henan

  • Chine: un institut bouddhiste enseigne avec des iPads

    Un institut bouddhiste moderne s'est ouvert hier, et utilise des iPads pour aider les moines à apprendre l'anglais et lire des classiques du bouddhisme dans la langue de Shakespeare.

    À l'Institut bouddhiste du Henan, les enseignants et les étudiants utilisent des iPads pour accéder à des cours en ligne créés à l'étranger.

    L'institut est le premier établissement d'enseignement supérieur du bouddhisme dans la province du Henan, selon un reportage de China News Service hier.

     



    En adoptant les dernières technologies, les responsables espèrent dissiper le stéréotype des pratiques ascétiques et attirer davantage de jeunes dans l'étude du bouddhisme.

    En plus des cours théoriques sur le bouddhisme, l'anglais, des discussions sur le cinéma et des cours d'art figurent au programme. L'anglais est obligatoire, avec des leçons de 90 minutes deux fois par semaine.



    Lin Gu, qui enseigne les classiques du bouddhisme en anglais, indique que la transmission du bouddhisme reposait initialement sur la traduction. Apprendre l'anglais peut aider les Occidentaux à comprendre le bouddhisme chinois, selon lui.

    Alors que le Henan compte 500 centres d'activités bouddhistes, seulement 30 % de leurs directeurs ont reçu une formation spéciale, selon l'agence d'information.

  • Chine:une sexagénaire se sacrifie pour sauver quatre enfants tombés à l'eau

    Chai Xiaonü âgée de 60 ans sauve trois enfants tombés à l'eau.

     

    Son acte a ému toute la ville de Nanyang dans la province centrale du Henan. Le 15 août à l'aube, des centaines de personnes ont spontanément rejoint le cortège funèbre de Chai Xiaonü, décédée à l'âge de 69 ans.

     

    Le 12 août vers 16 h, Mme Chai est allée faire sa lessive au bord d'une rivière de son village, accompagnée par son petit-fils de douze ans. Non loin, quatre enfants du même village s'amusaient. Deux jouaient dans l'eau et deux lavaient des sacs. Alors que la grand-mère et son petit-fils quittaient le rivage, ils ont subitement entendu des cris de détresse. Un enfant était tombé dans l'eau profonde et les trois autres voulant le rattraper avaient été entraînés l'un après l'autre. Mme Chai a immédiatement sauté dans l'eau. Avec l'aide de son petit-fils, elle a sauvé le premier enfant.

    麒麟湖放牛

     

    Après avoir ramené le troisième, elle était épuisée, toussant et crachant de l'eau sans cesse, relate l'un des rescapés. « Mais lorsqu'elle a vu la dernière petite fille dans l'eau, elle y est retournée ».

     

    Malheureusement, quand Mme Chai et la fillette ont été retrouvées par d'autres personnes qui se sont rendues d'urgence sur les lieux, elles étaient déjà mortes.

     

    « Je ne comprends pas encore comment ma mère qui ne sait pas nager a pu sauver trois enfants », a déclaré la fille de Mme Chai en pleurant.

     

     

    白河钓鱼

     

    Photos de  Nanyang, province de Henan

    戏水

  • VISITEZ ANYANG, C'EST GRATUIT POUR LES ETRANGERS.

    Gratuit pour les étrangers, pas pour les Chinois

    F200907031716237126322192[1]
    Yinxu - les ruines de la dernière capitale de la dynastie Shang

    Tous les citoyens étrangers bénéficieront d'un accès gratuit aux 12 principaux sites touristiques de la ville d'Anyang (province du Henan) dans le cadre d'une nouvelle politique visant à rendre ces sites chinois plus attractifs pour les étrangers.

    Le programme, qui sera mis en vigueur jusqu'à la fin de l'année est conçu pour attirer plus de touristes étrangers, qui sont moins nombreux que les touristes chinois dans cette ville, a annoncé le bureau de tourisme d'Anyang.

    Les touristes étrangers devront montrer uniquement leurs passeports pour entrer sur des sites historiques comme Yinxu - les ruines de la dernière capitale de la dynastie Shang (1766 avant JC - 1050 avant JC) – l'un des plus anciens et plus importants sites archéologiques de la Chine, considéré patrimoine mondial de l'UNESCO. Les Chinois devront toutefois débourser 50 yuans ($ 7,3) pour un billet d'entrée.

    "Nous essayons de faire diffuser la culture chinoise. Nous pensons qu'Anyang devrait accueillir des touristes de tous les coins du monde", a déclaré Zhang Jianguo, le directeur du Bureau de tourisme d'Anyang.

    Anyang est l'un des huit capitales historiques de la Chine, avec une histoire remontant à plus de 3 300 ans. C'est là que des ossements d' oracle ont été trouvés et c'est aussi l'endroit d'origine de Zhouyi et le lieu de création du Livre des Changements (易经).

    Par ailleurs, parmi les 12 destinations touristiques il y a le canal du drapeau rouge, un fleuve artificiel construit dans les années 1960, et le temple Yuefei, construit en l'honneur de Yue Fei, général militaire et patriote chinois né à Anyang.

    Zhang a dit que près de 12 millions de touristes ont visité Anyang l'an dernier, dont 35 000 étrangers. "Ce ne sont pas des chiffres enthousiasmants pour nous, surtout si l'on prend en considération la renommée d'Anyang", a-t-il dit.

    A la question pourquoi ces sites touristiques ne sont pas devenus gratuits pour les Chinois, Zhang a déclaré: "Cela aurait été irréaliste. Nous avons besoin des revenus pour l'exploitation de ces sites."

    Il a ajouté: "En outre, si nous ne faisons pas payer les Chinois, il y aura un grand nombre de personnes qui vont affluer vers ces lieux, ce qui risque de provoquer certains problèmes".

    Zhang a dit que des mesures favorables pour les touristes chinois sont appliquées, comme par exemple un pass annuel pour les 14 sites qui coûte 90 environ yuans.

    Des billets gratuits pour une somme totale de 10 millions de yuans ont été distribués dans le pays depuis le mois de décembre dernier, a-t-il ajouté.