investissement

  • Syndicats et Verts français parodient le mariage chinois de l'aéroport de Toulouse

    à

    CCTA9RHWEAADsQP.jpg

    Existe-t-il plus réactionaire que les syndicats et les Verts français? J'en doute. Alors que l'aéroport de Toulouse est sauvé par un consortium chinois, des manifestants peu nombreux, à peine une centaine, se sont rassemblés samedi devant l'aéroport de Toulouse-Blagnac, ont symboliquement tourné en dérision "le mariage chinois de l'aéroport" dont l'Etat va céder 49,99% de la société de gestion au consortium chinois Symbiose.

    Les manifestants en habit du dimanche et chapeaux du début du 20 siècle pour hommes et femmes,  ont distribué aux voyageurs des cartes postales à adresser au président de la République.

    Au recto, un paquet de cigarette détourné affiche "privatiser nuit gravement à la santé et au bien public des Toulousains". Au verso les signataires, opposés à la privatisation, appellent le président à revenir sur la cession de l'aéroport à Symbiose.

    Le collectif s'est engagé depuis décembre dans une bataille juridique contre le processus de cession, estimant notamment que le pacte d'actionnaires liant l'Etat au repreneur prive de leur liberté d'administration les collectivités

    publiques françaises actionnaires, à hauteur de 40% (la CCI à 25%, la métropole, le département et la Région 5% chacun).

    Cette semaine, la Région et la métropole, saisies par des élus proches du collectif, ont toutefois refusé de réclamer en justice l'annulation du pacte d'actionnaires liant l'Etat au repreneur.

    Cette réaction me rappelle la réaction des syndicats de dockers du port du Pirée en Grêce qui s'opposèrent d'abord

    au rachat par la China Ocean Shipping Company(Cosco) d'une partie du port. En décembre 2008, Cosco a acheté pour 3,5milliards d'euros la concession de l'embarcadère numéro2 du Pirée, le grand port d'Athènes, premier centre industriel du pays, pour une durée de trente-cinq ans.

    Maintenent, De nombreux entrepreneurs grecs sont ravis de voir que la Grèce devient la nouvelle tête de pont des Chinois en Europe. Ils y voient surtout un moyen de développer leurs activités, durement touchées par la crise.

    Portés par cette vague, de plus en plus de jeunes Grecs se ruent sur les cours de mandarin. Malgré la difficulté de l'apprentissage, Yannis Valtoudis, jeune diplômé d'une école de commerce, au chômage depuis neuf mois, le considère comme «un véritable investissement à long terme». «La jeunesse grecque a un taux de chômage record en Europe, rappelle le jeune homme. Je ne fais pas partie de ceux qui veulent partir à l'étranger, je préfère mettre toutes les chances de mon côté pour me construire un avenir dans mon pays. Et si c'est avec les Chinois, tant mieux.»

     

                                                     Nouvelles en Bref

     

    L'Espagne, la République de Corée et l'Australie ont été approuvées comme membres fondateurs potentiels de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII), a annoncé samedi le ministère chinois des Finances.

    À l'hôpital de Yibin, dans le sud-ouest de la Chine, le personnel médical a trouvé une sangsue de plus de 10 centimètres vivant dans la trachée de Tao Jiayuan. La créature n'a pas semblé être affectée par la dose d'anesthésiant donnée au garçon. Elle a continué de se tortiller une fois sortie de sa gorge.

    La Chine a commencé à placer les touristes sur une liste noire en cas de mauvais comportements, alors qu'elle tente de redorer l'image de ses vacanciers.

  • Les investisseurs chinois vont prêter de l'argent aux Français pour financer leurs retraites

    f04da2db112212e555ed05.jpg

    « Les épargnants chinois au secours de nos retraites » : voici le titre d'une information qui fait la Une sur Le Figaro Économie. Selon le grand journal français, les retraités français peuvent remercier les épargnants chinois, car grâce aux efforts conjugués des organismes financiers chinois et français, les Chinois pourront bientôt souscrire à des obligations de sécurité sociale en yuans. Cela signifie que les investisseurs chinois vont prêter de l'argent aux Français pour financer leurs retraites.

    Bien entendu, les investisseurs chinois ne sont pas des poires, ils pourront bénéficier de la souscription à des titres de la sécurité sociale française, et le fait que les opérations puissent être réalisées en yuans contribuera à l'internationalisation de la monnaie chinoise. L'intérêt du reportage publié par Le Figaro est qu'il reflète un phénomène impressionnant : en 2014, au moment où l'économie française « grelottait », c'est un « courant chaud » en provenance de Chine qui l'a aidée à sortir de l'hiver pour accueillir un nouveau printemps.

    De quoi est fait ce courant chaud chinois ? D'abord, d'investissements. En 2014, les investissements chinois ont été très actifs en France, dans des domaines et formes sans cesse élargis, allant du placement de fonds dans des grandes marques à l'achat de biens immobiliers, et même à l'ouverture indépendante d'entreprises.

    Ces investissements peuvent aider les entreprises françaises à surmonter des difficultés, comme l'acquisition par Dongfeng de 14 % des parts de PSA Peugeot-Citroën, qui a permis au groupe de « retourner sur la piste ». Ils peuvent contribuer à l'élargissement des ressources financières par le gouvernement français, comme dans le cas du rachat conjoint par Shandong Hi-Speed Group et d'investisseurs hongkongais et canadiens de l'aéroport de Toulouse, qui a rapporté des centaines de millions d'euros de revenus au gouvernement français. Ils peuvent encore donner un nouveau souffle à l'économie française, avec la création notamment d'entreprises de livraison express par des hommes d'affaires chinois, qui revêt inévitablement une signification positive pour sortir de l'impasse dans laquelle se trouvent les services français du secteur.

    Le deuxième élément du courant chaud chinois n'est autre que le marché chinois. À l'heure actuelle, le nombre de chômeurs est au plus haut dans l'Hexagone et la consommation des ménages est en berne, tandis que la Chine est entrée dans une phase historique de montée en gamme de sa consommation, malgré un ralentissement de son rythme de croissance. Au fur et à mesure que l'économie chinoise devient plus sophistiquée, les entreprises françaises visent de plus en plus cet immense marché et passent à l'action l'une après l'autre.

    La Chine est constamment évoquée dans le secteur de l'hydroélectricité d'Alstom, du chef d'atelier au directeur de section. Près de la Tour Eiffel, le groupe hôtelier français Accor et le groupe chinois Huazhu Hotels Group Ltd. ont acquis des parts l'un dans l'autre, inaugurant une nouvelle forme de coopération dans l'hôtellerie entre la Chine et la France. À la base de production bordelaise de Dassault, le PDG Éric Trappier a déclaré que sa société était très attachée au marché chinois des avions privés. D'ailleurs, une bonne partie des clients visés par l'avion d'affaires haut de gamme Falcon 8X se trouve en Chine.

    Les caractéristiques de l'implantation d'entreprises françaises en Chine peuvent se résumer en quelques points. Premièrement, les entreprises françaises n'ont plus les avantages évidents qu'elles avaient sur les entreprises chinoises au moment de l'ouverture du marché chinois, lorsque les entreprises des deux pays sont entrées dans une période d'interactions bénéfiques. Deuxièmement, un plus grand nombre de petites et moyennes entreprises explorent en profondeur le marché chinois, jetant une nouvelle base pour la coopération économique sino-française. Troisièmement, pour les entreprises françaises, les opportunités commerciales en Chine prennent une nouvelle dimension de protection de l'environnement, de lutte contre la pollution et de constructions économes, dans lequel leur savoir-faire est grand. Cela reflète l'approfondissement prometteur de la coopération sino-française, ainsi que les progrès manifestes obtenus dans la restructuration de l'économie chinoise, qui encouragent grandement les entreprises étrangères.

    Parmi les autres nombreuses composantes du « courant chaud chinois », les touristes chinois, qui affectionnent particulièrement les paysages et les produits de luxe français, sont également des acteurs importants. Selon les statistiques de Global Blue, les voyageurs chinois représentaient un bon quart des détaxes accordées aux touristes étrangers en France au troisième trimestre 2014.

    Tout compte fait, l'économie française, après sa rencontre avec le « courant chaud chinois », résiste mieux au froid, et la Chine, à son tour, se perfectionne et grandit à travers les échanges. Le pragmatisme est ce qu'il y a de plus important dans les échanges économiques entre la Chine et la France. Nous espérons que les deux parties travailleront de concert pour poursuivre sans cesse leur coopération gagnant-gagnant et pour écrire de nouveaux chapitres dans les annales de l'amitié sino-française.

     

    yuan,rmb,investissement,

    Source: french.china.org.cn

     

  • L'investissement chinois sauve 100.000 emplois en Europe ( Ecole de gestion d'Anvers)

    cosbelcalendar2.jpg

     

    La montée des investissements chinois a contribué à créer ou à préserver environ 100 000 emplois en Europe en 2011-12, alors qu'un ralentissement a frappé l'économie de ce continent, selon un rapport.

    La principale conclusion est contenue dans le Rapport d'investissement Euro-Chine, un rapport bisannuel de l'École de gestion d'Anvers, en Belgique.

    En janvier 2013, il y avait 7 148 entreprises avec investissements chinois en Europe, et celles-ci employaient 123 780 personnes. Un an plus tôt, il n'y en avait que 4 525 avec 27 381 employés.

    « Nous avons constaté que les investissements chinois en Europe ont bondi à tous les égards en 2011-12 », a déclaré Zhang Haiyan, chef de l'équipe de recherche et directeur scientifique du Centre de recherche Euro-Chine de l'université. « L'histoire de l'investissement chinois en Europe s'écrit encore. »

    En plus d'une augmentation rapide du nombre d'entreprises à capitaux chinois et du nombre de leurs employés, M. Zhang a déclaré que les actifs des entreprises à capitaux chinois ont également grimpé en flèche.

    Dans le premier rapport publié en novembre 2011, il avait calculé que ces actifs étaient d'environ 15 milliards d'euros (20,2 milliards $). En janvier dernier, le chiffre s'élevait à environ 88 milliards d'euros.

    Selon M. Zhang, les recherches de son équipe étaient basées sur les données de la base de données de la Amadeus European Company Database qui contient des données financières et commerciales complètes sur plus de 19 millions d'entreprises enregistrées dans 43 pays européens.

    Cette année, la Chine est devenue le troisième plus important investisseur direct étranger, après les États-Unis et le Japon.

    L'écart entre son investissement extérieur et intérieur se rétrécit. Certains organismes internationaux ont prévu que la Chine va devenir un investisseur net en 2017.

    Plus de la moitié des sociétés de propriété chinoise en Europe font des bénéfices, selon le rapport, alors qu'en revanche, plus de 80 % des entreprises européennes en Chine font des bénéfices.

    La différence reflète probablement la détérioration de la situation économique en Europe, selon M. Zhang.

    Ce dernier a déclaré que les entreprises chinoises ont intensifié leur activité de fusions et acquisitions transfrontalières en Europe, en ciblant les compagnies de services et de fabrication à forte intensité de savoir et de haute technologie en Europe de l'Ouest et du Nord.

    Les enquêtes commerciales ont en quelque sorte propulsé les investissements chinois en Europe. Investir directement de l'argent dans les entreprises y faisant des affaires aide les entreprises chinoises à éviter les barrières tarifaires, selon M. Zhang.

    Bien qu'on estime généralement que les investissements potentiels de la Chine à l'étranger seront très élevés, jusqu'à présent, le pays n'a fourni qu'une petite part de l'investissement direct étranger dans l'Union européenne.

    La part cumulée de la Chine en stock intérieur d'IED de l'UE en provenance des pays non membres de l'UE était inférieure à 0,4 % en 2011.

    « Ce très faible pourcentage devrait certainement apaiser les craintes exprimées par certains hommes politiques et médias au sujet de l'influence croissante de la Chine dans le marché et l'industrie de l'Europe », a déclaré le rapport sur l'investissement.

     

    investissement.jpg

     

  • La préfecture autonome tibétaine de Gannan attire les investissements

    gannan-gongtang-pagoda.jpg

    La préfecture autonome tibétaine de Gannan, dans la province du Gansu (nord-ouest), est devenue un pôle d'attraction pour les investissements en raison de son attrait culturel unique.

    Lors de la Foire de l'investissement et du commerce de Lanzhou, le gouvernement de la préfecture a signé 43 contrats avec des entreprises chinoises et étrangères pour une valeur combinée record de 5,52 milliards de yuans (894 millions de dollars).

     

    001aa0ba6dbd0a92131434.jpg

    Les projets d'investissements se concentrent dans les domaines du tourisme, de l'élevage, de la construction d'infrastructures urbaines et de l'énergie propre.

    "Nous protégerons soigneusement notre écologie et la culture tibétaine tout en développant l'économie, car elles sont nos marques", a indiqué Mao Shengwu, chef de la préfecture.

     

    0019b91ec8450951d44f19.jpg

    Gannan borde les provinces du Gansu, du Qinghai et du Sichuan. La majorité des 700.000 habitants de la préfecture sont tibétains.

    Afin de mieux promouvoir le développement économique à Gannan, le gouvernement provincial du Gansu projette de construire des chemins de fer reliant cette préfecture à la capitale provinciale, Lanzhou.

     

    0019b91ec8450951d44f1a.jpg

    En outre, la construction d'un aéroport à Gannan sera achevée en août, et des autoroutes seront prêtes en 2014.

     

    images.jpg

  • La ruée vers l'or des ménagères chinoises empêche le cours de s'effondrer

    F201305030908508853054141.jpg

    Une « bataille » pour déterminer le cours de l'or a lié deux groupes d'individus rarement associés dans d'autres circonstances : les magnats de Wall Street et les ménagères chinoises. Ces dernières ont finalement pris le dessus.

    Selon l'émission de radio « La Voix de la Chine », l'un des mots clés de l'année pourrait être « les ménagères chinoises », en passe de devenir une force majeure en dépensant 100 milliards de yuans (12 milliards d'€) au cours des deux dernières semaines dans l'achat de 300 tonnes d'or, et contribuant ainsi à maintenir le cours de l'or à 1 468 dollars l'once.

    La « ruée vers l'or » chinoise a empêché la vente à découvert, qui se produit lorsque l'or est vendu puis racheté en période de baisse du cours. Cette pratique est vue comme une option pour soutenir le dollar, car l'or est souvent considéré comme un moyen de préserver la richesse contre un dollar faible, et pour maintenir des taux d'intérêt stables aux États-Unis.

    Ce dernier épisode de soif de l'or en Chine a commencé à la mi-avril suite à la baisse du cours mondial de l'or, après que les autorités chypriotes se sont engagées à vendre les réserves excédentaires du pays.

    Le 12 et le 15 avril, le cours international de l'or a chuté de 15 %, de 1 560 dollars l'once à 1 330 dollars l'once.

    La note de Goldman Sachs

    Certains analystes ont déclaré que la chute du cours de l'or était une stratégie des banquiers d'investissement pour soutenir l'économie américaine, car deux jours avant la chute du cours, Goldman Sachs a publié une note indiquant des perspectives de baisse pour l'or cette l'année et recommandant aux investisseurs de vendre à découvert.

    Avant Goldman Sachs, d'autres banques d'investissement, dont Barclays, la Société Générale et Deutsche Bank avaient également prédit la fin de la hausse du cours de l'or que l'on observe depuis 12 ans. La Société Générale a même prédit un krach pur et simple, en jugeant que « l'or est peut-être arrivé en bout de piste. »

    Le 13 avril, le groupe China National Gold, le plus grand producteur d'or du pays, a réduit le prix du lingot d'or de 313 yuans à 298,5 yuans le gramme, le plus bas niveau en deux ans.

    Cela a éveillé l'intérêt des acheteurs chinois, qui se sont précipités vers les joailleries pour ne pas laisser passer une bonne affaire. Dans la plupart des villes chinoises, les lingots d'or se sont vendus comme des petits pains et certaines ruptures de stock ont même été rapportées dans les médias durant les congés de la fête du Travail.

    Selon les médias, certains ont dépensé plus de 10 millions de yuans pour acquérir de l'or, qui est vu comme un porte-bonheur en Chine, en plus de sa valeur d'investissement de long terme.

     

    hausse-or.jpg



    Grand rebond

    Le nombre d'acheteurs d'or chinois et l'argent qu'ils ont dépensé ont eu raison des prévisions des banquiers d'investissement pariant une baisse continue du cours mondial.

    « Un grand rebond du cours de l'or est peu probable à moins d'un fort retournement inattendu dans la reprise américaine », avaient écrit les analystes de Goldman Sachs dans leur note.

    Mais à leur grande déception, le cours de l'or avait augmenté de plus de 10 % hier par rapport au 16 avril.

    Guo Tianyong, professeur à l'université centrale des Finances et de l'Économie, a estimé que l'on voyait là la concrétisation de sa dernière analyse du marché de l'or, en prenant les « ménagères » chinoises en considération.

    « Les Chinois aiment naturellement l'or, mais un tel engouement est le reflet des canaux d'investissement très limités en Chine », a déclaré M. Guo.

     



    Cependant, l'effet pourrait être de courte durée. Tom Kendall, analyste auprès du Crédit Suisse, a prédit que l'or ne connaitrait pas de longue hausse constante.

    « Les acheteurs sont sensibles au prix et ils ne continueront pas à acheter indéfiniment si le prix monte », a-t-il déclaré à Reuters.

    DSC_0054_hi.jpg

  • Les Chinois se ruent vers l'or suite à une forte baisse de son prix

    F201304181555432993311691.jpg

    Le 17 avril, des habitants de Beijing se ruent vers l'achat d'or.

     

    Depuis vendredi dernier, le prix de l'or a connu consécutivement des chutes importantes dans le monde entier. En Chine, ce prix est également tombé à moins de 300 yuans. Dans les grandes villes chinoises, dont Beijing, Shanghai, Guangzhou et Hongkong, les habitants se sont rués vers l'achat de lingots d'or et des bijoux en or.

    Selon les vendeurs, les lingots d'or se sont très bien vendus ces derniers jours, surtout celui de 10g, qui a été très demandé. Le stock de plusieurs types de lingots d'or a été épuisé. Un investisseur de Guangzhou (province chinoise du Guangdong) a même acheté en une fois pour 6 millions de yuans d'or. Cela fut la plus grosse transaction du marché de la vente au détail de l'or de Guangzhou récemment.

    Les journalistes ont interrogé certains acheteurs d'or, la plupart d'entre eux ne croient pas que le prix de l'or va continuer à baisser. Au contraire, ce qui les inquiète, surtout les personnes âgées, c'est l'inflation. Pourtant, les experts de ce milieu ne sont pas aussi optimistes et ne partagent pas le même avis. Les organes d'investissement internationaux, comme ETF et Goldman Sachs, ne prévoient pas de belle perspective pour l'or. Dans ce contexte, les experts ont conseillé aux investisseurs chinois d'être prudents et de ne pas acheter d'or follement suite à une baisse de son prix. L'achat de lingots d'or a pour objectif d'investir. La somme d'argent dépensée ici ne doit pas dépasser 15% des actifs liquides d'une famille conseillent-ils.

    F201304181555342787121372.jpg

    Le 17 avril, des habitants de Haikou, dans la province de Hainan, sont en train de choisir des bijoux en or.

    F201304181555372596312083.jpg

    Des habitantes de Kunming, dans la province du Yunnan, sont en train de choisir les bijoux en or.

    F201304181555401373618194.jpg

    Des habitants de Nanjing, dans la province du Jiangsu, sont en train de choisir les bijoux en or.



  • La Chine jouera un rôle « énorme » pour augmenter la richesse européenne selon les experts européens

    chine-europe.jpg

    La Chine est devenue « énormément importante » pour que l'Europe se tire de son ralentissement économique actuel, selon les experts européens qui pressent le gouvernement de continuer d'appliquer des politiques qui aideront à assurer la croissance et à renforcer l'investissement de part et d'autre.

     

    Récemment, l'Union européenne a prévu une détérioration de la situation économique, et on s'attend à ce que les États membres principaux tels que la France aient une croissance de 0,1 % seulement, et l'Allemagne, de 0,5 %, en 2013.

     

    Pour ce qui est de la Grande-Bretagne, sa très convoitée réputation de solvabilité triple A a été abaissée par l'agence de notation Moody's, en raison de préoccupations concernant ses perspectives économiques négatives.

     

    Les perspectives décevantes ont incité beaucoup d'analystes à demander un effort collectif accru pour stimuler l'investissement direct vers la région, en particulier de la part de la Chine, pour aider à sortir la région de sa récession qui s'approfondit.

     

    « Il est très clair que l'Europe échappera à un autre ralentissement seulement si elle peut profiter d'une demande accrue venant de l'extérieur.

     

    « C'est là où la Chine devient très importante, et où il est impératif de rééquilibrer nos relations commerciales bilatérales », a déclaré Jonathan Holslag, chargé de recherches de l'Institut des études chinoises contemporaines de Bruxelles.

     

    Les deux sessions de l'Assemblée législative nationale et de l'organe consultatif de la Chine qui se tiennent cette semaine et la semaine prochaine sont très observées en Europe, car elles éliront non seulement le chef d'État du pays, le premier ministre et les membres du cabinet, mais elles donnent également le ton des politiques économiques de la Chine pour au moins les cinq années à venir.

     

    Duncan Freeman, chargé de recherches de l'Institut de Bruxelles, a indiqué qu'une croissance soutenable à long terme en Chine est essentielle à la reprise économique de l'Europe.

     

    La Chine est parvenue à maintenir une forte croissance, et on peut s'attendre à ce que le nouveau gouvernement poursuive les politiques pour la soutenir, ce qui profitera à l'UE, a-t-il ajouté, en notant que la question clé sera de savoir jusqu'à quel point le gouvernement est disposé à effectuer une réforme pour garantir que la croissance soit soutenable.

     

    Certains analystes ont fait remarquer le potentiel toujours largement inexploité des relations d'investissement entre la Chine et l'Europe.

     

    «Les investissements peuvent être ce qui peut faire vraiment changer la donne », a dit Gauri Khandekar, chercheuse d'Agora Asia-Europe chez FRIDE, un groupe de réflexion européen basé à Madrid, Espagne.

     

    Mme Khandekar a noté que la Chine représente seulement de 2 à 3 % du total des investissements européens à l'étranger, alors que les investissements chinois en Europe représentent moins de 6 % de l'ensemble des investissements directs de l'étranger.

     

    « Dans le cadre des relations UE-Chine, on doit donner la priorité aux investissements, et ils peuvent être la meilleure manière de stimuler la reprise de la partie européenne, en créant des emplois et un appétit pour la croissance », a-t-elle déclaré.

     

  • Deux Belges sur trois favorables aux investissements chinois en Belgique

    media_xll_4800771.jpg

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6235/zh/archive/2012/11/05/deux-belges-sur-trois-favorables-aux-investissements-chinois.html

    Reading the article in English: http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6235/en/archive/2012/11/05/deux-belges-sur-trois-favorables-aux-investissements-chinois.html

    Selon un sondage organisé par l'hebdomadaire belge " Le Vif" , près de  2 belges sur 3 seraient favorables à des investissements chinois en Belgique.

    A la question : Approuveriez-vous la reprise de l’usine automobile Ford de Genk, que Ford va fermer, par des capitaux chinois ?

    62% des sondés ont répondu oui , 32% ont répondu non et 6 % se sont déclaré sans avis.

    La réussite de Geely- Volvo n'est pas étrangère à cette réaction. Tous ,la direction,le personnel  et les syndicats de Volvo Gand se louent de la reprise de Volvo par la firme chinoise Geely . Tous sont heureux du changement de propriétaire , aussi bien quant à la situation actuelle que pour les perspectives d'avenir.

    Didier Reynders et Zeng Qinhong

    Rencontre entre Didier Reynders , Vice premier ministre de Belgique , et Zeng Qinghong, Vice-Président de la Chine
    et membre du Comité Permanent du Bureau Politique du PCC

    Pour les investisseurs chinois, la Belgique a cinq atouts : sa situation géographique valorisée par la présence des institutions internationale, la souplesse de ses réseaux de transport, les avantages fiscaux liés aux coopérations entre entreprises et universités en matière de R&D, le système de "ruling" permettant aux entreprises de bénéficier d'une réelle stabilité fiscale, le nouveau cadre des intérêts notionnels et la future convention sur la double imposition. Didier Reynders a convenu avec son interlocuteur chinois d'organiser très bientôt une grande conférence réunissant l'ensemble des entreprises chinoises intéressées par les atouts de la Belgique.

     

     

     

  • Les investissements de la partie continentale de la Chine ont atteint 700 millions de dollars à Taiwan, un fond souverain chinois acquiert 10% de l'aéroport londonien de Heathrow

    192039-aeroport-heathrow-londres.jpg

     

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6065/zh/archive/2012/11/01/les-investissements-de-la-partie-continentale-ont-atteint-70.html

    Reading the article in English:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6065/en/archive/2012/11/01/les-investissements-de-la-partie-continentale-ont-atteint-70.html

    La China Investment Corporation (CIC), le fonds souverain chinois, a annoncé jeudi qu'une des ses filiales achèterait une participation de 10% dans Heathrow Airport Holdings.

    La société britannique, anciennement connue sous le nom de BAA Ltd., gère l'Aéroport Heathrow de Londres ainsi que d'autres plate-formes aéroportuaires au Royaume-Uni.

    Cet accord représente le deuxième placement de la CIC dans des infrastructures britanniques. Le fonds souverain chinois détient déjà en effet une participation de 8,68% dans Thames Water, la plus grande entreprise d'approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées du pays.

    taiwan_taipei-.jpg

    Les investissements à Taiwan par la partie continentale de Chine ont atteint 722 millions de dollars depuis l'ouverture de l'île aux investisseurs de la partie continentale le 30 juin 2009.

    A la date de lundi, les autorités de la partie continentale de la Chine avaient déjà approuvé 133 dossiers d'entreprises à capitaux continentaux et projets à Taiwan, a indiqué mercredi Yang Yi, porte-parole du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil des affaires d'Etat (gouvernement central), lors d'une conférence de presse, citant des statistiques du ministère du Commerce.

    Durant les neuf premiers mois de l'année, la partie continentale a approuvé 1 587 projets d'investissement impliquant 2,16 milliards de dollars, depuis Taiwan vers la partie continentale de Chine.

    Pendant la même période, le volume commercial entre les deux rives a atteint 121,21 milliards de dollars, en hausse de 0,2% en base annuelle, selon le porte-parole.

  • La Chine reste la première destination pour les investissements mondiaux

    中国要阅读的文章:

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/5877/zh/archive/2012/10/30/la-chine-reste-la-premiere-destination-pour-les-investisseme.html

     

    Reading the article in English:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/5877/en/archive/2012/10/30/la-chine-reste-la-premiere-destination-pour-les-investisseme.html

    La Chine arrive pour la seconde année consécutive en première position de la liste des 10 plus importantes destinations des investissements au monde, selon une étude publiée lundi par le cabinet de consultants BDO.

    L'indice global 2012 des opportunités de marché pour la Chine s' élève selon BDO à 251, soit la note la plus élevée attribuée dans ce classement, devant les États-Unis avec un indice de 212, le Brésil avec un indice de 198, l'Inde dont la note s'élève à 158 et l'Allemagne à 147.

    Cet indice a été constitué à partir des intentions d'expansion mondiale sur des pays et régions spécifiques indiquées par des directeurs financiers d'entreprises au cours de 1 050 entretiens dans 14 pays et régions.

     



    Les directeurs financiers en question ont évoqué sept grands marchés établis comme les meilleurs pays pour investir, à savoir ceux de Chine, des États-Unis, du Brésil, d'Inde, d'Allemagne, de Russie et de Grande-Bretagne.

    D'après ce rapport, les sept marchés les plus attractifs en termes d'opportunités d'investissement représentent près de la moitié du PIB mondial en 2011, ce qui souligne une nouvelle fois l'importance de la taille du marché et de sa clientèle comme facteurs moteurs.

    Les plus importantes raisons déterminant l'expansion des entreprises à l'étranger comprennent la taille du marché et sa croissance, les infrastructures et la population locales, la facilité d'entrée sur le marché, le potentiel de consommation et la main d'oeuvre bon marché, suggère cette étude.

    Martin_van_Roekel_1.jpg



    "Les pays des BRICs inspirent davantage confiance aux investisseurs et connaissent actuellement un boom des investissements, près de la moitié des directeurs financiers déclarant investir actuellement ou prévoir d'investir sur ces marchés, contre 29% seulement en 2011", commente Martin Van Roekel, PDG de BDO.

    "La crise de la zone euro joue également un rôle important, puisque les directeurs financiers du Brésil et de Chine en particulier déclarent qu'elle a eu un impact important sur leurs plans d'expansion internationale", a-t-il dit.

    Les directeurs financiers du monde trouve de plus en plus difficile de faire affaire à l'étranger en 2012 par rapport à trois ans auparavant, indique cette étude, évoquant les mauvaises conditions économiques, l'augmentation des réglementations et l'accroissement de la concurrence comme les principales raisons.