gmail

  • Les accusations infondées de Google mettent à mal la confiance mutuelle dans le domaine d'Internet

    Google accuse à nouveau la Chine de porter atteinte à son cyberespace. A l'image des dernières accusations, le plus grand moteur de recherche du monde ne possède toujours pas de solides preuves pour étayer ses arguments.

    Sur un blog mis à jour mercredi, Google a déclaré qu'une opération clandestine venant de Chine a pris pour cible certains utilisateurs de Gmail, son service de messagerie, dont le but est de voler les mots de passe et de surveiller les comptes de messagerie.

    C'est la deuxième fois que Google accuse arbitrairement la Chine. L'année dernière Google a, de façon infondée, accusé le gouvernement chinois d'encourager les attaques de pirates informatiques envers la compagnie et poussé la Chine à abandonner les dispositions légales sur Internet en menaçant de se retirer du marché chinois.

    Les plaintes chimériques de Google sont devenues des obstacles au développement de la confiance mutuelle dans le cyberespace.

    Personne ne remet en cause la position dominante de Google sur Internet. Fondé en 1998, Google gère plus d'un million de serveurs web dans des centres de données à travers le monde et traite plus d'un milliard de demandes de recherche en ligne.

    Cependant, l'entreprise ne devrait pas venir se plaindre aux autres Etats avec des mots vides de sens et des rêveries mais plutôt en possession de faits avérés.



    L'année dernière, Google a invité l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA), une agence espion, à l'aider à enquêter sur des cyber-attaques, une coopération qui a été considérée comme une sérieuse menace à la neutralité d'Internet.

    Google n'a pas toujours respecté une éthique dans ses affaires comme il le prétend. Un média américain a rapporté mi-mai que Google n'a pas été assez vigilant dans la surveillance de publicités pharmaceutiques en ligne car celles-ci sont très lucratives. Il en découle que Google a mis en ligne des publicités de pharmacies illicites.

    En fait, les criminels individuels, à l'inverse des Etats, représentent une menace plus importante à la sécurité d'Internet, comme l'ont signalée certains experts américains. La Chine, les Etats-Unis et d'autres pays sont tous victimes de pirates informatiques.

    En Chine par exemple, environs 60% des internautes ont déjà été piratés pendant le premier semestre 2010. Plus de 30% des internautes chinois se sont déjà fait pirater ou voler leurs mots de passe.

    Il est urgent qu'une coopération internationale se mette en place pour permettre la sécurité sur Internet. Néanmoins, les attaques infondées de Google ont mis à mal la confiance mutuelle et les efforts pour établir une nouvelle gouvernance globale dans le cyberespace, laissant les vrais pirates informatiques obtenir des gains illégaux sans être inquiétés de représailles. Et cela est bien dommage.