innovation

  • A Shenzhen, la ville innovante de la province chinoise du Guangdong ,la société jetpack prend son envol avec 200 commandes

    FOREIGN201604271629000532118068011.jpg

    Un Martin Jetpack, le premier jetpack grand public, développé par Kuangchi Science, une startup innovante de Shenzhen

     

     

    Shenzhen, la ville innovante de la province chinoise du Guangdong (sud du pays), a reçu les résultats de son énorme investissement dans certaines technologies de pointe des plus performantes.

    Kuangchi Science Ltd, une start-up innovante de haute technologie, a reçu 200 commandes pour son Martin Jetpack, le premier réacteur dorsal opérationnel du monde, au prix unitaire de 2 millions de yuans (340000€).

    «Nos acheteurs viennent d'un peu partout», a expliqué Zhang Yangyang, PDG de la société. « Par exemple, une équipe de sauvetage à Dubaï a commandé près de 30 appareils, le jetpack étant plus pratique à utiliser par rapport aux hélicoptères dans une ville pleine de gratte-ciel.»

    Le jetpack est alimenté par un moteur à essence et propulsé par deux ventilateurs à double gaine, produisant une poussée suffisante pour soulever l'avion et un pilote, et pour permettre un vol soutenu. Il peut fonctionner à proximité ou entre les bâtiments, près des arbres et dans des espaces confinés où d'autres aéronefs sont incapables d'accéder.

    Le jetpack peut transporter des charges allant jusqu'à 120 kg, pour un temps de vol maximum de 45 minutes et une vitesse allant jusqu'à 80 km/h.

    Cet engin innovant est produit principalement en Nouvelle-Zélande, mais Zhang Yangyang a expliqué à China Daily, qu'ils allaient bientôt transférer l'ensemble du processus de fabrication en Chine.

    On doit cette mise en service à cinq étudiants rentrés en Chine après avoir étudié à l'étranger, a noté le responsable. L'équipe a été mise en Shenzhen par "campagne de paon", un programme de la Commission de l'innovation des sciences et technologies de Shenzhen, lancé pour attirer des talents du secteur high-tech.

    De plus, ce projet est seulement l'un des investissements de la ville dans la promotion des industries innovantes et émergentes. Les investissements R & D de Shenzhen a représenté 4% de son PIB en 2015, similaire au chiffre de la Corée du Sud.

  • Shenzhen, la ville la plus innovante de Chine , voyons les villes les plus innovantes de Chine

    .0019b91ed62e1601f86713.jpg

    1. Shenzhen

    Shenzhen, dans la province du Guangdong, est la ville emblématique de l'ouverture et de la réforme de la Chine.

    Elle organise une foire commerciale des hautes technologies chaque année depuis 1999, qui réunit les entreprises proposant de nouveaux produits et les investisseurs. C'est ici que sont nés les géants de l'internet Tencent et Netease, ainsi que les sociétés de télécommunications Huawei et ZTE.

    Première zone économique spéciale du pays, nombreux sont ceux qui espèrent que cette ville innovante va aussi ouvrir la voie à une réforme politique qui connaisse les mêmes succès que ses réussites économiques, selon un reportage du Global Times.

    Pour les experts, Shenzhen est sur le point de devenir, pour le reste du pays, un exemple à suivre, l’économie étant étroitement liée à la politique.

    Shenzhen, a aussi été choisie par l'UNESCO comme ville mondiale de design.

     

    0019b91ed62e1601f8671c.jpg

    2. Suzhou

    La ville de Suzhou, dans la province du Jiangsu, a rejoint le 1er décembre le Réseau des villes créatives de l'UNESCO en tant que ville d'artisanat et d'arts populaires.

    Elle se classe également quatrième en termes de capacité à attirer les talents, selon un sondage publié par le magazine CBN Weekly cette année.

    Si je ne vivais pas à Shenzhen quand je suis en Chine, Suzhou serait ma deuxième ville de prédilection.

    0019b91ed62e1601f8671b.jpg

    3. Beijing

    Centre culturel et politique de la Chine, Beijing possède le plus grand nombre d'établissements d'enseignement supérieur dans le pays. Le parc scientifique de Zhongguancun abrite de nombreuses entreprises d'informatique et est surnommé la Silicon Valley chinoise, mais la capitale n'arrive pas en tête de la liste de l'innovation et se classe seulement septième sur la liste des plus grandes villes commerciales de Forbes China.

     

    0019b91ed62e1601f8671a.jpg

    4. Hangzhou

    Capitale provinciale du Zhejiang, Hangzhou est le foyer de grandes entreprises privées comme le géant de l'e-commerce Alibaba et la marque alimentaire Wahaha.

    Alibaba a réussi la plus grande entrée en bourse du monde à Wall Street cette année en levant un capital 25 milliards de dollars.

    0019b91ed62e1601f86719.jpg

    5. Shanghai

    Shanghai est au troisième rang mondial après Tokyo et la Silicon Valley en termes de pôles de recherche et développement (R&D), a indiqué l'administration commerciale de la ville.

    0019b91ed62e1601f86718.jpg

    6. Wuxi

    La sensibilité commerciale, les perspectives du marché et un naturel sens des affaires chez les locaux ont fait de la poursuite de l'innovation un élément central de l'histoire de Wuxi, a déclaré Shan Kangqi, vice-président de la Fédération de l'industrie et du commerce de la ville.

    aa 5787.JPG

    7. Nanjing

    Malgré sa position privilégiée, le PIB de Nanjing est toujours derrière celui de villes voisines telles que Suzhou, Wuxi et Hangzhou, qui arrivent mieux à attirer les investissements étrangers et l'innovation locale.

    0019b91ed62e1601f86716.jpg

    8. Ningbo

    Ville portuaire de la province orientale du Zhejiang, Ningbo se trouve à 220 kilomètres au sud de Shanghai. C'est une grande exportatrice de produits électriques, de textiles, d'aliments et d'outils industriels. Le secteur privé est particulièrement développé : il a contribué à 80 % du chiffre d'affaires de la ville l'année dernière.

     

    0019b91ed62e1601f86715.jpg

    Guangzhou, le principal centre manufacturier du delta de la rivière des Perles, organise tous les deux ans la Foire d'importation et d'exportation de Chine, qui remonte à 1957 et est connue sous le nom de Foire de Canton. La ville est classée au sommet des 25 meilleures villes commerciales de forbeschina.com dans la partie continentale du pays, mais elle est dépassée par sa voisine Shenzhen

    .

  • La Chine va vous faire voyager avec le train qui ne s'arrête jamais !!! Impossible? Voyez plutôt

    maglev-shanghai.jpg

    Maglev à Shanghai-Pudong

     

    Faire tous ses trajets de train sans devoir s'arrêter à chaque station ? Ce concept chinois de train "qui ne s'arrête jamais" ambitionne de rendre ce désir possible.

    Après vous avoir présenté ,en 2010, le bus géant qui roule littéralement au-dessus des voitures , je vous présente un autre nouveau projet un peu fou d'un ingénieur chinois . La Chine devient coutumière de l'élaboration de projets démentiels . Farfelus jusqu'au moment où on les réalise.

    Ce concept chinois de train ne s'arrêtant pas en gare, mais parvenant tout de même à faire monter ses passagers à son bord, a tout d'une de ces réalisations saugrenues sorties de la tête d'un quelconque excentrique.. Pourtant, le fonctionnement de ce "train qui ne fait pas d'arrêt en gare", tel qu'il est dénommé par son concepteur Chen Jianjun, a cela d'ingénieux qu'il est relativement simple à comprendre, comme le montre la vidéo de présentation relayée par Business Insider

    Les passagers attendent sur une plateforme en hauteur, placée au-dessus du train prêt à faire son entrée en gare. Ils pénètrent alors dans un compartiment placé contre le quai, et attendent que celui-ci s' "accroche" au train qui passe en dessous. Dans le même temps, un autre compartiment situé sur le train se décroche contre le quai, permettant aux passagers parvenus à destination de descendre. Il suffirait simplement à ceux-ci de monter du train au compartiment, avant de descendre sur le quai.

    Le but justifiant une telle innovation est double, selon les concepteurs du projet : faire gagner du temps de trajet à chaque passager et... économiser l'énergie consommée pour freiner et redémarrer le train à chaque arrêt.

    Si on prend l'exemple, comme le font les concepteurs du projet, le trajet entre Beijing et Guanzhou - le plus long du monde - comportant 35 stations pour 5 minutes d'arrêt à chaque arrêt. Le temps gagné approcherait alors tout de même 3 heures !

     

     

    TGV-chinois.jpg

     

  • La croissance économique chinoise est propice à l’innovation et à la création d’entreprises

    F201404041407431091316936.jpg

    Un mannequin montre un smartphone Xiaomi Mi3 lors d'une conférence de presse à Taipei, à Taïwan, dans le Sud-Est de la Chine, le 20 février 2014

    La croissance économique chinoise est propice à l’innovation et à la création d’entreprises ; de nombreuses start-up voient le jour et quelques-unes arrivent à faire concurrence aux géants du secteur et à se faire une place sur la scène locale et internationale en seulement quelques années d’existence.

    Le classement annuel des startups les plus prometteuses publié par le magazine américain Fast Company révèle cette année une dizaine de startups chinoises parmi les plus innovantes du monde. De nombreuses entreprises chinoises apparaissent également dans le classement des start-up du Wall Street Journal. Ainsi, la Chine arrive à la hauteur des États-Unis en tant que pays le plus représenté dans le classement.

     

    001aa0c6c27e15b5aa352e.jpg

    Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook,veut aider les entreprises chinoises à se faire connaître auprès des clients étrangers. Il a exprimé son appréciation pour les téléphones mobiles Xiaomi, l'application Wechat de Tencent et le site d'e-commerce Taobao.

    Xiaomi

    Fondée le 6 avril 2010 par Lei Jun, la startup chinoise Xiaomi a gagné la 5ème place sur le marché de la téléphonie mobile en Chine après seulement trois ans d’existence. La startup ne cesse de monter depuis sa création ; elle a même dépassé le géant américain Apple en termes de volume de vente, avec 18,7 millions de smartphones vendus en 2013, soit une impressionnante progression des ventes de 160% en un an.

    Kandi

     

    sans-titre.png

    Kandi Technologies est un nouveau constructeur automobile chinois spécialisé dans la conception, le développement et la vente de véhicules électriques. La startup a lancé un concept particulièrement innovant : l’installation de distributeurs automatiques de véhicules électriques loués à l’heure. Ce concept a été testé à Hangzhou, en Chine. Cette année, Kandi Technologies a ainsi installé 50 distributeurs automatiques de la sorte, chaque parc contenant de 30 à 300 unités. La société a pour projet de mettre en place 750 stations opérationnelles à Hangzhou dans les prochaines années. Si le succès est au rendez-vous, le service sera très probablement adopté par d’autres grandes villes chinoises.

     

  • Les scientifiques chinois bien partis pour dominer le monde

    HIER LA CHINE COPIAIT COMME L'EUROPE LE FIT AVANT-HIER , AUJOURD'HUI LA CHINE INNOVE

    La Chine vient de prendre la deuxième place mondiale en termes de nombre d'articles scientifiques publiés dans des revues internationales, et les scientifiques chinois sont sur la voie de prendre la première place aux Etats-Unis dans les prochaines années, d'après un rapport récemment publié.

    La Chine a déjà détrôné le Royaume-Uni et elle est la deuxième principale source de publications de recherche, mais elle devrait dépasser les Etats-Unis avant 2020, à un moment ou à un autre, a annoncé le rapport de la Royal Sociéty, à Londres.

    Si le Top 10 est toujours dominé par les grandes puissances occidentales, leur part d'articles de recherche publiés chute, y apprend-on.

    Le Brésil et l'Inde sont des pays qui grimpent rapidement vers le sommet de la liste.

    « Les Etats-Unis dominent le monde de la recherche, assurant 20% de la paternité des articles de recherche, dominant les classements mondiaux des universités, et investissant quelque 400 milliards de Dollars US par an dans la recherche publique et privée et dans le développement, a dit le rapport », qui a été publié lundi.

    « Le Royaume-Uni, le Japon, l'Allemagne et la France détiennent aussi une position forte au classement mondial, produisant des publications de haute qualité et attirant les chercheurs grâce à leurs universités et leurs instituts de recherche de classe mondiale ».

    La Chine était à la sixième place entre 1999 et 2003 (avec 4,4% du total), avant de bondir à la deuxième place avec 10,2% entre 2004 et 2008, dépassant plusieurs pays, dont le Japon, qui avaient été à la deuxième place.

    Bien que les Etats-Unis soient restés à la première place, ils ont vu leur part se réduire, de 26,4% à 21,2%.

    « La montée de la Chine au classement a été particulièrement frappante », a dit le rapport.

    « La Chine a fortement augmenté ses investissements en recherche-développement, avec des dépenses qui ont augmenté de 20% par an depuis 1999, pour atteindre plus de 100 milliards de Dollars US par an aujourd'hui ».

    Les investissements ont représenté 1,44% du PIB de la Chine en 2007.

    « La Chine forme aussi un nombre considérable de diplômés en science et en ingénierie, avec 1,5 d'entreeux ayant quitté les universités en 2006 », a dit le rapport.

    Les résultats de la Royal Society ont été publiés dans un rapport intitulé « Savoir, Réseaux et Nations : Collaboration scientifique mondiale au 21e Siècle ».

    Dans un développement lié, le nombre de demandes domestiques pour les brevets d'invention en Chine ont augmenté de 27,9% en 2010, comparé à 2009, a dit mardi un haut responsable des brevets.

    Le pays a reçu plus de 391 000 demandes de brevets d'inventions en 2010, le deuxième plus grand chiffre du monde, a dit He Hua, Directeur adjoint du Bureau d4Etat de la Propriété Intellectuelle.

    Et les demandeurs chinois ont également soumis 36 000 demandes de brevets à l'étranger entre 2006 et 2010 –selon le Traité de Coopération en matière de Brevets- se classant au quatrième rang mondial, a t-il dit.

  • LA CHINE INNOVE, AUGMENTATION DES DEPOTS DE BREVETS

    La Chine devrait bientôt prendre la tête de l'innovation dans le monde

     

    La Chine devrait prendre la tête des activités mondiales liées aux brevets en 2011, avec une hausse significative tant en termes de qualité que de quantité des brevets, a montré une analyse Thomson Reuters sur la propriété intellectuelle.

    Le rapport, publié lundi par la branche IP Solutions de la principale source d'information mondiale pour les entreprises et les professionnels, dit qu'en se basant sur le volume total des demandes de premier brevet en Chine, Europe, Japon, Corée du Sud et Etats-Unis, tant les Etats-Unis que le Japon devraient bientôt être éclipsés par la marée montante de demandes de brevets déposées par la Chine.

     



    Les demandes de brevet déposées par la Chine ont augmenté de 26,1 % en volume chaque année entre 2003 et 2009, chiffre à comparer avec son rival le plus proche, les Etats-Unis, qui n'ont connu qu'une hausse de 5,5%, a signalé le rapport.

    Qui plus est, toujours selon le rapport, l'accélération de l'innovation en Chine est poussée par le gouvernement, car le gouvernement chinois s'est engagé à faire de la nation une économie centrée sur l'innovation par le biais de différentes initiatives, comme des déductions d'impôts en faveur de la recherche-développement.

    Le rapport signale aussi que la qualité des brevets chinois s'améliore aussi petit à petit, la moitié environ de toutes les demandes de brevet chinoises déposées en 2009 concernant des biens de consommation courante, à la fois moins rigoureuses et plus abordables.

     



    Au-delà de ça, un tourant majeur est en train d'apparaître dans les demandes chinoises de brevets, car le paysage économique du pays change, dit-il, soulignant que l'innovation centrée sur l'agriculture, qui est liée à la production alimentaire, augmente moins vite que les innovations liées aux hautes technologies.

    Il y a eu en effet une hausse de 4 861% des demandes chinoises de brevet dans le domaine des ordinateurs numériques entre 1998 et 2008, contre un chiffre beaucoup plus modeste de 552% pour les produits naturels et les polymères lors de la même période, a précisé le rapport.