hui

  • Le ralentissement économique qui frappe actuellement la Chine ne l'empêche pas d' investir dans d'autres secteurs, comme le marché halal

    33333.png

    Pour la marque Shineway Group , la fabrication de  produits halal est  une priorité

    Selon Euromonitor International,  leader mondial des études de marchés stratégiques, les consommateurs musulmans  constitueront  plus d'un quart de la population mondiale d'ici 2030.   Le ralentissement économique qui frappe actuellement la Chine ne l'empêche pas d' investir dans d'autres secteurs, comme le marché halal, dont  l’industrie  pèse  500 milliards de dollars dans la balance du commerce mondial. Un marché gigantesque coinvoité par  la Chine qui a fait de ses  relations commerciales avec le monde musulman une de ses priorités économiques. 

     
    Dans la province chinoise de Gansu, plusieurs entreprises ont signé des accords commerciaux avec la Turquie et le Kazakhstan ( un marché de 91 millions de personnes pour ces deux pays)  afin d'exporter des produits alimentaires halal manufacturés.  Outre ces accords, la Chine multiplie depuis  une année l'organisation  de séminaires et conférences sur le halal qui ont notamment débouché sur une certification  halal commune  avec la Malaisie, pays majoritairement musulman.  
     
    La Chine a également fondé  à Wuzhong (la Silicon Valley du halal),  ville de la région autonome du Ningxia,  un pôle industriel de pointe spécialisé dans la fabrication de produit halal qui a attiré plus de 250 entreprises.  Le groupe alimentaire Shineway Group a déjà  investi plus  320 millions $ dans une unité de  production de viande halal.
     

    banner03.jpg

     

    Mais le label halal ne concerne pas uniquement la viande. Yili Group,   entreprise chinoise d' agroalimentaire qui pèse 8 milliards  de dollars a mis sur le marché un lait halal bio, qui connaît un véritable succès, avec des ventes estimées à 422 millions de dollars.  
    Pour  la société HCS Consultants, spécialisée dans le halal,   dont le siège est basé à Singapour, la Chine, forte de ses relations historiques avec le monde musulman et seconde puissance économique mondiale,  possède largement les moyens de conquérir une grande partie du marché halal international. Toutefois, la Chine devra éviter que se reproduise à l'intérieur  de ses frontières  des scandales du faux hallal ui ont terni son image auprès de certains pays islamiques. En 2013, les musulmans  ont été  trompés par de la fausse viande de bœuf halal.  La police de Xi’an, la capitale du Shaanxi, a ainsi saisi dans une usine locale plus de 20 000 kilos de porc traités artificiellement pour ressembler à du bœuf plus vrai que nature, à l’aide de produits chimiques tels que la cire de paraffine et des sels industriels, et estampillés du précieux label  halal. 
     

    2226510570.jpg

    Ce responsable m'a présenté la mosquée pour femmes de Wuzhong,

      
  • Des reportages turcs sans fondement pour fustiger les musulmans contre la Chine en représaille des bonnes relations sino-israëliennes

    Lire la suite

  • La ville française Bourg-en-Bresse mise beaucoup sur la coopération avec les musulmans chinois

    hui-people2-s.gif

    La ville française Bourg-en-Bresse mise beaucoup sur l'accord de coopération avec Yinchuan, et sur la nouvelle zone économique spéciale dans le Ningxia ainsi que la zone franche de Yinchuan qui vient d'être officialisée depuis 10 septembre, a déclaré samedi M. Jean-François Debat, maire de Bourg-en-Bresse, lors d'une interview accordée aux journalistes de Xinhuanet en marge du Sommet des entrepreneurs musulmans internationaux de Chine 2013.

    Bourg-en-Bresse a entamé la relation avec Yinchuan depuis 2013 par accueillir dans la ville française une délégation de Yinchuan dirigée par le vice-maire M. Yang Youxian. Cette fois, la délégation de Bourg-en-Bresse dirigée par M. Debat est invitée par M. Ma Li, maire de Yinchuan, pour signer un protocole de coopération entre les deux villes sur les domaines de la culture, de l'éducation, de l'agriculture, de la viande et de l'industrie, etc..

     

    Hui_1.jpg

     

    "Nous allons travailler sur deux axes: d'abord, l'aspect culturel et linguistique, parce que c'est important que les gens de différents pays  connaissent mieux la culture et la langue de l'autre. Et puis, l'approfondissement de la piste de coopération dans les domaines de l'agroalimentaire et de la viande, etc.. Nous avons des entreprises qui peuvent coopérer commercialement, industriellement avec Yinchuan pour apporter les services et les aides, pour favoriser nos échanges mutuels," a indiqué M. Jean-François Debat.

     

    La délégation de Bourg-en-Bresse est également invitée pour participer au Sommet des entrepreneurs musulmans internationaux de Chine 2013.

     

    132720607_31n.jpg

     

    "Nous sommes heureux d'assister à ce sommet international bien que nous ne soyons pas un pays musulman. Le sommet nous permet de comprendre mieux la relation que la Chine veut entretenir avec les pays arabes", a dit M. le maire.

     

    Le Sommet des entrepreneurs musulmans internationaux de Chine 2013 se tient dans le cadre da la première édition de l'Expo Chine-pays arabes, une plateforme clé pour promouvoir le commerce entre la Chine et le monde musulman, qui commencera le 15 septembre, à Yinchuan, capitale de la Région autonome Hui du Ningxia (nord-ouest de la Chine).

     

    imagesCAYY0U7B.jpg

     

     

  • La Corse est moins française que le Tibet Chinois!!!

    0216zhangping4370bb.jpg

    Double critère des politiciens occidentaux sur la Corse de France et le Tibet de Chine
     

    La Corse, quatrième grande île de la Méditerranée, se situe au sud-est du continent de la France et à la partie nord de la Méditerranée. Avec sa superficie de 3352 km2, la Corse jouit de la réputation de «l'île belle » pour sa beauté naturelle.

    Depuis que l'île a été intégrée au territoire français en 1786, le mouvement indépendantiste de la Corse n'a pas cessé les hostilités, la tension peut s'expliquer par la situation géographique, l'histoire, les traditions culturelles et les contradictions sociales. Le séparatisme ethnique de la Corse n'a pas laissé le gouvernement français tranquille depuis deux cents ans.

    Si la controverse persiste entre la Corse et la France, dans l'histoire le Tibet reste une partie intégrante de la Chine. Néanmoins, les politiciens occidentaux, français en particulier, prennent des positions totalement différentes sur la question de la Corse et celle du Tibet. Cela fait, ils recourent à un double critère dans leur critique.

    De plus, des dirigeants occidentaux se servent à maintes reprises de l'émeute à Lhassa, qui a eu lieu le 14 mars 2008, pour accuser les politiques du gouvernement chinois au Tibet. M. Sarkozy est allé jusqu'à rencontrer le 14e Dalaï-Lama le 6 décembre de la même année en tant que président de la France et de l'UE.

    Contrairement à la question du Tibet de laquelle sont épris les hommes politiques occidentaux, le problème de la Corse attire peu d'attention. Mais pourquoi ?

    SUN Ping, artiste connue de l'opéra de Beijing, est spécialiste de la diplomatie publique culturelle et grâce à son riche expérience à l'étranger, elle connaît très bien la culture et les valeurs occidentales : « En fait, la plupart des occidentaux ne connaissent pas le Tibet réel, a fortiori son histoire de l'émancipation des serfs. »

    Dans son histoire, la Corse a été gouvernée respectivement par la Grèce, l'Empire Romain etc., et elle existait pendant très peu de temps comme pays indépendant. Quant au Tibet, la Chine possède depuis toujours une souveraineté absolue. Si les Français ne peuvent pas tolérer l'indépendance de la Corse, la Chine est moins susceptible de permettre les divisions ethniques.

    « Le problème de la Corse est similaire à la question du Tibet, mais l'attitude du gouvernement français est complètement différente sur les deux territoires», persifle SUN Ping.

    Chinoise de l'ethnie minoritaire, SUN Ping a sa voix au chapitre au sujet du Tibet. D'ailleurs, elle est bien au courant des politiques favorables du gouvernement chinois accordées aux minorités ethniques.

    Madame Sun nous a révélé ses sentiments personnels après une visite en Corse : «Je suis de l'ethnie Hui en Chine, une des minorités. C'est un peu comme la Corse en France, car je fais partie des minorités ethniques, en même temps j'ai l'impression de vivre dans une grande famille qu'est la nation chinoise. Je ne suis pas oppressée dans ma vie, au contraire, je suis très heureuse. »

    Grâce au soutien du gouvernement, aujourd'hui la vie au Tibet a connu chaque jour de nouveaux changements, ce qui favorise la liberté religieuse. Voilà des faits indéniables.

    En Occident, « le problème de la Corse » n'est pas souvent abordé, pour ne pas dire qu'il s'agit d'un tabou. Mais, ce n'est pas le cas du « problème du Tibet ». Cela nous permet donc d'entrevoir un double critère chez des politiciens occidentaux avec sans doute des arrière-pensées politiques.

    «Nous devons renforcer la diplomatie publique culturelle, et transmettre la voix réelle et puissante du Tibet, afin de permettre au public et aux médias occidentaux de connaître clairement l'histoire et le développement du Tibet, précise Madame Sun, Ainsi la vérité du prétendu problème du Tibet puisse-t-elle être connue par tous.»

  • Chine : les musulmans fêtent l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan

    131086126_91n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière dans la mosquée Dongguan pour célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xining, capitale de la province du Qinghai (nord-ouest), le 30 août.

     Des millions de musulmans ont célébré à travers la Chine mercredi l'Aïd el-Fitr qui marque la fin du Ramadan.

    Mercredi matin, les musulmans issus de différentes ethnies de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, de la région autonome Hui du Ningxia et d'autres régions habitées par des musulmans, portaient leurs habits de fête et se sont rendus dans les mosquées.

    Environ 5 000 musulmans se sont rendus dans la mosquée de Yanghann à Urumqi, capitale du Xinjiang, pour écouter le prêche de l'imam.

    Zhu Hailun, secrétaire du Comité du Parti communiste chinois (PCC) pour la municipalité d'Urumqi a indiqué mercredi que la prière du matin s'était déroulée sans problème, attirant des dizaines de milliers d'habitants locaux. Les croyants sont allés dans les cimetières locaux rendre hommage à leurs parents décédés avant de rentrer chez eux pour une réunion de famille.

    Le Xinjiang compte plus de 21 millions d'habitants, et plus de la moitié sont des musulmans issus de 10 groupes ethniques, dont l'ethnie ouïgoure, kirghize, kazakhe et ouzbek.

    Le gouvernement local a déclaré le mercredi jour férié afin de permettre aux musulmans de disposer de davantage de temps pour participer à des rites religieux et rendre visite à leurs proches lors de l'Aïd el-Fitr.

    Durant le Ramadan, le neuvième mois de l'année selon le calendrier musulman, les musulmans se privent, de l'aube jusqu'au coucher du soleil, de manger, de boire, de fumer et de rapports sexuels. Les enfants, les personnes âgées et faibles ne sont pas tenus de jeûner.

    La Chine compte 20 millions de musulmans, dont environ la moitié sont de l'ethnie Hui.

    131086126_111n.jpg

    Les musulmans fêtent l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xi'an, capitale de la province du Shaanxi (nord-ouest), le 30 août.

     

    131086126_121n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière afin de célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xi'an, capitale de la province du Shaanxi

     

    131086126_131n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière dans la mosquée Yingli pour célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xi'an, capitale de la province du Shaanxi

     

    131086126_141n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière dans la mosquée Yingli pour célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xi'an, capitale de la province du Shaanxi

     

    131086126_161n.jpg

    Les musulmans assistent à la prière dans la mosquée Dongguan pour célébrer l'Aïd El-Fitr qui marque la fin du Ramadan à Xining, capitale de la province du Qinghai

  • 13000 musulmans chinois en route pour la Mecque

    Chine : des musulmans se mettent en route vers la Mecque
    Old_Hui_Moslem_Chinese_-_portrait.jpg

    Environ 13 000 musulmans chinois vont partir lundi par vols charters pour la Mecque, ville sainte pour les musulmans, en Arabie saoudite.

    Le premier vol charter, avec 332 pèlerins à son bord, a décollé vers 00H15 de l'aéroport de Zhongchuan à Lanzhou, la capitale de la province du Gansu, dans le nord-ouest de la Chine.

    Des pèlerins vont aussi prendre l'avion lundi aux aéroports de Beijing, d'Urumqi, de Yinchuan et de Kunming, a fait savoir Yang Shuli, un responsable de l'Institut islamique de Chine.

    Pour mieux préparer les croyants à ce pèlerinage qui dure un mois, le gouvernement chinois a organisé des examens médicaux et des cours de formation pour eux.

    "Beaucoup d'entre eux viennent de régions rurales lointaines et manquent d'expériences de voyage. De plus, leur niveau en arabe ne suffit pas pour chanter le Coran et ils ne peuvent presque pas communiquer", a indiqué Ma Youcheng, vice-président de l'Association islamique du Gansu.

    "Je suis content qu'ils m'aient indiqué quoi prendre dans ma valise et les choses à faire et ne pas faire à l'étranger", a déclaré He Jingxiang de 61 ans qui quitte son pays natal pour la première fois.

    Chaque groupe est accompagné par des imams, des médecins et des officiels du gouvernement.

    Après avoir accompagné sa mère de 69 ans à l'aéroport de Zhongchuan, Ma Fenglin a annoncé que ce vol direct reliant Lanzhou à la Mecque lui faisait économiser au moins 5 000 yuans (753 dollars).

    "Auparavant, les pèlerins devaient aller à Beijing pour prendre l'avion, un voyage qui est cher et fatiguant pour des personnes âgées comme ma mère", a-t-il expliqué.

    "Maintenant, le coût moyen du voyage a diminué à 40 000 yuans (6 000 dollars) par personne", a-t-il poursuivi.

    La Mecque, lieu de naissance de Prophète Mohammed, est un lieu saint pour les musulmans du monde entier. La ville reçoit chaque année plus de 2 millions de pèlerins.

     

     

     

  • LE TIBET TEL QU'IL EST.

    Attachement perpétuel au Tibet

    En évoquant le Tibet, je me rappelle avec émotion les vastes prairies, les bergers simples et bienveillants, les bannières bouddhistes flottant avec le vent, les antilopes et les ânes sauvages libres, ainsi que les travailleurs de la géologie avec lesquels j'ai vécu et travaillé.

    La brigade nº 5 du département des ressources minérales de la géologie du Tibet a été chargée, depuis longtemps, de la prospection des ressources minérales au Tibet du Nord.

    Le plateau du Tibet du Nord, qui se situe entre les monts Kunlun, les Tanggula et les Kangdese-Nyainqentanglhe, occupe deux tiers de la superficie de la région autonome du Tibet et comprend les districts de Nagqu et de Ngari. Situé à une altitude moyenne de plus de 4 500 m, le Tibet du Nord se trouve, toute l'année, en hiver, avec une température annuelle moyenne comprise entre - 5 et - 6℃. Durant la période la plus froide, cette dernière peut atteindre les - 40℃. La teneur en oxygène de l'air est inférieure de moitié à celle des autres régions de Chine. Par conséquent, il est considéré comme une zone inaccessible à l'Homme.

    Du fait des mauvaises conditions climatiques dans le Tibet du Nord, la brigade nº 5 de la géologie a installé son camp de base à Golmud. Surnommé " la ville des tentes " dans les années 1950, Golmud se situe au pied des monts Kunlun à la lisière sud-ouest du bassin du Qaidam.

    Au mois de mars 1999, j'ai été nommé responsable technique de la société d'exploitation Shang Xu par la brigade. J'ai été chargé d'organiser la création d'une usine d'exploitation et de triage de l'or. Au mois de mai, le temps était changeant, l'écart de température étant de 28℃. De plus, il faisait très sec. J'avais beaucoup de difficultés à respirer et mes lèvres étaient gercées. En suivant le conseil de mon collègue tibétain, j'ai appris à boire du thé au beurre de yak et je me suis senti beaucoup mieux.

    Plus tard, j'ai été envoyé dans le district de Gêrzê, situé à plus de 4 900 m d'altitude, pour travailler dans le détachement nº 1. Après un voyage difficile de deux jours et une nuit vers l'ouest, je suis finalement arrivé sur le chantier du détachement nº 1 qui se trouvait au nord-est du district de Gêrzê.

    Le mois d'août appartient à la saison pluvieuse. Du fait de la mobilité du travail, nous devions déménager toutes les semaines. Pour un déménagement, nous devions charger, décharger les voitures, monter des tentes, de sorte que, souvent, nous ne pouvions manger qu'un seul repas par jour. Ce que nous craignions le plus était que notre voiture ne s'embourbe au cours du déplacement, car, dans ces cas-là, nous étions obligés non seulement de creuser et de remuer la boue, mais également de marcher très loin pour chercher des pierres et les mettre sous la voiture. Nous souffrions de la faim, parce que les ustensiles de cuisine et les denrées se trouvaient sous la voiture et qu'il n'y avait pas d'eau douce. Le soir, nous grignotions du pain et de la neige fondue et nous nous couchions dans la voiture.

    Le matin du 13 août, après avoir arrangé le travail, je suis allé recueillir des échantillons géologiques avec des techniciens. Notre jeep s'est embourbée sur la route du retour. Nous avons passé quatre heures à désembourber la jeep. Quand le technicien et interprète Lausan a trouvé de l'eau douce, nous avons bu beaucoup pour nous redonner des forces. Ce matin-là, j'ai très peu mangé et pour le déjeuner je n'ai mangé que quelques champignons. De plus, j'étais épuisé par les efforts menés pour désembourber la jeep. Je me suis alors écroulé de fatigue...

    Le 13 octobre, après avoir réussi notre mission, notre groupe, composé de 16 membres et de 5 voitures, était sur la route de retour. A Tsagya Tsangpo dans le district de Baingoin, nous avons rencontré des habitants de l'ethnie Hui dont les deux voitures s'étaient embourbées. Ils attendaient avec impatience de l'aide.

    Je leur ai donné des nouilles instantanées. J'ai fait désembourber par deux chauffeurs expérimentés leurs voitures. Les trois membres de l'ethnie Hui nous ont chaleureusement remerciés en nous serrant la main qu'ils ne voulaient plus lâcher.

    En travaillant dans les régions pastorales, nous aidions souvent des habitants tibétains à déménager ou à se déplacer. Nous leur avons également donné des vêtements et de la farine, bien que nous n'en avions pas beaucoup. Tout cela a gagné le respect des habitants tibétains.

    Les trois ans de séjour au Tibet m'ont laissé beaucoup de souvenirs. Je remercie le Tibet du fond de mon coeur, et je souhaite qu'il se développe de mieux en mieux dans le domaine géologique en profitant de la mise en valeur de l'Ouest.



    L'auteur, Wang Yuanbo, travaille pour l'institut de la recherche des ressources minérales de la géologie de la province du liaoning

  • DES PELERINS CHINOIS A LA MECQUE.

    Départ du premier vol charter transportant des pèlerins chinois pour la Mecque

    LANZHOU, 30 octobre (Xinhua) -- Le premier groupe de pèlerins chinois de l'année a quitté vendredi la province du Gansu (nord-ouest) pour la Mecque, sur un vol charter d'Air China, a déclaré Ma Jianping, chef de l'Administration des affaires religieuses du Gansu.

    Les 332 pèlerins forment le premier groupe des 12 700 musulmans chinois qui effectueront le pèlerinage à la Mecque grâce à 41 vols charters du 30 octobre au 18 novembre, a précisé Ma Jianping.

    La plupart de ces pèlerins ont été vaccinés contre la grippe A/H1N1, a indiqué Chang Qingliang, directeur adjoint du bureau du pèlerinage de l'Association islamique de Chine.

    Plus de 40 travailleurs médicaux seront également envoyés à la Mecque, a indiqué M.Chang.

  • LETTRE OUVERTE A LA RTBF.

    POUR QUE LA RTBF UTILISE l'OBJECTIVITE                  QUAND ELLE TRAITE DE LA CHINE.

    Ce 9 juillet l'émission "question - réponse" qui passe le matin

     sur la première chaîne radio,

     était consacrée aux émeutes d'Urumqi.Le titre déjà démontre

     le manque d'objectivité de ce média:

     "Larépression des Ouighours par la Chine"

    . Cette émission est un jeu de questions et réponses

    entre les auditeurs et l'invité de l'émission. J'ai téléphoné 2 fois

     à la rédaction afin de livrer mon témoignage et poser

     ma question. En fait mon intervention ne fut jamais

    mentionnée car cette émission est à la fois truquée

     et orientée , les questions jettant l'opprobre   sur la

     Chine étant les seules prises en compte.Pour mon cas

    , il s'agit d'une amélioration,en effet l'an dernier

    , le 11avril , après les émeutes de Lhasa, je posai

    aussi une question à la rédaction et qu'elle ne fut

    pas ma stupeur que non seulement ma question

     

    n'était pas posée mais une autre question d'une

     toute autre orientation était posée en mon nom.

     Ce jour là, l'invitée était Madame He Hongyan

     attachée politique de l'ambassade de Chine

    à Bruxelles ,le journaliste qui l'interviuwait

    ,fut avec elle ,odieux et impoli. Son seul but

    ,c'était évident, était d'humilier cette dame

    que je sais très intelligente , de lui faire perdre

    la face. Dans le but de désinformer l'auditeur,

    ces pseudo-journalistes mais vrais propagandistes

    parlent des Hans comme Chinois de souche

    , ce que d'après eux , ne sont pas les Ouighour

    s. Combien de temps faut-il pour ces messieurs

     être dans un pays ,pour être reconnu

     " de souche"?  En fait le Xinjiang étant

    chinois depuis des siècles , je pense que l

    es Ouigours sont autant de souche que les Hans

    .Voici ce que par 2 fois j'ai transmis à la

     rédaction de cette émission.

    Il ne faut pas stigmatiser l'une ou l'autre ethnie.

     La Chine est composée de 56 ethnies dont

     chaque individu est Chinois.Les Ouighours sont

     autant Chinois de souche que les Hans.

    Le nier, c'est comme admettre qu'il y a des

    Belges de souche et d'autres pas. Les relations

     entre les Hans et l'ethnie musulmane chinoise

    la plus importante,les Huis , sont excelentes.

    Si avec les Ouighours , c'est un peu plus tendu

    ,les relations entre Hans et Ouighours sont

    cordiales.J'ai plusieurs relations Ouighours

    à Shenzhen et j'ai pu constater qu'il n'y avait

     aucun contencieux entre eux et les Hans

    de Shenzhen. Il en est des émeutes de

     Urumqi comme de celles de Lhasa,

     d'actions téléguidées de l'extérieur, et ici

    le grand responsable est le "congrès

    international Ouighour".

    Alors ma question est : Pourquoi le

     congrès international Ouighour,

     organisation criminelle, n'est pas

     sur la liste des organisations terroristes?  

    Je suis aussi offusqué quand on dit:

     le problème vient que les Hans sont

    trop nombreux à s'installer au Xinjiang.

    Alors ,pourquoi un Han, selon vous,

    ne pourrait-il pas s'installer où il veut

    dans son pays?  Sachez que des Ouighours

     ,il s'en installe partout en Chine sans

    que personne n'y trouve rien à redire.

     Et nous trouvons dans toutes les

     provinces des mosquées.  Et c'est très bien ainsi.