freres tsarnaev

  • Attentats de Boston :le jeune chinois qui a permis l'arrestation des terroristes témoigne

    7760730878_le-marathon-de-boston-frappe-par-deux-explosions-le-lundi-15-avril.jpg

     

    Un  entrepreneur chinois  de 26 ans est à la base de la découverte des auteurs de l’attentat du marathon de Boston et de leur arrestation .

     

    Dans une interview exclusive au Boston Globe, Danny , la victime de carjacking des frères Tsarnaev - rempli quelques-unes des dernières pièces manquantes  entre l'assassinat du MIT policier Sean Collier, juste avant 22h30 le 18 Avril et la fusillade entre les frères Tsarnaev et les forces de l’ordre , qui a pris fin juste avant 1 heures. Danny a demandé qu'il soit identifié par son surnom américain.

     

     

     

    Le jeune chinois venait de garer  sa nouvelle Mercedes le long du trottoir de l'avenue Brighton pour répondre à un texto quand une vieille berline fit une embardée derrière lui. Un homme en vêtements sombres en est sorti et s'est approché de la fenêtre de la Mercedes. Il était près de 23 heures.

    L'homme frappa à la vitre, parlant rapidement. Danny, incapable de l'entendre, ouvrit la fenêtre  et l'homme  passa un  bras à l’intérieur, ouvrit la porte, et monta en brandissant une arme de poing .

    «Ne sois pas stupide", dit-il à Danny. Il a demandé s'il avait suivi les nouvelles sur l’ attentat du  marathon de Boston de lundi. Danny avait dans sa voiture une publication montrant des photos granuleuses des suspects prises moins de six heures plus tôt.

    « Je l'ai fait », dit l'homme, qui sera plus tard identifiée comme Tamerlan Tsarnaev. "Et je viens de tuer un policier à Cambridge."

     

    Il a ordonné à Danny de tourner à droite sur Fordham Road, puis encore à droite sur l'avenue Commonwealth . C’était le début d'une odyssée douloureuse  qui commençait le jeudi soir pour se terminer le vendredi matin dans laquelle Danny sentait la possibilité de  mort se resserrer  sur lui comme un étau.

    photo_1366914198997-1-0.jpg



     

    Haut du formulaire

     

    L'histoire de cette nuit se déroule comme un film de Tarantino,  des scènes d’action  teintées d'humour noir , des dialogues absurdes de banalité : les filles, les limites de crédit pour les étudiants, les merveilles de la Mercedes-Benz ML 350 et l'iPhone 5.

     

    Danny décrit 90 minutes poignantes, d'abord avec l’aîné , le frère cadet suivant dans une deuxième voiture, puis avec les deux frères dans la Mercedes, où ils ont discuté ouvertement de la conduite à New York, mais Danny ne pouvait pas savoir s'ils prévoyaient une autre attaque. Tout au long de l'épreuve, il a fait comme ils ont demandé, tout en analysant silencieusement chaque commande , chaque menace.

     

    Lors de ce huis clos hallucinant de 90 minutes, Danny raconte quelques  dialogues entre Tamerlan Tsarnaev et lui-même. 

     

    -    Ne me regarde pas ! lance Tsarnaev . Tu reconnais mon visage ?

     

    -    Non, non !, promet Danny.

     

    -    C'est comme pour les Blancs, poursuit Tamerlan Tsarnaev. Ils regardent les Noirs et pensent qu'ils se ressemblent tous. Tu penses peut-être que tous les Blancs se ressemblent.

     

    -    Exactement !, répond Danny qui décide alors de donner au terroriste les réponses qu'il veut entendre.

     

     

     

    Danny parle alors de lui ; il lui raconte qu'il est Chinois et qu'il vient d'arriver aux États-Unis. En vérité, le jeune homme est venu étudier en 2009 en Amérique. Il est rentré en Chine en 2012, dans l'attente de son visa, avant de revenir deux mois plus tôt.

     

    -    Oh, c'est pour ça que ton anglais n'est pas très bon, dit Tamerlan Tsarnaev. Tu es Chinois. Moi je suis musulman.

     

    -    Les Chinois sont très amis avec les musulmans, tente Danny.

     



    La mort est si proche de moi, revenait à la pensée de Danny.  «Je ne veux pas mourir», pensa-t-il. «J'ai encore  beaucoup de rêves à réaliser."

     

    Peu après, le téléphone de Danny sonne. C'est un SMS de son colocataire qui s'inquiète de ne pas le voir rentrer. Tamerlan Tsarnaev vérifie la réponse en utilisant une application de traduction anglais / chinois. "Je suis malade. Je dors chez un ami ce soir", écrit Danny. Son ami n'y croit pas et l'appelle. "Si tu dis un seul mot en chinois, je te tue immédiatement !", prévient Tamerlan Tsarnaev. Danny s'exécute. "Bon garçon", commente le terroriste.

     

     

     

    La chance de Danny survient quelques instants plus tard. La voiture n'a plus d'essence. Les frères Tsarnaev s'arrêtent dans une station qui n'accepte que le cash.Lorsque le jeune frère, Dzhokhar, a été contraint d'aller à l'intérieur de la Food Mart Shell pour payer, le frère aîné Tamerlan a mis son pistolet dans la poche de la porte pour jouer avec un appareil de navigation laissant tomber sa garde brièvement . Danny, alors , a fait ce qu'il était en train de répéter dans sa tête. En un éclair, il a débouclé sa ceinture de sécurité, a ouvert la porte qu’il claqua derrière lui et a sprinté suivant un angle qui serait un coup dur pour n'importe quel tireur. "Fuck !", hurle Tamerlan Tsarnaev avant de s'enfuir avec son frère.


    Danny a atteint le refuge d'une station Mobil de l’autre côté de la rue, en criant au tenancier d'appeler le 911.

    Son évasion  disent les autorités, a permis aux policiers de suivre rapidement la Mercedes, de localiser les frères Tsarnaev , de les affronter lors d’une fusillade et de tuer Tamerlan, et laisser un Dzhokhar grièvement blessé se cacher dans le quartier. Il a été arrêté la nuit suivante, mettant fin à une semaine pénible à travers le Grand Boston.


    Danny parlait doucement mais sûrement dans une interview  de 2 ½ heures dans son appartement de Cambridge avec un journaliste du Globe et un professeur de criminologie Nord, James Alan Fox, qui avait conseillé Danny .

    «Je ne veux pas être une personne célèbre et parler à la télé," dit Danny , mal à l'aise avec les éloges qu'il a reçus de quelques amis . «Je ne me sens pas comme un héros. . . . Je tentais de  sauver ma peau ".