groupe tiens

  • Un groupe chinois de Tianjin invite 6400 de ses salariés pour 4 jours en France

    Avec le développement du tourisme en Chine, on a pris l'habitude de voir des cars entiers de Chinois débarquer en France, en Belgique et un peu partout en Europe.

     
     

    Mais là, ce n'est plus l'équivalent d'un bus qui a fait le déplacement. Mercredi, ce sont ainsi 6400 Chinois qui ont débarqué tout d'un coup sur le sol parisien, Un voyage peu ordinaire soutenu par une logistique non moins exceptionnelle. Plus de vingt avions supplémentaires.

    4753493_capture-1_545x460_autocrop.jpg


    Cette délégation de touristes hors norme  passe deux jours à Paris, puis deux autres sur la Côte-d'Azur. Cela représente 30000 nuitées et 140 hôtels mobilisés. La délégation chinoise a réservé un vaste restaurant entre l'opéra Garnier et la place Vendôme à Paris, privatisé le Louvre, pour quelques heures (mais, là, il a fallu faire, quand même, 2 groupes). 7 600 billets de TGV ont été achetés pour rallier Nice( ici aussi 2 trains supplémentaires) où un grand spectacle est prévu à l'arrivée avant une photo sur la Promenade des Anglais.
     Il s'agit de salariés d'un conglomérat chinois, le groupe Tiens. Son patron, 24ème fortune du pays, multiplie les activités de son groupe qui opère tant dans les biotechnologies et la santé que la formation ou l'hôtellerie. Fondé en 1995 à Tianjin, à 100 km.au sud de Pékin, son groupe pèse 5 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Et ce patron pas comme les autres nommé, Li Jinyuan, a décidé de récompenser ses meilleurs salariés. D'où ce «petit» voyage en France : deux jours à Paris, et deux jours à Nice où ses 6400 salariés participeront à un séminaire de travail.

     



    Le quai d'Orsay n'a pas voulu que cette visite passe sous silence. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, a d'ailleurs tenu a recevoir le patron chinois pour le remercier d'avoir choisi la France. Car sa petite virée a des retombées directes pour la France : au minimum, 13 millions d'euros !

                                         Nouvelles en Bref

     

    Le groupe nucléaire chinois public China National Nuclear Corp (CNNC) a déclaré mercredi qu'il était ouvert à toute forme d'alliance avec le groupe nucléaire français en restructuration Areva. CNNC, qui collabore avec Areva dans le cadre du réacteur Hinkley Point C au Royaume-Uni, a indiqué qu'il n'y avait eu pour l'instant qu'un premier contact avec le groupe français, mais que leur coopération devrait progresser.

    Jing Chunhua, ancien haut responsable du Parti communiste chinois (PCC) dans la province du Hebei (nord), a été exclu du Parti et démis de ses responsabilités publiques à la suite d'une enquête pour corruption.