inde

  • Les critiques envers les BRICS sont aveugles ou envieux

    Malgré les nombreux commentaires négatifs concernant les BRICS, cette organisation ne cesse de se renforcer. Ces critiques ne feront que donner une nouvelle impulsion à son développement.

     

    Malgré les nombreuses critiques émises au sujet de la coopération au sein du groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud), cette organisation ne fait que renforcer ses positions sur la scène internationale, constate Zhou Liang, de l'agence Xinhua.

    Le sommet des BRICS tenu à Oufa, dans le sud-ouest de la Russie, a obtenu des résultats fructueux et pourrait mener la coopération du bloc dans le futur.

    Avec l'adoption de plusieurs documents directeurs tels que la Déclaration d'Oufa et la Stratégie pour le partenariat économique des BRICS, le sommet a montré la résolution des pays des BRICS à approfondir la coopération pratique et à faire avancer la démocratisation des relations internationales.

     

    2015071009415175061.jpg

    Les BRICS constituent actuellement 1/5 de l'économie mondiale. Au cours des dix dernières années, leur contribution à la croissance économique mondiale a dépassé 50%. Compte tenu de la parité du pouvoir d'achat, le volume global de l'économie des BRICS s'élève actuellement à plus 30.100 milliards de dollars", indique le journaliste.

    Il rappelle que selon les prévisions du FMI, d'ici 2030, le rythme de croissance économique du groupe sera plus élevé que celui des autres puissances émergentes et des pays industrialisés.

    Les pays des BRICS estiment que les mécanismes de plus en plus forts et complets du bloc aideront à promouvoir leur statut et leur influence au niveau international.

    La démocratisation des relations internationales est l'un des sujets clés du sommet des BRICS. A plusieurs occasions, les cinq chefs d'Etat se sont dits prêts et désireux de participer dans la gouvernance globale et au processus de démocratisation des relations internationales.

     

     

    2015071009423194279.jpg




  • Cette vidéo d'un tigre qui tue et mange un homme dans un zoo, fait le buzz en Chine

    Bien que ceci ne se passe pas en Chine, je vous présente cette vidéo prise en septembre 2014 en Inde et qui fait le buzz sur les réseaux sociaux en Chine depuis quelques jours. En fait, j'ai pris connaissance de cette vidéo, comme beaucoup de Chinois, sur le site d'un journal de Malaisie, écrit en chinois ( un tiers de la population de ce pays est chinoise) . C'est quand j'ai vu que cette vidéo se répandait sur les réseaux chinois que j'ai eu l'idée de vous la présenter. En voulant la copier, j'ai constaté qu'elle se trouvait sur You Tube où elle n'a pas eu le même engouement que sur les sites asiatiques.

    25145333lntd.jpg

    Le mardi 23 septembre 2014, dans un zoo de New Delhi, un homme âgé d'une vingtaine d'années , sous l'influence de l'alcool, est tombé dans l'enclos d'un tigre. L'homme a sauté sur le parapet et gesticulé jusqu'à perdre l'équilibre et tomber par accident. La scène a été filmée par le téléphone portable d'un visiteur. On peut voir l'animal face à l'homme qui remue les bras comme pour le supplier de le laisser en vie. Les gardiens ont essayé d'attirer l'animal et de détourner son attention, mais sans succès. Après quelques secondes, le tigre va attraper l'homme par le cou et le déplacer dans un coin. L'homme est mort quelques minutes plus tard. Il a fallu deux heures au staff pour calmer le tigre et le remettre dans sa cage afin de récupérer le corps. Les gardiens ont des fusils tranquillisants, mais le temps qu'ils aillent les chercher, l'homme était déjà mort.

     

  • Selon l'OMS, parmi les 10 villes les plus polluées du monde, plus de la moitié sont en Inde et aucune en Chine

    0019b91ed62e15c55c1e06.jpg

    1. Delhi , la ville la plus polluée du monde

    Niveau de PM 2,5 : 153  Pays : Inde

    Etablie grâce à la base de données de l'OMS contenant des résultats de la surveillance en extérieur de la pollution atmosphérique de presque 1 600 villes dans 91 pays, cette liste présente les 10 villes ayant le niveau PM2.5 le plus élevé dans le monde.

    Le terme de PM 2,5 se rapporte à des fines particules de moins de 2,5 micromètres de diamètre en partie responsables du taux croissant de bronchite chronique, de cancer du poumon et de maladies cardiaques, dangereux pour la santé des personnes.

    La qualité de l'air dans la plupart des villes qui surveillent leurs niveaux de pollution dépasse ce que l'Organisation Mondiale de la Santé considère comme sûr. Plus de la moitié de ces 10 villes sont en Inde. Aucune ville chinoise ne figure parmi les 10 villes les plus polluées, en dépit de leur smog épais et gris.

    Les villes ayant le plus de bas niveau de pollution se trouvent au Canada, aux Etats-Unis, en Finlande, en Islande et en Suède.

    0019b91ed62e15c55c1f0f.jpg

    Patna;, la deuxième ville la plus polluée du monde

    Niveau de PM 2,5 : 149    Pays : Inde

     

    Comme trop souvent, la Chine est victime de la propagande occidentale qui a répandu , à tord, l'image d'une Chine comme étant la plus polluée du monde . Alors que l'on met l'état gravissime du niveau de pollution de certains pays sous l'éteignoir, on met l'unique Chine en exergue comme responsable de tous nos maux. La propagande occidentale est si insidieuse que dans l'imaginaire occidental , on croit en une Chine ployant sous une pollution extrême .

    Rien n'est plus faux. Si Beijing et la province du Hebei qui entoure la capitale chinoise, Shanghai, Guangzhou( Canton) et quelques villes industrielles sont polluées , subissent le smog , l'immense majorité du territoire chinois échappe aux problèmes de pollution. Certaines contrées sont même parmi les points privilégiés de la planète et ne connaissent aucune pollution. Et je prendrai comme exemple , ma ville, Shenzhen qui a un des taux les plus bas en particules fines.

    0019b91ed62e15c55c1f0e.jpg

    Gwalior, la troisième ville la plus polluée du monde

    Niveau de PM 2,5 : 144      Pays : Inde

     

    Classement des 10 villes les plus polluées du monde

    1/ Delhi         Niveau de PM 2,5 : 153  Pays : Inde

         2/ Patna           Niveau de PM 2,5 : 149    Pays : Inde

              3/ Gwalior          Niveau de PM 2,5 : 144      Pays : Inde  

    4/  Raipur     Niveau de PM 2,5 : 134   Pays : Inde

                             5/ Karachi                      Niveau de PM 2,5 : 117    Pays : Pakistan

          6/ Peshwar   Niveau de PM 2,5 : 111  Pays : Pakistan

                    7/ Rawalpindi     Niveau de PM 2,5 : 107      Pays : Pakistan

                       8/ Khoramabad             Niveau de PM 2,5 : 102    Pays : Iran

              9/ Ahmedabad     Niveau de PM 2,5 : 100   Pays : Inde

       10/Lucknow      Niveau de PM 2,5 : 96   Pays : Inde

     

  • Le monde est suffisamment grand pour le developpement de la Chine et de l'Inde

    La Chine et l'Inde sont partenaires de coopération et non rivaux (PM chinois)

    .

    NEW DELHI, 15 décembre (Xinhua) -- Le Premier ministre chinois Wen Jiabao, actuellement en visite en Inde, a souligné mercredi que la Chine et l'Inde étaient partenaires de coopération et non rivaux, appelant à des efforts conjugués pour renforcer davantage les relations commerciales bilatérales et lutter contre le protectionnisme.

    "Il y a une marge suffisante dans le monde pour que la Chine et l'Inde développent les deux pays et coopèrent de part et d'autre", a déclaré M. Wen dans son discours prononcé à un forum de coopération commerciale tenu à New Delhi.

    Saluant l'élan dynamique des relations bilatérales, M. Wen a affirmé que la coopération économique et commerciale entre la Chine et l'Inde a connu des progrès sans précédent ces dernières années, et qu'elle est entrée dans une "nouvelle période", qui s'avère la plus vigoureuse et fructueuse.

    M. Wen est arrivé à New Delhi mercredi matin pour une visite officielle de trois jours à l'invitation de son homologue indien Manmohan Singh.

    "La croissance économique rapide des deux parties a servi d'importants moteurs de la croissance économique mondiale", a indiqué M. Wen, ajoutant la coopération commerciale sino-indienne est mutuellement bénéfique et aura un avenir brillant.

    En 2009, le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l'Inde a atteint 43,381 milliards de dollars.

    "Notre volume des échanges a augmenté de 20 fois au cours des dix dernières années, et nos investissements communs ont apporté des bénéfices significatifs aux deux parties", a fait savoir M. Wen.

    Rappelant que l'Inde reste l'un des plus importants marchés d'ingénierie de la Chine, M. Wen a exhorté les deux pays, qui jouissent d'un vaste potentiel du marché, à ouvrir les marchés les uns des autres pour donner une forte impulsion à la croissance économique.

    Selon M. Wen, les deux pays possèdent de larges intérêts communs dans le cadre du système économique et commercial mondial, et partagent les positions identiques ou similaires sur de nombreuses questions économiques et commerciales.

    Les deux pays doivent s'apprendre mutuellement dans leurs réformes et processus d'ouverture respectifs, améliorer la communication et la coordination, et sauvegarder leurs intérêts communs, a-t-il fait remarquer.

    La visite de M. Wen en Inde, la première visite effectuée par un Premier ministre chinois en quatre ans, intervient en réponse à la visite du président indien Pratibha Patil en Chine en mai dernier, qui était la première visite officielle faite par un chef d'Etat indien depuis une décennie.

    Pendant son séjour en Inde, M. Wen doit s'entretenir avec M. Singh jeudi matin à propos des relations bilatérales et des questions internationales et régionales d'intérêt commun. Il assistera aussi à des événements marquant le 60e anniversaire de l'établisement des relations diplomatiques sino-indiennes, et rencontrera des personnalités de tous bords, avant de conclure sa visite vendredi.

     

  • La Chine, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud rendent public un communiqué invitant les pays développés à honorer leurs engagements sur les rejets des matières polluantes.

    Voici un texte qui n'a pas trouvé écho dans nos quotidiens occidentaux , propagande oblige . Comme la femme de Liu , le prix nobel de la honte , elle est privée de liberté , ses moyens de communication sont coupés mais elle n'arrête pas de nous envoyer ses états d'âme , d"après ces journaux la population chinoise n'est pas au courant du fait que Liu a reçu ce prix  , mais partout dans la presse chinoise on trouve des réactions officielles ainsi que de gens qui sont abasourdis que la Norvège attribue ce prix à un criminel , enfin la population chinoise en avait déjà l'habitude avec dalai lama. Ce communiqué de 4 pays , dont 3 "démocraties" en dit long sur la réalité des pourparlers sur le changement de climat , l'occident tient à faire porter les échecs par la Chine , hors ce sont les pays développés , hors UE qui forment obstacle. La propagande occidentale est très forte , car l'individu lambda de ces pays est manipulé sans qu'il s'en rende compte et au contraire , il s'imagine que ce sont les chinois qui sont manipulés .
    La Chine, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud rendent public un communiqué invitant les pays développés à honorer leurs engagements sur les rejets des matières polluantes.

    La conférence ministériel réunissant les représentants des « quatre pays fondamentaux », c'est-à-dire la Chine, l'Inde, le Brésil et l'Afrique, s'est clôturée lundi 11 octobre à Tianjin en Chine. A l'issue de la réunion a été rendu public un communiqué conjoint, invitant les pays développés à honorer effectivement leurs engagements sur le changement climatique et à réduire dans de fortes proportions les émissions du gaz à effet de serre prévues par la deuxième période de promesse dans le Protocole de Kyoto.

    Il est notamment indiqué dans le communiqué que les représentants de ces quatre pays ont mis l'accent de leurs discussions sur les dossiers liés à la conférence de Cancun et ont exprimé leur détermination de faire progresser de manière intégrale et équilibrée la conférence de Cancun pour qu'elle aboutisse à des résultats. La Conférence onusienne sur le changement climatique tenu du 4 au 9 octobre à Tianjin a jeté une solide base pour la réussite de la conférence de Cancun.

    En accomplissant leurs engagements, les pays développés doivent créer le « fonds de démarrage rapide » avant 2012, ce qui est décisif pour raffermir la confiance du processus de négociations multipartites et le succès de la conférence de Cancun. Les 30 milliards du fonds de démarrage rapide doivent être financés le plus rapidement possible et de façon transparente, souligne le communiqué.

  • RAPPORT DE L'UNICEF SUR LA CHINE ET L'INDE.

    Les droits de l'enfant en Chine et en Inde.

    Il est intéressant de comparer la Chine et l'Inde , 2 pays émergeants, peuplés de plus d'un milliard d'habitants et qui tous les deux ont eut à souffrir de la colonisation et de l'exploitation des pays occidentaux. L'un souvent montré en exemple parce que démocratie et l'autre , souvent montré du doigt. L'UNICEF vient de publier un rapport sur les droits de l'enfant, tant en Inde qu'en Chine.

    Au départ de ces rapports, comparons la situation des enfants de ces 2 pays.

    La Chine compterait 342 millions d'enfants,la mortalité pour les enfants y a été réduite de 51% de 1990à 2007    , 94% des enfants bénéficient des vaxccins de routine(diphtérie,coqueluche,tétanos). Le pourcentage d'enfants en insuffisance pondérale est de 3,7%.

    Entre 1981 et 2004 , le taux de personnes vivants endessous du seuil  de pauvreté est passé de 85% à 27%, plus d'un demi-milliard de personnes sont sorties de la pauvreté absolue.

    Les enfants chinois bénificient d'une diminution des privations matérielles , d'un meilleur accès à des soins de santé et à une éducation de qualité, une scolarisation quasi universelle pour les filles et garçons.

    En Inde ,où vivent 20 % des enfants du monde,la mortalité des enfants de moins de 5 ans est passé de 117 pour 1000 naissances à 72 de 1990 à 2007.La réalisation des droits de l'enfant en Inde se heurte à de nombreuses difficultés, en partie à causse de son immensité( la Chine est plus étendue) , plus de deux millions d'enfants meurent avant l'age de 5 ans, 55 millions d'enfants souffrent d'insuffisance pondérale,alors que ce problème est pratiquement résolu en Chine, plus de 20 millions d'enfants d'âge scolaire primaire ne vont pas à l'école, en Chine presque tous les enfants vont à l'école.40% de la population vit dans une extréme pauvreté, alors que le rapport de l'UNICEF souligne qu'en Chine, 90% des pauvres sont sortis de cette extrème pauvreté. 128 millions de personnes n'ont pas accès à une source d'eau potable et 665 millions de gens defèquent en plein air, choses qui ont totalement disparu en Chine.En Inde , le taux d'enregistrement des naissances est de 69% alors qu'il est de 97% en Chine.Les mariages d'enfants qui ont disparus en Chine ,bien qu'interdits aussi en Inde sont de 47% pour les femmes  et 16 % pour les hommes.

    Le rapport de l'UNICEF souligne que l'exploitation des enfants qui a disparu en Chine reste très répandue en Inde de même que les discriminations sexuelles ou de castes. Quant à la Chine, l'UNICEF termine son rapport comme suite:Emergeant comme nouveau bailleur de fonds auprès des pays en développement , la Chine a l'occasion sans précédent , de pouvoir apporter son soutien à la promotion des droits de l'enfant au-delà de ses frontières. Investir chez elle , c'est également la manière d'assurer la consolidation de ses progrès économiques et sociaux dans les années à venir.

     

  • LA CHINE MODELE DE DEVELOPPEMENT

    La Chine a des raisons de croire en ses propres modèles de développement

    Pendant une très longue période, le drapeau rouge à 5 étoiles chinois était toujours montré du doigt accompagné des critiques sur la Chine dans beaucoup de programmes télévisés aux Etats-Unis. Et pourtant, cela a changé en quelques jours avec l'arrivée des JO de Beijing. Il semblerait que le drapeau national chinois, avec la Place Tian'anmen, le Palais d'Eté, et la Grande Muraille, avec en plus le Nid d'oiseau et le Cube d'eau sont devenus des symboles de la « Nouvelle Chine » .

    Est-il vrai que les pays occidentaux avaient déjà changé leur attitude par rapport à la Chine ? En fait, l'image si longtemps entretenue de la Chine comme d'un pays « malade » de l'Asie de l'est qu'entretenaient les occidentaux historiquement a été abolie il y a plus de 20 ans, lorsque les athlètes chinois ont remporté 15 médailles aux JO de Los Angeles, en propulsant ainsi la Chine au rang des meilleures nations sportives.

    Cependant, un sentiment de supériorité intrinsèque concernant sa civilisation prédomine dans le monde occidental. L'essence de leur réticence de voir la Chine jouer un rôle crucial dans la politique internationale ou de la considérer comme un partenaire à parts égales subsiste toujours, bien que les pays occidentaux aient changé leurs jugements sur la Chine, profondément encrés, après la fin des JO de Beijing.

    Après les JO, un grand nombre d'étrangers pourraient penser que la Chine doit s'en tenir à son propre modèle de développement, et qu'il est n'est pas possible de gouverner un pays aussi grand à l 'occidentale. Cependant, nous ne devons pas nous attendre au fait que les évènements sportifs vont changer leur attitude de longue date envers la Chine.

    Dans un livre où il fait une comparaison entre les JO de Tokyo de 1964, les JO de Séoul de 1988 et ceux de Beijing de cette année, Victor Cha, l'ancien directeur des Affaires asiatiques au Conseil de Sécurité National de la Maison Blanche, explique que les trois pays asiatiques, organisateurs des Jeux avaient tous le même but : remonter considérablement leur statut international au moyen du déroulement d'un événement sportif majeur. Mais d'après lui, une telle montée du statut international pourrait être acquise uniquement si les cours politiques de ces pays s'appuient sur l'ouverture envers les pays occidentaux.

    Des commentaires critiques que l'Occident aurait fait sur la Chine pendant les sujets liés aux JO, nous pouvons conclure que certaines personnes à l'Occident voient toujours les JO de leur étalon.

    Cependant, vu sa nature innée, la civilisation Occidentale ne peut pas arrêter efficacement les conflits et les querelles parmi les différents pays. C'est exactement ce que l'Occident devrait apprendre de la civilisation chinoise.

    Dans son « Ode pour le sport », Pierre de Coubertin, le fondateur des Jeux Olympiques modernes avait autrefois fait des louanges des JO, justement pour leur capacité d'apporter la paix et promouvoir des bonnes relations entre les personnes.

    Les Jeux Olympiques de Beijing ont apporté exactement cet esprit olympique et en même temps, ils ont insufflé aux Jeux un esprit traditionnel chinois de « Grande Harmonie ».

    Un petit nombre des médias asiatiques soutenaient l'idée que les Jeux de Beijing étaient une compétition sportive entre les pays asiatiques d'un côté et les pays européens et américains de l'autre, soit une compétition Est-Ouest.

    L'Europe est le berceau des JO modernes et un certain nombre d'épreuves de compétition ont été inventées par les pays européens ou américains, d'autant plus que leurs athlètes possédaient des avantages évidents dans ces types de sport. Pourtant le tennis de table et le badminton sont des exceptions. Bien qu'ils soient inventés en Europe, les deux sports sont dominés largement par les athlètes asiatiques. Un exemple encore plus intéressant. C'est rare qu'un magazine américain publie un article ridiculisant la mauvaise performance de l'Inde aux JO, alors que le favori des pays de l'Asie du Sud Abhinav Bindra a décroché la première médaille individuelle pour son pays aux JO de Beijing en remportant la première place au tir de 10 m. C'est cela, le charme des JO où aucun pays, aucune personne ne peut se dire gagnant pour toujours. C'est aussi un évènement pour lequel les personnes des différentes nations peuvent partager l'énorme joie et l'excitation pour la performance de n'importe quel participant.

    L'énorme succès des JO de Beijing réside en la présentation au monde des Jeux Olympiques différents d'un mélange de ses éléments culturels traditionnels avec des services consacrés aux Jeux. Le succès nous dit qu'au cours de notre développement et l'intégration à la communauté internationale, nous ne devrions pas vénérer excessivement ou exclure aveuglement quelque chose qui nous est étranger. Les Jeux Olympiques populaires, c'est les seuls qui visent à disséminer l'excellente culture chinoise et à absorber les excellentes cultures étrangères. Les Jeux Olympiques de Beijing est un exemple de la meilleure combinaison de la culture chinoise avec des cultures étrangères.

    Les Jeux nous disent aussi que dans les relations avec les autres pays, nous ne devons jamais utiliser l'impact de croissance de notre culture comme une force pour intimider des pays moins puissants. Pendant que la nation émergente est toujours assaillie par des problèmes locaux épineux, nous devons écouter avec un esprit plus large les commentaires des autres et d'apprendre à développer notre force nationale en utilisant les expériences utiles des autres.

    Le succès de la Chine n'est pas du tout un show présenté aux pays étrangers, mais le résultat des efforts tangibles pour offrir à sa population de 1,3 milliards d'habitants un standard de vie amélioré.