france

  • Quel pays de merde!!!Un car de touristes chinois détroussé près de Roissy

    6011127_gonesse_1000x625.jpg

    Voilà qui ne va pas améliorer la réputation de Paris en Chine. «Entre cinq et dix individus» ont détroussé un car de touristes chinois mardi matin près de l'aéroport de Roissy, au nord de Paris. Vers 8 heures, devant l'hotel Campanile de Gonesse (Val-d'Oise), les individus s'en sont pris aux touristes qui étaient en train de charger leurs bagages. 

     

    «Plusieurs bagages et effets personnels ont été dérobés» par ces individus qui ont pris la fuite, ont précisé les forces de l'ordre. Selon les pompiers, les 27 Chinois voyageaient avec une compagnie italienne et le chauffeur du car était italien.

     

    Deux touristes et le traducteur ont été légèrement blessés et transportés à l'hôpital. Le chauffeur a été aspergé de gaz lacrymogène mais n'a pas souhaité être pris en charge.

     

    En mai dernier, la maire de Paris Anne Hidalgo s'était rendue à Pékin pour relancer le tourisme chinois dans la capitale , en perte de vitesse après les derniers attentats.

    Il n'y a aucun espoir d'amélioration  tant que les dirigeants français continueront dans la voie du laxisme sous influence d'ONG gadgets comme Amnesty et les Ligues des droits de l'homme dont le seul but est de défendre les islamistes et les gangsters . Ces gens sans cœur qui n'ont aucun soucis du sort des victimes des forfaits commis par ceux dont ils prennent allégrement la defense sans oublier de s'en prendre de manière systématique et scandaleuse à la police.

    Ces ONG ont une telle emprise sur la politique et la justice du pays que la vie dans ce pays est devenu un enfer et la soi-disant démocratie française n'est plus qu'une parodie.

    6011019_car-touriste-chinois.jpg

     

     

     

     

  • Les Chinois rendent hommage aux victimes de Paris à l'ambassade de France

    0019b91eca5717b3d2c35d.jpg

    Le 15 novembre, de nombreux Chinois se sont rendus aux portes de l'ambassade de France à Beijing pour rendre hommage aux victimes des attentats survenus vendredi soir à Paris. Le drapeau français était en berne et l'ambassade a aménagé un espace pour permettre aux visiteurs de déposer un bouquet de fleurs ou un message en hommage aux victimes de la tragédie.

    0019b91eca5717b3d2c35c.jpg

    0019b91eca5717b3d2c360.jpg

     

     

  • Après le bain de sang, à quoi la France devra-t-elle encore faire face? (ANALYSE CHINOISE)

    Six attaques simultanées et explosions qui ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Paris ont coûté la vie à au moins 120 personnes, à un peu plus de deux semaines de la 21e Conférence des Nations Unies sur le climat (COP21).

    Cette série d'attaques d'une ampleur sans précédent s'est produite seulement dix mois après que des hommes armés de l'Etat islamique (EI) ont ouvert le feu au siège de Charlie Hebdo à Paris.

    Bien que le président français François Hollande ait déclaré l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire français et rétabli les contrôles aux frontières pour empêcher la fuite des assaillants, la France a subi une fois de plus de lourdes pertes humaines dans des attentats. L'AFP a indiqué que les terroristes avaient "placé la capitale française dans un état de sidération".

    Le 13 novembre n'est pas un choix aléatoire, mais significatif, selon Zhang Jinling, vice-directeur de la section des études sociales et culturelles de la faculté européenne de l'Académie chinoise des sciences sociales.

    En effet, le président Hollande avait annoncé le 13 novembre 2012 que la France "[reconnaissait] la Coalition nationale syrienne comme seule représentante du peuple syrien, et donc comme futur gouvernement provisoire de la Syrie démocratique pour en finir avec Bachar Al-Assad". L'interventionnisme adopté par la France à l'égard de la Syrie a incité des organisations extrémistes telles que l'EI à se venger. Le slogan "Pour la Syrie" a d'ailleurs été entendu au cours des attaques.

    Les attaques terroristes pourraient avoir de multiples conséquences en France.

    En premier lieu, les attaques terroristes ont révélé la faiblesse de la capacité de la France à faire face à des menaces de sécurité non traditionnelles croissantes. Bien que le plan Vigipirate soit à son niveau maximal en Ile-de-France depuis les attentats de janvier, les attaques meurtrières ont mis en évidence les lacunes de la France dans la lutte contre le terrorisme.

    En plus de "djihadistes importés", la France métropolitaine est également menacée par un certain nombre de terroristes locaux, ce qui a compliqué la situation sécuritaire. Selon M. Zhang, le moment est venu pour le gouvernement français d'examiner les lacunes de son action de lutte contre le terrorisme.

    Deuxièmement, suite aux attaques terroristes, le sens d'insécurité sociale se répandra en France, ce qui renforcera le nationalisme et le racisme et consolidera l'extrême-droite, et la cote de popularité du Parti socialiste (PS) et du gouvernement de M. Hollande baisseront encore davantage.

    M. Zhang a rappelé que le PS avait subi quatre défaites électorales consécutives lors des élections municipales, des élections du Parlement européen, des élections sénatoriales et des élections départementales. Après ces attaques terroristes, les perspectives du PS aux élections régionales ne seront pas meilleures.

    Par ailleurs, le renforcement des contrôles aux frontières, mesure adoptée à la suite des attentats, entravera certainement la circulation des personnes, des biens et des capitaux. Selon M. Zhang, à court terme, les marchés de Noël et les soldes de fin d'année seront certainement touchées, ce qui portera atteinte à la distribution et au tourisme en France. À long terme, la situation de sécurité volatile affectera la confiance des investisseurs en France, ce qui compromettra le rétablissement économique du pays.

    Enfin, les attaques terroristes affecteront directement l'influence de la France dans la gestion des affaires internationales. François Hollande a déjà annulé son déplacement pour le sommet du G20 en Turquie.

    Quant à la COP21 qui aura lieu prochainement, la France, dont l'image a été ternie par les actes terroristes, devra prouver qu'elle est en mesure d'obtenir des résultats satisfaisants lorsque 195 délégations officielles et des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement se rendront dans le pays, ce dont beaucoup doutent, selon M. Zhang.

     
  • L'insécurité en France, la première préoccupation des touristes chinois

    Samedi soir, un guide touristique chinois a été victime d'un vol perpétré par trois malfaiteurs en banlieue de Paris, un incident qui suscite la préoccupation des touristes chinois concernant leur sécurité dans le pays.

    Devant un hôtel des Yvelines, le guide de 32 ans s'est fait arracher sa sacoche contenant de l'argent nécessaire aux dépenses du voyage, soit 20.000 euros et près de 5.000 francs suisses, ainsi que la Rolex qu'il venait d'acheter pour un montant de 5.000 euros, a rapporté l'AFP.

     

    29-06-2011-liberation-belle-ville.jpg

    Première destination touristique au monde, la France a accueilli 84 millions de touristes étrangers en 2014, dont 1,7 million de Chinois, et ce nombre devrait dépasser cinq millions d'ici 2020, estiment les autorités françaises.

    Cependant, les touristes asiatiques, surtout les Chinois, sont parfois la cible de vols violents, car ils ont pour réputation de transporter de grandes sommes d'argent en liquide et d'arborer des signes de richesse en public.

    Chaque fois, les incidents de ce genre suscitent de vives discussions sur Internet en Chine, et les avis sont généralement partagés.

    "Vraiment, la France est un pays attirant pour moi, mais la situation en matière de sécurité s'est compliquée ces dernières années. Ma préoccupation ne concerne pas seulement le vol, mais aussi la menace terroriste", avoue l'internaute Xiaomeng. Pour lui, le mot "Paristan" est effrayant et le décourage de faire du tourisme dans l'Hexagone.

    Pour la plupart des internautes, les touristes chinois doivent changer leurs habitudes faisant d'eux des cibles de choix pour les voleurs, notamment en réduisant la quantité d'argent en liquide qu'ils transportent et leurs signes de richesse et en renforçant leurs précautions en matière de sécurité.

    "Aucun endroit ne jouit d'une sécurité absolue", explique M. Wang, qui s'est rendu en France l'année dernière. Il garde de son séjour un souvenir merveilleux. "Il faut être prudent quand on est à l'étranger. Généralement, la France est un pays tranquille, malgré l'insécurité en banlieue de Paris. Avant de faire des voyages en France, il faut obtenir des information sur la sécurité. Il faut éviter de sortir seul et d'aller dans des endroits non-sûrs le soir".

    L'insécurité touristique en France est un sujet important pour les gouvernements chinois et français. Afin d'encourager les Chinois à voyager en France, l'Hexagone a facilité les procédures d'obtention de visas, et la délivrance de ces derniers se fait désormais en 48 heures.

    Le gouvernement français a adopté une série de mesures, tels un service d'information via SMS en chinois et le renforcement de la sécurité dans les lieux touristiques.

    "J'ai remarqué les efforts du gouvernement français pour assurer la sécurité des touristes. Ils sont cependant insuffisants. Pour atteindre l'objectif d'attirer cinq millions de touristes chinois par an en 2020, il reste encore beaucoup à faire", estime Mme Yang Qian.

    Les Chinois sont toujours surpris quand ils viennent pour la première fois en France de découvrir un pays où la violence fait partie du quotidien , un pays où règne l'insécurité alors qu'avant de découvrir  la France , ils l'imaginent comme le pays du romantisme.

    75020-Manif-belleville-securite_mg_20-06-10.jpg

     
  • Chine -Russie: la marginalisation de l’Europe?selon JP Raffarin

    1017850428.jpg

     

    La question posée par le rapprochement sino-russe est celle de l'indépendance de la politique européenne et de l'identité même de l'Europe, affirme l'ancien premier ministre français Jean-Pierre Raffarin dans ses carnets dont voici un extrait.

    La Fondation Prospective et Innovation (FPI) organise son séminaire annuel au Futuroscope ce 28 août sur les relations sino-russes. C’est l’occasion, avec de nombreux experts , de faire le point sur une nouvelle donne de la géopolitique mondiale.

    La montée en puissance des BRICS n’a pas été prise très au sérieux en Occident ces dernières années. Il a fallu la création d’un nouvel outil financier pour que le monde perçoive que les BRICS constituent un réseau de solidarité disponible pour les opportunités à venir. Réseau neuf, bien utile, pour dépasser les vieux contentieux liés a l’histoire ou à la géographie, liés surtout, en ce qui concerne la Russie et la Chine, à la compétition pour le leadership communiste. Dans un monde particulièrement agité, les BRICS fournissent à la Chine et à la Russie un cadre stable de discussion et une fertile plateforme d’échanges. On se souvient qu’à l’occasion de l’assemblée générale de l’ONU les membres des BRICS se sont abstenus, y compris l’Inde, à propos de la question ukrainienne.

    Au moment où les États Unis profitent de cette crise ukrainienne pour isoler la Russie, celle-ci profite de l’organisation du sommet des BRICS, à Oufa, pour afficher ses solidarités.

    Plus l’Ouest ostracise et « sanctionne » la Russie plus elle se tourne vers l’Est. Les dirigeants chinois ne découragent en rien ce rééquilibrage et les visites officielles à Moscou se sont multipliées à partir de la première visite à l’étranger de Xi Jinping, dans ses nouvelles fonctions. Les sujets de proximité sont nombreux, les intérêts communs aussi ( Énergie, Investissements, Route de la soie, opportunités en Sibérie, Sécurité,…), le principal restant la critique commune des pressions américaines pour guider et surtout  influencer les positions de l’Europe, ce qui va à l’encontre de la vision chinoise du monde multipolaire et qui, du côté russe, est perçu comme une menace à la frontière ukrainienne. Les ratés de la gouvernance mondiale pour stabiliser la croissance ou l’incapacité de l’occident à réformer les instances internationales (ONU, FMI,..) créent aussi un climat favorable au rapprochement sino-russe.

    Le pivotement américain vers l’Asie pacifique inquiète, autant les chinois que la stratégie qui vise à faire de l’Amérique le premier partenaire de l’Iran préoccupe les russes.

    Pourtant, les désordres du Monde et notamment la « guerre » contre tous les terrorismes devraient rassembler davantage les grandes puissances. Évidemment, les critiques permanentes adressées au Président Poutine ou au régime chinois ne créent pas un climat propice à l’amélioration des relations.

    Dans ce contexte la responsabilité de l’Europe est engagée.

    Au nom des valeurs de notre politique étrangère , mais aussi de la construction européenne, il n’est pas possible d’admettre la gestion russe de la crise ukrainienne. La France a eu raison de s’engager dans des négociations de sortie de crise selon le format « Normandie ». Ce processus a cependant été engagé bien trop tardivement.

    L’argument stratégique à mettre aujourd’hui en avant est que Chine et Russie ont toutes les deux besoin d’une Europe européenne forte. La Chine a montré par sa stratégie financière qu’elle ne souhaitait pas l’effondrement de la zone euro et la Russie conteste surtout l’Europe américaine.La Chine déteste toujours autant les désordres géopolitiques comme le montre, malgré les tensions, la recherche d’intérêts économiques communs avec le Japon.

    La France ne peut pas laisser dériver ainsi les choses au risque de n’avoir plus de réels alliés stratégiques dans les crises à venir. Avec la Russie, il faut sans doute globaliser les discussions et préserver nos positions stratégiques.La diplomatie russe est puissante au Moyen Orient et nos intérêts sont voisins en ce qui concerne les relations avec l’Iran. Avec la Chine, nous devrons un jour ou l’autre répondre à sa demande présente de partenariat sino-français en pays tiers. L’Afrique, le Monde arabe, mais aussi l’Amérique latine sont des horizons qui peuvent devenir communs.

    La règle de notre diplomatie devrait être de ne jamais devoir être accusé par l’un des trois géants (Chine, États Unis, Russie) d’être en position déséquilibrée. Le triangle Europe, Russie, Chine peut aussi être un triangle de prospérité. Car chaque côté de ce triangle à, en propre ses ressources humaines et naturelles, ses atouts financiers, des besoins en emplois, en revenus, en stabilité à satisfaire.

    La question posée aujourd’hui par le rapprochement sino-russe est celle de l’indépendance de la politique européenne, de l’identité même de l’Europe, et donc du rôle leader que devrait jouer la France. Dans cette seconde moitié de 2015 ,des initiatives sont à prendre pour stopper l’actuelle  et dangereuse dégradation de la gouvernance mondiale. La France  doit engager la mise à jour de ses partenariats stratégiques pour rééquilibrer sa diplomatie et protéger l’indépendance européenne. Avec ses partenaires de l’Union disponibles , la France doit assumer la vocation stabilisatrice de l’Europe.

    Jean-Pierre Raffarin

    1662_raffarin_440x260.jpg

  • Ce qui est arrivé en Chine s’est déjà produit en France, entre autre avec l’usine AZF, et se produira de nouveau en Europe

    134513817_14395077714881n.jpg

    Ce qui est arrivé en Chine s’est déjà produit en France, entre autre avec l’usine AZF, et se produira de nouveau, les zones classées SEVESO étant nombreuses, et les risques étant là.

    L’usine AZF, où quand Chirac (président) refusait d’entendre parler d’attentat.
    IL fut exaucé. Personne (sauf quelques chercheurs de vérité indépendants) ne parla de l’origine de cette explosion

    Parce qu’à côté de cette usine AZF se trouvait la SNPE, site sensible qui aurait pu être la cible privilégiée d’attaques (surtout au mois de septembre 2001)
    http://www.dreuz.info/2012/08/29/usine-azf-toulouse-attentat-ou-explosion/

    Honte aux médias occidentaux qui tels des charognards , profitent de cet accident pour se livrer à une partie de china-bashing sur les corps des victimes encore chauds. Quand cela se passe en France (AZF),Italie (Seveso), Royaumes-Unis ( Buncefield),Inde (Bhopal), ou même Ukraine (  Tchernobyl), et Japon, on n'accuse jamais les Régimes de ces pays . Les autorités ne sont pas impliquées .

    Mais si c'est en Chine, la propagande occidentale de tout poil , monte sur ses grands chevaux, ces valets des américains font des effets de manches et pointent un index accusateur et vengeur vers les responsables chinois.

    Les médias vous mentent , vous manipulent et sans vous en rendre compte , vous êtes aussi ignorants de la réalité que les habitants de Corée du Nord dont vous êtes si proches , pauvres moutons.

    azf.jpg

    Cette photo n'a pas été prise à Tianjin mais à Toulouse!!!

  • Ce que la TV ne montre pas : Hollande encore hué ce 14 juillet ( vidéos)

    Le président français, François Hollande, a encore été hué mardi sur les Champs-Elysées lors du défilé militaire à Paris.

     

    Les autorités françaises avaient pourtant procédé à des interpellations préventives mardi matin pour circonscrire les opposants. Toutefois, le président Hollande a été accueilli par des sifflets et des cris "Démission!". 

     



    Le 13 juin dernier, le président Hollande s'est fait copieusement siffler dans la Sarthe alors qu'il sortait d'un stand avant le départ des 24 Heures du Mans.

     

    Un rassemblement hétéroclite, le Mouvement du 14 juillet, a diffusé pendant plusieurs mois des vidéos et des messages sur internet appelant à tenir une série de manifestations le 14 juillet, notamment place de la Concorde, en vue de "remplacer les politiciens actuels" par un nouveau gouvernement.




    Selon l'Agence Info Libre, quelque 500 sympathisants de ce mouvement se sont effectivement rassemblés mardi non loin de l'Assemblée nationale. Ils ont sifflé les troupes françaises et chanté la Marseillaise. Plusieurs centaines de personnes portant des pancartes "Vos armes vos guerres on en veut pas" et "Démocratie maintenant" ont défilé dans les rues de Paris. A Beaubourg, les CRS ont utilisé des gaz lacrymogènes.

    françois-hollande-hué-mpi.jpg

    Vous me direz qu'ici on s'éloigne de la Chine, mais je rappelle que l'intitulé de ce blog est "Tout ce que les médias ignorent" . Cela peut  être n'importe quel média de n'importe quel pays!

  • Les marines chinoises et françaises participent à des exercices conjoints

    0019b91eca5716bd5ce51a.jpg

    Aujourd'hui, les différends territoriaux maritimes avec les pays voisins ainsi que la concurrence des différentes forces maritimes mondiales sont des éléments cruciaux dans les relations sur la scène internationale. La Chine prend donc part de manière active à des exercices navals avec les marines étrangères, afin d'éviter les conflits accidentels en cas de rencontre inattendue en mer.

    Ces exercices reposent sur le Code for Unplanned Encounters at Sea (Code pour les rencontres en mer non planifiées), approuvé en avril 2014 lors du Western Pacific Naval Symposium (WPNS) en Chine.

    Selon le colonel Pierre de Briançon, capitaine du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude de la classe Mistral qui est arrivé à Shanghai samedi pour une visite de 7 jours en Chine, la marine française a déjà commencé à utiliser le CUES. En mer de Chine, chaque navire chinois communique avec la partie française au travers du système CUES, ce qui permet d'éviter les interférences.

    Des exercices sino-français organisés autour du CUES

    D'après le colonel de Briançon, les exercices sino-français s'organisent autour du CUES, notamment pour les opérations d'interception, les actions conjointes et les échanges par hélicoptères.

    Proposé par l'Australie et la Nouvelle-Zélande, le CUES a vu le jour lors du WPNS 2000 et a finalement été approuvé en 2014. Il s'agit d'un système non juridiquement contraignant mais sécuritaire de communication appliqué entre les forces navales des Etats membres du WPNS.

    Selon un article du Wall Street Journal, pour Anne Cullerre, qui commande les forces maritimes françaises de l'océan Pacifique, des questions se posent sur les limites du CUES. D'après elle, le CUES ne convient pas à tous. Elle avait proposé lors du forum WPNS d'établir un groupe de travail sur Internet, grâce auquel les Etats membres peuvent publier leurs réclamations et leurs conseils quant aux modifications à apporter au CUES.

    Ces manœuvres sino-françaises mises en place autour du CUES ne sont en réalité pas les premiers exercices conjoints entre la marine chinoise et celle d'un autre Etat. La Chine a déjà pris part à des activités similaires avec des bâtiments indonésiens et américains, entre autres.

    La participation de la Chine à des exercices en mer avec la France

     

    0019b91eca5716bd5ce519.jpg

    Outre les exercices du CUES, des exercices de ravitaillement en mer seront organisés entre la Chine et la France près de l'embouchure du fleuve Changjiang.

    Le colonel Pierre de Briançon a déclaré que les forces navales françaises essaieraient d'atterrir avec des hélicoptères sur les navires chinois, et que la marine chinoise ferait de même sur les navires français. Pour lui, ce type de pratiques est très important pour la coopération sino-française dans la lutte contre le terrorisme, la lutte contre la piraterie et les missions humanitaires.

    Au total, 570 personnes sont à bord de deux vaisseaux français pour cette visite à Shanghai, soit 46 officiers, 258 sous-officiers, 163 soldats et 103 étudiants, dont 15 élèves militaires étrangers. Deux élèves militaires chinois, Zhang Shengli et Li Yang, de l'université d'ingénierie maritime ont d'ailleurs participé à une formation de navigation du 30 avril au 9 mai.

    Lors de la cérémonie d'accueil, l'ambassadeur de France en Chine Maurice Gourdault-Montagne a affirmé l'importance de la visite des navires français à Shanghai, en tant que preuve de l'amitié et de la confiance entre les deux pays. La Chine et la France sont deux des cinq membres du Conseil de sécurité de l'ONU, et ils sont toujours prêts, à ce titre, à garantir la paix dans le monde. Les forces navales des deux pays jouent un rôle crucial dans ce domaine.

    L'ambassadeur a également rappelé que la France attachait depuis toujours beaucoup d'importance à la présence de la France dans le Pacifique, qui abrite notamment la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie, et où le commerce internationale est très dynamique.

    Une coopération sino-française potentielle au niveau des technologies militaires

     

    0019b91eca5716bd5cb818.jpg

    Le BPC Dixmude est le 3e navire de la classe Mistral, il a été mis en service en 2012. Aconit est une frégate lance-missiles de la classe Lafayette, dotée de technologies furtives (signature radar, infrarouge et acoustique). Elle est en service depuis juin 1999.

    L'ambassadeur Gourdault-Montagne a également indiqué que l'objectif de la visite des Mistral français en Chine était de montrer à la Chine le développement des technologies militaires françaises et des compétences de la marine de France.

    Interrogé sur la possibilité de vendre les navires de la classe Mistral à la Chine, Maurice Gourdault-Montagne a indiqué que la France était une puissance scientifique et technologique, et que le développement de la Chine dans les sciences et la technologie était également très rapide. Les technologies militaires sont directement liées aux intérêts souverains d'un pays, mais il existe encore certaines techniques que la France peut partager avec d'autres pays. Lors du séjour des frégates français à Shanghai, une série de visites ont été arrangées, tandis que les échanges futurs et la coopération potentielle entre la Chine et la France restent à explorer.

  • La France pourrait vendre les Mistral russes à la Chine

    002564bb44f716baba2102.jpg

    Une force opérationnelle navale française, composée du navire Dixmude (BPC) et de la frégate Aconit, est arrivée à Shanghai samedi pour une visite de 7 jours.

    D'autant que la transaction avec la Russie des deux navires a été annulée par la France, qui n'a pas encore décidé ce qu'il adviendrait des deux Mistrals déjà construits. Certains médias français ont évoqué les noms de deux pays susceptibles d'être intéressés : la Chine et le Brésil. La Chine aurait amplement les moyens d'acquérir ces navires. La visite du Mistral en Chine est donc devenue délicate.

    002564bb44f716baba2203.jpg

    "La Russie a signé un contrat avec la France sur l'achat de deux Mistral, mais les sanctions adoptées contre Moscou sur fond de conflit en Ukraine empêchent la réalisation de ce contrat. La France pourrait essayer de vendre les navires à d'autres pays tels que le Brésil, le Canada, l'Egypte ou l'Inde. Selon des récentes informations, la Chine serait considéré comme l'un des clients principaux

    002564bb44f716baba2205.jpg

     

    Nouvelles en Bref

     

    La Chine s'appuie de plus en plus sur les médias sociaux pour inciter sa population à dénoncer publiquement les pratiques de corruption et le manque de professionnalisme des fonctionnaires. 

     

    Le directeur général d'Apple est déjà suivi par plusieurs centaines de milliers d'internautes sur le site de micro-blogging Weibo, l'équivalent chinois de Twitter, quelques heures seulement après l'ouverture d'un compte à son nom sur le réseau lundi. « Bonjour la Chine. Je suis heureux d'être de retour à Beijing et d'annoncer de nouveaux programmes innovants en matière d'environnement », a indiqué Tim Cook dans un premier message publié à 15h06 sur le réseau social le plus populaire de Chine. 

     

     La 5e édition du Festival du Cinéma chinois en France (FCCF) s'est ouverte lundi à Paris et durera jusqu'à la fin du mois de juin, avec la projection de dix films chinois sortis entre début 2014 et mars 2015. Comme chaque année, le FCCF se déroulera d'abord à Paris au Gaumont Champs-Elysées Marignan et à l'Action Christine à Paris en mai, avant de se déplacer dans plusieurs villes de France dont Strasbourg, Lyon, Marseille, Cannes, Biarritz, et l'Ile de la Réunion en Outre-Mer.

  • Un groupe chinois de Tianjin invite 6400 de ses salariés pour 4 jours en France

    Avec le développement du tourisme en Chine, on a pris l'habitude de voir des cars entiers de Chinois débarquer en France, en Belgique et un peu partout en Europe.

     
     

    Mais là, ce n'est plus l'équivalent d'un bus qui a fait le déplacement. Mercredi, ce sont ainsi 6400 Chinois qui ont débarqué tout d'un coup sur le sol parisien, Un voyage peu ordinaire soutenu par une logistique non moins exceptionnelle. Plus de vingt avions supplémentaires.

    4753493_capture-1_545x460_autocrop.jpg


    Cette délégation de touristes hors norme  passe deux jours à Paris, puis deux autres sur la Côte-d'Azur. Cela représente 30000 nuitées et 140 hôtels mobilisés. La délégation chinoise a réservé un vaste restaurant entre l'opéra Garnier et la place Vendôme à Paris, privatisé le Louvre, pour quelques heures (mais, là, il a fallu faire, quand même, 2 groupes). 7 600 billets de TGV ont été achetés pour rallier Nice( ici aussi 2 trains supplémentaires) où un grand spectacle est prévu à l'arrivée avant une photo sur la Promenade des Anglais.
     Il s'agit de salariés d'un conglomérat chinois, le groupe Tiens. Son patron, 24ème fortune du pays, multiplie les activités de son groupe qui opère tant dans les biotechnologies et la santé que la formation ou l'hôtellerie. Fondé en 1995 à Tianjin, à 100 km.au sud de Pékin, son groupe pèse 5 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Et ce patron pas comme les autres nommé, Li Jinyuan, a décidé de récompenser ses meilleurs salariés. D'où ce «petit» voyage en France : deux jours à Paris, et deux jours à Nice où ses 6400 salariés participeront à un séminaire de travail.

     



    Le quai d'Orsay n'a pas voulu que cette visite passe sous silence. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, a d'ailleurs tenu a recevoir le patron chinois pour le remercier d'avoir choisi la France. Car sa petite virée a des retombées directes pour la France : au minimum, 13 millions d'euros !

                                         Nouvelles en Bref

     

    Le groupe nucléaire chinois public China National Nuclear Corp (CNNC) a déclaré mercredi qu'il était ouvert à toute forme d'alliance avec le groupe nucléaire français en restructuration Areva. CNNC, qui collabore avec Areva dans le cadre du réacteur Hinkley Point C au Royaume-Uni, a indiqué qu'il n'y avait eu pour l'instant qu'un premier contact avec le groupe français, mais que leur coopération devrait progresser.

    Jing Chunhua, ancien haut responsable du Parti communiste chinois (PCC) dans la province du Hebei (nord), a été exclu du Parti et démis de ses responsabilités publiques à la suite d'une enquête pour corruption.