grues

  • Tibet:les grues à cou noir, une espèce protégée

     

    Les grues à cou noir, une espèce sauvage protégée, sont aussi célèbres que les pandas. On les trouve presque exclusivement dans le sud-ouest de la Chine, dans la Région autonome du Tibet qui accueille 75% de leur population mondiale. Cette espèce rare d'oiseaux est vénérée dans les traditions bouddhistes et protégée culturellement.

    Cette grue de taille moyenne a un pelage gris sauf pour la tête et le cou qui sont noirs. Sa couronne est rouge terne. Quelques plumes blanches sont présentes sous et derrière l'oeil. Sa queue noire la rend facile à distinguer de la grue commune qui a, elle, une queue grise.

    Vivant sur un plateau situé à 5000 mètres d'altitude, les grues à cou noir constituent la seule espèce de grue se multipliant dans cette zone. Elles font généralement leur nid dans les marais et sur les berges des rivières et des lacs. Elles vivent de racines et de pousses de plantes et d'insectes mous. Elles volent au-dessus du plateau Yunnan-Guizhou vers le plateau Qinghai-Tibet en mars et commencent à se multiplier fin avril, pondent un ou deux oeufs à la fois, oeufs qui éclosent un mois plus tard. Le centre de Selingcuo est spécialisé dans l'élevage de cette espèce rare.

    Tsamcho Doma . Expert de la protection des grues à cou noir

    "La raison pour laquelle les grues à cou noir construisent leurs nids au centre du lac est qu'elles veulent éviter les prédateurs naturels et les autres menaces."

    Nuga, un employé expérimenté de la réserve de Selingcuo connaît très bien le comportement des grues. Ce couple de grues a construit son nid au centre du lac. Nuga leur rend visite tous les jours. Il est heureux de voir que le couple vit là-bas de manière paisible.

    A l'instar d'autres espèces, les grues sont réputées pour former des liens de longue durée et pour leurs démonstrations de danse durant la saison des amours.

    Nuga :"Ma tâche est de contrôler leur alimentation et de voir comment elles se comportent avec les autres... La protection fonctionne bien, c'est vrai, je ne dis pas cela pour mettre ma ville natale en valeur mais c'est un fait."

    Selon les statistiques publiées par la Fondation Internationale des Grues et l'Institut de Recherche Biologique du Plateau du Tibet, le nombre de grues à cou noir a augmenté de manière significative sur la dernière décennie. La population estimée serait comprise entre 8 800 et 11 000 individus. Cependant, les modifications de l'habitat, l'assèchement des lacs et les activités agricoles constituent des menaces pour la population d'oiseaux.

    image

  • SAUVETAGE DES OISEAUX MIGRATEURS AU LAC DONGTING

     YUEYANG, Hunan, 20 novembre 00080287d09708b4d0b213[1]
    -- Les près de 100 000  oiseaux migrateurs qui passent l'hiver sur le lac Dongting, le  deuxième plus grand lac d'eau douce de Chine, sont menacés de  famine à cause de la hausse du niveau du lac.  

         Celui-ci voisinait 28 m jeudi, en hausse de 6 m par rapport au début du mois. Il inonde ainsi des zones humides où les oiseaux se nourrissent, indique Gao Dali, un responsable de l'Administration  de la réserve naturelle de l'est du lac Dongting.  

         Les oiseaux peuvent vivre facilement autour du lac si son  niveau reste entre 24 et 25 m, mais il a atteint 28 m actuellement à cause de fortes et inhabituelles précipitations, explique ce  responsable.  

         Plus de 50 000 oies, plus de 30 000 canards et environ 10 000  cygnes et grues, sont présents actuellement sur le lac, et  certains tentent maintenant de trouver de la nourriture dans les  fermes voisines.  

         Depuis début novembre, l'administration a disposé 100 tonnes  de céréales dans la nature à destination des oiseaux, mais les  experts soulignent que plusieurs des espèces présentes n'en  mangent pas et se nourrissent habituellement d'herbes sauvages, de poissons et d'insectes.