gouvernement chinois

  • Le gouvernement Chinois recommande aux banques du pays de se séparer de leur matériel IBM

    Entre les USA et la Chine, l’escalade continue. Dernier acte en date, selon Bloomberg, le gouvernement chinois aurait demandé aux banques du pays de se séparer des serveurs IBM pour des raisons de sécurité nationale.images.jpgEntre les USA et la Chine, l’escalade continue. Dernier acte en date, selon Bloomberg, le gouvernement chinois aurait demandé aux banques du pays de se séparer des serveurs IBM pour des raisons de sécurité nationale.

    Selon un site d'IBM, les tensions entre la Chine et les États Unis ne semblent pas vraiment prendre le chemin de l’apaisement : après les accusations du gouvernement américain concernant les présumés hackers chinois, voilà que le gouvernement Chinois recommande aux banques du pays de se séparer des serveurs IBM, très présents dans les SI des acteurs de la finance.

    Selon Bloomberg, qui cite des sources anonymes proches du dossier, le gouvernement mais aussi le ministère des finances chinois et la Banque Populaire de Chine réfléchissent actuellement à une alternative aux produits IBM, privilégiant les marques locales pour leur équipement informatique.

    icbc_20_01.jpg

    Cette perspective intervient dans un contexte de tensions grandissantes entre les États Unis et la Chine. Plus tôt dans le mois, les États Unis avaient ainsi accusés cinq personnes de nationalité chinoise d’être des hackers à la solde de l’armée populaire de Libération.

    La Chine a démenti et entreprend maintenant de faire pression sur les entreprises US. Les autorités chinoises ont ainsi annoncé la semaine dernière qu’elles valideraient dorénavant les technologies étrangères utilisées dans des secteurs sensibles. Selon le Financial Times, le gouvernement aurait également demandé aux entreprises détenues par l’état Chinois de cesser toute relation avec les entreprises de conseil américaines.

    Les révélations d’Edward Snowden sont une aubaine pour le marché intérieur chinois et le gouvernement ne se prive pas pour mettre en avant ses acteurs nationaux.

    IBM a ainsi vu ses ventes chuter de 20% dans cette région au premier trimestre, et l’interdiction de Windows 8 par le gouvernement chinois a ouvert la voie aux OS locaux, aux dépens de Microsoft.

     

  • Le gouvernement chinois réduit les budgets pour les voyages, véhicules et réceptions

    images.jpg




    Lire la suite

  • Le gouvernement chinois prévoit d' autoriser un second enfant et d'assouplir la politique de l'enfant unique

    one-child-policy-poster-600x450.jpg

    Pour le moment restreints à un seul enfant sous la politique de l'enfant unique, les couples chinois pourraient se voir autoriser un second enfant, et cela avant même le remaniement de la politique prévu pour 2015.

    Ce nouveau droit devrait être accordé aux couples dans lesquels un seul des conjoints est un enfant unique.

    Le gouvernement délibère actuellement pour décider s'il assouplira davantage la politique de l'enfant unique, a confirmé hier un porte-parole.

    Mao Quan'an, porte-parole de la Commission chinoise de la santé et du planning familial, s'est ainsi exprimé en réponse à l'attention accrue des médias sur la politique démographique du pays.

    Mao a rappelé que la Chine devait appliquer sur une longue période la politique de planning familial mise en place par l'Etat. En effet, a-t-il expliqué, le pays étant toujours extrêmement peuplé, et doté de fondements économiques fragiles, de ressources par habitants peu élevées et de capacités environnementales insuffisantes, la population continuera à faire peser un poids important sur l'économie, la société, les ressources et l'environnement.

    Cependant, il a ajouté que l'amélioration de la politique de l'enfant unique était l'un des objectifs principaux de la commission.

    Celle-ci mène actuellement des enquêtes et des études afin d'analyser les corrélations entre la taille, la qualité, la structure et la distribution de la population chinoise, d'après Xinhua, l'agence d'information officielle du gouvernement chinois.

     

    chine-enfant-unique-lane-oatey.jpg

    Afin d'améliorer sa politique démographique, Mao estime que la Chine doit maintenir son taux de natalité à son niveau actuel et prendre en considération les besoins de la population, le développement social et économique, ainsi que la structure démographique de la Chine.

    Le pays avait adopté la politique de planification des naissances à la fin des années 70 pour faire face au baby-boom, limitant la plupart des couples à un enfant en ville, et à deux enfants à la campagne, si le premier était une fille.

    En raison de ces mesures, la majorité des Chinois qui se marient aujourd'hui en zone urbaine sont des enfants uniques.

    En 2007, la politique a été assouplie, pour permettre aux couples dont les deux parents sont enfants uniques de donner naissance à deux enfants.

    Une révision de la politique, qui autorisera tous les couples à avoir deux enfants, devrait être appliquée en 2015, selon un article paru hier dans le Century Business Herald.

    La politique de l'enfant unique a joué un rôle majeur pour réfréner une croissance démographique fulgurante, mais des problèmes sont aussi apparus. L'un des plus préoccupants est celui du vieillissement rapide de la population chinoise, en parallèle avec des taux de natalité toujours bas.

     

    chineunique.jpg

    Les démographes pensent également qu'un assouplissement de la politique de l'enfant unique rétablirait l'équilibre démographique hommes/femmes. En 2012 en effet, parmi les 16,35 millions de naissances, le ratio à la naissance était de 117,7 garçons pour 100 filles, alors qu'un ratio normal serait de 103 à 107 garçons pour 100 filles.

    En outre, la population en âge de travailler en Chine, qui comprend les individus âgés de 15 à 59 ans, a diminué de 3,45 millions pour tomber à 937,27 millions en 2012.

    A titre de comparaison, 194 millions de Chinois avaient 60 ans ou plus l'année dernière, ce qui représente 14,3 % de la population.

  • Les voitures particulières exemptées de péage pendant les vacances en Chine

    sans-titre.png

    Le gouvernement chinois a approuvé un plan visant à exempter de péage les voitures particulières empruntant les autoroutes durant les vacances chinoises importantes, a-t-on appris d'une annonce publiée jeudi sur le site Internet officiel du gouvernement chinois.

    Cette décision très attendue intervient alors que les péages alimentent les plaintes du public, car ils sont généralement une cause principale d'embouteillages sur les autoroutes durant les grandes périodes de voyages à l'occasion des vacances.

    Les véhicules pour passagers ayant sept places ou moins seront exemptés du paiement des péages pendant la fête du Printemps (nouvel an chinois), la fête de Qingming (fête des Morts), la Fête du travail ,le 1er mai et la Fête nationale, le 1er octobre, a annoncé mardi le journal Nouvelles du territoire et des ressources de Chine, publié sous les auspices du ministère du Territoire et des Ressources.

     




    Cette année, les autorités de huit provinces ont supprimé les péages sur les autoroutes pendant la fête du Printemps, de façon à accélérer la circulation des millions de voyageurs se rendant dans leur famille pour y célébrer la fête.

    La récente décision, qui étend les exemptions de péages à l'ensemble du pays, devrait permettre à davantage de voyageurs d'économiser du temps et de l'argent lors de leurs déplacements.

    Teng Xuebei, une automobiliste de Beijing qui se rend généralement dans sa ville natale de Heze, province du Shandong, pour les fêtes, s'est déclarée ravie de cette décision.

    Le trajet de Beijing à sa ville natale, a expliqué Mme Teng, prend environ six heures. « Mais les jours fériés, il faut trois ou quatre heures de plus du fait de la congestion causée par les files d'attente aux péages entre les provinces.




     

  • Chine : la mort de Ben Laden est une étape importante dans la lutte antiterroriste internationale

    La Chine a déclaré lundi soir que la mort d'Oussama Ben Laden constituait une étape importante et un développement positif dans la lutte internationale contre le terrorisme.

    La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Jiang Yu, s'est ainsi exprimé, commentant la mort du leader du mouvement terroriste Al-Qaïda.

    Le président américain, Barack Obama, a annoncé dimanche soir que Ben Laden avait été tué lors d'une opération américaine au Pakistan.

    "La Chine a pris note de cet annonce", a affirmé Mme Jiang.

    "Le terrorisme est l'ennemi commun de la communauté internationale. La Chine est également une victime du terrorisme", a-t-elle indiqué.

    Elle a souligné que la Chine s'était toujours opposée à toutes les formes de terrorisme et participait activement aux efforts anti-terroristes internationaux.

    "La Chine soutient que la communauté internationale devra établir une coopération afin de lutter ensemble contre le terrorisme", a réitéré Mme Jiang. "La Chine considère qu'il est nécessaire de trouver une solution temporaire et un règlement permanent dans la lutte contre le terrorisme et de faire de grands efforts pour éliminer le sol sur lequel repose le terrorisme pour se développer," a ajouté la porte-parole chinoise.

  • La Chine sollicite l'opinion publique sur le projet de réglementation des expropriations immobilières

     Après près d'une année de discussions et de révisions, le Conseil des Affaires d'Etat (le gouvernement chinois) a commencé mercredi à solliciter l'opinion publique sur la deuxième version du projet de la réglementation des expropriations immobilières et de leur compensation, qui fait l'objet d'un vif débat en Chine.

    Le projet de réglementation a été déposé sur le site Internet du Bureau des Affaires législatives du Conseil des Affaires d'Etat. La collecte d'avis durera jusqu'au 30 décembre.

    Selon le projet de réglementation modifié, les gouvernements territoriaux ne doivent pas forcer les résidents à déménager.

    La démolition forcée de maisons, souvent à l'origine d'affrontements violents, est un sujet brûlant dans le pays, avec l'extension de l'urbanisation qui a banalisé les relogements.

    Le 10 septembre 2010, trois Chinois se sont immolés dans la province du Jiangxi (est), pour protester contre les pressions du gouvernement local. Celui-ci leur avaient demandé de vendre leur maison afin de construire un arrêt de bus.

    L'un des trois est mort, deux autres ont été grièvement brûlés. Suite à cette tragédie, huit fonctionnaires responsables ont été licenciés ou entendus par la police.

    Des experts considèrent que limiter le pouvoir administratif des gouvernements locaux permettra de réduire les violences de ce genre lors des démolitions.

    Le projet de réglementation devrait remplacer la réglementation controversée sur l'administration de la démolition des logements dans les zones urbaines, entrée en vigueur en 2001. La réglementation actuelle permet aux gouvernements locaux de démolir les logements des résidents, quand ceux-ci refusent de quitter leurs résidences avant un certain délais.

    Le projet stipule que des compensations devront être offertes aux propriétaires avant l'expropriation des logements construits sur les terrains de l'Etat, et que ces compensations ne doivent pas être inférieures aux prix de logements similaires sur le marché immobilier.

    Selon le projet, les gouvernements locaux doivent s'assurer que l'opinion publique est bien entendue par la création d'auditions ou d'autres moyens de collecte des opinions.

    Le public est invité à soumettre son avis sur la deuxième révision du projet par email (fwzs@chinalaw.gov.cn) ou sur le site www.chinalaw.gov.cn.

  • WEN JIABAO PREMIER MINISTRE CHINOIS EN VISITE EN EUROPE

    La tournée en Europe de Wen Jiabao est "un voyage de confiance"
     

     

     

     

     

         BEIJING, 22 janvier -- La prochaine tournée en Europe du Premier ministre chinois Wen Jiabao a montré que la Chine était confiante de pouvoir travailler avec l'Europe et faire avancer le  partenariat stratégique global Chine-Union européenne (UE), tout  en approfondissant la coopération bilatérale, a déclaré jeudi le  ministère chinois des Affaires étrangères. 

         La Chine a annoncé mardi que le Premier ministre Wen allait se  rendre en visites officielles en Suisse, en Allemagne, au siège de l'UE, en Espagne et en Grande Bretagne du 27 janvier au 2 février. Il assistera également à la réunion annuelle du Forum économique  mondial (WEF) à Davos en Suisse. 

         Qualifiant de "voyage de confiance" la tournée en Europe de M.  Wen, Wu Hongbo, ministre adjoint chinois des Affaires étrangères a indiqué que ce déplacement manifestait la détermination de la  Chine à promouvoir le développement économique, à approfondir la  coopération Chine-UE et à oeuvrer avec la communauté  internationale pour survivre à la crise financière. 

         Il a également mis l'accent sur trois objectifs de la visite de M. Wen, qui sont d'inciter la communauté internationale à avoir  davantage confiance et à s'unir face à la crise financière. Il  s'agit aussi d'élargir le consensus stratégique et d'approfondir  la coopération mutuelle avec ces pays européens et de faire  avancer les relations Chine-UE. 

     

    F200809241714371012140142[1]

         Durant sa visite, Wen Jiabao rencontrera et s'entretiendra avec les dirigeants et officiels de ces pays, a indiqué M. Wu, citant  les entretiens prévus de M. Wen avec le président de la  Confédération suisse Hans-Rudolf Merz, la chancelière allemande  Angela Merkel, le Premier ministre espagnol Jose Luis Rodriguez  Zapatero, le Premier ministre britannique Gordon Brown, le  président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso et le  président du Forum de Davos Klaus Schwab.  

         Il s'agit de la première visite en Suisse de M. Wen depuis  qu'il assume le poste de Premier ministre chinois. Au cours de  celle-ci, il doit prononcer un discours à la réunion annuelle du  Forum économique mondial de Davos. Il y présentera les mesures  prises par la Chine pour faire face à la crise financière.  

         En Allemagne, M. Wen rencontrera le président allemand Horst  Koehler et le vice-chancelier Frank-Walter Steinmeier. Il doit  également prendre part à un forum sur la coopération économique et technique entre les deux pays et y prononcer un discours. La  coopération économique bilatérale constituera une priorité de  cette visite, a précisé M. Wu.