gazprom

  • Les sanctions des pays occidentaux et l'embargo russe sont de magnifiques opportunités pour la Chine

    133612917_14096194577451n.jpg

    Le groupe énergétique russe Gazprom envisage de signer un contrat avec la Chine pour lui fournir du gaz via la route de l'ouest, a déclaré mercredi le PDG du groupe Alexei Miller.

    "Gazprom prévoit de signer un contrat pour fournir à la Chine 30 milliards de m3 de gaz naturel via la route de l'ouest pendant 30 ans", a affirmé M. Miller au cours d'une entretien avec le président russe Vladimir Poutine à Moscou.

    Le projet du gazoduc sino-russe de la route de l'ouest relie les gisements de gaz en Sibérie occidentale et la partie nord- ouest de la Chine par la région d'Altai de la Russie.

    Le groupe Gazprom va signer le contrat avec le groupe pétrolier chinois China National Petroleum Corporation (CNPC) en novembre.

    M. Miller a aussi déclaré que Gazprom pourrait envisager de doubler le volume de gaz à fournir à la Chine.

    "Pendant les négociations sur les nouveaux contrats par la route de l'ouest, une possibilité de fournir 60 milliards à 100 milliards de m3 est envisagée", a déclaré M. Miller, cité par l'agence Interfax.

    D'après le patron de Gazprom, le groupe va utiliser le gazoduc existant pour mettre en oeuvre le projet de l'ouest, qui aura besoin moins d'investissements que la constrution de celui de l'est.

    En mai dernier, la Chine et la Russie ont signé un contrat sur la fourniture du gaz via la route de l'est et un mémorandum en la matière. Ce contrat de 30 ans prévoit d'acheminer 38 milliards de m3 de gaz à la Chine chaque année, à partir de 2018.

    133612917_14096194578001n.jpg

    La partie russe du gazoduc, officiellement dénommé "Power of Siberia", sera mise en place avec un investissement de 55 milliards USD. La construction du gazoduc sino-russe de la route de l'est a été lancée le 1er septembre à Iakoutsk, ville de Sibérie.

     

    Le lendemain même de l’annonce par la Russie de l’interdiction d’importer diverses denrées alimentaires des Etats-Unis, de l’Union européenne, d’Australie, du Canada et de Norvège, la Chine indiquait son intention de mettre en place une zone d’échanges commerciaux transfrontaliers pour les fruits et légumes avec la Russie. C’est ce segment de marché qui présente le plus d’intérêt pour les exportateurs chinois, car il risque de connaître une forte croissance en très peu de temps.

     

    imagesAFAVQQJD.jpg