé l'Académie des sciences de Chine (ASC) mercredi.

    Ce système, baptisé China Operating System (COS), est un produit stratégique pour la sécurité nationale. Celle-ci semble en effet être devenue urgente après une série d'événements tels que le scandale Prism de l'agence de renseignement américaine ou la décision de Windows d'arrêter de supporter son système d'exploitation XP, a déclaré l'Académie dans un communiqué.

    Semblable à l'interface Android de Google ou à l'iOS d'Apple, le système chinois peut être utilisé sur les téléphones tactiles et servir de plateforme pour de nombreuses applications. Selon l'ASC et son partenaire shanghaien Liantong Network Communication Technology, COS pourrait d'ores et déjà supporter jusqu'à 100 000 applications.

    Egalement compatible avec les tablettes et les décodeurs de télévision numérique, le système d'exploitation se caractérise par un niveau de sécurité élevé. Il ne reconnait en effet qu'une seule plateforme officielle de téléchargement d'applications, afin de garantir que toutes les applications soient sûres et ne soient pas  piratées, contrairement à Android qui est ouvert à n'importe quel logiciel, peut-on encore lire dans le communiqué.

    Les responsables du ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information étaient également présents à la conférence de presse mercredi pour montrer le soutien du gouvernement à cette nouvelle technologie.

    Toutefois, les articles de presse parus au sujet de ce système d'exploitation font planer un doute quasi unanime et font l'objet de nombreuses railleries sur internet. Nombre d'intervenants se demandent en réalité pourquoi le gouvernement finance un nouveau projet qui, bien qu'ambitieux, ne résistera pas nécessairement aux tests de marché. Certains supposent même qu'il s'agit d'une version modifiée du système Android.

    Les développeurs de COS insistent toutefois sur le fait que leur système dispose de droits de propriété intellectuelle indépendants, dès lors qu'il s'agit d'un travail entièrement nouveau, du code sous-jacent à l'interface utilisateur, même s'il assimile les mérites d'autres systèmes open source.

    « Il existe un consensus dans notre secteur d'activité selon lequel les droits de propriété intellectuelle indépendants signifient que l'élément clé du produit est différent des autres », confie Wu Yanjun, chercheur attaché à l'Académie, cité par le Global Times. Il précise que COS utilise le noyau (kernel) de Linux, tout comme les autres systèmes d'exploitation, mais que tous les codes au-dessus du noyau ont été écrits par les créateurs du système chinois.

    « Les sociétés informatiques ont commencé à sortir des systèmes d'exploitation plus sécurisés depuis la très médiatique affaire Edouard Snowden et pour satisfaire les exigences du gouvernement », analyse Wang Yanhui, directeur de l'association Mobile China Alliance établie à Shanghai, cité par le Global Times.

    Il précise que les fabricants de téléphones portables pourraient être réticents face à ce nouveau système d'exploitation, dès lors que les consommateurs se sont habitués à utiliser des applications compatibles avec Android et qu'il est peu probable que leurs développeurs portent autant d'attention à améliorer leurs services sur des logiciels d'un système alternatif.