fermes

  • A Nanjing, des animaux sont recrutés dans des fermes pour aider à prédire les tremblements de terre

    Des sangliers noirs dans une porcherie. Tout comportement anormal sera rapporté au bureau sismologique.

    Le bureau sismologique de Nanjing a transformé sept fermes d'élevage en stations sismiques, pensant que le suivi de près du comportement de certaines créatures peut aider dans la prévision des séismes, a rapporté Modern Express.

    Deux fois par jour, les éleveurs doivent informer le bureau de la capitale du Jiangsu par rapport au comportement des animaux, ou le plus rapidement possible suite à une attitude anormale, par le biais de la messagerie instantanée chinoise QQ.

    Une formation spéciale des autorités répertorie les éventuels comportements anormaux, comme des poulets volant au sommets des arbres au lieu de manger, des poissons sautant hors de l'eau ou un déplacement soudain de nombreux crapauds, a expliqué Zhou Hongbing, un éleveur devenu observateur de séisme observateur au parc écologique de Banqiao, une des fermes d'élevage rénovées.

    Pour pouvoir suivre de près le comportement des animaux, des caméras ont été installées dans tout le parc qui abrite 200 sangliers noirs, 2 000 poulets et un étang poissonneux de 6,6 hectares.

    «Les Experts sismologiques après analyses des anomalies décideront si oui ou non il s'agit là d'un signal annonçant un éventuel tremblement de terre», a indiqué Zhou.

    Alors que Nanjing prévoit de transformer sept autres fermes cette année, l'utilisation d'animaux pour prévoir les tremblements de terre n'est pas un fait nouveau en Chine. Dès 2010, les mangeoires de zoos dans les villes du sud comme Guangzhou et  Shenzhen ont commencé à être attentivement surveillés.

     

    FOREIGN201507031559000096889622546.jpg

    Une caméra surveille de près le comportement des animaux.

     

    Les animaux utilisés pour prévoir les tremblements de terre doivent être très sensibles aux infrasons, mais pas à d'autres changements dans l'environnement ou la météo, donc la plupart sont des oiseaux, selon Shen Zhijun, un gardien du Hongshan Forest Zoo à Nanjing.

     

    «Notre zoo ne se transforme pas en une station de surveillance parce que les bêtes affichent un comportement anormal, alors qu'ils sont taquinés par les visiteurs», a noté Shen.

     

    Les possibles élevages doivent accueillir plus de trois espèces et disposer d'un étang, couvrant des dizaines d'hectares, de sorte que nous avons suffisamment d'échantillons pour faire des vérifications croisées, a déclaré Zhao Bing, chef de division du Bureau sismologique de Nanjing.

     

    Ces fermes doivent plutôt se trouvées dans des quartiers relativement calmes, loin des usines ou des mines.

     

    Dans les années 1970, 58 espèces ont été trouvées à avoir des attitudes curieuses avant un tremblement de terre. Comprenant des animaux sauvages et domestiques tels que les chats, les chiens, les pandas, les poissons, les serpents, les rats, les fourmis et les abeilles, selon un sondage réalisé par l'Institut de zoologie de l'Académie chinoise des sciences.

     

    FOREIGN201507031558000536653544974.jpg

    Ces poulets ignorent qu'ils font l’objet d'une attention toute particulière.

     

     

     

    Des registres de tremblements de terre montrent que les animaux affichent un comportement anormal avant un séisme. Par exemple, six semaines avant le tremblement de terre dévastateur de 1975 à Yingkou, la province du Liaoning (nord de la Chine), les serpents en hibernation ont quitté leurs grottes et des oies n'ont pas arrêtés de criailler refusant d'entrer dans leurs nids. Egalement, avant le séisme meurtrier frappe Tangshan, la province du Hebei (nord de la Chine), des hordes de rats ont été vus fuyant leurs abris .