hoslag

  • SOMMET UE-CHINE A NANJING.

    La coopération UE-Chine de plus en plus pragmatique, selon un expert de l'UE .

    BRUXELLES, 27 novembre (Xinhua) -- La coopération entre l'Union européenne et la Chine devient de plus en plus pragmatique à un moment où la crise financière mondiale rapproche ces deux partenaires, a indiqué vendredi un expert de l'UE.

    "La crise financière a bel et bien confirmé que la coopération est inévitable", a déclaré Jonathan Hoslag, chef de recherche à l'Institut des études sur la Chine contemporaine de Bruxelles, dans une interview accordée à l'agence de presse Xinhua à la veille du sommet Chine-UE prévu lundi à Nanjing, chef-lieu de la province du Jiangsu, dans l'est de la Chine.

    C'est le deuxième sommet Chine-UE depuis le début de l'année, le premier ayant eu lieu en mai dernier à Prague, en République tchèque.

    Les dirigeants chinois et européens se rencontrent normalement une fois par an, mais le dernier sommet, initialement prévu pour décembre dernier, avait finalement été reporté après que le président français Nicolas Sarkozy, dont le pays assumait la présidence tournante de l'UE, eut insisté pour rencontrer le Dalaï Lama.

    Le "point positif" de cette turbulence est que les attentes mutuelles des deux parties sont devenues plus réalistes, a fait remarquer M. Holslag.

    "L'UE commence à apprendre qu'elle ne peut plus donner des leçons à ses partenaires. Elle peut partager ses expériences, mais elle ne peut imposer des conditions sans en payer le prix. La Chine a commencé elle aussi à comprendre qu'elle doit entretenir de bonnes relations avec l'UE si elle ne veut pas être perçue comme étant trop proche des Etats-Unis", a-t-il précisé.

    Le sommet qui s'ouvrira lundi permettra de montrer que les relations Chine-UE repartent sur de bons rails et que les deux parties reconnaissent la nécessité d'une coopération pragmatique, a noté M. Holslag.

    La Commission européenne a révélé dans un communiqué de presse rendu public vendredi que le sommet se concentrera sur les efforts pour parvenir à un accord ambitieux sur le changment climatique à Copenhague en décembre, sur la crise financière et économique ainsi que les relations bilatérales et les affaires internationales.

    "A travers le sommet UE-Chine nous envisageons d'envoyer un message fort concernant notre détermination partagée à affronter et relever ensemble les défis mondiaux", a déclaré le président de la Commsision européenne José Manuel Barroso.

    Selon M. Holslag, l'UE et la Chine doivent maintenant explorer plus activement les options permettant de renforcer leur coopération.

    "Il est clair que nous (UE et Chine) avons plusieurs intérêts communs, a-t-il dit, nous sommes toutes les deux pour un multilatéralisme efficace".

    "Nous devons chacune promouvoir l'unité interne et moderniser notre économie. Au niveau international, nous sommes maintenant voisines et éprouvons la même nécessité d'assurer la stabilité en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie centrale et sur les routes maritimes stratégiques qui portent notre commerce", a-t-il ajouté.

    En marge du sommet, l'UE et la Chine devraient signer six accords couvrant les domaines allant de l'énergie propre à la coopération technologique, selon la Commission européenne.

    Le sommet se tiendra un jour avant l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne de l'UE, destiné à renforcer l'intégration de l'UE et à simplifier les institutions et le processus de prise de décision du bloc.

    En vertu du traité, un nouveau président et un ministre des Affaires étrangères de l'UE ont été désignés par les dirigeants européens la semaine dernière.

    M. Holslag a estimé que ces nouvelles avancées aideront l'UE à parler d'une seule voix sur la scène internationale et permettront progressivement de faire en sorte que l'UE développe sa propre réflexion plutôt que d'avoir plusieurs stratégies nationales.

    "Pour que notre politique chinoise soit efficace, l'UE devra aboutir à un consensus interne plus clair sur ce que nous attendons de notre partenaire et comment nous pouvons l'obtenir", a conclu M. Holslag.