illégaux

  • Les étrangers illégaux sont expulsés de Chine et les criminels étrangers après qu'ils aient purgé leur peine

    F201312201732442932210241.jpg

    Environ 200 étrangers ont été expulsés de la capitale chinoise cette année, a indiqué jeudi le Bureau général de l'inspection des entrées et sorties aux frontières de Beijing.

    La plupart des étrangers ont été rapatriés parce qu'ils sont entrés illicitement en Chine, en possession d'un faux visa ou avaient un emploi illégal.

    Certains des étrangers ont été arrêtés dans d'autres provinces et transférés dans la capitale pour être expulsés du territoire chinois, selon les autorités.

    Li Zhongwei, un fonctionnaire du département de rapatriement du Bureau général, a déclaré à Beijing Evening News que la plupart des rapatriés étaient originaires de pays en développement. «Ils sont venus en ici pour chercher du travail ou sont passés par la Chine pour entrer illégalement dans d'autres pays».

    Certaines personnes ont été interceptées dans les aéroports après que la police chinoise ait découvert qu'ils étaient titulaires d'un faux passeport ou visa. Dans certains cas, des étrangers ont utilisé l'identité d'une autre personne, a ajouté Li.

    Les autorités ont déclaré qu'il était nécessaire de s'assurer que les étrangers en situation irrégulière soient bien partis. Ne quittant pas l'aéroport jusqu'à ce que les portes de la carlingue de l'avion soient fermées.

    Yang Liu, une agente de l'information de l'Administration des entrées et sorties de Beijing, a expliqué qu'ils vérifiaient régulièrement la situation des étrangers pour voir si leurs certificats étaient en régle.

    Selon les règles chinoises en vigueur concernant les entrées et sorties du pays, les étrangers ne sont pas autorisés à entrer en Chine dans les cinq ans après avoir été rapatriés pour motif d'une entrée illicite ou emploi illégal dans le pays.

    «Pour les étrangers qui enfreignent les règlements administratifs, nos policiers ont le droit de leur demander de quitter le territoire» à noté Yang Liu. «Mais pour ceux qui commettent des crimes ou des actes illégaux dans le pays, ils seront présentés à un tribunal pour être jugés».

    A la question de savoir quand un délinquant ou criminel étranger peut revenir en Chine, cela dépend des décisions judiciaires spécifiques, a-t-elle précisé.

    Dai Peng, directeur du département des enquêtes criminelles à l'Université de la Sécurité publique populaire de Chine, a souligné que certains criminels étrangers seront expulsés après avoir purgé leur peine en Chine.

    «Bien sûr, il n'y a pas que des personnes avec des faux papiers se trouvant aux douanes, mais les policiers sont à la recherche des étrangers qui séjournent ou travaillent en Chine illégalement» a-t-il fait observer.

    Le 4 Avril dernier, un jeune Saoudien de 22 ans, répondant au nom de Alsubaie, a agressé sexuellement une chinoise en public à Changsha, la capitale de la province du Hunan. L'homme a été arrêté après que des témoins aient pu le maîtriser et prévenir la police.

    Il a plus tard reconnu l'agression et a été condamné à cinq ans de prison pour tentative de viol et sera expulsé après avoir purgé sa peine.


  • La Chine démantèle deux organisations d'immigration clandestine, les premières personnes ont été renvoyées dans leur pays

    clandestin576_33.jpg

    Deux gangs, soupçonnés d'avoir organisé le passage illégal en Chine de plus de 180 citoyens d'un pays d'Asie du sud-est, ont été démantelés dans la province du Zhejiang (est), a annoncé vendredi la police des frontières.

    Celle-ci a pour l'instant déjà arrêté six personnes.

    Les gangs auraient commencé en juin 2010 à faire entrer clandestinement des immigrants au Zhejiang, la plus grande région manufacturière de Chine, a précisé la police des frontières.

    Leurs activités ont été exposées après qu'une brigade de police frontalière a découvert 15 étrangers travaillant illégalement dans une usine de lampes. Ceux-ci n'avaient pu fournir aucun document légal.

    S'appuyant sur les dépositions des immigrés clandestins, la police a arrêté leur présumé passeur, nommé Yang.

    Yang aurait, selon ses déclarations, lui-même immigré illégalement en Chine d'un pays d'Asie du sud-est. Il a alors décidé de faire entrer clandestinement ses compatriotes après s'être aperçu de la marge de profits séduisante de cette activité.

    La police a démantelé plus tard un autre gang affilié, grâce aux informations fournies par Yang.

    Le processus de reconduite à la frontière de ces clandestins a commencé, les premières quinze personnes ayant été renvoyées dans leur pays mardi.

    un-atelier-ou-chinois-et-ehyptiens-travaillent-ensemble-a-port-said-le-8-novembre-2009.jpg