hong kong

  • Des PME françaises innovantes cherchent des soutiens financiers et des partenaires dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong

    Huawei-Slider.jpg

    Pour des raisons culturelles et historiques, les pays occidentaux ont toujours eu tendance à regarder vers l’Ouest et les Etats-Unis. Pourtant, la Chine, grâce sa force de production, son dynamisme et son marché de 1,4 milliards d’habitants représente un eldorado pour les start-up. Seulement voilà, la langue, ses idéogrammes et les nombreuses différences culturelles peuvent faire peur quand on ne connaît rien à l’Empire du Milieu.

     Si vous cherchez encore une bonne raison de développer votre activité en Chine, gardez en tête qu’il s’agit du 1er marché des télécoms avec 1,26 Mds d’abonnés mobiles et le premier marché du web avec 670 millions d’internautes dont 50 % sur smartphone.

    Une douzaine de PME françaises innovantes sont arrivées lundi à Beijing pour chercher des soutiens financiers et des partenaires locaux. Elles effectueront un tour dans quatre villes chinoises.

     

    Ces entreprises vont s'immerger dans l'écosystème chinois pour accélérer leur développement dans le pays, dans un esprit de collaboration franco-chinoise. Elles bénéficieront chacune d'un programme de rendez-vous BtoB personnalisé dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong.

     

    367005041.jpg

    Visite de Tencent, fondateur de QQ

    Objectif pour les start-up ? Rencontrer l’éco système IT Chinois : fabricants, partenaires commerciaux ou investisseurs. « En une semaine, j’ai déjà réussi à rencontrer des monstres comme Baidu, QQ Music, Xiaomi ou encore le géant Alibaba » s’enthousiasme Jessica, co-fondatrice de la société Pulz, nom éponyme de cette ingénieuse enceinte connectée, avant de poursuivre : « il n’y a aucun pessimisme dans ce pays, on avance pas à pas, on itère et on grandit ».

    Feetme, premier lauréat du concours Digital IN Pulse en 2014 avec sa semelle orthopédique connectée et que nous avons rencontré sur place témoigne : « Shenzhen est une ville incroyable, tout le supply chain est devant toi. ». Il rappelle néanmoins qu’il vaut mieux pouvoir compter sur un incubateur local qui facilitera l’accès avec les interlocuteurs.

     

     La société Huawei, créée en en 1988 par Ren Zhengfei s’est implantée à Shenzhen . Le groupe se spécialise d’abord dans les réseaux de téléphonie mobile (semi-conducteurs, modems, connectivité), les solutions de communication des entreprises (datacenter, visioconférence…) avant de produire à son tour des « devices » (smartphones, tablettes et objets connectés).

    Depuis, Huawei compte 170 000 employés (à noter que 85 000 d’entre eux ont des actions de l’entreprise) et décline son offre à destination de trois types de publics : opérateurs, entreprises, consommateurs.

     

     

     

    H1_0140.jpg

    Cette société d’ingénieurs à la réputation plutôt discrète est donc en passe de réussir sa mutation, celle de devenir une marque d’avant-garde auprès du grand public avec des portables haut de gamme qui n’ont rien à envier à ses concurrents. La preuve, elle en a vendu 75 millions en 2014 et devrait dépasser les 100 millions en 2015.

    Selon des statistiques d'IDC (International Data Corporation), les portables chinois ont conquis environ 10% du marché de la téléphonie mobile en Europe de l'Ouest.

     

    Lors du Salon international de la radiodiffusion de Berlin qui s'est déroulé début septembre, le journal britannique "International Business Times" a sélectionné les cinq meilleurs smartphones venant d'être dévoilés parmi la centaine de nouveaux produits. Les téléphones mobiles chinois ont remporté quatre de ces cinq premières places.

     

    Ces quatre smartphones chinois sont respectivement l'AXON Elite et le nubia Z9 de la société ZTE, le Mate S de Huawei, ainsi que le PHAB Plus de Lenovo.

  • 12 PME françaises à la recherche de fonds dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong

    002564bb44f717b682e612.jpg

    Une douzaine de PME françaises innovantes sont arrivées lundi à Beijing pour chercher des soutiens financiers et des partenaires locaux. Elles effectueront un tour dans quatre villes chinoises. Cette visite a lieu dans le cadre du programme « Acceleratech China », conçu par Business France, l'Agence nationale au service de l'internationalisation de l'économie française, et Bpifrance, la banque publique d'investissement.

    Ces entreprises vont s'immerger dans l'écosystème chinois pour accélérer leur développement dans le pays, dans un esprit de collaboration franco-chinoise. Elles bénéficieront chacune d'un programme de rendez-vous BtoB personnalisé dans les quatre capitales technologiques chinoises : Beijing, Shanghai, Shenzhen et Hong Kong.

    Les entreprises sélectionnées à l'issue de ce processus sont A2IA, Deep Vision, Delair Tech, Euris, Feeligreen, Fitizzy, Lengow, Prizm, S4M, Sentryo, Technosens et Wassa. Quatre d'entre elles sont par ailleurs lauréates du concours national d'innovation Digital In-Pulse 2015, organisé par Huawei France.

    Toutes les PME et start-up ont été jugées sur le caractère innovant de leur produit ou service, son adéquation avec les attentes du marché chinois, la robustesse de leur modèle d'entreprise et le degré d'implication des équipes dans le projet. Pour valoriser la richesse et l'attractivité des deux écosystèmes français et chinois, une délégation de trois start-up chinoises sélectionnées viendra découvrir Paris en 2016.

    Depuis plusieurs années, la Chine fait monter en gamme son économie. Le pays est devenu l'un des tout premiers acteurs des technologies et des services numériques. Ses champions nationaux tels que Baidu, Alibaba, Tencent ou encore Huawei, sont les équivalents chinois de Google, d'Apple, d'Amazon ou de Facebook. Pour accompagner ces évolutions industrielles, qui touchent tous les secteurs de l'économie, notamment l'industrie, la Chine s'ouvre aux innovations venues de l'étranger. Les entreprises sélectionnées pour Acceleratech China ont l'espoir d'y trouver une place.

    La Chine et la France partagent par conséquent la même volonté de faire émerger les technologies de l'information comme un secteur d'excellence.

  • Premier tunnel ferroviaire à grande vitesse entre Hong Kong et la Chine continentale

    Hong Kong vu de Shenzhen

     

    Le premier tunnel ferroviaire à grande vitesse reliant la Chine continentale et à Hong Kong a été creusé.

    Ce tunnel 3 886 mètres va de la ville de Shenzhen, dans la Province méridionale du Guangdong, au district de Mai Po à Hong Kong.

    La section de Shenzhen du tunnel a été construite selon les normes chinoises, et la section de Hong Kong a été construite selon les normes européennes.

    Selon Wu Xiangdong de la China Railway Group Company, responsable de la construction de la partie continentale du tunnel : « Nous avons réalisé une jonction homogène entre les normes chinoises et les normes européennes dans les deux sections du tunnel ferroviaire et nous pourrons utiliser cette expérience dans de futures opportunités de construction de tunnels en Europe et même en Amérique. Et par le biais de cette pratique, nous pouvons trouver des moyens qui sont conformes à la stratégie de ‘sortie vers le monde’ ».

    Le projet fait partie du projet ferroviaire à grande vitesse souterrain reliant Shenzhen à Kowloon.

    Hong Kong va construire la section Mai Po-Kowloon.

    Le train à grande vitesse Shenzhen-Kowloon sera relié à la ligne Beijing-Shenzhen, déjà en service.

    Le temps de trajet de Beijing à Hong Kong sera réduit des 20 heures actuelles à environ 9 heures.

    Actuellement, pour se rendre à Hong Kong nous devons prendre deux trains . Descendre au terminal de Shenzhen, métro ou train , et reprendre le train ou métro de Hong Kong après avoir franchi la frontière à pied.

    sans-titre.png

    La ligne jaune est la partie continentale tandis que le vert est construit à Hong Kong [Photo: chinanews.com].

  • Semaine d'or : les touristes boudent Hong Kong ,mais près de Beijing des milliers de Chinois sont bloqués sur une autoroute à 48 voies

    Le 7 octobre 2015 marquait le dernier jour des vacances de la Fête nationale chinoise. Selon la presse, Hong Kong a connu cette année la semaine d'or la plus triste au niveau de la consommation.

    Que ce soit dans le quartier commercial Causeway Bay ou dans l'avenue de Guangdong à Tsim Sha Tsui, les touristes n'étaient pas bien nombreux et les magasins déserts. On est loin des Fêtes nationales précédentes, où des consommateurs de la partie continentale se ruaient dans les boutiques hongkongaises.

    FOREIGN201510081403000348208356214.jpg

    L'avenue de Guangdong à Tsim Sha Tsui est plutôt tranquille

    Les commerçants de HK paient les errements des soi-disant pro-démocratiques manipulés par quelques gamins téléguidés par les Etats-Unis . A force de repousser leurs compatriotes du continent, ils finissent par se tirer une balle dans le pied.

    sans-titre.png

    La bijouterie Tse Sui Luen à Causeway Bay attend les clients

    Pourtant,la semaine d'or ne fut pas mauvaise pour tout le monde. Près de Beijing , avec ses 48 voies à l’approche d’un péage, l’autoroute locale fait tout de suite passer nos autoroutes  pour des chemins de campagne..

    Cette voie mène les automobilistes vers Beijing lors de leur retour de vacances, appelées « Golden Week». Plus de 750 millions de Chinois l'auraient utilisée en une semaine.

    C’est la construction d’un nouveau péage qui serait responsable du chaos. A sa sortie, un goulet d’étranglement plonge les automobilistes dans l’anarchie la plus totale. On voit sur les images des voitures contourner la file et doubler par les bas-côtés. Bref, ne vous plaignez plus jamais des chassés-croisés sur nos autoroutes au mois de juillet.

     

  • Pour les Chinois , c'est "Uber go home". Voici les 10 plus grandes villes au monde qui ont pris des mesures contre Uber

    0019b91ed62e174a627442.jpg

     Hong Kong

    Le 11 août 2015, la police de Hong Kong a perquisitionné deux bureaux Uber après avoir arrêté cinq chauffeurs pour exercice sans permis de location de voitures et conduite sans assurance appropriée.

     

    L'application mobile Uber relie les passagers avec des chauffeurs Uber qui utilisent leurs propres voitures pour leur proposer des courses. A la date du 28 mai 2015, ce service était disponible dans 58 pays et 300 villes à travers le monde.

    Certaines villes, comme Londres, Seattle et Mexico, ont reconnu la légalité d'Uber. Ce n'est cependant pas le cas partout ; elle a été contestée par les gouvernements et les compagnies de taxi de nombreuses villes et a même été interdite dans de nombreuses villes en raison des risques liés à la sécurité.

    0019b91ed62e174a62743e.jpg

     Guangzhou

    Le bureau d'Uber à Guangzhou, capitale de la province chinoise du Guangdong, a été perquisitionné par les autorités et il a été accusé de diriger un service de transport « illégal ».

     

    0019b91ed62e174a627443.jpg

    Paris

    Uber a été interdit sur l'ensemble de la France après que les chauffeurs de taxi aient organisé une série de grèves. Les chauffeurs de taxi ont bloqué les routes françaises vers les aéroports et les gares à Paris le 25 juin et la situation est alors devenue de plus en plus violente.

    0019b91ed62e174a627441.jpg

    Brisbane

    Uber est illégal et le service est interdit dans cette ville. Les conducteurs qui se font prendre sont sanctionnés d'une amende.

     

    0019b91ed62e174a62743f.jpg

    Bruxelles

    Uber est illégal à Bruxelles, capitale de la Belgique, et la société sera frappée d'une amende de 10 000 euros pour chaque trajet. Les chauffeurs ont leur voiture confisquée.

     

    0019b91ed62e174a62733a.jpg

    Berlin

    L'autorité de la ville de Berlin, LABO, a pris une décision interdisant à Uber de prendre des passagers, disant qu'ils ne répondent pas aux normes de sécurité de transport des personnes. Elle a également menacé l'entreprise d'une amende de 25 000 euros pour chaque violation et de 20 000 euros pour les chauffeurs non qualifiés et qui prendraient des passagers en charge.

     

    0019b91ed62e174a62733c.jpg

    New Delhi

    Le ministère des Télécommunications a envoyé une lettre aux fournisseurs de services Internet au sujet du blocage d'Uber parce qu'elle n'a pas obtenu l'autorisation d'exploiter, et qu'elle n'offre aucune vérification des antécédents des conducteurs. Tous les services de taxi basés sur applications ont été interdits dans la capitale nationale l'an dernier après qu'un chauffeur Uber ait été accusé d'avoir violé une passagère.

     

    0019b91ed62e174a62743d.jpg

    Séoul

    Séoul a annoncé qu'Uber est illégal parce que le service de partage de trajet est tout simplement illégal en vertu de la loi sud-coréenne.

     

    0019b91ed62e174a627440.jpg

    Madrid

    A Madrid, un juge a statué qu'Uber devait cesser toute activité commerciale, car elle n'a pas de licence officielle.

     

    0019b91ed62e174a62733b.jpg

    New York

    New York a proposé un gel de la croissance des entreprises de location de véhicules. Cela signifie qu'Uber est autorisé à n'ajouter que 201 nouveaux chauffeurs seulement l'année prochaine ; cependant, pour l'heure, Uber a beaucoup plus que 200 nouveaux chauffeurs par mois.

     

  • Un patron de Hong Kong fait plus fort que les 6400 Chinois en France , en offrant un voyage en Thaïlande à ses 13 000 employés

    0019b91ed62e16bffbbd3c.jpg

    Le voyage de 6400 employés d'une entreprise de Tianjin en France a récemment beaucoup fait parler d'elle. Cet acte semblait inimaginable. Un patron de Hong Kong fait pourtant encore plus fort, en déboursant plusieurs centaines de millions de yuans (dizaines de  millions d'€)pour offrir à ses 13 000 employés un voyage en Thaïlande.

    Le PDG de la société Infinitus, Li Huilin, a en effet invité plus de 13 000 employés travaillant dans la partie continentale de la Chine à faire un voyage en Thaïlande. Une centaine d'avions et 400 autocars ont été nécessaires pour ce voyage, sans compter les 36 bateaux réquisitionnés pour la traversée du fleuve Mékong.

    En réalité, ce n'est pas la première fois qu'Infinitus organise un voyage collectif en Thaïlande, mais la sixième! La société prévoit même d'organiser un voyage pour 22 000 employés l'année prochaine.

     

                                          Nouvelles en Bref

     

    Du 29 mai à la mi-juin, le chœur d'enfants français Les Petits chanteurs de Saint-Marc, connu pour avoir joué dans le film Les Choristes, sera en tournée dans plusieurs villes de Chine, dont Beijing, Shanghai, Suzhou, Xiamen, Guangzhou et Shenzhen.

     

    Les services de police chinois ont ramené 150 fugitifs économiques de 32 pays depuis le début de l'année et intensifié leurs efforts pour lutter contre les crimes économiques.

     

    Selon plusieurs médias, la France vient de démentir les rumeurs sur une éventuelle vente des navires Mistral à la Chine. Alors que la livraison des deux porte-hélicoptères Mistral à la Russie est en passe d'être officiellement annulée, la France lui aurait proposé un remboursement à hauteur de 785 millions d'euros de dédommagements pour la résiliation du contrat conclu en 2011.

  • La Chine refuse aux législateurs britanniques l'autorisation de visiter Hong Kong et les exhorte à ne pas s'ingérer dans les affaires de HK

    Ma photo de profil sur Facebook , en signe de soutient à la police de Hong Kong1924391_10152747923359228_4748438951391277597_n.jpg

    Depuis que j'ai affiché cette photo sur FB , le nombre de mes amis est passé de +/- 1200 à près de 2000 . Soit le nombre de mes amis a augmenté d'au moins 700 amis venant de Hong Kong  qui tous soutiennent la police de HK.

    Ceci est à prendre en considération avant de lire cet article.

    "Le gouvernement central chinois et le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong (RAS) ont indiqué au Royaume-Uni, à plusieurs reprises, qu'ils s'opposaient résolument à la visite à Hong Kong de la prétendue délégation du comité restreint des affaires étrangères de la Chambre des communes pour une soi-disant enquête, et ont demandé l'annulation de la visite", a déclaré lors d'une conférence de presse.

     

    Hua-Chunying.jpg

    Mme Hua s'est ainsi exprimée en réponse à une question posée en écho aux remarques du président du comité restreint des affaires étrangères de la Chambre des communes, selon lesquelles la Chine a agi ouvertement de manière conflictuelle en refusant la visite de cette délégation.

    Mme Hua a souligné que si certains législateurs britanniques étaient déterminés à faire cette visite, celle-ci représenterait réellement une attitude de confrontation qui ne serait pas bénéfique pour les relations sino-britanniques.

    Hong Kong est une région administrative spéciale de la Chine, et les affaires de Hong Kong sont purement les affaires intérieures de la Chine, a ajouté la porte-parole.

    "La Chine a plusieurs fois exprimé fermement son opposition à l'ingérence des gouvernements, organisations ou individus étrangers dans les affaires de Hong Kong", a-t-elle ajouté.

    La Chine attache toujours une grande importance aux relations sino-britanniques, qui représentent les intérêts communs des deux pays et des deux peuples, a noté Mme Hua.

    "La porte reste toujours ouverte à ceux qui s'engagent à renforcer les relations sino-britanniques. Mais nous nous opposons fermement et nous ne permettrons aucune ingérence dans nos affaires intérieures", a-t-elle conclu.

    Dont acte.

    le-president-de-la-commission-des-affaires-etrangeres-du-parlement-britannique-richard-ottoway-dans-son-bureau-a-londres-le-1er-decembre-2014_5162219.jpg

    Le refus de la Chine d'accorder des visas à la Commission des Affaires étrangères du parlement britannique pour se rendre à Hong Kong est une "erreur" et s'avère "contre-productif", a déclaré lundi le porte-parole du Premier ministre britannique.

    Cela ne fait qu'amplifier les inquiétudes au sujet de la situation à Hong Kong", a ajouté le porte-parole de David Cameron lors d'un briefing avec la presse.

    On croit rêver, pourquoi des inquiétudes pour HK? Il y a -t-il eu des morts comme à Ferguson? non!!!

    Alors que les parlementaires britanniques aillent faire un petit tour chez leurs amis yankees et commencent ,si c'est pas trop leur demander , à  respecter la Chine et le peuple chinois.

    Et encore une fois, bravo à la police de HK.

  • Visite du plus grand aquarium du monde en Chine, sur l'île de Hengqin entre Shenzhen et Macao(vidéos)

    55.000 poissons de 1000 espèces différentes, un bassin gigantesque pour accueillir des requins baleines de plus de 20 mètres de long. A Hengqin, île qui est un nouveau district de  Zhuhai près de Shenzhen, Macao et Hong Kong, le plus grand aquarium du monde a ouvert au printemps dernier. Quand la Chine se lance dans les parcs aquatiques, c’est avec démesure!

    2014081911115439277.jpg

    Chimelong Ocean Kingdom, qui a ouvert en mars, est un impressionnant complexe de plans d'eau, attractions et hôtels couvrant plus de 130 hectares et justifiant tous les superlatifs.

    Il n'accueille pas moins de quatre imposants requins-baleines, et abrite des bassins représentant au total un volume d'eau de 49 millions de litres (50.000 tonnes), ce qui en fait le plus grand aquarium du monde selon le Guinness des records.

    Après trois décennies d'ouverture et de réformes, dont Shenzhen est le symbole, l'insolente croissance chinoise marque le pas et Pékin cherche désormais à rééquilibrer son économie.

    Il entend réduire la dépendance aux exportations, rogner les industries en surcapacité... et doper la consommation intérieure: Hengqin est censé incarner ce modèle de développement plus durable.

    Dans le cadre d'un ambitieux programme lancé dès 2008, les responsables locaux ont accordé de généreuses réductions fiscales, celles-ci auraient déjà attiré 250 milliards de yuans d'investissements.

    "Nous avons adopté davantage de mesures spéciales que les zones économiques spéciales elles-mêmes", s'amuse Niu Jing, chef du gouvernement de l'île.

    "Notre avantage, c'est évidemment notre proximité avec Macao et Hong Kong", deux territoires chinois autonomes. Hong Kong est un centre financier majeur, tandis que l'ancienne colonie portugaise abrite des casinos dont les revenus dépassent ceux de Las Vegas et qui attirent chaque année des millions de visiteurs de Chine continentale.

    Pour autant, l'avenir est semé d'embûches pour Hengqin, qui espère multiplier sa population par 25 d'ici à 2020.

    L'autoroute qui conduit à l'aquarium longe des dizaines de blocs d'appartements à demi construits.

    slide_343857_3575969_free.jpg

    En vue de stimuler les "activités créatives", les autorités de Hengqin se sont engagées l'an dernier à offrir "un accès sans restrictions à l'internet"... donc à lever la "Grande muraille informatique" qui interdit en Chine de consulter des sites tels que les réseaux sociaux Twitter et Facebook.

    "Les résidents bénéficieront des mêmes droits sociaux et politiques qu'à Macao", avait renchéri le journal d’État China Daily.

    L'université de Macao a certes annoncé l'ouverture à Hengqin d'un campus de 15.000 étudiants régi par la législation macanaise, réputée protectrice des libertés universitaires.

     

     

                                   
     

     

     

     

     
     

     

     

     
     
     
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     
     

     

     

     
     
     

     

     
     

     

  • Hong Kong : trois leaders étudiants empêchés de se rendre à Beijing

    0019b91ed6e015d3b5ce01.jpg

    Trois leaders étudiants du mouvement pro-démocrate de Hong Kong, qui tentaient de se rendre à Beijing pour rencontrer des dirigeants chinois, se sont vus interdire l'embarquement samedi, en raison de documents de voyage non-valides.

    Alex Chow, secrétaire général de la Fédération des étudiants de Hong Kong, et deux autres leaders du mouvement Occupy Central, se sont présentés à l'aéroport international de Hong Kong samedi après-midi afin de prendre un avion pour Beijing, mais la compagnie Cathay Pacific a refusé de leur remettre leur carte d'embarquement, au motif que leurs documents de voyage n'étaient pas valides.

    Leur « permis de retour », visa permettant aux habitants de Hong Kong de voyager dans la partie continentale de la Chine, ont été révoqués par les autorités, a indiqué le personnel de la compagnie.

    Le même jour, la secrétaire en chef de l'administration de Hong Kong, Carrie Lam, a déclaré qu'il n'était pas nécessaire d'adresser une pétition au gouvernement central, car celui-ci prend en compte dans ses décisions les différents appels du peuple de Hong Kong, dont il est pleinement conscient.

    Selon Tsang Yok-sing, président du conseil administratif de Hong Kong, les objectifs de la Fédération des étudiants ne sont pas clairs. Le pouvoir central a réitéré a plusieurs reprises les critères de base de la réforme constitutionnelle de Hong Kong, et il n'y a pas de négociation possible en dehors de ces critères, a-t-il déclaré.

    Traduit de xinhuanet.com

  • Exemption d'impôt sur les bénéfices boursiers sur la plateforme commune "Shanghai-Hong Kong stock Connect"

    hk.jpg

    Les investisseurs chinois seront exemptés d'impôt sur leurs revenus grâce au prochain programme pilote "Shanghai-Hong Kong Stock Connect", indique vendredi un communiqué officiel.

    Le ministère des Finances et les régulateurs boursiers ont annoncé que les investisseurs individuels seraient exemptés de l'impôt sur les revenus personnels issus des bénéfices boursiers sur la plate-forme d'échanges commune "Shanghai-Hong Kong stock Connect" du 17 novembre 2014 au 16 novembre 2017.

    Les régulateurs boursiers de la partie continentale et de Hong Kong ont annoncé à l'aide d'un communiqué conjoint que la plate-forme serait opérationnelle à partir du 17 novembre.

    Ce programme pilote permettra aux investisseurs d'effectuer des transactions boursières sur les deux marchés, via des sociétés boursières locales.

    hk.jpg

    Selon un communiqué conjoint publié par la Commission de contrôle boursier de Chine (CCBC) et la Commission des valeurs mobilières et des marchés à terme de Hong Kong (SFC en anglais), le lancement du programme pilote permettant l'accès mutuel entre les marchés boursiers de Shanghai et de Hong Kong a été approuvé.

    Depuis le 10 avril, la CCBC et la SFC ont étroitement collaboré pour préparer le programme pilote.

    Les règlements nécessaires en matière d'échanges et de compensations, les mécanismes concernant le quota quotidien et le quota global, ainsi que d'autres arrangements ont été finalisés.