grottes de mogao

  • Grotte des mille Bouddhas:une peinture murale montre un moine semblant imiter la pose de Marilyn Monroe dans « Sept ans de réflexion »

    F201204190805457362301175.jpg

    Une peinture murale des grottes de Mogao à Dunhuang, qui montre un moine apparemment en train d’imiter la célébrissime pose de Marilyn Monroe dans « Sept ans de réflexion ».

    Une peinture murale montrant un moine semblant imiter la célébrissime pose de Marilyn Monroe dans le film « Sept ans de réflexion » a certes amusé les internautes chinois et même suscité un nouvel appétit pour la parodie des peintures anciennes des grottes de Mogao à Dunhuang. Mais ces développements ont en revanche mis les chercheurs en colère, mécontents de cette approche superficielle de l'art bouddhique par le public.

    Conservée dans la caverne 468 des plus grandes grottes bouddhistes du monde, situées dans la Province du Gansu, la peinture murale en question n'avait guère attiré l'attention jusqu'à ce que Chen Shiyu, un éditeur de magazine culturel, l’ait photographiée et mis l'image en ligne sur douban.com. La légende disait : « De peur d'être réprimandé par son maître, le moine devient aussi timide que Marilyn Monroe ».

    Des milliers d'internautes ont fait circuler la photo depuis que M. Chen l’a diffusée, ajoutant un titre d'album, « Inexplicable Dunhuang », avec une photo de la célèbre pose de Marilyn Monroe, afin de mettre en évidence les similitudes.



    « Les gens pensaient que Dunhuang n’était que statues de Bouddha séduisantes et fresques délicates, mais si vous regardez d'autres parties de Dunhuang, il y a beaucoup de choses amusantes », a dit M. Chen.

    Le 31 mars, un autre message, avec des peintures murales de Dunhuang, a été mis en ligne sur tianya.com, un forum en ligne, et il a encore une fois été largement diffusé. La fresque, montrant un homme allant aux toilettes, révèle ce que les internautes appellent « le côté vulgaire » de Dunhuang.

    Vulgaire ou divine?

    L'art des grottes de Dunhuang est un sujet devenu très à la mode sur Internet en Chine, mais les chercheurs et les bouddhistes ont des sentiments mitigés. Bien que Dunhuang, un site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, soit une des destinations touristiques les plus populaires de Chine, peu de Chinois connaissent bien la signification archéologique et artistique de ces peintures anciennes, disent-ils. En fait, les grottes de Mogao n'ont jamais fait l’objet de larges discutions sur Internet avant que cette fameuse « parodie Monroe » ait été découverte.

    Pour Zhao Shengliang, chercheur émérite à l'Académie de Dunhuang, cependant, la « parodie Monroe » est complètement à côté de la plaque.

    Au premier abord, on peut voir à la fois le moine et Marilyn Monroe se pencher en avant avec les mains sur les genoux. Mais le contexte et l'expression faciale font la différence, a-t-il précisé.

    Pendant le tournage de « Sept ans de réflexion », Marilyn Monroe a été filmée riant tandis que sa jupe était soulevée par un courant d’air provenant d'une bouche de métro. Dans la grotte de Dunhuang, la peinture murale en question a été créée par un peintre de la Dynastie Tang (618-907) dans le cadre d'une fresque destinée à illustrer l'un des 12 vœux faite par Bhaisajyaguru, le Bouddha de la Médecine, selon M. Zhao.

    Pour illustrer l’importance de l'observation des préceptes, le peintre a dépeint une scène où le maître s’apprête à châtier physiquement un élève qui s'est mal conduit. Cet étudiant est sur le point de recevoir des coups de canne et se penche en avant, mais il a également l’air bouleversé et effrayé, a expliqué M. Zhao.

    « Il s'agit en fait de la plus ancienne, et peut-être de la seule, peinture murale qui montre une scène des écoles de temple anciennes, elle est donc très précieuse », a-t-il dit. « Pendant la Dynastie des Tang, l'ensemble du pays croyait dans le bouddhisme. Les écoles de temple ont joué un grand rôle dans le système éducatif à ce moment-là ».

    Conscient de la perplexité de certaines personnes face à la représentation d’un homme en train d'uriner sur une peinture murale sacrée, M. Zhao a déclaré que dans l'art bouddhique, chaque mot ou chaque signe a une signification profonde et ne doit pas être jugé sur sa seule apparence.

    Cette peinture apparemment vulgaire fait partie de la fresque datant de la Dynastie des Zhou du Nord (557-581) dans la caverne 290 des grottes de Mogao. C’est une illustration des signes auspicieux qui sont apparus lors de la naissance de Gautama Siddartha, qui devint Bouddha Sakyamuni, a-t-il dit.

    « Lorsque Gautama Siddartha est né, les bœufs et les moutons se sont multipliés, les fleurs se sont épanouies, et toutes les mauvaises odeurs sont devenues agréables », a expliqué M. Zhao.
    « Comment décrire les mauvaises odeurs, alors ? Le peintre a eu l'idée de montrer un homme en train d'uriner. C'est la manière dont l'artiste a utilisé une image pour illustrer l'odeur. Et c'est peut-être la première image des toilettes chinoises anciennes ».

    Les grottes de Mogao , ouvertes au public depuis 1980, forment un système de 492 temples bouddhistes près de Dunhuang, dans la province de Gansu , en marge du désert de Gobi. Ces temples  se dressent dans 492 grottes, creusées dans la paroi rocheuse.

    Ces grottes sont aussi appelées "Grottes des mille Bouddhas"