hymalaya

  • Deux léopardeaux des neiges dans un parc zoologique au Qinghai(nord-ouest de la Chine)

    131873859_61n.jpg

    Deux léopardeaux des neiges, un mâle et une femelle, dans le Parc des animaux sauvages du plateau Qinghai-Tibet à Xining, capitale de la province du Qinghai (nord-ouest), le 25 septembre.

    Les deux léopardeaux, nés il y a deux mois, sont en bonne santé. Il est difficile d'élever des léopards des neiges en captivité et seuls trois ont été élevés jusqu'à présent en Chine. Etant une espèce menacée d'extinction, entre 5 000 et 7 000 léopards des neiges vivent aujourd'hui en liberté sur la planète.

    L-ONCE_LEOPARD_DES_NEIGE_1.jpg

    La léopard des  des neiges se trouve principalement en Mongolie et dans l'ouest et  le sud de la Chine (dans l'hymalaya , le Tibet ,le Sichuan et le Yunnan). On en trouve dans la réserve protégée de Jiuzhaigou.

    Elle vit dans les montagnes et se tient généralement au-dessous de la limite des neiges éternelles. En été, entre 2 700 et 6 000 mètres. En hiver, elle descend localement jusqu'au-dessous des 1 000 mètres. Grâce à un large poitrail et à des poumons solides, elle n'est pas gênée par la raréfaction de l'oxygène.

    131873859_81n.jpg

    131873859_71n.jpg

    131873859_101n.jpg

     
     

     

  • La superficie des lacs glaciaires de l'Himalaya est en augmentation,la fonte des glaciers de l'Himalaya en images

    F201008060847239962122941.jpg

    Le versant nord du glacier Kyetrak sur le sommet Cho Oyu, photo prise en 2009
    Le nombre de lacs glaciaires dans l'Himalaya a certes connu un déclin ces dernières années, mais la superficie totale de ces étendues d'eau est en augmentation, révèlent les résultats d'une étude publiée mardi.

    Wang Xin dirige une étude sur 30 ans organisée par l'Académie chinoise des sciences et l'Université des sciences et technologies du Hunan.

    M. Wang explique que les lacs glaciaires sont formés par la fonte de glaciers. Cette étude pourrait donc permettre aux scientifiques de mieux comprendre les relations entre glaciers, lacs glaciaires et conditions climatiques en haute altitude, ainsi que les risques de débordement des lacs.

    L'étude a confirmé l'existence actuelle de 1 680 lacs glaciaires dans la partie chinoise de la région de l'Himalaya. Ces derniers s'étendent sur 215,28 km², soit 58,96 km² de plus qu'il y a 30 ans.

    Au cours des 30 dernières années, l'on dénombrait jusqu'à 1 750 lacs glaciaires dans la région étudiée. Durant cette période, 294 ont disparu, et 224 nouveaux lacs se sont formés.

    Le versant nord du glacier Kyetrak sur le sommet Cho Oyu, photo prise en 1921

     glacier du Rongbuk, photo prise en 1921

    Afin de prouver la tendance de réchauffement global, l'alpiniste et photographe américain David Breashears a consacré plusieurs années à photographier des glaciers de l'Himalaya. Le contraste frappant entre ses photos et d'anciens clichés illustre la fonte rapide.

    Le glacier du Rongbuk, photo prise en 2007

  • Deux grands médias suisses déclarent que loin de Shangrila , le Tibet était une théocratie cruelle avant sa libération

    Celui qui était considéré comme le "père de l'Himalaya" pour ses recherches sur cette montagne mythique n'est plus. Le Suisse Augusto Gasser est décédé à l'âge de 101 ans, annoncent jeudi l'EPFZ et l'Université de Zurich, où il avait enseigné durant près de 20 ans. Le géologue avait été le premier à étudier l'Himalaya dans les années 30 et à cartographier les sommets de la région, notamment au Bhoutan et au Tibet. Lors de ses premiers voyages au Tibet, il s'était déguisé en pèlerin bouddhiste, car les étrangers n'avaient pas le droit d'y entrer et encouraient la peine de mort s'ils n'obéissaient pas.

    Ceci est un extrait du blog TSR info .ch , je suppose que cela veut dire Télévision Suisse Romande.

    Le géologue suisse et spécialiste de l’Himalaya Augusto Gansser est décédé lundi à Lugano (TI) à l’âge de 101 ans, indiquent l’Ecole polytechnique fédérale et l’Université de Zurich. Ses recherches sur le toit du monde ont fait de lui le «père de l’Himalaya».

    Né en 1910 à Milan, Augusto Gansser a participé dans les années 1930, après ses études de géologie à l’Université de Zurich, à des expéditions au Groenland et à un voyage de recherches dans l’Himalaya. Il a découvert le point de jonction entre les plaques tectoniques indienne et eurasienne au pied du Mont Kailash.

    Il a été le premier géologue à étudier en 1936 cette montagne sacrée au Tibet. Comme les étrangers n’avaient pas le droit d’entrer au Tibet, ce qui était passible de la peine de mort, Augusto Gansser a fait le tour du Mont Kailash depuis le territoire indien, déguisé en pèlerin bouddhiste.

    Le géologue a ensuite effectué d’autres voyages de recherches dans des territoires inexplorés sur trois continents, dont certains pour le compte d’entreprises pétrolières. Il a par exemple cartographié les sommets du royaume du Bhoutan, dans l’Himalaya, qui était alors fermé vers le monde. En 1980 et 1985, le dirigeant chinois Deng Xiaoping l’a invité à des expéditions au Tibet.

    Entre 1958 et 1977, il a enseigné à l’Université de Zurich et à l’EPFZ. L’Université pakistanaise de Peshawar lui a décerné en 1983 le titre de «Baba Himalaya» (père de l’Himalaya) pour ses travaux de pionnier sur la géologie de cette chaîne de montagne.

    Ceci est un extrait de la Tribune de Genève , un des plus grands quotidiens de Suisse francophone , si pas le plus grand.

    En dehors du grand respect que j'ai pour ce monsieur d'exception , il est regrettable qu'il faille ce genre de nouvelle pour que de grands médias suisses nous avouent quelle était la vie au Tibet lorsque les XIIIeme et XIV eme dalai lama régnaient en maître sur le Tibet. Dalai lama et leurs réseaux de moines étendaient leur pouvoir sur le Tibet en rependant la terreur . La théocratie sanguinaire était d'une telle cruauté que les islamistes et leur charia font figure d'enfants de coeur à côté de ces moines guerriers qui torturaient et exécutaient non seulement tout chrétien qui s'aventuraient sur leurs terres mais aussi tout étranger à leur secte. En plus de nombreuses fois le pouvoir chinois devait arbitrer les luttes intestines entre les sectes .Ce fut pour pacifier plus ou moins la région , à  une autre époque, que l'Empereur de Chine instaura le système de tirage au sort pour choisir les personalités de haut rang comme Panchen lama ou les responsables de monastères.