geely

  • Des batteries, invention du groupe Swatch Group, vont bientôt équiper les voitures électriques et les motos du constructeur chinois Geely

    image-20160605phf9041.jpg

    Les batteries de Belenos Clean Power (Swatch Group) pourraient bientôt équiper les voitures électriques et les motos du constructeur chinois Geely qui est aussi propriétaire de Volvo. Les deux entreprises ont signé un protocole d'accord.

    Le protocole a été signé à la mi-mai, a déclaré dimanche un porte-parole de Swatch Group, en confirmant une information révélée par la NZZ am Sonntag.

    Pour le directeur général de Swatch Group, Nick Hayek, c'est "un pas important en avant pour notre invention". La batterie a en partie été développée en collaboration avec l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Ses caractéristiques sont "nettement supérieures aux batteries traditionnelles", assure le groupe. La coopération doit permettre de faire correspondre de manière optimale l'architecture de la batterie à l'utilisation prévue.

    Une production conjointe des batteries pourrait aussi débuter l'année prochaine en Chine. La poudre et la technologie seront fournies par Belenos (basée à Marin, NE) et Renata (basée à Itingen, BL), une autre filiale de Swatch Group.

    Belenos a été fondée en 2008 par Nicolas G.Hayek pour "accélérer la révolution de l'énergie propre".

    Ces batteries ont une capacité en stockage d’énergie électrique de 50 à 100% plus élevée que celles existant aujourd’hui sur le marché mondial. Comme cette capacité est directement liée à l’autonomie, cela signifie qu’un véhicule électrique jusqu’ici autonome sur 250 kilomètres le sera bientôt sur 500. Ce n’est qu’un exemple, car le stockage de l’énergie électrique ne concerne pas seulement le secteur automobile. De l’horlogerie à la santé en passant par la téléphonie et de nombreuses activités domestiques, il reste l’un des problèmes majeurs à résoudre dans ce XXIe siècle. Augmenter la capacité de stockage de l’électricité, c’est la priorité de tous les acteurs actifs dans les énergies renouvelables.

  • Bonne nouvelle pour la Belgique,Volvo produira sa nouvelle petite voiture en Belgique

    Volvo Cars, le constructeur suédois contrôlé par le chinois Zhejiang Geely, va produire dans son usine belge un petit modèle utilisant une plate-forme et un moteur développés en commun avec sa maison mère chinoise, a déclaré son PDG à Reuters chine.

    Hakan Samuelsson, présent au Salon automobile de Shanghaï cette semaine, a précisé que ce futur nouveau modèle, sans doute appelé à remplacer le V40, serait également produit en Chine, sur un site qui reste à déterminer.

    Il a expliqué que les ventes de petits modèles de Volvo avaient toujours été trop faibles pour être rentables et que la marque avait donc besoin d'un partenaire pour partager les coûts de développement et de fabrication, en l'occurrence Zhejiang Geely, qui a repris Volvo à l'américain Ford en 2010.

     

    5mvolvo.jpg

    "Nous avons décidé que nous utiliserions Gand pour l'Europe", a dit Hakan Samuelsson en référence à l'usine belge de Volvo. "En Chine, nous allons regarder, nous n'avons pas encore décidé."

    Le groupe dispose de trois possibilités en Chine: les deux usines existantes à Chengdu, dans le sud, et à Daqing, dans le nord-est, et le futur site d'assemblage de Luqiao, près de la ville de Taizhou, dans l'est.

     

    Deux sources proches de Geely ont déclaré que Volvo et sa maison mère chinoise pourraient produire des voitures à partir de la plate-forme CMA (Compact Modular Architecture) sur le site de Taizhou.

     

                                               Nouvelles en Bref

     

    La Chine va livrer 100 chasseurs Xiaolong au Pakistan. 50 appareils ont déjà été livrés  et la Chine en livrera 50 autres dans les trois ans à venir.

    En Chine, plus de 80% des acheteurs continuent de payer comptant quand ils achètent une voiture, mais le crédit automobile progresse à grand pas sous l’aiguillon des constructeurs étrangers, soucieux d’enrayer le tassement de leurs ventes et de rajeunir leur clientèle.u salon de Shanghai cette semaine, des industriels évoquaient en souriant l’époque pas si lointaine, il y une douzaine d’années, où les acheteurs chinois apportaient aux concessionnaires des brassées de billets de banque en liasses serrées.

     

     

  • La première usine de Volvo en Chine est opérationnelle

    volvo chine.jpg

    La première usine de Volvo en Chine est entrée en opération mercredi dans la ville de Chengdu située dans le sud-ouest du pays après le rachat du constructeur automobile suédois par l'entreprise chinoise Geely Motor.

    Située dans la zone de développement économique et technologique de Chengdu, capitale de la province du Sichuan, l'usine est dotée d'une chaîne d'assemblage complète pour la carrosserie, le soudage, la peinture et l'assemblage final dont la capacité annuelle devrait atteindre 100.000 unités au cours de la première phase.

     

    L'usine comporte également des services affiliés, tels qu'un centre de contrôle de la qualité, un centre de logistique et une piste d'essai.

     

    volvo-hopes-to-grow-under-geely-ownership-18807_1.jpg

     

    Une version plus longue du véhicule Volvo S60L, spécialement modifié pour le marché chinois, sera assemblée dans l'usine. Le nouveau modèle sera fabriqué en série à partir de la fin de l'année, selon un plan stratégique publié plus tôt par Geely.

     

    Un autre véhicule utilitaire sport, le modèle Volvo XC60, sera également assemblé dans l'usine par la suite.

     

    Volvo-en-Chine.jpg

     

    Geely a racheté en août 2010 Volvo Cars Corp. au constructeur automobile américain Ford Motor pour 1,5 milliard de dollars.

     

    L'entreprise a vendu un total de 263.500 véhicules au premier semestre de cette année, en hausse de 19% en glissement annuel.

    geely-1340300-jpg_1220841.jpg

     

     

  • Volvo va produire des automobiles en Chine

    aef76fea-7fd3-11e1-80f1-2fdde9220501-493x328.jpg

    Volvo Cars, le constructeur automobile suédois qui est la propriété du Zhejiang Geely Holding Group, a obtenu l'approbation du planificateur principal de l'industrie de la Chine de commencer à fabriquer des véhicules au pays, ont déclaré trois personnes bien informées de la question.

     

    La Commission nationale pour le développement et la réforme a récemment autorisé le plan de production de Volvo, ont déclaré ces personnes qui ont demandé à ne pas être identifiées parce que le processus est confidentiel. Le Conseil des affaires d'État, le cabinet de la Chine, doit donner l'approbation finale, bien que les possibilités de rejet soient minces, selon l'une des personnes.

     

    Volvo-and-Geely 16.jpg

     

    L'approbation est une étape qui était attendue depuis longtemps par le président de Geely, Li Shufu, qui avait parié qu'il aurait un avantage dans son pays d'origine au moment où il a acheté Volvo en 2010; cependant, il a constaté que le gouvernement chinois soumettait la marque suédoise aux mêmes procédures réglementaires que tous les constructeurs automobiles étrangers. Même Jaguar Land Rover de Tata Motors Ltd, qui a établi une entreprise chinoise avec Chery Automobile Co, l'année dernière, a attendu moins longtemps pour obtenir la permission de fabriquer des voitures au pays.

     

    En fait, l'autorisation permet à Geely d'offrir des voitures Volvo à meilleur marché parce que les véhicules fabriqués en Chine ne font pas l'objet des droits d'importation de 25 % imposés par le pays. Le gouvernement exige des constructeurs automobiles étrangers de travailler avec des sociétés chinoises pour fabriquer des voitures.

    volvo-hopes-to-grow-under-geely-ownership-18807_1.jpg

     

    Les ventes de Volvo en Chine ont augmenté de 31 %, pour se situer à 8 719 unités au cours des deux premiers mois de l'année, dépassant la Suède et devenant ainsi le deuxième plus gros marché du constructeur automobile, derrière les États-Unis. Plus tôt ce mois-ci. M. Li a déclaré qu'il était persuadé que la croissance des ventes de Geely dépasserait celle de l'industrie automobile chinoise; celle-ci pourrait augmenter de 10 % cette année.

     

    Volvo vend sept modèles en Chine, allant de 249 900 yuans (40 200 $) pour la C30 jusqu'à 661 000 yuans pour la berline C70, selon son site Web.

    volvo-china-geely-plants.jpg

     

    Volvo a indiqué qu'il vise à ouvrir sa première usine chinoise à Chengdu, capitale de la province du Sichuan.

     

    Le mois dernier, Volvo a nommé Lars Danielson comme vice-président principal aux opérations en Chine.

    divers-volvo-geely-chine.jpg

  • Après Volvo, le Chinois Geely rachète les célèbres taxis londoniens

    1444805_3_151b_zhejiang-geely-holding-group-va-reprendre_69a205d4826b04e90db4b129146dfdab.jpg

    Le constructeur automobile chinois Geely a racheté le fabricant des célèbres taxis noirs londoniens, Manganese Bronze Holdings, placé sous administration judiciaire, a annoncé vendredi 1er février le groupe chinois, déjà propriétaire du suédois Volvo.

     

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6909/zh/archive/2013/02/03/apres-volvo-le-chinois-geely-rachete-les-taxis-londoniens.html

    Reading the article in English:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6909/en/archive/2013/02/03/apres-volvo-le-chinois-geely-rachete-les-taxis-londoniens.html

    Après les fameux bus à impérial qui sont devenus de fabrication chinoise les fameux taxis londoniens devenus chinois cotoieront des bus à impérial tout aussi chinois.

    Zhejiang Geely Holding Group va reprendre toutes les activités du britannique, propriétaire du constructeur The London Taxi Company, pour l'aider à se développer à l'international, a ajouté le groupe chinois. Le montant de l'opération est de 11,4 millions de livres sterling (12,7 millions d'euros). Geely possédait déjà près de 20 % de Manganese Bronze, acquis en 2006.

    volvo-hopes-to-grow-under-geely-ownership-18807_1.jpg

    "En tant qu'investisseur engagé sur le long terme, nous sommes déterminés à reconstruire l'avenir de cette marque connue et respectée mondialement", a déclaré le président de Geely, Li Shufu

    Voilà un retour de balancier un peu plus de 150 ans après les guerres de l'opium à la différence que l'action de l'ancien Empire britannique était abject et n'a jamais été condamnée à son juste prix alors que l'opération de Geely comme toutes les actions de la Chine son des opérations amicales et pacifiques.

    Frappé de plein fouet par la récession, ce fleuron des meilleures traditions d'Albion vient de se tourner vers la Chine.

     pour assurer son avenir.

    La création d'une coentreprise entre Manganese Bronze, premier constructeur de "black cabs" du royaume, et le groupe chinois Geely doit relancer la production de ces véhicules trapus aux allures de fiacres motorisés. L'usine de Shanghaï doit assembler un millier de taxis par an.

    "Londres a le meilleur système de taxi au monde. La popularité de la marque constitue un formidable atout à l'exportation", clame John Russel, directeur général de Manganese Bronze. Et de rappeler que pour qu'un taxi soit homologué, il faut que le véhicule puisse virer de 180° quasiment sur place, prévoir un emplacement spécial pour les bagages à côté du chauffeur. La hauteur "convenable" doit permettre d'y prendre place sans ôter son haut-de-forme. A l'écouter, la conduite n'admet aucun laisser-aller.

    L'antenne chinoise doit servir de tremplin pour s'attaquer à l'Asie du Sud-Est et au Proche-Orient.

     

     

     

  • LE MADE IN CHINA GAGE DE QUALITE

    Les produits chinois montent sur la chaîne des valeurs
     
     
     
     
     

    Le rythme d'industrialisation de la Chine se révèle être plus rapide que celui du Japon, et les produits chinois montent sur la chaîne des valeurs, d'après le PDG de Ernest & Young, James Turley, qui s'est exprimé lors d'un entretien par courriel avec Xinhua.

    « Quand j'étais gamin, aux Etats-Unis, 'Made in Japan', ça voulait dire des produits manufacturés bon marché, à faible valeur ajoutée. Mais à l'époque où mon fils est né, le ‘Made in Japan' c'était devenu quelques-uns des tous meilleurs produits manufacturés de haute technologie du monde. Et ça, c'est arrivé en l'espace d'une génération. Le rythme d'industrialisation de la Chine, et sa montée sur la chaîne des valeurs, est allé encore plus vite que pour le Japon », a-t-il dit.

    Le « Made in China » avance

    Pour le patron de Ernest & Young, l'une des quatre plus grosses entreprises d'audit, il faudra du temps pour que le « Made in China » passe du bas au haut de la chaîne mondiale des valeurs, mais aujourd'hui, il y a des entreprises chinoises qui peuvent rivaliser avec n'importe qui s'agissant de techniques de fabrication, et il y en a de plus en plus chaque année.

    Le PIB de la Chine a dépassé celui du Japon pour devenir la deuxième plus grande économie du monde, et on trouve le « Made in China » partout dans le monde, mais la faible valeur ajoutée des produits, le manque de marques de classe mondiale de technologie sont toujours un problème pour la Chine.

    Dans le même temps, les exportations et les investissements chinois à l'étranger rencontrent, depuis ces dernières années, barrières commerciales et protectionnisme.

    Et en dépit du rachat réussi de Volvo par Geely Auto, il y a eu un certain nombre d'échecs dans les tentatives de prise de contrôle par des géants chinois des ressources et par Huawei, leader des fournisseurs d'équipements de télécommunications en Chine, aux Etats-Unis.

    Le gouvernement chinois a récemment fait de la publicité à l'étranger pour le Made in China, sur le thème « fabriqué en Chine, fabriqué avec le monde », afin de partager sa conception du gagnant-gagnant avec les autres pays.

    D'après M. Turley, la façon dont la Chine et d'autres pays émergents et en développement sont en train de produire leurs propres entreprises de classe mondiale est l'une des grandes histoires de la décennie passée, et il devrait y en avoir de plus en plus dans les années qui viennent.

    « Geely, par exemple, a été le vainqueur de notre concours 2009 'Entrepreneur de l'année' pour la Chine, et c'est un bel exemple d'une société en train de réussir ».

    « La politique est parfois un facteur qui joue dans les acquisitions transfrontières, peu importe quelle frontière est franchie ou qui la franchit. Les entreprises chinoises acquérant davantage de sociétés à l'étranger, je suis sûr qu'elles vont devenir plus expérimentées pour gérer ce facteur. Mais je ne crois pas que ce soit devenu un risque majeur », a dit M. Turkey.

    Ernest & Young est présent en Chine, à Hong Kong, depuis près de quarante ans, et a ouvert son premier bureau sur le continent chinois il y a trente ans. Elle compte actuellement plus de 9 000 employés en Chine. Afin d'étendre ses activités en Chine, elle vient également d'ailleurs d'inaugurer ce mois-ci un nouveau bureau dans le plus haut bâtiment de Chine, le Shanghai World Financial Center.
  • VOLVO CHINOIS, BONNE OPPORTUNITE POUR VOLVO BELGIQUE

    Nouvelle propriétaire de Volvo, l'entreprise chinoise Geely ambitionne de restaurer la grandeur de la marque
     
     

    F201008030829331997316576.jpg

     
    La cérémonie de transfert entre Volvo et Geely

    Le constructeur automobile chinois Geely Holdings Group Co. Ltd. a annoncé lundi la fin du processus d'acquisition pour 1,8 milliard de dollars de l'unité Volvo de Ford Motor Co.

    Lors d'une cérémonie de transfert à Londres, Ford a livré tous ses actifs de Volvo à Geely Holdings Group, après l'approbation de l'achat par les régulateurs chinois, les Etats-Unis et l'Union européenne.

    Dans un entretien par téléphone avec l'Agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle), Li Shufu, le président de Geely Group et de Volvo Car Corporation, a annoncé vouloir replacer Volvo en tête du marché de l'automobile haut de gamme.

    "Après l'acquisition, Geely reste Geely, et Volvo demeure Volvo. La relation entre les deux compagnies est fraternelle et non pas filiale", a indiqué Li Shufu.

    "Volvo devrait profiter d'une bien meilleure position sur le marché mondial de par sa qualité, son niveau technologique et ses capacité d'innovation, le prestige de sa marque", a-t-il ajouté.

    Le siège de Volvo restera à Gothenburg en Suède, et les dirigeants seront autonomes dans la conduite de leur stratégie commerciale.

    Selon celle-ci, Volvo renforcera sa présence en Europe et en Amérique du Nord, tout en profitant des opportunités de la croissance en Chine, a expliqué Li Shufu.

    Geely a aussi annoncé la nomination de six membres au conseil d'administration de Volvo, dont Stefan Jacoby, PDG et directeur exécutif de la nouvelle Volvo Car Corporation.

    Li Shufu a été nommé président du nouveau conseil d'administration, tandis que Hans-Olov Olsson a été nommé vice-président.

    Les actions de Geely Automobile à Hong Kong ont progressé de 1,38% à 2,94 dollars de Hong Kong (0,38 dollar US) lundi matin.

    Dong Yang, vice-président exécutif de l'Association des constructeurs automobiles de Chine, a pronostiqué que l'acquisition avec succès de Volvo par Geely n'est que " la première étape de l'expansion de la compagnie".

    Garder l'image de marque et la qualité des voitures Volvos ne sera pas aisé, a déclaré Dong Yang. Avant d'ajouter qu'augmenter la part de marché de Volvo en Chine et adapter la marque européenne au marché chinois sera également une gageure.

    "Tout ceci dois être accompli étapes par étapes par le travail", a-t-il conclut.

    F201008030831401119017739.jpg

     

     
  • GEELY , VOLVO , 2 DESTINS.

    Parcours croisés de Geely et Volvo

    Au départ, Geely n'était qu'un fabricant de pièces détachées de réfrigérateur, avant de devenir le plus grand constructeur automobile privé chinois.

    La marque entre dans l'industrie automobile en 1997. Aujourd'hui, Geely détient 6 centrales d'assemblage de véhicules et de moteur en Chine. Sa capacité de production atteint 300 mille unités par an, et l'objectif est fixé à 400 mille pour 2010. Son volume de vente s'est élevé de 60% l'an dernier. De son côté, Volvo est une marque très renommée, riche d' une histoire de 86 ans. Depuis la cession de la branche automobile à Ford en 1999, les ventes ont fait l'objet d'une baisse progressive durant une décennie. Volvo Cars a enregistré des pertes nettes, 1,5 milliards de dollars américains en 2008, et 530 millions en 2009.

    Volvo - Geely : énorme marché promis au constructeur suédois

     

    Avec ce mariage entre Volvo et Geely, c'est l'occasion de résumer les apports positifs de cet accord historique entre une marque suédoise de luxe et un constructeur privé chinois.

    La Chine, le plus grand marché automobile au monde, sera bientôt le nouveau foyer de Volvo. Cette affaire donne non seulement à Geely 100% des actions de Volvo, elle permet aussi à la société d'acquérir les principales technologies et équipements manufacturiers, ainsi que le réseau de ventes mondial du constructeur suédois. Selon Li Shufu, le président de Geely, sa firme entend préserver les filiales actuelles de Volvo en Suède et en Belgique, tout en explorant les opportunités d'assemblage des véhicules de la marque en Chine, pour le marché local. Selon les officiels chinois, le rachat pourra aider l'industrie automobile du pays à absorber des technologie de pointe et promouvoir les marques chinoises dans le monde. Ils s'attendent aussi à ce que les automobiles et pièces détachées chinoises prennent une part de marché plus importante aux Etats-Unis, en Europe et au Japon. Pour Volvo, l'avenir paraît également très prometteur. Selon Alexander Klose, le directeur-général de Volvo Chine, l'offre de Geely est très bénéfique au constructeur suédois. Il estime que les modèles de Volvo gagneront du soutien chez les consommateurs et le gouvernement chinois, étant donné que Volvo est maintenant la seule marque automobile haut de gamme détenue par une société chinoise.