harmonie

  • LA CHINE VUE PAR UN AMERICAIN.

    La 'culture chinoise' aux yeux d'un américain.

    Si un Occidental désire vraiment connaître la culture chinoise, il doit tout d'abord comprendre l'importance de la famille dans celle-ci. Les Chinois veillent à ce qu'on respecte les personnes âgées et prennent soin des enfants et souvent la famille est composée de trois générations qui vivent ensemble dans une parfaite harmonie, les parents accordant beaucoup d'importance à l'éducation de leur progéniture, alors que l'époux et l'épouse ayant chacun son rôle distinct à jouer. Les Chinois considèrent également leur pays comme une grande famille et c'est la raison pour laquelle on constate que les liens familiaux sont vraiment solides en Chine, car le sens de responsabilité familiale est profondément enraciné dans la culture chinoise.

    Dans le cas où un Occidental séjourne longtemps en Chine, il pourrait alors remarquer que les Chinois parlent souvent de l'harmonie : les calligraphes écrivent en grands caractères "和谐"(harmonie), le taijiquan (boxe traditionnelle chinoise) apprend aux gens à exécuter des mouvement et des gestes harmonieux, les dirigeants du pays appellent la population à vivre en harmonie, …… alors que la langue chinoise elle-même comporte le sens de l'harmonie et de l'union et met l'accent sur le maintien de la bonne entente entre les gens. La conception du monde traditionnellement adoptée en Chine insiste tout particulièrement qu'on doit éviter l'extrémisme, c'est pourquoi "中庸之道" (doctrine du ‘juste milieu' ) est largement répandue en Chine.

    Le développement de la Chine dans le 21ème siècle peut en réalité apporter au monde l'idée de l'harmonie. L'harmonie doit régner dans l'esprit de chacun tant physiquement que mentalement, la nature doit être harmonieuse, un pays doit connaître l'harmonie en son intérieur et l'harmonie doit être maintenue dans les rapports entre les divers pays du monde. Et c'est l'harmonie qui apporte à la paix mondiale le principe de base suivant : la coexistence pacifique, c'est-à-dire que malgré les différences des pays, il faut persister dans le principe de tolérance réciproque pour pouvoir assurer la paix mondiale.

    Confucius a dit : « Ne faites pas à autrui ce que vous n'aimeriez pas que l'on vous fasse. ». Mencius a insisté de son côté que chacun doit examiner souvent sa conscience, vivre réellement sa vie, aimer son prochain comme aimer soi-même et c'est ainsi seulement qu'on pourrait s'engager dans la voie qui mène à l'état de la félicité suprême. Quant à Lao Tseu, sa doctrine sur le yin (principe féminin) et sur le yang (principe masculin) doit également être prise en considération. Dans son livre "道德经"(Classique de la Voie et de la Vertu), il explique que le ciel et la terre se complète, qu'il y a une différence entre le haut et le bas et que la transmission de la voix est également harmonieuse, et tout cela est une expression de l'harmonie.

    Maintenant, parlons un peu de la différence de l'assimilation créative. Dans la culture chinoise, on souligne l'importance d'apprendre auprès des autres et de s'inspirer des expériences d'autrui, comme par exemple l'introduction de techniques avancées ainsi que de théâtres traditionnels européens et cela force admiration et estime. Après l'application en Chine de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, celle-ci s'est efforcée d'assimiler et de s'inspirer, de façon innovatrice et créatrice, des meilleurs succès scientifiques, techniques et culturels des autres nations, ce qui lui a permis de franchir et de dépasser la situation difficile où se trouvent de nombreux pays de l'Orient et de l'Occident, de même que le goulot d'étranglement du capitalisme et de promouvoir ainsi son développement pacifique. En Chine, le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme s'inspirent les uns auprès des autres et assimilent de façon créatrice. Dans le cas où tous les pays et toutes les nations du monde pourraient jouir réciproquement et en commun des remarquables cultures, se montrer tolérants envers les autres et ne pas s'opposer les uns les autres en déclarant que ‘si ce n'est pas le blanc, ce serait alors le noir', ce sera alors tellement bien et parfait !

    Je suis venu en Chine plusieurs fois, j'ai fait de nouvelles découvertes à chaque fois et à chaque fois j'ai ressenti de nouvelles impressions. Par exemple, la Chine a de nombreux projets de construction et des projets d'autoroutes et j'ai constaté que ces projets sont toujours achevés avant le délai fixé. L'achèvement en un temps relativement court des installations sportives olympiques force l'admiration. Je me rappelle de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Beijing, c'était vraiment grandiose et l'équipe de création et d'organisation a montré au monde entier la capacité créatrice et innovatrice de la Chine. Début 2009, le gouvernement chinois s'est engagé à déployer tous ses efforts pour que le PIB du pays puisse connaître une croissance de 8% avant la fin de l'année et on peut dire maintenant qu'il a réussi et qu'il a tenu son engagement. La culture chinoise prône en outre la diligence et l'assiduité, c'est pourquoi le peuple chinois travaille toujours laborieusement, cela montre le caractère moral d'un pays, d'un peuple et de toute une nation.

    Ma conclusion c'est que le 21ème siècle sera un siècle dominé par la Chine, car elle est capable de faire valoir les facteurs positifs de sa propre culture traditionnelle pour aider les autres pays du monde à créer et à établir entre eux de bonnes relations, ce qui lui permettra de devenir le dirigeant du monde. Car en dehors de son économie, la Chine peut apporter au monde entier une grande contribution axée sur quatre valeurs clés, à savoir la famille, l'harmonie, l'assimilation créative et le rendement du travail. Si notre monde fait grand cas de ces quatre vertus, il peut alors jouir au 21ème siècle encore plus de paix et de prospérité et maintenir un développement continuel et durable.

    (L'auteur de cet article Hopkins est un professeur de l'Université de Chicago, aux Etats-Unis)

  • WEN JIABAO FAIT L'APOLOGIE DU PROGRES ET DE LA SOCIETE D'HARMONIE.

    Aucune force du monde ne peut empêcher l'amitié, le progrès et l'harmonie .

    Le 2 février vers 15 heures 30, la grande salle de concert de l'université de Cambridge, qui peut contenir 500 personnes, faisait salle comble et tous les sièges étaient occupés. Accompagné du Président de ladite Université Alison F. Richard et du maître de cérémonie en ancienne tenue, le Premier Ministre chinois Wen Jiabao fit son entrée dans la salle sous un tonnerre d'applaudissements et accueilli chaleureusement par les étudiants et les enseignants. La première chose que fit Wen après avoir monté sur l'estrade c'était de s'incliner devant l'auditoire et de dire que ce n'était pas un geste de courtoisie, mais tout juste le comportement poli d'un élève devant le recteur et les enseignants. Ces mots d'introduction modestes et cordiaux prononcés par le Premier Ministre chinois touchèrent l'assistance qui applaudit sincèrement.

    Puis, Wen Jiabao commença son discours portant le titre « Considérer la Chine d'un point de vue ouvert ». Ses propos concis et énergiques décrivent avec un profond sentiment d'amour une Chine à la fois ancienne et moderne, qui a surmonté toutes les difficultés et les épreuves du passé tout en faisant des efforts inlassables pour se perfectionner et qui attache un grand prix à la tradition tout en s'ouvrant grand à l'extérieur. Il a donné des explications sur la conception du monde de la nation chinoise qui aspire au progrès et qui préconise l'harmonie. Il a appelé et encouragé l'auditoire à s'unir, à travailler la main dans la main et à faire preuve de confiance, de coopération et de responsabilité pour faire face ensemble à la crise financière internationale et surmontant toutes les difficultés qui se dressent devant.

    Mais juste au moment où toute l'assistance écoutait de toute oreille, un jeune homme à visage européen, qui était assis dans un coin de la salle, se leva subitement tout en vociférant et en soufflant dans un sifflet, et il lança une chaussure vers l'estrade. L'auditoire exprima une profonde indignation et beaucoup de mépris pour cet acte ayant pour but de créer le désordre. Sous les cris « Honte à toi ! » et « Fiche le camp ! », le fauteur de troubles a été emmené hors de la salle le service de sécurité.

    Wen Jiabao est resté impassible durant tout le temps de cet incident. Après un moment de silence, il a déclaré : « Ce comportement méprisable ne saurait avoir d'effet sur l'amitié entre la Chine et le Royaume-Uni ! ». Sa déclaration recueillit une salve d'applaudissements. Il leva son bras droit et l'agitant avec force il dit : « Aucune force du monde ne saurait faire obstacle au progrès de l'humanité et à l'harmonie du monde ! » et ce fut une fois de plus des applaudissements nourris et prolongés.

    Puis Wen reprit son discours. Il a exprimé son souhait que le personnel universitaire de Cambridge témoigne un plus grand intérêt aux choses qui se passent en Chine tout en la considérant à la lumière de son développement. Il formula l'espoir que les étudiants de l'Université deviennent des messagers amicaux pour les échanges entre la Chine et la Grande-Bretagne. Il encouragea les jeunes des deux pays à s »inspirer les uns des autres, à avancer la main dans la main, à ajouter un nouveau chapitre à l'histoire de l'amitié entre les deux peuples et à contribuer au renforcement des relations amicales entre les deux pays. Il a ensuite répondu aux questions posées par des étudiants. La salle fut couverte par des concerts répétés d'applaudissements chaleureux et enthousiastes.