funérailles

  • Pratiques funéraires étranges en Chine, le mariage entre morts et les stripteaseuses qui égayent les enterrements

    mariage.jpg

    En Chine, organiser des mariages entre personnes défuntes est une tradition de plus de 3.000 ans. L’objectif est de trouver un compagnon aux célibataires décédés pour qu’ils reposent en paix et qu’ils évitent de hanter les vivants.

    Le Minghun , pratique ancestrale interdite sous le régime de Mao, connaît un regain d’intérêt ces dernières années dans le nord de la Chine. A tel point qu’un important trafic de cadavres s’est développé dans l’illégalité. Certains n’hésitent plus à piller les tombes pour revendre les cadavres.

    Wu, jeune fille de 17 ans morte d’une tumeur au cerveau a été enterrée à côté d’un jeune homme de 17 ans : Liu. Les parents de Liu avaient déboursé près d’un an de salaire pour aider leur fils à briser la solitude dans l’au-delà, une somme conséquente pour cette famille de paysans .

    En Chine, une personne décédée célibataire ne peut pas trouver la paix dans l'au-delà. C'est pour cela que des familles dépensent des fortunes pour acheter un mort à leur proche décédé afin de les enterrer ensemble pour combler la solitude. Dans la tradition Chinoise, un mort qui ne repose pas en paix risque de venir hanter les vivants.

    efc.jpg

    Beaucoup moins traditionnelle mais prenant de l'extension, notamment à Taiwan, depuis les années 80

    la présence de stripteaseuses afin d'agrémenter les cérémonies funéraires.

    Des jeunes femmes chantent, exécutent des démonstrations de pole danse la plupart du temps sur des podiums mais  descendent parfois pour interagir avec les spectateurs.

    sans-titre.png

    Les strip-teaseuses sont engagées pour assurer le show afin d'attirer un maximum de foule, car selon les coutumes locales plus il y a de monde qui assiste aux funérailles et plus le défunt est honoré.

    Les autorités essayent de lutter contre ce phénomène en l'interdisant mais la loi est difficilement appliquée dans les zones rurales.

     

  • Les funérailles en mer en hausse en raison des subventions gouvernementales qui paient tout ,y compris le repas de la famille

    F201404041446441969225441.jpgAujourd'hui, plusieurs familles chinoises optent pour des funérailles de leurs proches en mer en raison notamment de la hausse des subventions gouvernementales et locales pour cette pratique.

    He Qingxun, responsable de la division de la gestion des funérailles au ministère des Affaires civiles, a déclaré mardi que de plus en plus de citadins choisissaient les sépultures en mer suite à l'initiative des gouvernements locaux.

    «De nombreuses zones côtières et certaines villes intérieures proches de la mer ont vu une promotion de sépultures de la mer auprès du grand public», a-t-il indiqué.

    En ajoutant que dans des villes comme Beijing et Shanghai, les autorités offraient maintenant des sépultures en mer gratuites ou des subventions en espèces aux familles. Ces dernières années, l'intérêt pour ce genre de services a atteint un sommet autour de journée de la fête des morts, qui tombe cette année le 5 avril. Comme cette fête tombe un samedi, lundi 7 avril sera jour férié en Chine.

    Su Jia, un retraité d'une société de prêt à Beijing, a déclaré que le Bureau des Affaires civiles de la capitale avait permis de disperser les cendres de ses parents dans la mer de Bohai au large des côtes du nord de la Chine.

    L'homme âgé de 61 ans, a expliqué qu'en plus du transport gratuit, de la nourriture et des boissons pour la demi-journée au port de Tianjin, les organisateurs ont également fourni les fleurs et papillons.

    «Les pétales de fleurs et cette musique solennelle. C'était comme si nous pouvions étreindre nos bien-aimés qui sont dans le ciel», a-t-il confié.

    «La vie a commencé à partir de l'océan, alors ma famille pense que le retour à la mer est la meilleure façon de renouer avec la nature. Nous pensons que mes parents seront en mesure maintenant de parcourir le monde entier pour voir les membres de notre famille dans différents lieux», ajoutant que la plupart de ses proches s'étaient installés à Taiwan, en Allemagne et aux Etats-Unis.

    Beijing a commencé à promouvoir les sépultures en mer à partir de 1994. Wang Dedong, directeur du Centre des services funéraires de la capitale chinoise, a déclaré que le nombre de familles qui optaient pour ce service devrait doubler par rapport à 2013.

    «Auparavant, seuls quelques jeunes ou ceux connaissant des difficultés financières choisissaient les funérailles en mer, mais la situation est en constante évolution. Actuellement des fonctionnaires, des personnes éduquées se tournent vers cette solution», a-t-il fait remarquer.

    En précisant que cette pratique représentait environ 2% par rapport au secteur annuel des services funéraires, mais avec des perspectives d'avenir très prometteuses.

    Pour la région de Beijing,le Centre funèbre de Beijing, est considéré comme le seul fournisseur de services autorisé à effectuer un enterrement en mer, renonçant à tous les frais pour les habitants de Beijing, mais facturera 380 yuans (45€) pour les personnes sans un hukou de la capitale, ou un permis de résidence permanente.

    «Ce service n'est toutefois pas encore disponible pour les étrangers», a noté Wang Dedong.

    Le gouvernement de la ville envisage également la construction d'un navire assez grand pour transporter au moins 500 personnes et fournir plus de visites pour la dispersion des cendres à l'occasion des saisons du printemps et de l'automne, pour répondre à une demande croissante, a-t-il annoncé.

    Les funérailles en mer sont également devenues très populaires dans d'autres villes chinoises. A Shanghai, les cendres de plus de 28 000 habitants ont été dispersées en mer depuis que le gouvernement a commencé à promouvoir cette action en 1991. Selon les statistiques officielles, cette mesure a permis de sauver 8,3 hectares de terres.

    Les médias locaux ont rapporté le mois dernier que 122 familles de Harbin , province du Heilongjiang, ont opté pour cette pratique, soit cinq fois plus qu'en 2013.

    Pour Wang Guohua, directeur adjoint de la commission d'experts de l'Association chinoise de funérailles, l'enterrement en mer reste un choix écologique et économiquement viable dans les régions côtières.

    «En tant que pays le plus peuplé , il y aura de moins en moins de place pour la vie si nous continuons les pratiques traditionnelles de sépultures de la terre», a-t-il souligné.

    «les Sépultures en mer contribuent à économiser des ressources foncières considérables».

    Xiao Chenglong, directeur de la Station de Centre de surveillance de l'environnement dépendant du ministère des Affaires civiles, a déclaré que les funérailles en mer pouvaient être un choix plus respectueux de l'environnement, mais en avertissant que les fournisseurs de services doivent éviter de contaminer les industries maritimes comme la pêche et la culture des algues le long des zones côtières.