fraude

  • Plus de 500 législateurs chinois démissionnent après la découverte d'une fraude électorale

    W020080926517181091657.jpg

    L'organe législatif local de la province du Hunan (centre) a limogé 56 législateurs provinciaux pour cause de fraude électorale.

    Les organes législatifs au niveau du district de la ville de Hengyang au Hunan ont de plus accepté samedi la démission de 512 membres de l'Assemblée populaire municipale de Hengyang qui avaient accepté des pots-de-vin de ces 56 législateurs.

    L'enquête préliminaire suggère que les 56 députés élus à l'Assemblée populaire provinciale ont offert des dessous-de-table à 518 membres de l'Assemblée populaire municipale de Hengyang et à 68 autres membres du personnel, pour un montant total de plus de 110 millions de yuans (environ 9,14 millions d'€), selon un communiqué samedi de l'organe législatif provincial du Hunan.

    "Tong Mingqian a manqué à son devoir en tant que fonctionnaire en charge et par conséquent est directement responsable de cette affaire", indique le communiqué.

    Le 21 décembre, il a été démis de son nouveau poste de vice-président du comité provincial du Hunan de la Conférence consultative politique du Peuple chinois. Il a de plus fait l'objet d'une enquête de la part de la commission centrale de contrôle de la discipline du PCC.

  • GlaxoSmithKline ( GSK) impliqué dans des affaires de corruption et de crime fiscal en Chine

    gsk.jpg

    Des dirigeants de GSK en Chine ont avoué des pratiques de corruption et de fraude fiscale lors de leurs premiers interrogatoires par la police, a annoncé jeudi le ministère chinois de la Sécurité publique.

    Ces dirigeants de la multinationale pharmaceutique  étaient à l'étude pour suspicion de corruption et de violations liées à la fiscalité  a déclaré la police chinoise jeudi.

    La déclaration décrit les infractions présumées de «crimes économiques graves", ajoutant que le ministère dirige les forces de police à Shanghai, ainsi que les provinces du Hunan et du Henan, dans le centre de la Chine.

    Les suspects sont soupçonnés d'avoir offert des pots de vin à des fonctionnaires gouvernementaux, des associations de l'industrie médicale et des fondations, des hôpitaux et des médecins afin d'élargir le marché de l'entreprise et augmenter le prix de son médicament, indique le communiqué.

    Les pots de vin étaient généralement donnés par des agences de voyage ou sous le couvert de «commandites projet», indique le communiqué.

    GSK est également soupçonné d'être impliqué dans le crime d'ordre fiscal, y compris l'encaissement illégal par l'émission de fausses factures de taxe sur la valeur ajoutée exclusifs et collusion avec des agences de voyages pour écrire des fausses factures et d'émettre des fausses factures afin de financer leurs actes illégaux, selon le ministère .

    On croit que les infractions se sont produites pendant un certain temps, impliquant un grand nombre de personnes et d'importantes sommes d'argent, indique le communiqué.

    En outre, certains dirigeants de GSK sont également soupçonnés d'utiliser leur position pour accepter des pots de vin et commissions occultes des agences de voyages.

    Le communiqué indique que certains employés d'agences de voyages sont détenus comme suspects et sont interrogés par la police.

    Selon le communiqué, la police a obtenu des preuves suffisantes, ajoutant que les suspects ont déjà avoué les délits.

     

    GSK2.jpg

     

     

     

    GlaxoSmithKline a annoncé jeudi qu'elle était prête à coopérer avec les autorités chinoises dans l'enquête des soupçons de corruption et de violations liées à l'impôt en Chine.

    "Nous surveillons en permanence nos entreprises pour nous assurer qu'elles répondent à nos procédures de conformité strictes , nous l'avons fait en Chine et n'avons  trouvé aucune preuve de corruption ou de détournement de médecins ou de fonctionnaires Cependant, si la preuve d'une telle activité est fournie, nous agirons rapidement " a déclaré un haut responsable de GSK  à Xinhua.

    En Juillet 2012, le géant pharmaceutique basé à Londres, a été condamné à une amende de 3 milliards de dollars américains pour des accusations criminelles et civiles de  fraude aux États-Unis.

    gsk.jpg

     

     

     

     

     

     

  • Fraude sur les prix : encore une fois chez Carrefour

    001aa0bab90b12313c7701.jpg

    http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6651/zh/archive/2012/12/11/fraude-sur-les-prix-encore-une-fois-chez-carrefour.html
    http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6651/en/archive/2012/12/11/fraude-sur-les-prix-encore-une-fois-chez-carrefour.html

    Un scandale vient entacher de nouveau la réputation du distributeur français en Chine. Un supermarché Carrefour dans la ville de Taiyuan, capitale de la province du Shanxi, est impliqué dans un scandale de fraude sur les prix à l'issue d'une enquête préliminaire menée par les autorités locales compétentes, a annoncé le Bureau de contrôle des prix de la ville le 10 décembre.

     

    Ce magasin est accusé d'avoir étiqueté des produits à des prix inférieurs à ceux réellement facturés à la caisse. Selon le porte-parole du magasin, un responsable de la direction du groupe s'est déjà rendu à Taiyuan et interviendra dans cette affaire.

    En juin, six magasins Carrefour de Wuhan, la capitale de la province centrale du Hubei, ont payé des amendes de plus de 450 000 yuans (55 620 euros) pour avoir commis des fraudes sur les prix. Début 2011, Carrefour s'est retrouvé impliqué dans une affaire de fraude sur les prix à la suite de contrôles menés à travers le pays, ce qui avait suscité de nombreuses critiques selon lesquelles le géant français avait bafoué l'intérêt des consommateurs.

     Fraude sur les prix : encore chez Carrefour

    Pourquoi ce genre de pratiques ne cesse de se produire chez le no1 de la grande distribution en Europe ?

     

    « Ce problème est en partie dû au manque de contrôle au sein de l'entreprise. C'est pourquoi de nombreux scandales commerciaux se produisent dans ses magasins en Chine, mais pas en Europe. Ce genre d'escroquerie va d'ailleurs se généraliser sur l'ensemble du secteur », a commenté Ma Lin, avocat de l'Université du Sud-Est. « La situation est de plus en plus complexe aujourd'hui, dès lors que les hypermarchés doivent faire face à de nouveaux concurrents :les vendeurs en ligne. Ils sont donc plus susceptibles d'adopter des mesures extrêmes pour pouvoir rester concurrents. Or, une fraude reste une fraude, la direction de l'entreprise ne peut pas échapper aux critiques».

    Selon les experts, les sanctions concernant les fraudes sont légères par rapport aux profits commerciaux que les commerçants peuvent en retirer, c'est pourquoi les nombreux avertissements et amendes infligés par l'administration locale n'ont pas pu empêcher ces problèmes de se reproduire chez Carrefour, ce qui explique ces scandales incessants du géant mondial de la distribution en Chine.

    « A l'heure actuelle, la loi chinoise punit les fraudes commerciales mais évidemment pas assez, ce qui a rendu certains commerçants plus audacieux dans les manipulations des étiquettes affichant des prix mensongers. En effet, il faut appliquer des sanction plus rigides pour faire disparaitre toute tricherie dans le commerce en Chine », ajoute Ma Lin.

     

  • Une nouvelle "fraude de prix" dans un magasin Carrefour en Chine

    F201207061605521379712647.jpg

    Quand on sort d'un magasin Carrefour, il vaut mieux contrôler son ticket de caisse . Il y a toujours des erreurs que ce soit en Chine ou en Belgique. Et toujours en la défaveur du client!!!

    Le 1er juillet, Mlle Liu a raconté sur son blog sa mésaventure dans un magasin Carrefour de Dongwan. Le caissier du magasin lui a demandé de payer 12,5 yuans pour une bouteille de sauce soja, alors que le prix affiché était de 8,9 yuans. Le magasin a reconnu que des employés avaient oublié de changer l'étiquette de promotion, et a promis d'indemniser Mlle Liu de cinq fois l'écart entre le prix affiché et le prix payé .

    Lorsque Mlle Liu a réalisé que le prix du ticket de caisse était supérieur à celui de l'étiquette, elle a qualifié ce procédé de ''fraude de prix''. Elle s'est adressée aux employés du magasin. ''D'autres clients m'ont aidée à prendre des photos de l'étiquette et du ticket de caisse.'' Au début, un responsable du magasin lui a proposé de rembourser l'écart entre les deux prix, et a même accepté plus tard de l'indemniser de cinq fois l'écart. ''On m'a demandé d'attendre sur place parce qu'il fallait remplir des formalités si je tenais à demander une indemnisation de cinq fois l'écart entre les deux prix.'' Mais Mlle Liu est rentrée chez elle quelques minutes plus tard parce qu'il était déjà très tard et qu'elle avait le sentiment d'avoir été oubliée.


    Le lendemain, Mlle Liu a raconté sa mésaventure sur son blog et a déclaré agir de la sorte pour ''éveiller le sens du consommateur en vue de se protéger contre les fraudes commerciales.'' Mlle Liu a aussi avoué aux médias que ses plaintes ne portaient pas sur les employés du magasin, et que ce n'était pas non plus pour obtenir les indemnités. ''J'espère que Carrefour arrêtera de tromper les consommateurs,'' a-t-elle dit.

    Le magasin Carrefour a expliqué que cette mésaventure était due à une erreur des employés qui ''ont oublié de changer l'étiquette'', puisque les sauces soja de la marque concernée venaient d'être en promotion et que les employés en question avaient oublié de changer l'étiquette après la promotion. ''Nous allons prendre rapidement contact avec la cliente et nous rendre chez elle pour lui verser des indemnités.''

    Selon des sources proches du dossier, l'indemnisation des clients à hauteur de cinq fois l'écart entre le prix affiché et le prix réglé est une ligne de conduite adoptée par Carrefour Chine dans le traitement des accidents similaires. Mais il faut procéder à des formalités qui durent très longtemps . Ceci décourrage le client qui n'a pas toujours du temps à perdre et alors préfèrent laisser tomber.

  • ''Fraude sur les prix'' à nouveau Chez Carrefour

    sans-titre.png

    La fraude sur les prix encore chez Carrefour ? un an et demi après la scandale de Carrefour en Chine, le grand distributeur français fait de nouveau l'objet de sanctions sevères, estimé à 450,000 yuans, pour être accusés de tricheries sur les prix, dans ses 6 magasins à ville de Wuhan. Une annonce publique d'excuse a été publié hier auprès de ses clients par Carrefour China.

    Ce que constate le consommateur chinois est identique aux nombreux problèmes chez Carrefour Belgique où il vaut mieux contrôler son ticket de caisse . Il est rare qu'il n'y ait pas d'erreur ,et toujours au profit de la grande surface.

     

    Une casserole de marque «Ai Shi Da », dont le prix d'origine était 199 yuans, a été remise en vente pour un prix de 239 yuans durant la promotion du 3 au 16 juin.

     

    Carrefour a reconnu cette 'erreur' sur les prix dans son communiqué d'hier en présentant toutes ses excuses pour les 'inconvénients' causés aux consommateurs.

     

     

     

    Pourtant, carrefour n'a donné aucune réponse face à l'intérrogation de la presse: pourquoi le même problème réapparaît toujours malgré des multiples avertissements?

     

    « Aucun distributeur n'endommage intentionnellement sa réputation. Ce n'est pas que Carrefour ne veuille pas se corriger, la situation est hors de contrôle. Il est impossible que tant de magasins dans l'ensemble du pays puissent changer en un si bref délai. Au fond, c'est une question de gestion », a révelé un ancien responsable de l'hypermarché.

     

    Selon un expert du secteur, le départ des cadres a aussi sérieusement nui à Carrefour, ainsi que l'insuffisance des effectifs employés par les magasins. Les postes des cadres démissionnaires sont encore vacants. Pour ces raisons, Carrefour se trouve dans une situation d'anarchie en matière de gestion et de relations publiques, et il lui est donc difficile d'améliorer dans un bref délai la gestion dans l'ensemble de ses magasins.

     

    La CERD avertit encore que les consommateurs doivent étudier soigneusement les étiquettes dans les magasins et les affiches ou dépliants promotionnels. Après avoir payé en caisse, il est sage de conserver les reçus et comparer les prix de promotion, ceux sur les étiquettes et ceux payés.

     

    Les consommateurs doivent développer un nouveau sens de l'éthique et de l'autoprotection. En découvrant des actes de tricherie sur les prix, ils peuvent les dénoncer aux départements des prix.