famille

  • Top 20 mondial des villes les plus peuplées de millionnaires: sauf Hong Kong ,pas de ville de Chine mais 40% des millionnaires sont de Suisse

    5366584.jpg

    Le magazine britannique Spear's et le consultant WealthInsight ont compilé un classement mondial des villes où se trouvent le plus grand nombre de millionnaires. Sur les vingt métropoles de ce palmarès, treize se trouvent en Europe, les autres se trouvant majoritairement en Amérique du Nord, mais une ville chinoise, Hong Kong, y figure aussi, à la 11e place, avec une proportion de millionnaires de 2,58 %. La seule ville française du classement, Paris, est en 20e place, avec 2,04 %.

    La Chine continentale est absente de cette liste même si dans la presse occidentale on fait beaucoup de publicité autour des riches Chinois.  La concentration de la richesse n'a jamais atteint ce niveau dans les pays dits "capitalistes" . Dans ces pays , où la richesse est au main d'une poignée de familles fortunées , la richesse se fait discrète . Il faut dire que cette discrétion est facilitée parle fait que presque tous les médias appartiennent à ces mêmes familles . Dès lors ces médias ont pour mission d'éclairer l'opinion publique sur ce qui se passe dans pays émergeants et d'ignorer les familles nanties qui continuent d'amasser.

    1b000e0baa96fb2ac90f6df5049f4b0a-1383896602.jpg

     

    Pour être comptabilisé dans le classement de WealthInsight, un individu doit posséder au moins 1 million de Dollars US d'avoirs nets, en dehors de sa résidence principale. Sans surprise, c'est Monaco qui arrive en tête, suivie par deux villes suisses, Zurich et Genève. Le fait le plus notable est l'écart considérable entre les trois premières villes, qui dépassent 15 %, et les autres, qui se situent toutes en dessous de 5 %.

     

    Voici le classement des 20 villes concentrant le plus de millionnaires dans le monde :

     

    1. Monaco (29,21%)

     

    2. Zurich (27,34%)

     

    3. Genève (17,92%)

     

    4. New York (4,63%)

     

    5. Francfort (3,88%)

     

    6. Londres (3,39%)

     

    7. Oslo (2,90%)

     

    8. Singapour (2,80%)

     

    9. Amsterdam (2,63%)

     

    10. Florence (2,59%)

     

    11. Hong Kong (2,58%)

     

    12. Rome (2,54%)

     

    13. Dublin (2,40%)

     

    14. Doha (2,31%)

     

    15. Toronto (2,29%)

     

    16. Venise (2,25%)

     

    17. Bruxelles (2,11%)

     

    18. Houston (2,09%)

     

    19. San Francisco (2,07%)

     

    20. Paris (2,04%)

  • Faisons connaissance de ces "Dama" , Chinoises d'âge moyen, gardiennent de la culture

    0019b91ec981152de0c31f.jpg

    Vêtues de robes traditionnelles chinoises, des « dama » (Chinoises d'âge moyen) ont défilé le 12 juillet dans un parc de Sanshui, dans la province du Guangdong.

    "Dama" est un terme plus âgée dans le langage imagé chinois. Ce terme désigne la dame chinoise qui a entre 50 et 60 ans. Ce qui pourrait paraître chez nous pour péjoratif voir insultant est un terme amical et chaleureux adressé à ces femmes qui bien souvent dirigent le ménage et sont le pilier de la famille.

    Ce qui frappe, c'est l'étonnante jeunesse de la femme chinoise. Arrivé à l'âge où beaucoup se flétrissent, le temps semble n'avoir aucune emprise sur la "dama". Elles gardent le plus souvent des peaux de pêche , une Chinoise évite de s'exposer au soleil, elles sont souvent sveltes et graciles car elles choisissent ce qu'elles mangent en fonction de la santé plus qu'en tenant compte de ce qu'elles aiment et surtout elles ne sont jamais inactives . Ce sont les "dama" que vous voyez le matin ou le soir s'accaparer parcs et places afin d'y pratiquer tai chi, danse et autres activités . elles illustrent si bien l'adage romain "Mens sana in corpore sano" ( un esprit sain dans un corps sain ).

    Beijing2013 818.JPG

    0019b91ec981152de0c920.jpg

  • La famille s'agrandit, voici Xioaowangzi , mon petit-neveu, 1 jour

    QQ图片20130813224051.jpg

    Photo, prise mardi , de mon petit-neveu, né ce lundi à Shenzhen .

    La famille s'agrandit. Nous sommes maintenant 10 , couvrant 4 générations. L'arrière- grand-mère, les grands-parents , les parents , mon épouse et votre serviteur , oncle et tante et la servant ainsi que son fils.

    Cela fait une belle famille qui vit dans 2 appartements qui ont été aménagés en un seul.  

    QQ图片20130813224735.jpg

    En fait je m'appelle Wang mais je n'ai pas encore de prénom , c'est mon oncle  qui m'appelle Xiaowangzi , petit prince.

    QQ图片20130813224744.jpg

  • Une famille chinoise au bord de l’expulsion

    domaine-bloso-hofstade_105.jpg

    Une famille chinoise qui réside à Hofstade (Brabant flamand) a engagé une procédure d’urgence pour tenter d’obtenir la suspension de son expulsion de Belgique, imminente. La décision définitive sur ce dossier doit être prise lundi après-midi 13 mai par le Conseil de contentieux des étrangers. Un groupe d’action communal soutient les parents, et leurs 2 enfants, qui résident déjà de longue date dans le pays.

    La mère de cette famille chinoise est arrivée en 2004 en Belgique, pour y épouser un Belge. Mais leur mariage n’a pas duré plus de 3 ans. En 2011, la Cour d’appel d’Anvers considérait ce mariage comme blanc et l’annulait, enlevant ainsi en même temps à la femme son permis de séjour en Belgique.

    Entretemps, celle-ci s’était cependant remariée avec un homme chinois, qui résidait de façon illégale en Belgique depuis 2008, mais avait introduit en 2011 une demande de régularisation.

    chine,belgique,flandre,hoofstade,expulsion,famille,maggie de block

    He Yan He, son mari Zhu Qing Feng et leurs deux enfants  Liam en Lisa.

     

    Début février 2013, l’Office des Etrangers annonçait que la famille chinoise de 4 personnes devait quitter le pays. Les parents allait en appel, demandant l’annulation de la décision, mais leur avocat de l’époque négligea d’introduire également une demande de suspension. La famille dû également introduire une nouvelle demande pour un permis de séjour, et reçut une réponse positive de la commune de Hofstade (photo), en Brabant flamand.

    Mais au début de ce mois de mai, l’Office des Etrangers fit arrêter la famille chinoise, qui fut transférée vers une résidence de transit, dans l’attention de son expulsion. Le nouvel avocat de la famille, Maître Georges-Henri Beauthier, tente maintenant de faire suspendre l’expulsion de la famille, au moins jusqu’à ce qu’un jugement ait été rendu à propos de l’appel pour annulation et de la nouvelle demande de permis de séjour.

    L’avocat estime que la non suspension de l’expulsion irait à l’encontre de diverses dispositions de la Convention européenne des Droits de l’Homme. Il a introduit, en procédure d’urgence, une requête auprès du Conseil de contentieux des étrangers pour l’annulation de la mise à exécution. Cette requête sera traitée ce lundi à 15h00.

    La famille soutenue par un groupe d’action

    Les parents et leurs deux enfants ont entretemps reçu le soutien des habitants de la commune de Hofstade. « Ces personnes n’ont encore jamais fait une demande d’allocations de chômage ou de soutien d’un centre public d’aide sociale en Belgique », explique Hans Van Gool du groupe d’action.

    « Elles sont affiliées à Hofstade à un fonds d’assurance sociale, versent toujours à temps leurs contributions sociales, leur TVA et leurs impôts. Plus encore, elles sont appréciées et de nombreux habitants de Hofstade estiment qu’elles ont leur place dans notre communauté. La petite fille de 3 ans va depuis peu dans une école locale. Même son instituteur raconte que la fillette, un enfant timide, s’épanouit enfin ».

    Selon le groupe d’action, la famille chinoise aurait reçu une visite d’une délégation de l’ambassade de Chine. Cette dernière aurait plaidé auprès de la Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Maggie De Block (Open VLD, photo), en faveur d’une révocation de l’ordre d’expulsion.

    Le groupe d’action projette d’organiser mardi soir une marche de protestation à Hofstade.

  • Chine : la politique du deuxième enfant donne de l'espoir

     
     
     

    Le Henan est l'une des provinces chinoises les plus peuplées, avec plus de 100 millions d'habitants. Il s'agit de la dernière province du pays à avoir, le mois dernier, assoupli la politique de l'enfant unique. En effet, dorénavant, si deux enfants uniques se marient, ils pourront avoir eux-même deux enfants. Nombreux sont ceux satisfaits par cette démarche qui permettra certainement à une société vieillissante de redevenir jeune sur le long terme.

    Wang Yan, âgée de 26 ans est mariée à Wan Quan depuis moins d'un an. Tous deux originaires du Henan, ils louent maintenant un petit appartement à Beijing. Son mari, du fait de son lieu de travail éloigné, rentre habituellement tard à la maison. L'appartement deux pièces, leur coûte 2800 yuans par mois, ils prévoient d'ores et déjà leur prochain déménagement, leur bail touchant à sa fin, dans un appartement plus petit mais plus confortable, mais également plus cher.

     



    Wang Yan

    "Avoir un ou deux enfants, ce n'est pas une chose dont une politique peut décider. De nos jours, cela dépend beaucoup plus des revenus familiaux. En ce moment, mon attention se focalise davantage sur ma carrière, le prix des logements nous met également sous pression."

    Wang Yan affirme que l'idéal serait d'avoir deux ou trois enfants, pour un certain équilibre. Mais elle respecte également l’opinion de son mari.

    Wan Quan

    "J'aimerais avoir deux enfants. Par tradition, les parents chinois désirent de nombreuses progénitures, les familles nombreuses étant un symbole de prospérité. Mais cela signifie aussi plus de responsabilité. Je dois aussi être capable de subvenir aux besoins d'un enfant voire deux. La plupart de mes anciens camarades de classe sont déjà parents, mais ils m'assurent éprouver des difficultés à assumer ce rôle, n'étant pas encore parvenu à se défaire de leur mentalité d'enfants.

    Chacun d'eux étant enfant unique, le couple espère que leurs enfants seront épargnés par la solitude et la pression extrême. Ils espérent que leurs enfants bénéficieront de toutes les opportunités qu'eux-mêmes n'ont pas eu la chance de saisir. Mais faire face à la réalité reste difficile.

    Avoir plus d'options possibles est sans aucun doute une excellente nouvelle. Même si ce changement d'orientation dans la politique de l'enfant unique est on ne peut plus positif, il n'a, à lui tout seul, que peu d'impact sur la vie de la plupart des jeunes parents en devenir.

  • LA CHINE VUE PAR UN AMERICAIN.

    La 'culture chinoise' aux yeux d'un américain.

    Si un Occidental désire vraiment connaître la culture chinoise, il doit tout d'abord comprendre l'importance de la famille dans celle-ci. Les Chinois veillent à ce qu'on respecte les personnes âgées et prennent soin des enfants et souvent la famille est composée de trois générations qui vivent ensemble dans une parfaite harmonie, les parents accordant beaucoup d'importance à l'éducation de leur progéniture, alors que l'époux et l'épouse ayant chacun son rôle distinct à jouer. Les Chinois considèrent également leur pays comme une grande famille et c'est la raison pour laquelle on constate que les liens familiaux sont vraiment solides en Chine, car le sens de responsabilité familiale est profondément enraciné dans la culture chinoise.

    Dans le cas où un Occidental séjourne longtemps en Chine, il pourrait alors remarquer que les Chinois parlent souvent de l'harmonie : les calligraphes écrivent en grands caractères "和谐"(harmonie), le taijiquan (boxe traditionnelle chinoise) apprend aux gens à exécuter des mouvement et des gestes harmonieux, les dirigeants du pays appellent la population à vivre en harmonie, …… alors que la langue chinoise elle-même comporte le sens de l'harmonie et de l'union et met l'accent sur le maintien de la bonne entente entre les gens. La conception du monde traditionnellement adoptée en Chine insiste tout particulièrement qu'on doit éviter l'extrémisme, c'est pourquoi "中庸之道" (doctrine du ‘juste milieu' ) est largement répandue en Chine.

    Le développement de la Chine dans le 21ème siècle peut en réalité apporter au monde l'idée de l'harmonie. L'harmonie doit régner dans l'esprit de chacun tant physiquement que mentalement, la nature doit être harmonieuse, un pays doit connaître l'harmonie en son intérieur et l'harmonie doit être maintenue dans les rapports entre les divers pays du monde. Et c'est l'harmonie qui apporte à la paix mondiale le principe de base suivant : la coexistence pacifique, c'est-à-dire que malgré les différences des pays, il faut persister dans le principe de tolérance réciproque pour pouvoir assurer la paix mondiale.

    Confucius a dit : « Ne faites pas à autrui ce que vous n'aimeriez pas que l'on vous fasse. ». Mencius a insisté de son côté que chacun doit examiner souvent sa conscience, vivre réellement sa vie, aimer son prochain comme aimer soi-même et c'est ainsi seulement qu'on pourrait s'engager dans la voie qui mène à l'état de la félicité suprême. Quant à Lao Tseu, sa doctrine sur le yin (principe féminin) et sur le yang (principe masculin) doit également être prise en considération. Dans son livre "道德经"(Classique de la Voie et de la Vertu), il explique que le ciel et la terre se complète, qu'il y a une différence entre le haut et le bas et que la transmission de la voix est également harmonieuse, et tout cela est une expression de l'harmonie.

    Maintenant, parlons un peu de la différence de l'assimilation créative. Dans la culture chinoise, on souligne l'importance d'apprendre auprès des autres et de s'inspirer des expériences d'autrui, comme par exemple l'introduction de techniques avancées ainsi que de théâtres traditionnels européens et cela force admiration et estime. Après l'application en Chine de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, celle-ci s'est efforcée d'assimiler et de s'inspirer, de façon innovatrice et créatrice, des meilleurs succès scientifiques, techniques et culturels des autres nations, ce qui lui a permis de franchir et de dépasser la situation difficile où se trouvent de nombreux pays de l'Orient et de l'Occident, de même que le goulot d'étranglement du capitalisme et de promouvoir ainsi son développement pacifique. En Chine, le confucianisme, le taoïsme et le bouddhisme s'inspirent les uns auprès des autres et assimilent de façon créatrice. Dans le cas où tous les pays et toutes les nations du monde pourraient jouir réciproquement et en commun des remarquables cultures, se montrer tolérants envers les autres et ne pas s'opposer les uns les autres en déclarant que ‘si ce n'est pas le blanc, ce serait alors le noir', ce sera alors tellement bien et parfait !

    Je suis venu en Chine plusieurs fois, j'ai fait de nouvelles découvertes à chaque fois et à chaque fois j'ai ressenti de nouvelles impressions. Par exemple, la Chine a de nombreux projets de construction et des projets d'autoroutes et j'ai constaté que ces projets sont toujours achevés avant le délai fixé. L'achèvement en un temps relativement court des installations sportives olympiques force l'admiration. Je me rappelle de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Beijing, c'était vraiment grandiose et l'équipe de création et d'organisation a montré au monde entier la capacité créatrice et innovatrice de la Chine. Début 2009, le gouvernement chinois s'est engagé à déployer tous ses efforts pour que le PIB du pays puisse connaître une croissance de 8% avant la fin de l'année et on peut dire maintenant qu'il a réussi et qu'il a tenu son engagement. La culture chinoise prône en outre la diligence et l'assiduité, c'est pourquoi le peuple chinois travaille toujours laborieusement, cela montre le caractère moral d'un pays, d'un peuple et de toute une nation.

    Ma conclusion c'est que le 21ème siècle sera un siècle dominé par la Chine, car elle est capable de faire valoir les facteurs positifs de sa propre culture traditionnelle pour aider les autres pays du monde à créer et à établir entre eux de bonnes relations, ce qui lui permettra de devenir le dirigeant du monde. Car en dehors de son économie, la Chine peut apporter au monde entier une grande contribution axée sur quatre valeurs clés, à savoir la famille, l'harmonie, l'assimilation créative et le rendement du travail. Si notre monde fait grand cas de ces quatre vertus, il peut alors jouir au 21ème siècle encore plus de paix et de prospérité et maintenir un développement continuel et durable.

    (L'auteur de cet article Hopkins est un professeur de l'Université de Chicago, aux Etats-Unis)

  • NOUVEL AN CHINOIS ,VIVE LA TRADITION,LA FAMILLE ,LES AMIS ET LA CULTURE CHINOISE.

    Le charme du Nouvel An chinois

    Pour les Chinois, le Nouvel An traditionnel est en même temps leur fête du Printemps. A l'heure actuelle, à Taiwan, Hongkong et Macao et dans certains pays étrangers, on célèbre à la fois des fêtes religieuses à l'occidentale comme Noël et les Pâques et des fêtes traditionnelles chinoises comme la Mi-automne et la fête du Printemps. Cette situation permet un échange des cultures chinoises et occidentales, tout en contribuant à leur fusion et à leur coexistence.

    Parmi les 56 ethnies qui forment la nation chinoise, la majorité, en dehors des Han, célèbre le Nouvel An traditionnel. Pour décrire le bonheur de leur vie, les Chinois ont l'habitude de dire qu'on a le sentiment de “célébrer le Nouvel An” ou de “passer une fête”. Célébrer le Nouvel An traditionnel dans l'allégresse constitue à la fois une marque de vie dans une époque de paix et de prospérité, et un événement qui réjouit toute la population chinoise.

    Pourquoi les Chinois accordent-ils une telle importance à leur Nouvel An traditionnel ? Quel est exactement le charme de cette fête ?

    D'abord, il s'agit d'une fête de retrouvailles des proches et de réunion familiale. Il n'est donc pas étonnant que les Chinois, qui semblent être attachés plus que les autres peuples aux liens de parenté, y vouent une importance particulière. Un vieil adage chinois dit : “Au festin de raviolis du réveillon du Nouvel An traditionnel, il n'y a que les membres de la famille”. Cela veut dire qu'après avoir peiné tout le long de l'année dans divers coins du pays, chacun doit rentrer au foyer parental pour passer la fête du Printemps dans une réunion de trois ou quatre générations composées des parents, des grands-parents et des petits-enfants. A cette occasion, on a l'habitude de se porter mutuellement des toasts, de s'incliner bien bas devant les aînés, de faire éclater des pétards et de partager la joie des retrouvailles et la chaleur familiale au son des gongs et tambours? Ensuite, le Nouvel An traditionnel est une occasion de resserrer les liens sentimentaux entre les proches et les collègues et de renforcer leur union. On se montre particulièrement affable et généreux non seulement vis-à-vis des proches, mais aussi des “étrangers”, voire des personnes avec qui on s'entend mal ordinairement. En tant que signe de compréhension et de sollicitude, on s'adresse mutuellement des souhaits comme “Que vous ayez une nouvelle année de fortune” et “Joyeuse fête du Printemps”, qui font plaisir à tout le monde. Bref, le Nouvel An chinois est une grande fête de bonne entente et de joie partagée.

    Par ailleurs, le Nouvel An chinois est une occasion de déployer toutes les formes de la culture traditionnelle, d'inciter chacun à la paix, à l'amitié et à l'amour des siens, et de prononcer des bénédictions pour le bonheur futur. Les traditions culturelles propres au Nouvel An chinois ne sont autres, si l'on peut dire, que celles de la Chine même, voire de l'ensemble de l'Orient. Aujourd'hui, L'esprit de cette fête a pénétré profondément non seulement dans les cœurs des Chinois, mais aussi dans ceux de certains étrangers, sans doute parce que l'attachement à la famille et aux liens de parenté constitue un sentiment humain. Dans certains pays ou territoires étrangers où vivent des Chinois, de plus en plus d'étrangers fêtent le Nouvel An chinois avec la communauté chinoise. Outre les plusieurs dizaines de millions de Chinois d'outre-mer et d'étudiants chinois à l'étranger, on voit maintenant un nombre croissant de touristes chinois qui sortent du pays et d'étrangers qui débarquent en Chine durant la fête du Printemps. Ces sorties et entrées ont à n'en pas douter pour conséquence de promouvoir les échanges culturels, de contribuer à l'assimilation des cultures occidentales et orientales et de permettre à ces dernières de se compléter mutuellement.

    Le charme de la fête du Printemps n'est donc autre que celui de la nation chinoise, de l'ensemble de l'Orient et de la civilisation mondiale.

    nouvelanchinois2004rediap2[1]nouvel%20an%20paris[1]rimg0083ym6[1]nouvel-an-chinois-paris[1]y._1138699430_aut_9802[1]8877[1]164581[1]
    CLIQUEZ SUR LES PHOTOS.